Milguerres

  • Accueil
  • > Les Chinois oubliés de la Première guerre mondiale

27 décembre 2012

Les Chinois oubliés de la Première guerre mondiale

milguerres @ 23 h 34 min

 

 

 retour page d’Accueil fleche-boule8 dans retour à la Grande Guerre

 

 

Les Chinois oubliés de la Première guerre mondiale

Lily Eclimont (Aujourd’hui la Chine)

http://chine.aujourdhuilemonde.com/les-chinois-oublies-de-la-premiere-guerre-mondiale-travailleurs-anonymes-de-la-republique-francaise

Durant la Première guerre mondiale, les Français et les Anglais ont « importé » quelque 140 000 travailleurs chinois en Europe pour servir de main-d’œuvre à l’arrière du front. Une importante page de l’histoire de France qui n’apparaît pourtant pas dans les manuels scolaires.

 

« Lorsque je suis arrivée en France en 1988 pour mes études, je suis tombée par hasard sur le cimetière de Saint-Etienne au Mont, dans le Pas-de-Calais. On y trouve 160 sépultures incrustées de caractères chinois. J’ai été extrêmement impressionnée et j’ai voulu savoir d’où ils venaient« , explique Li Ma. Cette historienne d’origine chinoise, aujourd’hui maître de conférence à l’Université du littoral Côte d’Opale, a organisé l’an dernier à Boulogne-sur-mer le premier grand colloque sur « les Travailleurs chinois de la Première Guerre mondiale ».

« C’est très étonnant : il y plein de cimetières chinois dans la région mais aucun livre en français n’a par exemple été publié sur le sujet. Il existe un livre en chinois à Taïwan et quelques écrits en anglais, mais c’est tout. Pendant longtemps, la France n’a pas rendu hommage à cette partie de la population, contrairement aux Anglais« .

Gérard Tchang, dont le père est arrivé en France depuis sa ville natale de Huaian (Jiangsu) en 1917 pour servir sur le front de l’est, est encore plus amer. « Aujourd’hui, personne en France ne connaît cette mémoire ! Ça me met vraiment en colère. Il y a quelques années, j’ai vu une exposition sur la guerre 14-18 à la Mairie de Paris et il n’y avait aucune place pour les Chinois. Je ne sais pas quels pouvaient être les états d’âmes des responsables politiques de l’époque et encore moins ceux d’aujourd’hui, mais ce que l’on constate, c’est que cette mémoire a été totalement oubliée!« , dit-il avec rage.

Des chinois physiques et travailleurs

Pas moins de 140 000 chinois sont pourtant venus servir d’auxiliaires en France, pendant la Grande guerre. En 1914, les soldats s’enlisent au front et les Alliés manquent de main-d’œuvre. Les gouvernements alliés et chinois négocient alors dans la plus grande discrétion la venue de travailleurs en Europe pour effectuer de dangereuses tâches de logistique militaire. Les Russes recrutent 200 000 travailleurs. Les Anglais 100 000 et les Français 40 000, pour la plupart originaires de la province du Shandong, au nord-est de la Chine.

Selon les archives françaises de l’époque, « les Chinois du Nord étaient forts, simples, travailleurs et physiques mais surtout moins rusés que les Chinois du Sud qui étaient commerçants. Et puis, ils pouvaient mieux s’adapter au climat du nord de la France« , explique l’historienne Li Ma. L’été dernier, cette dernière s’est rendue à la rencontre de 35 familles de descendants dans les villes de Zibo, de Zhoucun mais surtout de Weihai, « où les Anglais ont recruté jusqu’à 54 000 personnes en 1917!« .

« J’ai rencontré un grand-père de 85 ans dont l’oncle est revenu de France avec des outils d’agriculture français. Il me les a montrés : c’était insolite. Mais globalement, il m’a expliqué que ces immigrés avaient beaucoup de mal à parler de leur expérience de la guerre. Ils étaient traumatisés : certains évoquaient malgré tout les avions, les bombardements, etc.« .

Le traumatisme de la vie sur le front

Lorsqu’ils arrivent en France en 1917, les contrats de ces travailleurs immigrés stipulent qu’ils ne doivent pas participer au combat, ni se trouver sur la ligne de front, « mais celle-ci bougeait en permanence et les Chinois se retrouvaient de fait sur le champ de bataille« , explique Li Ma.

Les Anglais et les Français ne recrutent pas ces travailleurs sous le même régime. Les coolies recrutés par les Britanniques, baptisés les « Chinese Labour Corps » travaillent en support des militaires anglais. Ils sont chargés de nettoyer les tanks ou encore d’enterrer les cadavres, tandis que les travailleurs recrutés par les Français sont, le plus souvent, employés dans les usines.

« Leurs situations étaient très différentes : les soldats recrutés par les Britanniques étaient militarisés. Ils portaient l’uniforme et étaient soumis à la justice militaire, tandis que les travailleurs français avaient d’avantage de liberté« , explique Dominiek Dendooven, le directeur du musée « Inflanders Field » qui a organisé l’an dernier une grande exposition sur le sujet à Ypres, en Belgique.

Des contacts mitigés avec la population locale

C’est dans un périodique baptisé « 华工杂志 » (« la Revue des travailleurs chinois ») que les travailleurs chinois recrutés par les Français racontent les anecdotes de leur vie en France. Des moments très difficiles, d’autres plus légers. « Ils parlaient notamment des femmes françaises qui, selon eux, préféraient de jeunes Chinois forts, beaux et gentils plutôt que des alcooliques français auxquels il manquait un bras et qui étaient déprimés par la guerre« , s’amuse la sinologue Li Ma.

Dominiek Dendooven nous raconte, de son côté, cette soirée de février 1918 où les travailleurs ont célébré le Nouvel An Chinois avec la population locale dans leur camp. « Dans la petite ville belge de Poperinghe, les habitants s’étaient même mis à apprendre quelques mots de chinois pour communiquer avec eux mais aussi pour leur vendre des objets. Mais attention, il y avait aussi des commentaires négatifs« , pondère-t-il. « Il reste de nombreux témoignages qui dénotent une grande xénophobie à leur égard. Des histoires qui circulent à l’époque prétendent même que les crimes qui ont été commis pendant la guerre avaient été perpétrés par des Chinois et qu’il « fallait garder un œil sur eux parce qu’ils pouvaient voler des choses« « .

Ce racisme n’a pas empêché plusieurs couples franco-chinois de se former. De nombreux travailleurs repartent d’ailleurs chez eux à la fin de la guerre avec leur épouse française pour lesquelles l’adaptation en Chine est parfois impossible. « Ces femmes françaises étaient souvent de secondes épouses, ce que ne savaient pas ces travailleurs. A l’époque, cela était très mal vu par les familles chinoises qui rejetaient ces femmes. Beaucoup d’entre elles ont dû rentrer en France avec l’aide du consulat« , raconte l’historienne Li Ma.

Le dur retour au pays

A la fin de la guerre, les Britanniques décident de rapatrier la totalité des travailleurs chinois, tandis que les Français leur donnent le choix de rester en France. Quelque 3000 travailleurs chinois acceptent et participent alors à la reconstruction du pays. La plupart d’entre eux s’installe dans le quartier de la Gare de Lyon à Paris et trouve notamment des emplois dans les usines Renault. C’est sur les chaînes de productions qu’ils rencontreront notamment Deng Xiaoping ou encore Zhou Enlai, alors venus étudier en France.

« C’est la première fois dans l’histoire chinoise qu’il y avait des contacts entre les gens du peuple et les intellectuels : ils travaillaient, mangeaient, et vivaient ensemble. Je pense que ces rencontres ont joué un rôle fondateur dans la manière dont ces futurs personnages-clefs de la Nouvelle Chine ont appréhendé la notion d’esprit de masse. Peut-être aussi cette proximité a-t-elle cristallisé leur volonté de prendre soin de leur peuple« , explique Li Ma.

Plus de 8.000 travailleurs décèdent au total pendant cette période. Beaucoup d’entre eux meurent sous le feu de l’ennemi alors qu’ils creusent des tranchées et déminent des terrains. Les autres sont décimés par les épidémies : grippe espagnole, rougeole, tuberculose. Pour les survivants, le retour au pays est parfois un calvaire. Traumatisés par la guerre, ces travailleurs pour se détendre jouent l’argent qu’ils ont gagné en France et se retrouvent très vite sans le sou. La plupart redevient agriculteurs dans le Shandong, quand ils ne sont pas cloués au lit par la syphilis attrapée auprès des prostituées françaises à l’arrière du front.

Aujourd’hui, le plus important cimetière de Chinois se trouve à Noyelles-sur-Mer. 842 stèles datant de 1923 sont visitées chaque année pour la fête de Qinming, « la Toussaint chinoise », par les descendants de ces travailleurs. « Nous célébrons Qinming depuis l’année 2000 à Noyelles« , raconte Michel Letocard, le maire de cette petite commune de la Somme.

« C’est très particulier car les trois premières années, cette fête a attiré jusqu’à 1500 personnes sur ma commune de 800 habitants ! Pour nous qui nous contentons d’aller porter des chrysanthèmes au cimetière pour honorer nos morts, c’est très curieux! Malheureusement, depuis la brouille franco-chinoise sur la question du Tibet en 2008, la fête de Qingming n’est plus célébrée à Noyelles« , regrette le maire.

Selon lui, l’Unesco souhaite aujourd’hui classer le cimetière chinois au Patrimoine Mondial. Une forme de reconnaissance pour les descendants de ces travailleurs chinois comme Gérard Tchang. « Aujourd’hui, on donne des médailles du mérite à des gens qui ont beaucoup moins donné que mon père, par exemple. Pourquoi lui ne l’a-t-il pas reçue ? C’est parce qu’il était d’origine chinoise ? » Une autre page de l’histoire de l’immigration française qui mériterait d’être enfin officiellement écrite.

 

Les travailleurs chinois pendant la Première Guerre mondiale

http://www.souvenirfrancais-issy.com/article-les-travailleurs-chinois-pendant-la-premiere-guerre-mondiale-1-2-82956398.html

 

Travailleurs chinois -3

 

Monsieur Foo Sien Wang.

Dans le carré militaire de la Première Guerre mondiale, à Issy-les-Moulineaux, se trouve la tombe de Foo Sien Wang, soldat travailleur chinois, mort pour la France le 1er mars 1919.

Dès les premiers mois de la Première Guerre mondiale, le manque d’effectifs se fait sentir autant chez les Français que leurs alliés britanniques. Les premiers font rapidement appel aux troupes coloniales d’Afrique et d’Orient (49.000 indochinois participeront à cette guerre), et les seconds aux hommes de l’Empire (Canadiens, Indiens, Australiens, Néo-zélandais, Africains du Sud, Irlandais du Nord…). Pour autant, cela n’est pas encore suffisant. Il convient de faire porter les armes par un plus grand nombre d’hommes encore. Aussi, en 1915, le président Raymond Poincaré et le roi George V signent une convention avec l’empereur Yuan Shikai, de la dynastie Qing. Entre 1916 et 1919, ce sont près de 150.000 Chinois qui arrivent dans le nord de la France pour être employés aux travaux de terrassement.

A l’instar de plusieurs populations alors appelées indigènes, comme les Noirs d’Afrique du Sud, les Chinois n’ont pas le droit d’être armés. Ce ne sont pas des soldats mais des travailleurs. Ils permettent justement aux manœuvres alliés de devenir des soldats. Ce sont bien souvent des paysans illettrés qui proviennent autant des provinces du nord de leur empire – le Jilin ou Shanxi – que des zones sud, comme le Zhejiang, le Jiangxi, ou encore le Fujian. Ils prennent le bateau à Shanghai ou à Wenzhou et, après des mois de traversée dans des conditions précaires, débarquent généralement à Marseille, à partir du mois d’avril 1917. Là, ils prennent le train, dans ces wagons qui sont faits pour « hommes : 40 ; chevaux en long : 8 ». Enfin, ils arrivent dans la Somme, épuisés – certains sont morts pendant le voyage – et affamés.

 

Ils ne sont pas tous recrutés de la même manière : les Anglais mettent en avant les YMCA locales (Young Men Christian Association), dont de nombreux membres parlent le chinois et des agences privées comme la Huimi ; alors que les Français confient cette tâche à des associations comme le Mouvement Travail-Etudes ou l’Etude Frugale en France. Les recrutements sont parfois douteux et il arrive que des voyous fassent le voyage depuis leur pays d’origine dans l’unique but de ne vivre que de vols et de rapines. Le journal Un siècle de faits divers dans le Calvados rapporte cet étonnant fait divers : « Colombelles. En mars 1917, arrive un groupe de 150 chinois qui viennent travailler sur les chantiers des hauts-fourneaux. Huit de ces fils du céleste empire émettent la prétention de rançonner leurs camarades et de les obliger à leur abandonner une partie de leur salaire, sans quoi ils les empêcheraient de travailler. Ces derniers ne s’en laissent pas compter et tendent un piège. Un soir de mai 1917, le 12 exactement, ils tombent sur les huit chinois qui ont à peine le temps de se réfugier dans une baraque où ils se barricadent. Les gendarmes, alertés, réussissent à faire sortir les assiégés. L’un d’eux a la malheureuse idée de fuir à travers la campagne. Il est bientôt rejoint par un groupe de poursuivants qui l’assomment. Il est retrouvé une heure plus tard, râlant dans la plaine. Il a le crâne ouvert à coups de pioche. Il expire presque aussitôt. Ses compatriotes : Yong, Chanong, Chauong, Memong, Yien, Pen, Ping et Tehien ont comparu devant le tribunal pour entraves à la liberté du travail. Les peines de prison s’échelonnent de 4 à 8 mois ».

Leur installation.

Dans son étude Assistance et éducation des travailleurs chinois pendant la Grande Guerre, les chercheurs Sylvie Demurger et Martin Fournier indiquent : « En majeure partie issus de familles paysannes, ils n’avaient pour l’essentiel jamais eu de contacts avec des Occidentaux avant leur arrivée en France. Symétriquement, leur arrivée constitue la première vague de migration chinoise de masse en France et les Français étaient tout aussi peu familiers des us et des coutumes chinois que les Chinois l’étaient de ceux des Français ou des Britanniques qui les employaient. S’ensuivirent immanquablement des incompréhensions et tensions liées aux différences culturelles entre les communautés, qui rendirent presque immédiatement nécessaire une prise en charge des travailleurs chinois ».

Les Chinois sont placés dans des camps, à Noyelles-sur-Mer près de Saint-Valéry-sur-Somme, ou à Dannes et Saint-Etienne au Mont, dans le Pas-de-Calais. Ces camps, longs de plusieurs centaines de mètres, ont été installés l’année précédente et comportent des baraquements de logements, des cuisines, des sanitaires, une blanchisserie (leur réputation les avait précédés), une infirmerie et même une prison ! Il leur est autorisé de sortir de ces camps pour aller travailler et quelques heures de loisir. Les enceintes sont d’ailleurs entourées de plusieurs rangées de barbelés. Pour autant, peu à peu, ces camps prennent des couleurs de villages asiatiques : certains baraquements sont ornés de lanternes ; les éléments artisanaux de décoration sont très présents. Parfois, ce sont même des cerfs-volants qui flottent dans le ciel picard.

Travailleurs chinois - 1

Les Chinois dans le Nord de la France

http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/comprendre-et-approfondir/nations-en-guerre/les-chinois-dans-le-nord-de-la-france.html

A partir de septembre 1914, quand la guerre s’enlise et le front se fige dans les réseaux de tranchées, les gouvernements et les états-majors des pays belligérants comprennent que le conflit sera long et coûteux. Afin de soutenir l’effort de guerre dans les zones de l’arrière-front, chaque nation fait appel à une main d’œuvre étrangère qui permet de décharger les soldats des contingences matérielles et logistiques courantes. C’est ainsi que l’armée britannique créera des Labour Corps (unités de travail) composés de civils volontaires qui compteront en 1918 jusqu’à 100.000 Egyptiens, 21.000 Indiens et 20.000 Sud-Africains sur les deux fronts français et moyen-oriental. De même, en vertu d’accords bilatéraux conclus par la France et par le Royaume Uni avec la République de Chine en mai 1916, des paysans chinois essentiellement originaires des provinces mandchoues du Shandong et du Jilin seront employés sur le sol français sous le contrôle direct de chacune des armées alliées. La France fera également appel aux paysans de l’Indochine, colonie française depuis 1885.

Même si leurs conditions de vie en Chine n’étaient guère faciles, celles qui les attendent en Europe se révèlent être proches de l’exploitation. Les Anglais leur allouent un salaire journalier de 1 franc pour 10 heures quotidiennes de travail, 6 jours par semaine. Bien qu’étant des civils, ils sont soumis à la loi militaire anglaise et sont regroupés dans des camps sous la surveillance suspicieuse des soldats britanniques. Par ailleurs, la communication entre travailleurs et soldats est toujours demeurée problématique : le dialecte des paysans chinois diffère beaucoup de l’officiel mandarin.

S’ils suscitent dans un premier temps une certaine curiosité de la part des habitants de la région, les Chinois ont très rapidement attisé la méfiance, voire la crainte, de ceux-ci pour les nombreux larcins qu’ils commettent dans les villages entourant leurs camps. De nombreux rapports de gendarmes, notamment dans l’Audomarois, font mention de vols, de rixes, de coups de fusils que ces travailleurs auraient provoqués. De même, par l’application de règles qu’ils ne peuvent de toute façon pas comprendre, les Britanniques leurs infligent des peines d’amende ou de prison pour de nombreuses absences non-justifiées, vols, désertions ou encore voies de faits sur supérieurs. Une certaine forme de xénophobie s’installera dans la région et poussera même le Préfet du Pas-de-Calais à demander en septembre 1919 à ce que le département soit « délivré » de cette main d’œuvre qui « terrorise » la population.

Mais cela ne doit masquer en rien le précieux effort que les travailleurs chinois ont fourni à l’économie de guerre tant sur le front que sur l’arrière. En 1918, on compte dans la région Nord-Pas-de-Calais 17 camps qui regroupent jusqu’à 96.000 hommes. Les principaux camps sont situés à Boulogne-sur-Mer, Wimereux et Etaples où les Chinois assurent pour les Britanniques le déchargement des navires venant d’Angleterre. L’armée française les emploiera de la même manière dans les ports de Calais et de Dunkerque. Ils travaillent également dans les manufactures d’armes et munitions, dans les chantiers navals et dans les usines de construction mécaniques et aéronautiques. Ils effectuent par ailleurs les travaux de construction et de réfection des routes et des voies de chemins de fer menant sur les fronts d’Artois et de la Somme. Ils exploitent les massifs forestiers de l’Audomarois et les houillères dans la partie du bassin minier sous contrôle anglais. Sur le front, ils creusent et remblaient les tranchées.  

En mars 1919, on compte encore près de 80.000 Chinois en France et en Belgique qui participent aux travaux liés à la reconstruction des zones sinistrées par la guerre. Sous l’ordre de nettoyer les champs de bataille, ils prennent part aux actions de déminage et procèdent également à l’exhumation des corps des soldats tués aux combats et à leur ensevelissement dans les nouveaux cimetières militaires.  Ils regagnent petit à petit la Chine et ne sont plus que 3.000 à demeurer en France en 1921. Ceux-ci, essentiellement employés dans les industries de la banlieue parisienne, seront à l’origine du premier quartier chinois de Paris.

De maladie, sous le feux ennemi ou d’épuisement, on estime que 7.900 de ces travailleurs originaires des campagnes chinoises ou indochinoises sont morts entre 1916 et 1919. Leurs corps reposent aujourd’hui dans les cimetières militaires des armées qu’ils auront contribué à servir.

 

sources

http://chine.aujourdhuilemonde.com/les-chinois-oublies-de-la-premiere-guerre-mondiale-travailleurs-anonymes-de-la-republique-francaise

http://www.souvenirfrancais-issy.com/article-les-travailleurs-chinois-pendant-la-premiere-guerre-mondiale-1-2-82956398.html

http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/comprendre-et-approfondir/nations-en-guerre/les-chinois-dans-le-nord-de-la-france.html

  retour page d’Accueil fleche-boule8 dans retour à la Grande Guerre

Les commentaires sont desactivés.

Ostduvalderoost |
Nikeairjordan99 |
Donsipeny |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cercle Généalogique de la D...
| Nikefrair
| Soldeburberryk