Milguerres

  • Accueil
  • > Recherche : famine indochine 1944

1 avril 2013

Famine de 1944-1945 au Viêt Nam

Classé sous — milguerres @ 11 h 04 min

 

 

retour page d’Accueil

retour à la Seconde Guerre Mondiale

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale 

Famine de 1944-1945 au Viêt Nam

 

 

La famine vietnamienne de 1945 (Vietnamien : Nạn đói năm Ất Dậu - la famine de l’année de Ất Dậu) s’est produite en Indochine française, au Tonkin (nord du Viêt Nam actuel), d’octobre 1944 à mai 1945, pendant l’occupation japonaise du pays. On estime entre 400 000 et 2 millions le nombre de personnes mortes de faim pendant cette période.

Causes

Il y a beaucoup de causes à cette famine. Après la grande dépression des années 1930, la France revient à sa politique de protectorat économique et monopolise l’exploitation des ressources naturelles en Indochine française. Les personnes en Indochine augmentent la valeur économique du secteur[Quoi ?], mais seuls les Français, une petite minorité de Vietnamiens et de Hoa (chinois) et certaines villes en bénéficient.

Quand la guerre commence, la France est affaiblie. À l’est de l’Asie, Le Japon commence à s’étendre et considère l’Indochine comme pont vers le sud de l’Asie et la domination de la Chine. Au milieu de 1940, la France est occupée par l’Allemagne, le Japon accroit sa pression sur la France et entre en Indochine l’année suivante.

Durant la Seconde Guerre mondiale en Indochine française. Les interventions de la France, de l’Empire du Japon, et des États-Unis au Vietnam ont été néfastes aux activités économiques vietnamiennes. Les changements militaires et économiques ont plongé la partie nord du pays dans la famine.

Indirectement, la mauvaise gestion de l’administration française au Vietnam a joué un rôle. Les Français ont reformé l’économie afin de servir l’administration et satisfaire les besoins de la guerre, parce qu’ils étaient eux-mêmes envahis. Les causes naturelles incluent des désastres tels que des inondations détruisant les récoltes au nord (Tonkin). Une période de sècheresse couplée à des parasites fait diminuer la récolte de 1944-1945, qui ne rapporte que de 800 000 à 850 000 tonnes, pour des besoins courants de 1 100 000 tonnes. Une inondation pendant la saison des moissons entraîne la crise. L’administration française ne s’en alarme pas, jugeant le fait banal en pays de mousson1.

L’Indochine est entrainée dans une économie de guerre, avec la France et le Japon en concurrence dans l’administration. Beaucoup de gens mettent la famine sur le compte des troupes japonaises qui, en accaparant les produits alimentaires des paysans et en les forçant à cultiver la jute au lieu du riz, les privent de la nourriture nécessaire, mais la France appliquait déjà cette politique. Ils avaient diminué la terre réservée aux cultures vivrières essentielles telles que le maïs et les pommes de terre pour faire place au coton, à la jute, et à d’autres plantes industrielles. De ce fait, les récoltes alimentaires diminuent considérablement.

Famine, exode et épidémies

Tandis que le Tonkin est occupé par le Japon, les Alliés, particulièrement les États-Unis, bombardent souvent les routes, attaquant cargos, trains, ponts et même charrettes à bœuf1, rendant le transport du riz à partir du sud vers le nord extrêmement difficile.

La France et le Japon réquisitionnent la nourriture des fermiers pour l’alimentation de leurs troupes, tandis que l’administration française désorganisée ne peut pas fournir et distribuer la nourriture. Les approvisionnements alimentaires insatisfaisants causent la famine, dès le début de 1944.

En janvier et février 1945, une partie de la population des provinces maritimes s’affole et entame, dans des conditions désastreuses, une migration vers des provinces où la récolte est censée avoir été meilleure : environ 50 000 personnes périssent durant cet exode. Des camps de migrations accueillent les voyageurs imprudents1.

En mars 1945, Le Japon prend le pouvoir par un coup de force contre les Français et établit un gouvernement dirigé par Trần Trọng Kim. Tandis que ce gouvernement essaie d’alléger la souffrance, le Japon en reste à sa politique de réquisitions de nourriture. Dès le 10 mars, au lendemain de leur prise du pouvoir, les Japonais saisissent toutes les jonques et les convois de riz, s’emparant des stocks de riz de Hanoï, Vinh et Bắc Giang2. Faute de réels moyens alloués au gouvernement vietnamien, la famine continue après mars de ravager le nord du pays. Du fait des bombardements américains, les communications sont presque totalement interrompues entre le Tonkin et la Cochinchine. A Hanoï, des personnes meurent de faim sur les trottoirs. Des épidémies de typhus et de choléra se déclenchent en ville3. En raison de la guerre et de la paralysie du gouvernement, le prix des marchandises essentielles, particulièrement les produits alimentaires, monte en flèche.

Bilan

Il y a aucune donnée exacte concernant le nombre de victimes de la famine, tout particulièrement en ce qui concerne le second trimestre 1945, mais diverses sources évaluent entre 400 000 à 2 millions de victimes de la faim au nord Vietnam pendant cette période.

En mai 1945, le délégué du gouvernement vietnamien à Hanoï a demandé aux provinces du nord de faire un état du nombre de victimes. Vingt provinces rapportent un total de 380 000 personnes mortes de faim, et 20 000 en raison de maladie, 400 000 au total.

En octobre, un rapport d’un fonctionnaire militaire français a estimé les décès à un demi-million. Le Gouverneur Général Jean Decoux a écrit dans ses mémoires, À la barre de l’Indochine, qu’environ un million d’habitants du nord sont morts de faim.

Des historiens vietnamiens évaluent entre 1 et 2 millions le nombre de victimes.

Plus tard, des historiens indiquent 1 million tandis que des personnes ayant vécu dans le nord pendant cette période évoquent le nombre de 2 millions. Hô Chi Minh, dans sa proclamation d’indépendance vis-à-vis de la France le 2 septembre 1945 a également évoqué le nombre de 2 millions.

Le mouvement Việt Minh porte également une part de responsabilité, ayant toléré que des villages restent bien pourvus tandis que d’autres connaissent la pire disette. Entre août et décembre 1945, sous le gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam, proclamé par Hô Chi Minh, plusieurs digues se rompent, faute d’entretien et de main-d’œuvre (la population étant mobilisée), inondant les rizières et aggravant encore la famine au nord du territoire vietnamien4.

Liens externes

  • Images of the famine (in Vietnamese)
  • Famine fed farmers’ fight for freedom (recounting of story with a communist bent)

Notes et références

  1. ↑ a, b et c Jacques Valette, La Guerre d’Indochine, Armand Colin, 1994, page 23
  2. ↑ Jacques Valette, La Guerre d’Indochine, Armand Colin, 1994, page 24
  3. ↑ Jacques Dalloz, La Guerre d’Indochine, Seuil, 1987, pages 65-66
  4. ↑ Jacques Valette, La Guerre d’Indochine, Armand Colin, 1994, pages 23-24

 

 

 http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif

Images rares de la grande famine au Tonkin 1944-45

 [ndlr] Le grand photographe vietnamien Vo An Ninh (1907-2009) a été le témoin direct de la grande famine qui a ravagé une partie du Tonkin l’hiver 1944-1945. Le site Giao Duc.net (Education.net) a mis en ligne le 11 juin 2012 dix neuf clichés rares de cet événement capital qui fit des centaines de milliers de morts (entre 400.000 et deux millions). Un bilan très lourd puisqu’il “représente 10% de la population des provinces touchées en l’espace de cinq mois”, selon Pierre Brocheux, qui souligne qu’il paraît incalculable.

 Famine de 1944-1945 au Viêt Nam nan-doi45-giaoduc.net.vn%20(8)

nan-doi45-giaoduc.net_.vn-1

nan-doi45-giaoduc.net_.vn-6

sources 

wikipedia 

 http://indomemoires.hypotheses.org/816  

http://giaoduc.net.vn/Ban-doc/Tan-mat-xem-19-buc-anh-ve-nan-doi-nam-1945-cua-co-nghe-si-Vo-An-Ninh/177089.gd?i=7  

retour page d’Accueil

retour à la Seconde Guerre Mondiale

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale 

 

 

17 mars 2013

8 décembre 1941 Les Etats-Unis déclarent la guerre au Japon

Classé sous — milguerres @ 15 h 32 min
 retour page d’Accueil 
retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale 

7 décembre Attaque de Pearl Harbor 

Les Etats-Unis et le conflit sino-japonais

Les combats continus en Malaisie entre Japonais et Britanniques 
8 décembre 1941
Les Etats-Unis déclarent la guerre au Japon 

8 décembre 1941 Les Etats-Unis déclarent la guerre au Japon  ussari10
L’USS Arizona brûla durant deux jours après avoir été touché par une bombe japonaise lors de l’attaque de Pearl Harbor.

Au matin du 7(note 3) décembre 1941, les Japonais débarquent en Malaisie, en Thaïlande. Simultanément (à une heure près), le Japon lance une attaque surprise sur la principale base navale américaine dans le Pacifique située à Pearl Harbor dans l’archipel d’Hawaii. L’opération est menée par six porte-avions japonais et met hors de combat huit cuirassés. Malgré ce succès, la victoire japonaise est à relativiser, car, ni les porte-avions américains (aucun n’était présent), ni les infrastructures maritimes (réservoirs de carburant et installations portuaires) ne sont endommagés. De plus, six cuirassés seront renfloués et renvoyés au combat avant la fin de la guerre. Mais, sur le moment, le rapport des forces est clairement en faveur du Japon, qui peut mener ses opérations aéronavales en Asie du Sud-Est sans craindre une intervention américaine.
Au moment de l’attaque, les États-Unis n’étaient officiellement en guerre avec aucun pays dans le mondenote 4. Les membres de l’America First manifestaient avec véhémence pour garder l’Amérique à l’écart du conflit européen. Malgré cela, le président Rooseveltusait de son influence pour faire passer des lois visant à s’opposer à l’expansion de l’Allemagne comme la loi prêt-bail. L’attaque japonaise mit fin à toute opposition à la guerre. Le 8 décembre, les États-Unis déclarent la guerre au Japon bientôt suivis par le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Australie. Le 11 décembre 1941, l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste déclarent la guerre aux États-Unis.
Dans les jours qui suivent l’attaque de Pearl Harbor, le Japon attaque dans toutes les directions. Hong Kong tombe en moins de 17 jours et la bataille se déplace aux Philippines. Dans le même temps, les îles américaines de Guam et de Wake sont bombardées et prises.

sans_t12

Les Occidentaux sont incapables de résister à la poussée japonaise. Les Britanniques disposent d’importantes forces à Singapour et en Malaisie mais les meilleures unités ont été envoyées en Europe ou en Afrique du Nord. En Malaisie, les Japonais progressent rapidement dans des zones jugées infranchissables par les Britanniques et ceux-ci doivent se replier à Singapour. Le HMS Repulse et le fleuron de la Royal Navy, le HMS Prince of Wales, sont coulés en moins de deux heures par les avions japonais le 10 décembre, ce qui laisse Singapour sans cuirassés pour la protéger. La ville est assiégée à la fin du mois de janvier 1942 et doit se rendre le 15 février : 130 000 soldats sont fait prisonniers4.

À la suite de la Déclaration des Nations unies (première utilisation officielle du terme de Nations unies) du 1er janvier 1942, les Alliés forment l’ABDA ou American-British-Dutch-Australian Command qui devient le commandement suprême des forces alliées en Asie du Sud-Est. Sa direction est confiée au Britannique Archibald Wavell. La force ainsi créée est importante mais les unités sont dispersées depuis la Birmanie jusqu’au nord de l’Australie en passant par les Philippines. Elle ne parvient pas à ralentir la progression fulgurante des Japonais qui attaquent Bornéo et ses riches champs pétrolifères, puis Sumatra et Java et leurs vastes ressources naturelles. Dans une tentative désespérée pour enrayer l’invasion de Java, l’ABDA subit une cuisante défaite lors de la bataille de la mer de Java à la fin de février 1942. À la suite de ce désastre, l’ABDA cesse d’exister. Profitant de la disparition de l’aviation alliée, le Japon lance une série de bombardements moralement dévastateurs (mais militairement insignifiants) sur le nord de l’Australie. De plus, les Japonais ont entamé l’invasion des îles Salomon en vue d’isoler l’Australie des États-Unis. Fin mars, les Indes orientales néerlandaises sont tombées aux mains des Japonais.
Les premiers débarquements aux Philippines, alors sous protection américaine, ont lieu dès le 8 décembre. Manille tombe le 2 janvier et les 120 000 soldats philippins et américains se retranchent dans les fortifications de Corregidor et de Bataan. Sur ordre du président Roosevelt, le général Douglas MacArthur quitte Corregidor en direction de l’Australie pour y prendre le contrôle des forces alliées dans la zone. Les derniers défenseurs américains se rendent en mai.
Les assauts japonais en Birmanie forcent les Britanniques à abandonner Rangoon et à se replier jusqu’à la frontière avec l’Inde. Cette avancée japonaise prive Tchang Kaï-chek du ravitaillement allié transitant par la Route de Birmanie. En mars et en avril, une puissante flotte japonaise pénètre dans l’océan Indien et lance une série de raids aériens sur l’île de Ceylan. La flotte britannique envoyée pour l’intercepter ne parvient pas à prendre l’avantage et de nombreux cargos sont coulés ainsi que le porte-avions HMS Hermes. Néanmoins, le débarquement craint par les Britanniques ne se réalise pas et les Japonais ne seront plus jamais en mesure de rééditer une telle opération.
Au printemps 1942, le Japon a achevé la plus grande partie de ses objectifs initiaux. Il s’est emparé de territoires immenses et de richesses considérables au prix de pertes assez légères. En revanche, le moral des Alliés est au plus bas du fait des défaites successives et des importantes pertes. Le haut-commandement japonais s’attend donc à pouvoir entamer des négociations de paix. Cependant, la résistance des Australiens et des Néerlandais au Timor et surtout l’audacieux raid de Doolittle qui, le 18 avril, parvient à larguer quelques bombes sur le Japon montrent que les Alliés ne sont pas décidés à se rendre. Le raid de Doolittle, bien qu’insignifiant du point de vue militaire, montre que le Japon n’est pas à l’abri. Jusqu’alors, les stratèges hésitaient entre attaquer l’Australie au sud ou vers l’est en direction d’Hawaï. Le raid convainc les Japonais d’étendre leur zone de contrôle vers l’est.

large_10
Explosion sur le Lexington lors de la bataille de la mer de corail.

Pour étendre leur zone de contrôle, les Japonais continuent leurs opérations dans le sud. Depuis l’île de Rabaul conquise dès janvier, ceux-ci planifient l’attaque de Port Moresby en Nouvelle-Guinée et des Îles Salomon pour en faire des base d’opérations avancée en vue d’isoler l’Australie des États-Unis. Cependant, les cryptanalystes américains sont parvenus à casser les codes secrets japonais et forment une flotte de combat menée par deux porte-avions, le Lexington et le Yorktown sous le commandement de l’amiral Frank J. Fletcher. En face, les Japonais alignent deux porte-avions lourds le Zuikaku et le Shokaku ainsi que le porte-avions léger Shoho sous le commandement de l’amiral Takeo Takagi.
La bataille de la mer de corail qui s’ensuit est la première bataille navale où les deux flottes ne se sont jamais aperçues et où seuls les avions furent utilisés pour attaquer les forces adverses. Les Américains perdent le Lexington et le Yorktown est gravement endommagé tandis que les Japonais déplorent la perte du Shoho et du Shokaku endommagé. Les pertes sont équivalentes et les deux camps revendiquent la victoire. Cependant, l’invasion de Port Moresby est repoussée et alors que le Yorktown sera rapidement réparé et pourra participer à la Bataille de Midway, les deux groupes aéronavals japonais ne seront pas reconstitués à temps. Cependant, les Japonais disposent de huit porte-avions contre seulement trois pour les Américains et les équipages et les pilotes de ceux-ci sont bien plus expérimentés.
Pour anéantir la flotte américaine et en particulier ses porte-avions, l’amiral Isoroku Yamamoto planifie une opération contre l’atoll de Midway. Une attaque de diversion sera menée en direction des Îles Aléoutiennes tandis que le gros de la flotte et ses quatre porte-avions lourds l’Akagi, le Soryu, le Kaga et le Hiryu approchera de Midway en vue d’y organiser un débarquement. L’île abritera ensuite une importante base aérienne offrant au Japon, le contrôle du Pacifique central. Mais encore une fois, les messages secrets japonais sont décodés et l’amiral Chester Nimitz rassemble ses trois derniers porte-avions l’Enterprise, le Hornet et le Yorktown hâtivement réparé des dégâts subis lors de la bataille de la mer de corail et les place en embuscade de la flotte japonaise.
Comme prévu, la flotte japonaise arrive à proximité de Midway au matin du 4 juin. L’amiral Chūichi Nagumo ordonne le bombardement aérien de l’île. L’aviation américaine présente sur l’île est détruite tandis que la flotte japonaise n’est pas touchée. En revanche, la flotte américaine est repérée par les avions de reconnaissance et surprend Nagumo qui hésite sur la marche à suivre. Les premiers assauts américains sont facilement repoussés mais une escadrille de Dauntless surprend les Japonais au pire moment et en quelques minutes, l’Akagi, le Soryu et le Kaga sont mortellement touchés. Les appareils de l’Hiryu coulent le Yorktown mais le dernier porte-avions japonais est détruit à son tour. La flotte japonaise est anéantie et contrairement aux États-Unis, le Japon est incapable de remplacer ses unités perdues. La bataille de Midway est le tournant de la guerre dans le Pacifique car elle arrête définitivement l’expansion japonaise.

marine10
Marines américains se reposant lors de la bataille de Guadalcanal, novembre 1942

Le triomphe de Midway modifie considérablement la stratégie américaine. La priorité étant au théâtre d’opération européen, la tactique américaine dans le Pacifique était de contenir le Japon. Ainsi aucune offensive n’était prévue avant 1943. Plutôt que d’attaquer Rabaul très bien défendue, les Américains décident de reprendre les îles Salomon. Le 7 août, ils débarquent sur l’île de Guadalcanal mais la flotte américaine est mise en pièces à la bataille de l’île de Savo. Une véritable guerre d’usure commence alors lorsque les Japonais décident d’envoyer des renforts sur l’île. La bataille sur terre se déroule dans des conditions épouvantables au cœur d’une jungle épaisse. Sur mer, la confrontation est tout aussi violente, les batailles des Salomon orientales et des îles Santa Cruz entrainent de lourdes pertes dans les deux camps. Les Japonais défendent l’île avec acharnement mais leur logistique est incapable de les soutenir et ils doivent évacuer l’île en janvier 1943. C’est durant cette bataille qu’apparaît le Tokyo Express, surnom donné par les Américains aux destroyers japonais qui ravitaillaient les unités japonaises durant la nuit.
Dans le même temps, les Japonais, qui n’avaient pas réussi à débarquer à Port Moresby tentent de prendre la ville en traversant l’île le long de la piste Kokoda. La piste serpente dans des territoires presque inexplorés dans un climat et un relief extrême. L’offensive japonaise progresse difficilement au cours de l’été mais se révèle incapable d’atteindre la côte.

780px-10
Évolution de 1943 à 1945

1943

Au début de l’année 1943, le Japon, bien que blessé, dispose encore d’un vaste empire gorgé de richesses. Cependant, les faiblesses japonaises deviennent de plus en plus patentes. L’industrie japonaise est incapable de remplacer les appareils, les porte-avions et surtout les pilotes perdus en 1942. Elle n’a d’autre choix que de reconvertir des coques de cuirassés, rendus obsolètes par l’aviation, en porte-avions avec tous les inconvénients que cela implique. Dans le même temps, l’industrie américaine tourne à plein régime et même si elle doit approvisionner deux théâtres d’opérations, elle fournit la classe de porte-avions Essex bien supérieure à ce que peuvent réaliser les japonais. De même, les nouveaux chasseurs américains comme le Corsair ou le Hellcat utilisés avec les bonnes tactiques de combat aérien vont balayer l’aviation japonaise composée d’appareils bien trop mal protégés et armés comme le Zero. Le 14 avril 1943, le commandant en chef de l’armée japonaise, l’amiral Isoroku Yamamoto est tué lorsque son appareil est abattu par des chasseurs américains. Le Japon perd ainsi son meilleur officier supérieur.
Pour dégager définitivement l’Australie de la menace japonaise, l’amiral Nimitz planifie l’opération Cartwheel dont l’objectif est la reconquête des îles Salomon pour isoler la puissante base de Rabaul. La progression américaine est très lente du fait de la résistance fanatique des Japonais qui défendent chaque île jusqu’au dernier homme, de la rudesse du climat et du relief et de l’étirement des lignes de communication et de ravitaillement. L’île de Nouvelle-Géorgie tombe le 25 août 1943 mais les combats sur Bougainville dureront jusqu’à la capitulation japonaise. Néanmoins, Rabaul est isolé et la garnison de 100 000 hommes y restera jusqu’à la fin de la guerre car les Américains n’ont aucune intention de prendre la ville désormais inoffensive. Dans le même temps, les îles Aléoutiennes occupées par les Japonais depuis avril 1942 sont libérées durant l’été 1943.
Les Américains hésitent à présent entre deux stratégies pour se rapprocher du Japon et le contraindre à se rendre. L’amiral Chester Nimitz plaide pour une avancée à travers la Micronésie en capturant successivement les îles Gilbert, Marshall, Carolines, Mariannes et Bonin, dernière étape avant le Japon. De l’autre côté, le général Douglas MacArthur veut passer par le nord de la Nouvelle-Guinée, les Moluques puis les Philippines. Les planificateurs américains se prononcent en faveur de Nimitz, mais la puissance américaine est telle que les deux routes seront empruntées simultanément. En novembre, la reconquête des îles Gilbert commence, mais la résistance japonaise est féroce. Pour prendre le minuscule atoll de Tarawa, 1 000 soldats américains sont tués et seuls 16 soldats japonais sont faits prisonniers sur une garnison de 4 200 hommes. Ces pertes scandalisent l’opinion publique américaine mais la bataille permit de perfectionner les tactiques de débarquement.

nassau10
Soldats australiens et américains débarquant en Nouvelle-Guinée, juillet 1943

Sur le front de Birmanie, les Japonais sont arrivés aux portes de l’Inde mais sont bloqués sur les contreforts des Naga Hills. Le ravitaillement n’arrive que très lentement malgré la sanglante construction de la voie ferrée Siam-Birmanie. De plus, la destruction de la flotte japonaise à Midway rend impossible tout soutien aéronaval à l’avancée japonaise. La situation des Britanniques n’est pas pour autant favorable. Gandhi lance son mouvement Quit India et des émeutes paralysent les réseaux de transports et nécessitent une forte présence britannique. De plus, ce front est jugé secondaire par rapport à l’Europe et les unités indiennes sont envoyés en Afrique du Nord. Malgré tout, les Britanniques lancent des offensives de petite envergure dans le nord de la Birmanie avec peu de succès. Dans le même temps, ils mettent en place des unités de commandos parfaitement entrainés au combat dans la jungle, les Chindits, pour harceler les arrières japonais. Si les résultats militaires sont discutables, l’action a un effet considérable sur le moral des soldats. Finalement le retour de la mousson au milieu de l’été met fin aux opérations militaires. Une combinaison de facteurs militaires, administratifs et naturels provoquent une immense famine au Bengale qui fera plus de deux millions de morts.

En Chine, le conflit est bloqué depuis 1938. Quelques affrontements majeurs ont lieu comme à Changsha, dans le Hubei et à Changde mais aucun n’est décisif. De manière générale, les hostilités sont rares du fait de nombreux accords, tacites ou officieux, entre Japonais et Chinois. Néanmoins, l’occupation japonaise se traduit par de très nombreuses exactions comme lors de l’application de la Politique des Trois Tout en 1942. Pour ravitailler la Chine, le général américain Joseph Stilwell met en place un pont aérien entre l’Assam en Inde et Kunming en Chine. La route surnommée The Hump (la bosse) par les aviateurs franchit l’Himalaya et permit de transférer plus de 600 000 tonnes de matériel avant la fin de la guerre.
En novembre 1943, le Japon organise la conférence de la Grande Asie orientale dont l’objectif est la réorganisation de l’Asie avec la création de gouvernements locaux alliés du Japon. Bien que cette conférence ait avant tout eu un rôle de propagande, elle montre également une évolution dans la pensée des dirigeants japonais. Voyant les défaites s’accumuler, ils considèrent que des relations basées sur la coopération plutôt que sur l’asservissement seraient plus efficaces pour fédérer les peuples asiatiques contre les colonisateurs européens. Cependant, cette conception entre en contradiction avec la volonté du quartier général impérial5. De plus, cette évolution arrive trop tard pour influer sur le cours de la guerre.

1944

L’un des paradoxes les plus flagrants dans la stratégie japonaise est la faiblesse de sa logistique. Le Japon est un état insulaire avec peu de ressources naturelles, qui dépend énormément des importations en ce qui concerne le pétrole ou les produits alimentaires. La doctrine japonaise purement offensive ne cadrait pas avec l’activité purement défensive de l’escorte de convois. Ainsi, le Japon se lança dans la construction de monstres cuirassés comme le Yamato tout en négligeant la construction d’escorteurs indispensables pour rapatrier en sécurité les matières premières en métropole. Le résultat fut désastreux, car les antiques destroyers japonais ne purent lutter contre les sous-marins américains, qui coulèrent 90 % de la flotte de commerce japonaise. Les sous-marins américains ont réussi là où les U-Boote allemands ont échoué : asphyxier un pays. Au printemps 1944, la flotte japonaise est ainsi redéployée à Bornéo à proximité des puits de pétrole, mais l’île est dépourvue des infrastructures nécessaires à l’entretien d’une telle marine de guerre.

Contournant Rabaul, les Américains prennent les îles de l’Amirauté. Parallèlement, les troupes de MacArthur remontent lentement la côte nord de la Nouvelle-Guinée et entrent dans les anciennes colonies hollandaises en débarquant à Aitape et à Hollandia en avril 1944. La reconquête des îles Marshall montre que les leçons de Tarawa ont été tirées car les pertes sont bien plus faibles malgré la plus forte garnison japonaise. De leur côté, les Japonais réalisent que les défenses placées immédiatement sur le littoral sont trop vulnérables aux bombardements côtiers et lors des batailles suivantes, la défense en profondeur sera bien plus difficile à percer. Dans les Marshall, les Américains appliquent la stratégie du saute-mouton. Les îles principales sont capturées pour y installer une base aérienne qui interdit la zone aux Japonais et condamne les garnisons situées sur les îles alentour à pourrir sur place.

Une fois les Mariannes et les Carolines prises, l’attention américaine se tourne vers les îles Mariannes. Celles-ci se trouvent à moins de 2 500 km des côtes japonaises, ce qui en fait une base parfaite pour les bombardiers lourds B-29 venant tout juste d’entrer en service. Saipan est la première île à tomber le 9 juillet 1944 après un mois de combat. La chute de Saipan entraine la démission du gouvernement de Hideki Tōjō et affaiblit la position des militaires. Suite à la perte de Saipan, la marine japonaise organise une opération navale avec une importante flotte composée de neuf porte-avions et des plus puissants cuirassés au monde, le Yamato et le Musashi. Cependant, la flotte américaine possède 15 porte-avions dont l’aviation embarquée est largement supérieure à celle des Japonais. Avant même le début de la bataille de la mer des Philippines, deux porte-avions japonais sont envoyés par le fond par des sous-marins américains. Le sort des armes fut tellement à sens unique que les pilotes américains surnommèrent cette bataille The Great Marianas Turkey Shoot (le grand tir aux pigeons des Mariannes). Les pertes ne pourront jamais être remplacées et par la suite les porte-avions japonais ne seront plus utilisés que comme appât ou pour faire diversion. Libérés de la menace japonaise, les Américains envahissent Tinian et y implantent la plus grande base aérienne au monde ; à la fin de la guerre, elle accueille près de mille bombardiers et 50 000 personnels au sol. Guam est également libéré en août. En septembre, les marines débarquent à Peleliu. Les Japonais y appliquent la nouvelle tactique de défense en profondeur ce qui entraine plus de deux mois de combats acharnés. Le tiers des soldats américains est mis hors de combat (morts ou blessé), tandis que la garnison japonaise est annihilée.

Au sud, après une étape dans les Moluques, MacArthur approche des Philippines. Leur prise couperait le Japon de ses conquêtes les plus importantes en Indonésie et en Malaisie. Néanmoins, Nimitz milite pour une attaque de Formose qui permettrait également de couper les voies maritimes entre le Japon et ses possessions mais en ferait une base avancée à moins de trois heures du Japon et de la Chine. Mais, le bouillant MacArthur fait appel à des considérations politiques. Les Philippines étaient un protectorat américain et MacArthur veut respecter la promesse qu’il s’était faite de revenir en quittant précipitamment l’archipel deux ans plus tôt. L’état-major américain décide frapper au cœur des Philippines et organise un immense débarquement sur l’île de Leyte dont l’envergure dépasse celle du débarquement de Normandie. Pour contrer cette attaque, les Japonais tentent d’éloigner le gros de la flotte américaine en l’appâtant avec ses derniers porte-avions dépourvus du moindre appareil pour qu’une seconde flotte de cuirassés détruise la flottille de débarquement laissée sans protection. Le commandant américain William F. Halsey tombe dans le piège, mais les Japonais ne parviennent pas à exploiter leur supériorité et doivent se replier. La bataille du golfe de Leyte, la plus grande bataille navale de l’histoire, se solde par la destruction de la moitié du tonnage engagé du côté japonais et la perte des derniers porte-avions. La première attaque suicide des kamikazes a lieu lors de cette bataille. Les pertes causées par les 2 500 kamikazes qui s’abattront sur les navires alliés jusqu’à la fin de la guerre seront très rapidement compensées par la puissante industrie américaine, d’autant plus que, l’effet de surprise passé, les attaques réussies sur les grands navires se font plus rares. D’un point de vue strictement militaire, les résultats sont meilleurs que si le pilote avait la moindre chance de s’en sortir mais les attaques horrifient les marins américains qui commencent à se demander quel sera le prix de la conquête du Japon.

800px-12
Le Bunker Hill vient d’être touché par deux kamikazes le 11 mai 1945

En novembre, le président Roosevelt est réélu pour un quatrième mandat sans grande surprise compte-tenu de la guerre. Après la prise de Leyte, les Américains débarquent à Mindoro et sur l’île principale de Luçon et approchent de la capitale Manille.
Sur le front birman, les Japonais déclenchent une vaste offensive en janvier 1944. L’attaque s’épuise rapidement du fait de l’étirement excessif des lignes de ravitaillement. Lors des batailles d’Imphal et de Kohima, les unités japonaises épuisées sont violemment repoussées et doivent se retirer au début de l’été. À la fin de l’année, le nord de la Birmanie est libéré, dont la ville stratégique de Myitkyina. La route de Birmanie est rouverte au début de l’année 1945.
En Chine, l’année est marquée par l’opération Ichi-Go qui permet aux Japonais de s’emparer de vastes portions de territoires en Chine centrale et méridionale. Les forces chinoises s’effondrent face à la plus grande offensive en Chine depuis plusieurs années. L’un des objectifs japonais était la destruction des bases aériennes qui, au début de l’année, étaient les seules suffisamment proches du Japon. Cependant, les Américains abandonnent leurs bases en Chine trop difficiles à approvisionner et se redéploient dans les îles Mariannes tout juste conquises et encore plus proches du Japon.

1945

Au début de l’année, les possessions japonaises restaient impressionnantes et les riches régions de Malaisie et d’Indonésie lui appartiennent toujours. Cependant, le pays est à genoux, sa marine de guerre est à l’agonie après la perte de ses porte-avions. L’aviation japonaise invincible au début de la guerre n’est plus que l’ombre d’elle-même, ses appareils dépassés emmenés par des pilotes inexpérimentés n’ont d’autre utilité que comme kamikazes. Les bombardiers américains B-29 basés aux Mariannes commencent à anéantir les villes et les industries japonaises sans rencontrer de véritable opposition.

Aux Philippines, le général Tomoyuki Yamashita veut abandonner Manille qu’il juge indéfendable mais le contre-amiral Iwabuchi Sanji refuse et se retranche dans la ville avec 15 000 hommes. La bataille de Manille dure tout le mois de février et cause la mort de près de 100 000 civils, la plupart massacrés par les Japonais. Les débris des unités japonaises se dispersent dans les jungles où ils mènent une guerre de guérilla contre les Américains et les Philippins. La reconquête des Philippines ne s’achèvera qu’avec la capitulation japonaise. 96 % des 350 000 soldats japonais dans l’archipel sont tués.
La libération de Bornéo est la dernière campagne d’envergure sur le théâtre du Pacifique. Les forces, principalement australiennes, débarquent au nord et à l’est de l’île en mai. Critiquée après la guerre car considérée comme inutile, la prise de Bornéo prive le Japon d’importantes ressources en pétrole et isole un peu plus ses possessions en Indonésie et en Malaisie.
En Birmanie, les Britanniques poursuivent leur progression le long de l’Irrawaddy et Mandalay tombe le 27 mars. Le chef de l’État fantoche de Birmanie, Ba Maw, se retourne contre les Japonais dont les lignes craquent de partout. Rangoon est finalement prise en mai 1945. Une opération est envisagée pour reprendre la Malaisie, mais la capitulation japonaise arrive avant sa mise en application.

b-29_b10
B-29 larguant leurs bombes au dessus de Tokyo au début de l’année 1945

Pendant que MacArthur reconquiert les Philippines, la marine américaine poursuit sa route des atolls. La prise d’Iwo Jima à mi-chemin entre les Mariannes et le Japon permettrait de recueillir les appareils endommagés et de doter les escadrilles de bombardement d’une escorte qui leur fait défaut. La bataille d’Iwo Jima commence le 19 février, mais il faut plus d’un mois aux Américains pour nettoyer l’île de 21 km2 de sa garnison de 21 000 hommes. Après la prise d’Iwo Jima, le chemin du Japon passe obligatoirement par Okinawa qui pourra servir de base de départ pour un débarquement amphibie sur les îles principales.
L’invasion d’Okinawa, le 1er avril (dimanche de Pâques), surpasse toutes les opérations antérieures dans le Pacifique. La flotte américaine de 17 porte-avions reçoit le renfort des quatre porte-avions britanniques que la destruction de la flotte allemande a permis de libérer. Les Japonais envoient près d’un millier de kamikazes tout au long de la bataille. Plusieurs porte-avions sont endommagés et quelques navires plus petits sont coulés, mais la flotte américaine reste intacte. L’opération Ten-Gō lancée le 7 avril est une opération suicide qui entraîne la perte du Yamato, le plus grand cuirassé de l’histoire, qui succombe sous les coups de l’aéronavale américaine. Après cette bataille la flotte japonaise a purement cessé d’exister tout comme l’aviation qui perd 7 800 appareils lors de la prise des Îles Ryūkyū. Dans le même temps, la conquête d’Okinawa se poursuit dans un bain de sang. Le 21 juin 1945, 200 000 Japonais dont une moitié de civils sont morts.

La prise d’Okinawa et d’Iwo Jima a coûté la vie à plus de 25 000 Américains et le Japon ne semble toujours pas prêt à se rendre. Les stratèges sont donc forcés de planifier l’invasion des îles principales de l’archipel japonais. L’opération Downfall comportera deux débarquements d’une ampleur jamais vue, l’un en octobre sur Kyūshū et l’autre au printemps 1946 sur Honshū avec des pertes estimées, selon l’évaluation la plus pessimiste, à près de 800 000 morts chez les Américains et plus de 10 millions chez les Japonais[réf. nécessaire]. Le nouveau président Harry Truman (Roosevelt est mort le 15 avril) refuse de sacrifier autant de soldats pour une guerre virtuellement gagnée.
En effet, la prise des Mariannes et l’installation d’une immense base aérienne à Tinian puis la prise d’Iwo Jima permettent aux Américains de mener des opérations de bombardement stratégique particulièrement destructrices. À partir du printemps 1945, l’usage à grande échelle des B-29 et des bombes incendiaires font des ravages dans les villes japonaises à forte densité de population et aux habitations de bois. De plus, à la différence de l’Allemagne, le Japon n’était pas préparé à être bombardé. Les abris sont rares, la défense anti-aérienne et les chasseurs japonais sont incapables de protéger les villes. Le résultat est désastreux, dans la nuit du 9 au 10 mars, le bombardement de Tokyo tue 100 000 personnes. La ville brûle pendant trois semaines. À la fin de la guerre, 500 000 Japonais ont été tués et 5 millions sont sans logement à cause des bombardements qui ont détruit 40 % des zones urbaines du pays. De plus, la flotte étant détruite, les cuirassés américains participent à la destruction des villes côtières. Lors de l’opération Famine, les voies navigables et les côtes sont minées empêchant le transport de fret provoquant un début de famine. Pour aggraver la situation, l’URSS a dénoncé le 2 avril le pacte de neutralité entre les deux pays présageant d’une prochaine entrée en guerre.

Lors de la conférence de Potsdam en juillet 1945, les Alliés demandent la capitulation sans conditions du Japon qui devra abandonner toutes ses conquêtes depuis 1895, désarmer ses unités militaires et accepter une occupation militaire. La réception de cette déclaration divise le gouvernement japonais entre les civils prêts à l’accepter et les militaires qui pensent que l’Amérique offrira des conditions plus favorables pour éviter un sanglant débarquement au Japon. Le 28 juillet, le premier ministre Kantarō Suzuki utilise le terme ambigu de mokusatsu pour qualifier l’ultimatum et cherche une voie diplomatique avec les Soviétiques. Les Américains considèrent cette réponse comme un refus. Le président Truman décide alors d’utiliser une arme révolutionnaire dont le test vient de réussir au Nouveau-Mexique. Les 6 et 9 août, les villes d’Hiroshima et de Nagasaki subissent les premiers bombardements nucléaires qui font 150 000 morts. Le 8 août, l’URSS déclare la guerre au Japon et pulvérise les unités japonaises de Mandchourie. Malgré le double choc des bombardements atomiques et de l’attaque soviétique, une partie des militaires continue de refuser la capitulation. L’empereur Hirohito demande la tenue d’une conférence dans la nuit du 9 au 10 août dans laquelle il accepte les conditions imposées par les Alliés à condition que la monarchie soit maintenue. Les Américains acceptent et le 14 août, l’empereur s’adresse à la nation pour signifier la fin de la guerre. La cérémonie officielle a lieu sur le pont du cuirassé Missouri dans la baie de Tokyo le 2 septembre 1945.
Les actes de capitulation furent officiellement signés le 2 septembre.
À cette date, les forces armées japonaises comptabilisaient 6 983 000 militaires dont 5 525 000 dans l’armée de terre sans compter les milices et le personnel civil tandis que les pertes militaires furent estimées à 1 402 153 militaires signalés morts ou disparus en action ; en août 1948, 76 960 militaires étaient encore signalés comme disparus et, à quelques exceptions près, présumés morts6.

nagasa10
Champignon nucléaire au dessus de Nagasaki, 9 août 1945

800px-13
MacArthur signe les Actes de capitulation du Japon le 2 septembre 1945

459px-10
Parade militaire américaine à proximité du palais impérial, 9 mars 1946

Conséquences

La guerre dans le Pacifique eut des conséquences importantes et durables. La première est la destruction de la puissance militaire et économique du Japon. Ce dernier perd toutes ses conquêtes depuis 1895 et ne conserve que les îles de l’archipel japonais. Le pays est militairement occupé et mis sous tutelle et Douglas MacArthur devient gouverneur militaire du Japon. Il doit assurer la direction d’un pays exsangue après huit ans de guerre, relancer l’économie, rapatrier les millions de Japonais d’Asie ainsi que démocratiser et démilitariser la société. L’Armée impériale japonaise est dissoute et la constitution de 1947 précise que le pays renonce définitivement à la guerre. Cependant, la guerre froide et la guerre de Corée poussera le Japon à se doter d’une force d’autodéfense. Le Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient, équivalent du Tribunal de Nuremberg pour l’Europe est chargé de juger les crimes de guerre du Japon Shōwa mais plusieurs personnalités dont l’empereur Hirohito ou les scientifiques de la sinistre unité 731 ne seront pas inquiétés. Le complexe militaro-industriel japonais est démantelé et les Américains libéralisent l’économie en réformant les Zaibatsu autrefois contrôlés par l’état. Une réforme agraire est lancée mais elle ne peut empêcher la malnutrition qui sévit en 1945-1946.
La société japonaise est bouleversée par l’occupation. Elle doit absorber les centaines de milliers de rapatriés des anciennes colonies. Le droit de vote est accordé aux femmes, la liberté de la presse est instaurée, la police politique (Tokkō) et la noblesse japonaise (à l’exception de la famille impériale) sont abolies. L’arrivée de la culture occidentale dans un pays autrefois fermé et aux traditions bien ancrées provoque un profond choc culturel qui se traduit par des changements dans l’habillement, l’alimentation ou la musique. L’occupation prend fin en 1952 et le pays entame une période de croissance spectaculaire connue sous le nom de miracle économique japonais.
L’autre conséquence majeure de la guerre dans le Pacifique est l’affaiblissement des puissances coloniales. En 1939, toute l’Asie, à l’exception de la Chine, de la Thaïlande et bien sûr du Japon est colonisée. Les victoires japonaises mettent à mal l’image d’invincibilité des puissances européennes. De plus, les Japonais s’étaient appuyés sur les mouvements nationalistes en Inde ou en Birmanie pour mieux contrôler l’exploitation des richesses des territoires conquis. D’un autre côté, les mouvements indépendantistes comme le Việt Minh en Indochine firent leurs premières armes, politiquement parlant, contre l’occupant japonais (il n’y eut cependant pas de combats et les Japonais tentèrent une dernière manœuvre en octroyant l’indépendance au Viet Minh). Les idées révolutionnaires et indépendantistes rendirent impossible la reprise en main des anciennes colonies par les Européens à la fin de la guerre. Si la transition vers l’indépendance se fit sans grande violence du côté britannique en Malaisie et en Inde, elle se transforma en guerre en Indochine et en Indonésie.
En Chine, la fin de la guerre et de la menace japonaise met fin à la fragile trêve entre les nationalistes et les communistes. Ces derniers ont considérablement accru leur force durant la guerre et contrôlent maintenant une grande partie du nord-est de la Chine. Soutenus par l’Union soviétique et profitant de l’importante quantité de matériels abandonnés par les Japonais, les communistes reprennent l’offensive en mars 1946. Les tactiques de guérilla épuisent les nationalistes approvisionnés par les États-Unis. Tchang Kaï-chek remporte plusieurs succès mais les défections se multiplient et la corruption galopante décourage les alliés américains. À la suite de plusieurs défaites en 1948, les communistes s’emparent de Pékin et progressent rapidement dans le centre du pays. Le 1er octobre 1949, Mao Zedong proclame la République populaire de Chine tandis que les nationalistes se réfugient sur l’île de Taïwan.
L’Invasion soviétique de la Mandchourie entraine la division de la Corée, colonie japonaise depuis 1910, en deux zones d’influence, soviétique au nord et américaine au sud. La montée des tensions entre les deux superpuissances entraine la création de deux états idéologiquement opposés. La guerre de Corée qui s’ensuit provoque la mort de 3 millions de personnes et la partition définitive de la péninsule entre la Corée du Sud et la Corée du Nord.
Le statut des îles Kouriles occupées par l’Union soviétique en 1945 reste un sujet de friction entre le Japon et la Russie.

NOTES
3↑ Bien que déclenchées à des dates différentes, les attaques sont simultanées (à une heure près) car elles ont lieu de part et d’autre de la ligne de changement de date
4↑ Le soutien américain à la Grande-Bretagne se traduit par la mise en place de convois pour protéger le ravitaillement avec le Royaume-Uni. Des accrochages ont alors lieu entre les destroyers américains et les sous-marins allemands.

SOURCE WIKIPEDIA

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

15 janvier 2013

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

Classé sous — milguerres @ 23 h 16 min

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale 

1933 /1945

 

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1933

  • Début des lois anti-juifs en Allemagne avec le boycott des magasins juifs.
  • 30 janvier Hitler est nommé chancelier du 3 ème Reich par le président Hindenburg.
  • 28 février Incendie du Reichstag. Hitler accuse les communistes et fait interdire le parti communiste allemand (KPD).
  • 23 mars Hitler se fait accorder les pleins pouvoirs par le parlement.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1934

  • 30 juin Nuit des longs coûteaux où les S.A. (Section d’Assaut La Sturmabteilung) sont asssassinés par les S.S. (Sections Spéciales).
  • 2 août Suite au décès du président Hindenburg, Hitler se proclame Reichsführer, chef suprême de l’Allemagne.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1935

  • Les lois de Nuremberg ôtent la citoyenneté allemande aux juifs et leur interdisant tout contact sexuel avec les allemands de race pure, dite Aryenne.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1936

  • 7 mars  Remilitarisation de la Rhénanie.
  • Novembre L’axe Rome-Berlin unissant l’Allemagne et l’Italie est proclamé.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1937

  • Avril Bombardement de Guernica (Espagne) par l’armée Franco aidée de la flotte aérienne allemande (Luftwaffe). Ce bombardement est un vol d’essai pour l’armée aérienne neuve de l’Allemagne nazie.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1938

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1939

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1940

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1941

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1942

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1943

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1944

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1945

 

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 

 

Ostduvalderoost |
Nikeairjordan99 |
Donsipeny |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cercle Généalogique de la D...
| Nikefrair
| Soldeburberryk