Milguerres

  • Accueil
  • > Recherche : fabrice thery

27 novembre 2012

Les pigeons au combat

Classé sous — milguerres @ 19 h 39 min
    retour page d’Accueil fleche-boule8 dans retour à la Grande Guerre
-Les pigeons au combat

-
Par Fabrice Thery
-
source : http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/premiere/pigeons/Dossiers.htm
-
Histoire du pigeon soldat des temps modernes
-
Les pigeons au combat vailla10
La seule photo connue du pigeon Vaillant, au fort de Vaux.
-

Pendant le siège de Paris en 1870, 64 ballons chargés de pigeons quittèrent la ville. Ils étaient destinés à rapporter à la capitale, assiégée par les troupes allemandes, des nouvelles du Gouvernement.
Les dépêches étaient miniaturisées par un procédé mis au point par le photographe Dragon, qui s’était fait remarquer en réduisant une photo représentant 400 députés sur une pellicule de 2 millimètres carrés.
Grâce à ce procédé, chaque pigeon pouvait transporter jusqu’à 3.000 dépêches sur une pellicule minuscule de 3,5 mm2.
Pendant cette sombre période, les pigeons ont ainsi acheminé 115.000 dépêches officielles et plus de 1.000.000 dépêches privées. Les 25 premiers pigeons furent emportés par le ballon « Le Washington ».
Ils furent ensuite amenés à Tours où s’était installé le Gouvernement. Le 17 octobre, on leur confia leur première mission, qu’ils accomplirent fidèlement. L’expérience fut renouvelée avec le même succès et fut si concluante que le 4 novembre, on les chargea de la correspondance privée.
Les pellicules étaient projetées sur un écran et recopiées à la main. Ainsi, Paris recevrait-il régulièrement un véritable journal qui le tenait au courant des opérations militaires et de la vie du pays. Les pigeons étaient chassés par les Uhlans, lanciers de l’armée allemande et par les paysans qui avaient déclaré la guerre aux pigeons. Leur action avait pris une telle ampleur que Gambetta avait édicté la peine de mort contre quiconque serait surpris tirant sur l’un d’eux. Suite à cette expérience, l’armée française, à Coëtquidan et Montoire décide de créer de nouveaux centres d’instruction colombophile militaire. Ceux-ci seront utiles et utilisés de 1914 à 1919. Dix ans avant leur utilisation sur le champ de bataille, l’hebdomadaire Les nouvelles illustrées dans son n°38 du jeudi 12 février 1903, consacrait déjà un article aux pigeons de guerre dans l’armée allemande, illustré de deux photographies.

Le pigeon fut-il l’ancêtre du drone ? (DR)
drjuli10

Le pigeon dans la grande guerre

 

Pigeon équipé en 1914 par l’armée allemande d’un appareil photo à obturateur programmé (DR)
bundes10

 

Le bus « Araba » (DR)
23658410
Pigeonnier de la Cie de transmissions australienne,
état-major du Corps australien, Bertangles, juillet 1918 (DR)
awme0210

fleche-boule8 dans       Lire la suite -> http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/premiere/pigeons/Dossiers.htm

    retour page d’Accueil fleche-boule8 dans retour à la Grande Guerre

23 novembre 2012

Le raid sur Cuxhaven

Classé sous — milguerres @ 0 h 20 min

 

  retour page d’Accueil fleche-boule8 dans retour à la Grande Guerre La Bataille d'Ypres fleche-boule7retour à Les Batailles

Le raid aéronaval britannique sur Cuxhaven, 25 décembre 1914

Par Fabrice Thery
Source : http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/premiere/cuxhaven/Dossiers.htm
Le raid sur Cuxhaven jellic10
Sir john Jellicoe (1859-1935)

Pendant la première guerre mondiale, une des obsessions de l’amirauté britannique fut de localiser et de détruire les bases à partir desquelles opéraient les zeppelins. Pour atteindre ce but, la Navy lança sans grand résultats de nombreuses attaques en mer du Nord.

Naissance de l’aéronavale britannique.

L’histoire de l’aviation embarquée débute en 1910. Le premier départ d’un hydravion aura lieu à partir du pont du croiseur léger Birmingham de l’US Navy. Deux mois plus tard, le même pilote, Eugène Ely parvient à faire atterrir son biplan Curtiss sur le pont de l’USS Pennsylvania, alors qu’il se trouve à l’ancre. Rapidement l’amirauté britannique s’intéresse à cette nouvelle avancée technique et développe en 1914 les premiers « Channel Packets Steamers » ou « Packets Carriers », littéralement : porteurs de paquets. Ce seront bien souvent de petits paquebots convertis pour le transport d’hydravions. Le premier d’entre eux sera le HMS Hermes, un croiseur de la classe Highflyer. Conçu pour tester à partir du 7 mai 1913, les capacités de lancement et de repêchage de ses deux hydravions, il sera coulé par torpillage le 31 octobre 1914.

 

 

hermes10

 

Entretemps se déroule le premier véritable engagement aéronaval de l’histoire. Le 5 septembre 1914, lors de la bataille de Tsin Tao, le porte- hydravions Wakamiya de la marine impériale japonaise, se trouve dans la baie de Kiautschou, donnant sur la mer jaune. Il envoie ses quatre hydravions Maurice Farman bombarder les systèmes de commandement et de communication de la colonie allemande. Les appareils au retour endommageront un dragueur-mineur. Plusieurs attaques de ce type seront renouvelées jusqu’à novembre 1914, date à laquelle la garnison allemande de Tsin tao capitulera.

 

 

 wakami10

A Chatham Dockyard, les britanniques entreprennent cette conversion sur des navires marchands.
Le HMS Engadine, le HMS Riviera et le HMS Empress, réquisitionnés le 11 août 1914, seront ainsi transformés en porte-hydravions en septembre 1914. Mais ces navires ne peuvent emporter que 3 à 4 appareils de type léger. Quand survient la grande guerre, les appareils embarqués sont alors quelques Short Admiralty type 74, 81 et 135. Ces patrouilleurs maritimes s’avèrent, peu robustes et pauvrement armés. Deux modèles sont alors étudiés pour devenir opérationnels entre 1915 : le Short Admiralty type 184 « Solent », hydravion biplace conçu par Short Brothers et destiné à la reconnaissance ainsi qu’au torpillage et le Sopwith Baby, appareil monoplace, équipé d’une mitrailleuse Lewis et pouvant emporter deux bombes de 28 kilos. Leur autonomie reste trop faible et leur capacité a grimper rapidement s’avère tout à fait insuffisante. Ces deux hydravions seront les appareils embarqués standard de la Navy et resteront en service jusqu’au début de l’année 1918.

La Harwich Force et l’attaque de Cuxhaven.

fleche-boule11Lire la suite :  http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/premiere/cuxhaven/Dossiers.htm

 portsf10

 

 tyrwhi10

 

 

 423pxs10

 

 beatty10

 

 

Hydravions participant à l’attaque :
- Short Type 74 (RNAS, n° de série 811)
Pilote : Flt. Lt. Charles Humphrey Kingsman EDMONDS
- Short Admiralty Type 81 (RNAS, n° de série 11)
Pilote : Flt. Cdr. Robert Peel ROSS
- Short Admiralty Type 81 (RNAS, n° de série 120)
Pilote : Flt. Lt. Arnold John MILEY
- Short Admiralty Type 135 (RNAS, n° de série 136)
Pilote : Flt. Cdr. Cecil Francis KILNER
Observateur : Lt. Robert Erskine CHILDERS
- Short Admiralty Type 135 (RNAS, n° de série 135)
Pilote: Flt. Lt. Francis Esme Theodore HEWLETT
- Short Type 74 (RNAS, n° de série 814)
Pilote : Flt. Sub-Lt. Vivian Gaskell BLACKBURN
- Short Type 74 (RNAS, n° de série 815)
Pilote : Flt. Cdr. Douglas Austin OLIVER
Observateur : Chief Petty Officer Mechanic Gilbert H. W. BUDDS

shorta10

seydli10

s

Source : http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/premiere/cuxhaven/Dossiers.htm

  retour page d’Accueil fleche-boule8 dans retour à la Grande Guerre La Bataille d'Ypres fleche-boule7retour à Les Batailles

Ostduvalderoost |
Nikeairjordan99 |
Donsipeny |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cercle Généalogique de la D...
| Nikefrair
| Soldeburberryk