Milguerres

  • Accueil
  • > Recherche : gamelin darlan

22 février 2013

Massilia : départ « Vichy » arrivée Casablanca

Classé sous — milguerres @ 23 h 28 min

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

Massilia : départ « gouvernement de Vichy » arrivée Casablanca 

Massilia : départ

Le Massilia aquebot de ligne de la Compagnie de navigation Sud-Atlantique, lancé en 1914  est célèbre pour avoir été réquisitionné en pleine débâcle en 1940 pour permettre à des membres du gouvernement et 27 parlementaires de quitter la France pour se réfugier en Afrique du Nord.

Il est ensuite transformé en transport de troupes, et finit coulé en 1944 par l’armée allemande pour bloquer le port de Marseille.

En 1940, le Massilia est réquisitionné par le gouvernement Paul Reynaud replié en juin 1940 à Bordeaux en raison de la déroute de l’Armée française, afin de permettre à des hommes politiques (dont 27 parlementaires) de quitter la France avec l’intention de constituer un nouveau gouvernement en exil qui abandonnerait à l’Allemagne les territoires de métropole afin de mieux reprendre l’offensive militaire à partir des départements d’Afrique du Nord.

Le départ a été organisé par Édouard Barthe, questeur de la Chambre.

Parmi les passagers les plus connus :

  • Édouard Daladier, ancien ministre de la Guerre et ancien Président du Conseil ;
  • Georges Mandel, ancien ministre de l’Intérieur ;
  • Pierre Mendès France, ancien sous-secrétaire d’État au Trésor, lieutenant d’aviation ;
  • Jean Zay, ancien ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, sous-lieutenant.

Plusieurs députés font défection au moment du départ, comme Édouard Herriot, Louis Marin ou Gratien Candace.

Embarqués du port du Verdon en aval de Bordeaux, le Massilia appareille le 21 juin 19402,3, soit quatre jours après la formation du gouvernement Pétain et la veille de la signature de l’armistice. Il arrive à Casablanca le 24 juin4.

À leur arrivée, une foule hostile les attend sur les quais et les passagers sont consignés pour les protéger dans un grand hôtel de Casablanca par le Résident général Noguès, mais pour Raymond Forni c’est suite à un contre-ordre de l’amiral Darlan5. Ceux qui étaient considérés comme mobilisés en tant qu’officiers, Pierre Mendès France, Pierre Viénot, Alex Wiltzer et Jean Zay, sont arrêtés le 31 août 1940 à Casablanca, rapatriés en métropole et traduits devant le Tribunal militaire de Clermont-Ferrand pour « désertion devant l’ennemi » et trois d’entre eux condamnés le 4 octobre 1940 à des peines de prison et à dix ans de privation de droits civils. D’autres, comme Édouard Daladier et Georges Mandel, sont accusés d’être responsables de la défaite et jugés avec d’autres officiers comme le général Maurice Gamelin au cours du Procès de Riom. Ces décisions ont été annulées en 1946.

Le 18 juillet 1940, les vingt-deux autres parlementaires étaient autorisés à regagner la France, soit sept jours après le vote des pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain par l’Assemblée nationale (c’est-à-dire la réunion du Sénat et de la Chambre des députés). Les parlementaires embarqués étaient quasiment tous de gauche ou de centre-gauche, dont des personnalités de premier ordre, qui se sont trouvées de ce fait absentes des débats.

Le Massilia sert ensuite de transport de troupes entre le France et l’Afrique du Nord. En 1944, il est pris et coulé par les Allemands1.

 

Liste des passagers (établie par une dépêche de José-Felix de Léqueria, ambassadeur d’Espagne)
  • Jacqueline Bardin, sculptrice (1906-)
  • Paul Bastid (Cantal, radical-socialiste), et sa femme Suzanne Basdevant
  • Jean-Pierre Berger, officier de l’armée de l’air
  • Jean-Charles Bloch (1921-)
  • Béatrice Bretty (1893-1982), comédienne
  • Marcel Brout député (Seine, Union populaire française)
  • Julien Cain (1887-1974), administrateur de la Bibliothèque nationale
  • César Campinchi, député (Corse, radical-socialiste), ancien ministre de la Marine, et sa femme Hélène Landry, magistrate
  • Camille Catalan député (Gers, radical-socialiste)
  • Nine Choucroun, maîtresse de recherches au CNRS
  • Madame veuve Fernand Crémieux (1857-1928)
  • Suzanne Crémieux (Parti radical-socialiste,cabinet de Marc Rucart, ministre de la santé)
  • Marie-Lou de Crussol née Béziers (femme d’Emmanuel de Crussol d’Uzès (1902-1952)6
  • Édouard Daladier député (Vaucluse, radical-socialiste)
  • Gabriel Delattre député (Ardennes, radical-socialiste)
  • Yvon Delbos député (Dordogne, radical-socialiste)
  • Général Delphin, commandant militaire de la Chambre des députés
  • Roger Deleplanque, journaliste, directeur politique du journal Le Petit Bleu
  • Joseph Denais député (Seine, Fédération républicaine)
  • Marius Dubois député (Oran, SFIO)
  • Jean Dufay, astronome
  • André Dupont député (Eure, SFIO)
  • Léandre Dupré, médecin hygiéniste (1900-), député (Pas-de-Calais, SFIO)
  • Galandou Diouf (Sénégal, Gauche indépendante)
  • Adrien Faur, huissier de la chambre des députés (1892-)
  • Louis Gagniard, professeur à la faculté de Strasbourg
  • Bernard de La Groudière député (Manche, Fédération républicaine)
  • Salomon Grumbach député (Tarn, SFIO)
  • Jean-Marie Guastavino député (Alger, radical-socialiste)
  • Joseph Gutzeju, attaché parlementaire (1901-)
  • Nam Haguenauer, chargé de mission au ministère des Postes et Télécommunications (1894-)
  • Suzanne Horn, aviatrice (1911-)
  • Maurice Hubert, fonctionnaire (1909-)
  • Georges Huisman, directeur des Beaux-Arts
  • Jacques Ibert, directeur de la Villa Médicis, et sa femme Rosette Veber, sculptrice
  • Robert Lazurick député (Cher, SFIO)
  • Marie-Anne Lambert, cantatrice, fille du ministre Charles Lambert, sera connue plus tard sous le pseudonyme de Deva Dassy, était à cette époque maîtresse de Georges Mandel
  • André Le Troquer député (Seine, SFIO)
  • Georges Lévy-Alphandéry (Haute-Marne, radical-socialiste)
  • Philippe Lévy-Alphandéry (1936-), avec sa mère et sa grand-mère Céleste Valabrègue, fils du député
  • Guy Manant, industriel
  • Georges Mandel député (Gironde, Républicain indépendant)
  • Pierre Mendès-France député (Eure, radical-socialiste), sa femme Lily et leurs fils Bernard et Michel
  • Lydie Medsioe (1916-)
  • Lucien Meyer, huissier de la chambre des députés (1900-)
  • Camille Perfetti député (Haute-Marne, radical-socialiste), questeur.
  • Jean Perrin, professeur à la Sorbonne
  • Edgard Pisani, fiancé de Colette Le Troquer, fille d’André Le Troquer
  • Antoinette Sachs, artiste peintre (1897-)
  • Robert Servan-Schreiber (1880-1966), journaliste, avec sa femme Suzanne Crémieux (1895-1976) et leurs filles Marie-Claire et Marie-Geneviève.
  • Jammy Schmidt député (Oise, radical-socialiste)
  • Jean-Marie Thomas député (Saône-et-Loire, SFIO)
  • Andrée Viénot, épouse de Pierre Viénot
  • Gilles Viénot, étudiant, neveu de Pierre Viénot
  • Pierre Viénot député (Ardennes, SFIO)
  • Alex Wiltzer député (Moselle, Action populaire)
  • Jean Zay, député (Loiret, radical-socialiste)
  • Léon Zay, journaliste, directeur du quotidien Le Progrès du Loiret
  • Michel Tony-Révillon sénateur (Ain, radical-socialiste).
Notes:
1↑ a et b Massilia, paquebot de la Compagnie de navigation Sud-Atlantique [archive] sur Maîtres du Vent - MDV. Consulté le 25 juin 2011.
2↑ 70e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 – 21 juin [archive] sur assembleenationale.fr, Assemblée nationale. Consulté le 17 février 2013.
3↑ Le départ du bateau a été retardé d'un jour en raison d'une grève de l'équipage qui refusait d'appareiller par hostilité envers les parlementaires. Quid, 2007.
4↑ En cours de traversée, certains députés ont envisagé de faire route vers l'Angleterre et le paquebot a dû attendre en mer des autorisations du consul de Grande-Bretagne.
5↑ Discours de Raymond Forni lors du colloque international à l'Assemblée nationale « Le 18 Juin, combats et commémorations », 22 juin 2000.
6↑ Base roglo.


sources 
wikipedia

http://www.frenchlines.com/chargeurs-reunis/image.php?source=navire&navire=Massilia

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

22 janvier 2013

L’Angleterre va déclarer la Guerre

Classé sous — milguerres @ 0 h 01 min

 retour page d’Accueil

retour à la Seconde Guerre Mondiale

Chronologie et batailles de la Seconde Guerre mondiale

L’Angleterre va déclarer la Guerre … et en toute légitimité …

Le 3 septembre 1939 :
Le Royaume-Uni et la France adressent un ultimatum commun à l’Allemagne, exigeant des troupes allemandes l’évacuation du territoire polonais dans un délai de 12 heures.
http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gifHitler reste dans le silence … 1500 Victimes en Pologne ! et sa parole ?

L'Angleterre va déclarer la Guerre 1500_v10

Les Alliés se « mobilisent » Hitler ne renoncera pas … conscients que l’heure est grave, ils réagissent notamment :
http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif L’Ambassadeur des Etats-Unis, M. William Bullitt, l’Ambassadeur de la Grande Bretagne, Sir Eric Phipps se rendent au Palais Bourbon.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif Mr Chamberlain a dit aux Communes : Il est possible que le retard apporté à la réponse allemande soit causé par l’examen des propositions faites par le gouvernement italien, à savoir que les hostilités doivent cesser et que soit convoquée immédiatement une conférences des cinq puissances intéressées : Grande Bretagne, France Pologne, Allemagne et Italie ».
Si le Gouvernement allemand accepte de retirer ses troupes, le gouvernement de Sa Majesté serait disposé à considérer que la situation est la même que celle qui existait avant l’agression ».

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gifMr Lebrun intervient également aux Chambres : « j’adresse à nos armées le salut affectueux et l’expression de la confiance unanime du pays. Soyons unis !

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gifAu nom du gouvernement

M. Daladier a exposé les évènements et affirme qu’aucune possibilité d’éviter le conflit ne serait négligée. La Grande Bretagne et la France ne sont pas de nations qui renient leur signature ».

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gifMais rien ne changera la décision de mobiliser les hommes qui rejoignent leur régiment et arrivent aux frontières.
Les chambres françaises ont déjà voté 69 Milliards de crédits de guerre.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gifMr Jeanneney, au Luxembourg, et M. Herriot au Palais-Boubon ont prononcé d’émouvantes allocutions empreintes d’ardent patriotisme.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gifDes communiqués de soutien arrivent de tous pays : Turquie (liens anglo-turcs affirmés par le Président Inonu), Syrie (Mr Khoury, président de la Chambre Syrienne souligne sa fidélité à la France, préparant 20 000 guerriers), la Hollande appelle ses hommes à la guerre, la Nouvelle Zélande tiendra ses engagements,…

ambass10

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gifLe Colonel Garibaldi, qui habite Caudéran, quartier situé à l’Ouest de Bordeaux, vient de faire connaître qu’il recueille les adhésions de ses compatriotes italiens en vue de la constitution d’une légion garibaldienne qui serait mise à la disposition des autorités militaires françaises.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif

LA GUERRE EST DECLAREE OFFICIELLEMENT LE 04 SEPTEMBRE 1939
HITLER REFUSE TOUT ULTIMATUM !!!!

la_gue10

ceux_q10
Général Gamelin
Vicomte Gort
Amiral Darlan
Amiral Sir Horace Dudley Pound
Général Vuillemin
Vice Maréchal Sir Christophe Courtney

sources :
http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=110
Wikipédia

GALLICA :
Le petit parisien : 1939/09/03 (Numéro 22831).
Le Petit Parisien : 1939/09/04 (Numéro 22832).

 retour page d’Accueil

retour à la Seconde Guerre Mondiale

Chronologie et batailles de la Seconde Guerre mondiale

Ostduvalderoost |
Nikeairjordan99 |
Donsipeny |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cercle Généalogique de la D...
| Nikefrair
| Soldeburberryk