Milguerres

  • Accueil
  • > Recherche : leningrad carte

28 mars 2013

Bataille de Smolensk (1943)

Classé sous — milguerres @ 20 h 26 min

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

 

Bataille de Smolensk (1943)

Bataille de Smolensk (1943) smolensk

 

 

 

 

La seconde bataille de Smolensk (7 août 1943 - 2 octobre 1943) est une offensive majeure de la Seconde Guerre mondiale, lancée par l’Armée rouge sur le Front de l’Est, simultanément à la bataille du Dniepr. Cette offensive longue de deux mois, menée par les généraux Andreï Ieremenko et Vassili Sokolovski, visait à nettoyer de toute présence militaire allemande les régions de Smolensk et de Briansk. La ville de Smolensk était sous occupation allemande depuis la première bataille de Smolensk, qui s’était déroulée en 1941.

En dépit d’une défense allemande impressionnante, l’Armée rouge réussit au cours de cette bataille plusieurs percées décisives, en libérant des villes importantes comme Smolensk et Roslavl, et en entrant dans la Biélorussie occupée. Cependant, en raison de la pugnacité de la résistance allemande, la progression des troupes soviétiques fut lente et difficile et l’opération se déroula en trois phases (du 7 au 20 août, du 21 août au 6 septembre, et du 7 septembre au 2 octobre).

La bataille de Smolensk constitue en elle-même une opération militaire majeure, mais elle est notable aussi du fait de ses conséquences importantes sur la bataille du Dniepr. On estime en effet que 55 divisions allemandes furent mobilisées pour l’opération de Smolensk, soit autant de forces militaires qui firent ensuite défaut pour empêcher les troupes soviétiques de traverser le Dniepr au sud. De plus, cette bataille permit à l’Armée rouge de repousser définitivement les forces allemandes de la région de Smolensk et ainsi d’écarter une importante menace d’attaque surMoscou en provenance de l’ouest.

Contexte

À la fin de la bataille de Koursk en juillet 1943, la Wehrmacht avait perdu tout espoir de reprendre l’initiative sur le Front de l’Est. Les pertes étaient considérables et l’armée était de moins en moins expérimentée, bon nombre de ses meilleurs hommes étant tombés au cours des deux dernières années de combat. Cette situation ne laissa à la Wehrmacht d’autre choix que celui d’adopter une attitude défensive face aux attaques soviétiques.

Côté soviétique, Staline, fort de la libération des territoires sous occupation allemande, était déterminé à poursuivre une stratégie militaire commencée dès la fin 1942 avec l’opération Uranus, qui avait débouché sur la libération de Stalingrad. La bataille du Dniepr avait pour but à la fois de libérer l’Ukraine et de repousser vers l’ouest la partie méridionale du front. L’opération de Smolensk fut lancée de façon simultanée, dans le but d’affaiblir plus encore les défenses allemandes, dans le cadre d’une stratégie qui allait obliger les réserves allemandes à se replier vers le nord, et donc à considérablement atténuer leur présence sur la partie sud du front. Les deux opérations étaient ainsi les deux faces d’un même plan stratégique qui visait à récupérer le plus possible de territoire soviétique sous occupation allemande.

 

File:Map of dnieper battle grand.jpg

Théâtre des opérations de juillet 1943 à décembre 1943.

Pour les troupes soviétiques, l’offensive fut compliquée par le manque de moyens de transport appropriés à la région. Le réseau routier n’était pas très développé ; les routes revêtues étaient rares. Après les nombreuses précipitations typiques de l’été russe, la plupart des voies praticables devinrent boueuses — phénomène connu sous le nom deraspoutitsa—, ce qui ralentit considérablement la progression de l’ensemble des troupes mécanisées et engendra divers problèmes de logistique. En ce qui concerne les chemins de fer, les troupes soviétiques ne pouvaient compter que sur une seule grande voie ferrée : la ligne Rjev - Viazma - Kirov.

En face, la Wehrmacht contrôlait un réseau routier et ferroviaire beaucoup plus étendu, concentré principalement aux abords de Smolensk et de Roslavl. Ces deux villes constituaient des centres logistiques importants, permettant l’approvisionnement des troupes allemandes et l’acheminement rapide de renforts. Les lignes ferroviaires les plus importantes de ce côté étaient la ligne Smolensk - Briansk et la ligne Nevel - Orcha - Moguilev, reliant les troupes allemandes de l’ouest à celles concentrées dans la région d’Orel.

Dispositif défensif allemand

Avant la bataille, cette partie du front était plus ou moins stable depuis quatre à cinq mois (depuis dix-huit mois dans certains endroits). Elle possédait en outre des caractéristiques géographiques propices à la mise en place d’un dispositif de défense solide. Ainsi, les forces allemandes ont eu le temps d’établir des positions défensives importantes, comptant jusqu’à cinq ou six lignes de défense par endroits, sur une profondeur totale de 100 à 130 kilomètres5.

La première zone de défense (dite tactique ou externe) comprenait la première ligne défensive (la principale) et la deuxième, sur une profondeur totale allant de 12 à 15 kilomètres, placées dans la mesure du possible dans des endroits situés en hauteur. La ligne de défense principale, de 5 kilomètres de profondeur, se composait de trois séries de tranchéeset postes de tir, reliées par un réseau de transmission très développé. La densité des postes de tir pouvait atteindre le nombre de six ou sept par kilomètre de ligne de front. Dans certains endroits, où l’on craignait des attaques de blindés, la troisième tranchée était en fait un fossé antichar dont la pente ouest, abrupte, abritait des emplacements pour l’artillerie et notamment les mitrailleuses. La première ligne du champ de bataille était protégée par trois rangées de barbelés et un important espace jonché de mines6.

La deuxième zone de défense, située à environ 10 kilomètres en arrière de la première et couvrant les perspectives les plus importantes, était composée d’une série de postes de tir reliés par des tranchées. Elle était protégée par des barbelés, ainsi que par des champs de mines dans les endroits où des attaques de blindés étaient prévisibles. Entre la première et deuxième zone de défense, un ensemble de postes de tir de moindre importance et de garnisons avait également été mis en place en vue de ralentir toute éventuelle avancée soviétique, dans le cas où la première ligne de défense viendrait à tomber. L’artillerie lourde était positionnée derrière cette deuxième zone de défense.

Enfin, en arrière de la ligne de front, trois à quatre lignes de défense supplémentaires avaient été placées, partout où cela était possible, sur les rives occidentales des cours d’eau. Par exemple, des lignes défensives avaient été installées sur les rives du Dniepr et de la Desna. Qui plus est, les principales villes situées sur la ligne de défense (telles que Ielnia,Doukhovchtchina et Spas-Demensk) avaient été fortifiées et dotées de renforts, afin de parer à l’éventualité de combats de longue durée : ainsi, les routes avaient été minées et couvertes de dispositifs antichars, et des postes de tirs avaient été installés dans les bâtiments les plus importants et les plus élevés.

File:Map detail of smolensk operation2.JPG
Plan détaillé de l’offensive de Smolensk, montrant la forme concave de la ligne de front (carte établie par les services de l’armée des États-Unis).

Localisation et configuration de la ligne de front

En juillet 1943, le front de l’Est présentait une forme concave relativement linéaire à l’exception d’un angle rentrant dans la région d’Orel, créant pour les troupes allemandes le risque d’être exposées à des attaques latérales en provenance du nord. De ce fait, un nombre significatif de divisions du groupe d’armées Centre (Heeresgruppe Mitte) fut spécialement affecté à cette partie du front, en raison d’une crainte (tout à fait légitime) d’offensive majeure dans ce secteur.

À titre d’exemple, fin juillet 1943, une dépêche allemande indiquait6 :

« Sur le front [...] tenu par le groupe d’armées Centre, de nombreux signes témoignent de la préparation d’une offensive imminente quoique limitée (Roslavl, Smolensk, Vitebsk), ainsi que de manœuvres visant à l’immobilisation du groupe d’armées Centre… »

Dans ces conditions, l’offensive des troupes soviétiques s’apprêtait à être extrêmement difficile.

File:General map of smolensk region fr.png
Plan général de la région de Smolensk durant la bataille

Première phase (7 août – 20 août)

Percée principale

Après une journée d’investigation, visant à déterminer si les troupes allemandes choisiraient de se retirer ou non de la première ligne de tranchées, l’offensive débuta le 7 août 1943 à 6 h 30 (avec un bombardement préliminaire à 4 h 40), par une percée vers Roslavl. Trois armées avaient été engagées pour cette offensive : les 5e, 10e et 33e Armées.

Cependant, l’attaque se trouva rapidement confrontée à une résistance massive et lourde. Les troupes allemandes tentèrent de nombreuses contre-offensives, depuis leurs positions de défense solides et bien préparées, appuyées par destanks, des chars d’assaut et des tirs au mortier et à l’arme lourde. Comme le rappelle le commandant Constantin Rokossovski, « nous avons littéralement dû nous frayer un passage à travers des lignes allemandes, une à une »7. Le premier jour, les troupes soviétiques avaient avancé de seulement 4 kilomètres8 et ce, en utilisant toutes les troupes disponibles engagées dans cette opération (artillerie, préposés aux communications et techniciens compris)9.

En dépit de la virulence des attaques soviétiques, il fut rapidement évident que les trois armées ne pourraient pas venir à bout des lignes allemandes. Par conséquent, il fut décidé d’engager dans la bataille la 68e Armée, maintenue en réserve. Côté allemand, trois divisions supplémentaires (la 2e Division Panzer, et les 36e et 56e Divisions d’infanterie) furent envoyées au front, depuis la région d’Orel, pour endiguer l’avance des Soviétiques.

Le lendemain, le 8 août, l’attaque reprit, avec une autre tentative de percée simultanée au nord, vers Iartsevo. Les deux attaques furent stoppées par une résistance allemande extrêmement puissante. Les cinq jours suivants, les troupes soviétiques avancèrent difficilement et lentement dans les défenses allemandes, repoussant des contre-attaques violentes et essuyant de lourdes pertes. Le 11 août, grâce à l’apport de troupes de réserve, l’Armée rouge était parvenue à avancer sur une profondeur de 15 à 25 kilomètres, selon les endroits10.

Les attaques suivantes, menées par les forces blindées et les forces du 6e Corps de cavalerie de la Garde, ne produisirent aucun effet significatif et engendrèrent de lourdes pertes en raison de la violente riposte des défenses allemandes, créant ainsi une situation d’impasse.

Offensive de Spas-Demensk

Dans la région de Spas-Demensk, les événements furent un peu plus favorables pour la 10e Armée. Dans ce secteur dans lequel la Wehrmacht ne disposait que de peu de troupes et de réserves limitées, elle fut en mesure de traverser les lignes allemandes et d’avancer de 10 kilomètres en deux jours.
Cependant, le 5e Corps mécanisé soviétique, spécialement déplacé de Kirov afin d’exploiter la percée dans cette bataille, échoua dans sa mission, principalement du fait de la mauvaise organisation de la défense anti-aérienne, qui permit aux bombardiers en piqué allemands d’attaquer relativement facilement les formations de chars soviétiques. Les lourdes pertes essuyées par ce corps d’armée soviétique le contraignirent à se retirer du combat. Malgré cela, au 13 août, les troupes soviétiques avaient repoussé de 25 kilomètres supplémentaires les lignes ennemies, libérant ainsi Spas-Demensk11.

Offensive de Doukhovchtchina
Sur ordre de la Stavka (l’état-major des forces armées soviétiques), l’offensive menée aux abords de Doukhovchtchina débuta presque une semaine plus tard, le 13 août. Cependant, comme sur d’autres parties du front, les 39e et 43e Armées se trouvèrent confrontées à une opposition allemande virulente. Au cours du seul premier jour, les troupes allemandes entreprirent 24 contre-attaques d’envergure régimentaire, soutenues par des tanks, des chars d’assauts et des unités d’aviation12.
Durant les cinq jours suivants, les troupes soviétiques parvinrent à avancer de seulement 6 à 7 kilomètres et, même si elles infligèrent d’importantes pertes aux troupes allemandes, leurs propres pertes furent également élevées13.

Causes de l’impasse
À la mi-août, une stabilisation du front se produisit sur le périmètre du théâtre d’opération. L’impasse qui en résulta, même si elle ne constituait pas intrinsèquement une défaite, représentait néanmoins pour le commandement soviétique un constat d’échec. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette impasse. Comme le rapporte le lieutenant du général Alexeï Antonov, « nous devions faire face à la fois à l’hostilité des forêts et des marécages, et à la résistance de plus en plus forte des troupes ennemies renforcées par des divisions arrivant de la région de Briansk »14.

Le maréchal Nikolaï Voronov, ex-membre de la Stavka, a analysé les causes de cette impasse dans ses mémoires. Il en a dénombré huit :
Le commandement allemand était au courant de l’opération et s’y est préparé.
Les lignes de défense allemandes étaient exceptionnellement bien préparées (des postes de tir renforcés par des tranchées, des barbelés, des champs de mines, etc.).

Plusieurs des divisions de fusiliers soviétiques avaient été insuffisamment préparées à une situation d’assaut dans le cadre d’une configuration de défense à lignes multiples. Ceci s’est avéré tout particulièrement pour les divisions de réserve, dont la formation n’avait pas toujours été correctement dirigée.
Le nombre de chars engagés dans la bataille était insuffisant, ce qui a obligé les commandants soviétiques à s’appuyer sur l’artillerie, les mortiers et l’infanterie pour traverser les lignes allemandes. Qui plus est, les nombreuses contre-attaques allemandes et l’abondance des champs de mines ont ralenti la progression de l’infanterie.
La collaboration entre les régiments et les divisions était loin d’être parfaite. Il y eut des pauses intempestives durant l’attaque, ainsi qu’une volonté de certains régiments d’éviter l’assaut et d’y exposer d’autres à leur place.
Nombre de commandants soviétiques ont été trop impressionnés par les contre-attaques allemandes et n’ont pas agi de manière appropriée, et ce, bien que les effectifs de leurs troupes fussent supérieurs à ceux de la Wehrmacht.
L’infanterie n’a pas su utiliser correctement ses propres armements (tels que ses propres armes lourdes et les mortiers portatifs). Elle s’est trop appuyée sur l’artillerie.

Le fait que l’offensive ait été reportée du 3 août au 7 août a permis aux troupes allemandes de mieux préparer leur défense.
Compte tenu de tous ces facteurs, le maréchal Voronov demanda que la 4e Armée blindée et le 8e Corps d’artillerie soient transférés du Front de Briansk en vue d’être engagés en soutien de l’attaque aux abords de Smolensk15.
Cette impasse, bien loin des espérances de la Stavka, eut au moins un mérite : elle rassembla rien moins que 40 % de l’ensemble des divisions allemandes sur le Front de l’Est aux alentours de Smolensk, ce qui facilita grandement la tâche des troupes soviétiques combattant dans le sud et dans la région de Koursk16. La Stavka, qui avait projeté de reprendre l’offensive le 21 août, décida de la repousser légèrement de sorte que les unités soviétiques aient le temps d’acheminer du réapprovisonnement et du renfort17.

Deuxième phase (21 août – 6 septembre)

À la mi-août, la situation sur le Front de l’Est avait évolué et l’Armée rouge entama une offensive plus générale, qui débuta par l’opération de contre-offensive Polkovodets Roumiantsev dans la région de Koursk et se poursuivit par la bataille du Dniepr au sud. Néanmoins, la Wehrmacht continuait à consolider ses troupes autour de Smolensk et de Roslavl, retirant pour ce faire plusieurs divisions de la région d’Orel. En conséquence, la contre-offensive de Koursk se déroula relativement facilement aux abords d’Orel, créant dans la ligne de défense ennemie un large saillant au Sud de Smolensk et de Briansk.
Dans cette situation, l’ancienne stratégie d’attaque, axée vers le sud-ouest en direction de Roslavl et de Briansk, s’avéra obsolète. La Stavka décida de plutôt déplacer l’attaque vers l’ouest, en direction de Ielnia et de Smolensk18.

Offensive de Ielnia
Ielnia était considérée comme une « clé » dans la défense de Smolensk et, par conséquent, les troupes allemandes avaient mis en place un dispositif de défense massif autour de la ville. Les secteurs marécageux environnant les rivières Desna et Ougra avaient été minés et des armes lourdes avaient été placées sur les collines surplombant la ville. Durant la semaine du 20 au 27 août, les armées soviétiques reçurent du renfort en termes de chars et d’artillerie.
L’offensive débuta finalement le 28 août, menée par trois armées (les 10e, 21e et 33e Armées de la Garde), épaulées par trois corps blindés et corps mécanisés, et la 1re Armée de l’air. Ces trois armées couvraient un front de 36 kilomètres, formant une concentration de troupes extrêmement forte. Cependant, ces troupes furent confrontées à des problèmes d’approvisionnement et de pénurie de carburant, ne disposant que de quoi tenir une à deux semaines19.

Après un intense bombardement de 90 minutes, les troupes soviétiques commencèrent à avancer. Le bombardement de l’artillerie ainsi que le recours à des avions d’attaque au sol permit d’affaiblir considérablement les lignes allemandes, en laissant à l’Armée rouge la possibilité d’effectuer en une journée une percée sur un front de 25 kilomètres et de faire reculer les lignes ennemies de 6 à 8 kilomètres. Le jour suivant, le 29 août, les divisions de fusiliers soviétiques avancèrent encore, créant sur le front un saillant de 30 kilomètres de long sur une profondeur de 12 à 15 kilomètres20.
Le 2e Corps blindé fut engagé dans la bataille afin d’exploiter la percée ainsi créée. En une journée, ses troupes avancèrent de 30 kilomètres, jusqu’aux abords de Ielnia. Ne laissant pas aux Allemands le temps de rassembler leurs forces, les troupes soviétiques attaquèrent la ville et commencèrent à l’encercler. Le 30 août, les forces allemandes furent contraintes d’abandonner Ielnia, essuyant de lourdes pertes. Cette défaite marqua le début de la retraite allemande dans la région. Le 3 septembre, les forces soviétiques atteignaient la rive orientale du Dniepr.

Des Français dans la bataille 171209 
L’escadrille Normandie-Niemen s’illustre aux côtés des aviateurs soviétiques et paie aussi un lourd tribut. Le 21 août, un Stuka et un Focke-Wulf sont abattus. Le 31 août, cinq autres avions allemands vont au tapis mais aussi des pilotes français21.

Manœuvre de Briansk

Dans la région de Briansk, les événements furent également favorables aux Soviétiques, en dépit d’une résistance allemande virulente. L’identification d’une faille dans la défense allemande allait cependant modifier tous les plans prévus. L’étonnante facilité avec laquelle furent prises plusieurs collines surplombant la région autour de Doubrovka, au nord de Briansk, et la capture consécutive de nombreux soldats allemands vraisemblablement peu préparés au combat, ont particulièrement frappé le général Markian Popov, commandant du Front de Briansk de juin 1943 à octobre 194322. Cet état de fait signifiait très probablement que l’offensive soviétique n’avait pas été prévue par les Allemands le long de cet axe particulier.
En conséquence, la frontière entre le Front biélorusse et le Front de l’Ouest soviétique se rejoignit au sud, ce qui permit à deux « nouvelles » armées d’entamer une manœuvre en tenaille vers Doubrovka et autour de Briansk, obligeant les forces allemandes à battre en retraite23.

En date du 6 septembre, l’offensive avait fortement ralenti sur l’ensemble du front, les troupes soviétiques avançant seulement de 2 kilomètres par jour. Sur le flanc droit, de violents combats avaient éclaté dans les bois des alentours de Iartsevo. Au centre, les troupes soviétiques en marche atteignaient la ligne défensive du Dniepr. Sur le flanc gauche, les divisions de fusiliers soviétiques avançaient au ralenti alors qu’elles pénétraient dans les forêts au sud-ouest de Ielnia. Qui plus est, les troupes soviétiques étaient épuisées et décimées, à tel point que leur puissance et leur efficacité étaient de fait fortement diminuées. Le 7 septembre, l’offensive s’arrêta, marquant la fin de la deuxième phase de l’opération de Smolensk24.

Troisième phase (7 septembre – 2 octobre)

Durant la semaine du 7 au 14 septembre, les troupes soviétiques reçurent de nouveaux renforts et se préparèrent à une nouvelle offensive. Les objectifs suivants définis par la Stavka concernaient les villes majeures de Smolensk, Vitebsk et Orcha. L’opération reprit le 14 septembre, impliquant le flanc gauche du Front de Kalinine et le Front de l’Ouest. De nouveau, après un bombardement d’artillerie préliminaire, les troupes soviétiques tentèrent de percer les lignes allemandes.
Dans le secteur d’attaque du Front de Kalinine, l’Armée rouge créa en une journée un saillant de 30 kilomètres de long sur 3 à 13 kilomètres de profondeur. Après quatre jours d’affrontement, les Soviétiques s’emparèrent de Doukhovchtchina, une autre ville « clé » dans la ligne de défense allemande en amont de Smolensk25.

Dans le secteur d’attaque du Front de l’Ouest, où l’offensive débuta un jour plus tard, la percée s’avéra également prometteuse, avec la création d’un saillant de 20 kilomètres de long sur une profondeur de 10 kilomètres. Le même jour, Iartsevo, un important nœud ferroviaire proche de Smolensk, fut libéré par les troupes soviétiques. Sur le flanc gauche du Front de l’Ouest, les divisions de fusiliers soviétiques atteignirent la rivière Desna et la franchirent en force, créant plusieurs têtes de pont sur sa rive occidentale.
En conséquence, la ligne défensive protégeant Smolensk se trouva débordée, ce qui exposa les troupes défendant la ville à des manœuvres d’enveloppement. Le général allemand Kurt von Tippelskirch, chef de l’état-major de la 4e Armée pendant l’opération de Smolensk puis Commandant de cette 4e armée, écrivit plus tard :
« Les forces du Front de l’Ouest soviétique attaquèrent le flanc gauche du groupe d’armées Centre sur la ligne Dorogobouj-Ielnia, dans le but d’effectuer une percée en direction de Smolensk. Il apparut alors clairement qu’il était devenu impossible de tenir le saillant — avançant en direction de l’est — occupé par la 9e Armée26. »
En date du 19 septembre, les troupes soviétiques avaient créé dans les lignes allemandes une brèche large de 250 kilomètres et profonde de 40 kilomètres. Le lendemain, la Stavka ordonna aux troupes situées sur le Front de l’Ouest d’avancer vers Smolensk avec pour objectif de l’atteindre au plus tard le 27 septembre, pour ensuite poursuivre leur progression en direction des villes d’Orcha et de Moguilev. Les troupes présentes sur le Front de Kalinine eurent, quant à elles, pour mission de prendre la ville de Vitebsk avant le 10 octobre.

Le 25 septembre, après une traversée en force de la partie septentrionale du Dniepr et au terme de combats rapprochés ayant duré toute la nuit, les troupes soviétiques libérèrent la ville de Smolensk. Le même jour, Roslavl, autre ville importante, fut reprise. En date du 30 septembre, les forces soviétiques, épuisées et décimées, étaient embourbées aux abords des villes de Vitebsk, Orcha et Moguilev, qui étaient encore aux mains de la Wehrmacht. L’opération de Smolensk se termina finalement le 2 octobre. Une suite d’attaques relativement limitée fut toutefois entreprise en vue de récupérer la ville de Nevel, qui fut libérée au terme de deux jours de combats rapprochés. Globalement, les troupes soviétiques avaient, au cours de la vingtaine de jours sur laquelle s’est déroulée cette troisième phase de l’offensive, avancé de 100 à 180 kilomètres selon les endroits27.

Conséquences et bilan des opérations

L’opération de Smolensk constitua une victoire décisive pour les Soviétiques et une défaite cuisante pour la Wehrmacht. Cette avancée de l’Armée rouge peut certes paraître modeste en comparaison des offensives qui devaient avoir lieu par la suite (elle ne permit de faire reculer les lignes ennemies que de 200 à 250 kilomètres28), mais elle eut toutefois des conséquences importantes à divers égards.
Premièrement, les troupes allemandes furent définitivement repoussées des abords de Moscou. Cette menace stratégique, source des plus grandes inquiétudes de la Stavka depuis 1941, fut enfin écartée.
Deuxièmement, les anneaux défensifs allemands, sur lesquels les troupes de la Wehrmacht avaient prévu de s’appuyer, furent pour l’essentiel totalement débordés. Un certain nombre d’entre eux parvint à résister, mais il fut rapidement évident qu’ils ne tiendraient pas sur la durée. Dans un essai écrit après la guerre par divers officiers de la Wehrmacht, on trouve ce constat29 :« Bien que les actions vigoureuses du commandement et des troupes aient permis aux Allemands de créer un front continu, a posteriori, il ne fait aucun doute que le mauvais état des troupes, l’absence totale de réserves et l’inévitable extension de lignes de front individuelles disparates, ont contribué à masquer le risque d’effondrement couru en cas d’attaque soviétique majeure sur ce front hétérogène,construit avec tant de difficulté. »
Troisièmement, comme plus haut, l’opération de Smolensk constitua une opération de soutien importante eu égard à la bataille du Dniepr, mobilisant entre 40 et 55 divisions allemandes aux abords de Smolensk et empêchant de ce fait leur relocalisation sur le front Sud.
Enfin, le front allemand, auparavant uni et compact, fut désormais séparé en deux par les immenses marais impraticables du Pripet, le groupe d’armées Sud (Heeresgruppe Süd) se retrouvant ainsi dissocié des divisions basées au nord : de ce fait, la Wehrmacht vit s’amoindrir considérablement ses possibilités de mouvements de troupes et d’approvisionnement entre ces deux secteurs du front30.

Pour la première fois, les troupes soviétiques pénétrèrent dans des territoires depuis longtemps occupés par les Allemands, et ils y découvrirent les crimes de guerre commis par les SS, les Einsatzgruppen et les troupes de la Wehrmacht. Dans les zones libérées au cours de l’opération de Smolensk (qui étaient occupées depuis presque deux ans), la quasi-totalité de l’industrie et de l’agriculture avait été dévastée. Dans l’oblast de Smolensk lui-même, 80 % de l’espace urbain et 50 % de l’espace rural habité avaient été détruits, ainsi que de nombreuses usines et manufactures31.
Après l’offensive de Smolensk, la partie centrale du Front germano-soviétique se stabilisa durant de nombreux mois, jusqu’à fin juin 1944, les principales zones de combat se déplaçant vers le sud dans la région du Dniepr et pour la conquête des territoires de l’Ukraine. Ce n’est qu’au cours du mois de janvier 1944, que le front se ranima à nouveau vers le nord, lorsque les forces allemandes furent repoussées de Leningrad, au terme d’un siège qui avait duré 900 jours. Enfin, l’opération Bagration, menée au cours de l’été 1944, permit à l’Armée rouge de nettoyer de toute présence militaire allemande la quasi-totalité des territoires soviétiques encore occupés, ce qui mit un terme à l’occupation allemande en URSS, la guerre se poursuivant ensuite en Pologne et en Allemagne.

Notes

  1. ↑ a et b Histoire de la Seconde Guerre mondiale, Moscou, 1973-1979, tome 7, p. 241
  2.  La Grande guerre patriotique de 1945-1945, Moscou, 1998, t.2 p. 473 et suivantes
  3.  Nikolai Shefov, Les Combats de la Russie, Bib. Histoire Militaire, Moscou, 2002
  4.  V.P. Istomin, L’Opération Offensive de Smolensk, 1943, Moscou, Éd. Bib. Milit., 1975, p. 15.
  5.  Maréchal N.N. Voronov, En service militaire, Moscou, Éd. Bib. Milit., 1963, p. 382.
  6. ↑ a et b V.P. Istomin, p. 12.
  7.  K. Rokossovsky, Le Devoir du soldat, Moscou, Politizdat, 1988, p. 218.
  8.  V.P. Istomin, pp. 81-82.
  9.  V.P. Istomin, p. 84.
  10.  V.P. Istomin, pp. 84-88.
  11.  V.P. Istomin, pp. 92-94.
  12.  V.P. Istomin, pp. 94-95.
  13.  Histoire de la grande guerre patriotique, 1941-1945, Moscou, 1963, t. 3, p. 361.
  14.  G.K. Joukov, Mémoires, Moscou, Éd. APN, 1971, p. 485.
  15.  V.P. Istomin, p. 101.
  16.  Opérations des forces armées soviétiques lors de la grande guerre patriotique, 1941-1945t. 2,pp. 340-341.
  17.  Maréchal A.I. Yeremenko, Les Années de vengeance, Moscou, Science, 1969, pp. 51-55.
  18.  V.P. Istomin, p. 104.
  19.  V.P. Istomin, p. 105.
  20.  Histoire de la grande guerre patriotiquepp. 363-365.
  21.  op. cit. Y. Courrière 1979, pp. 220-223
  22.  Voenno-istoricheskiy zhurnal (Journal d’histoire militaire), 1969, no 10, p. 31.
  23.  Voenno-istoricheskiy zhurnalp. 32.
  24.  V.P. Istomin, pp. 122-123.
  25.  V.P. Istomin, p. 131.
  26.  Kurt Tippelskirch, Histoire de la Seconde Guerre mondiale, Moscou, 1957, pp. 320-321.
  27.  V.P. Istomin, pp. 134-136.
  28.  V.P. Istomin, p. 5.
  29.  La Guerre mondiale de 1939-1945 (recueil d’essais), Moscou, Éd. Lit. Étrangère, 1957,pp. 216-217.
  30.  V.P. Istomin, p. 163.
  31.  V.P. Istomin, p. 15.

 IL2 VP Focke Wulf Fw 189 5 (H) 12 (H1 + AW) Smolensk 1943 V05

IL2 VP Focke Wulf Fw 189 5 (H) 12 (H1 + AW) Smolensk 1943-V05

 

 

sources : wikipedia et http://www.asisbiz.com/il2/Fw-189/Fw-189-(H)12.5-(H1+AW)/pages/IL2-VP-Focke-Wulf-Fw-189-5(H).12-(H1+AW)-Smolensk-1943-V05.html

retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

10 mars 2013

Siège de Léningrad

Classé sous — milguerres @ 20 h 02 min

  retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

Les légendes du siège de Leningrad

Siège de Léningrad 

 

 

File:Anti aircraft Leningrad 1941.JPG
Batteries de défense aérienne tirant à proximité de lacathédrale Saint-Isaac, siège de Léningrad, 1941.
Siège de Léningrad stalingrad
Siège de Léningrad désigne le siège de la ville de Saint Petersburg , appelée Leningrad de 1924 à 1991, en Russie, par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale 

Débutée le 8 septembre 1941, le siège fut levé par les Soviétiques le 27 janvier 1944 marquant l’échec allemand, malgré des pertes humaines colossales (1 800 000 hommes, dont plus d’un million de civils). Avec 872 jours, ce siège est le plus long de l’histoire moderne jusqu’à celui de Sarajevo au début des années 1990.


L’invasion des Pays Baltes

Offensive vers Léningrad

Du début de l’opération Barbarossa, le 22 juin 1941, jusqu’à la fin de juillet, les troupes Allemandes du Heeresgruppe Nord sous la direction du maréchal von Leeb, ont avancé rapidement, bousculant les troupes Soviétiques placées en 1religne.
Le 22 juin à 3h15, l’opération Barbarossa débute. À midi les avant-gardes blindées du Heeresgruppe Nord ont avancé de 65 kilomètres.
Le 24 juin, les troupes allemandes continuent à progresser rapidement à l’intérieur des territoires soviétiques si bien que la 16.Armee s’empare de Kaunas, et sur sa droite, le Panzergruppe 3 (dépendant lui, du Heeresgruppe Mitte) de Vilnius.
Le 26 juin, le 4e Panzergruppe du général Hoepner prend Daugavpils, sur la Dvina, et établit des têtes de pont.
Le 29 juin, les forces allemandes qui continuent leur avance, sont aidées par les attaques conjointes germano-finlandaises dans l’isthme de Carélie et plus au nord vers Petsamo.
Les russes commencent la construction de ligne de la Louga (ru). Plus de 300 000 civils de Pskov et de Novgorodfuient devant l’avancée des troupes allemandes et se dirigent en direction de Léningrad.
Le 1er juillet, Riga tombe aux mains des troupes allemandes.
Le 2 juillet, après s’être regroupées, les troupes du 4e Panzergruppe de Hoepner enfoncent les fortifications soviétiques de la ligne fortifiée Staline2 à Ostrov au sud-est du lac Peipous.
Le 3 juillet, le temps clair permet à la Luftwaffe de soutenir activement la progression des troupes. Le 41e Corps blindé avance rapidement face à des unités relativement faibles du Front du Nord-Ouest de Sobennikov.
Le 4 juillet, le 41e corps blindé s’empare d’Ostrov et établit des têtes de pont sur la rive droite de la Velikaïa
Le 8 juillet, 4e Panzergruppe prend Pskov puis avance en direction de Novgorod et de Leningrad.
Le 14 juillet, les troupes allemandes atteignent le fleuve Louga et menacent Leningrad.
Le 15 juillet, le maréchal Vorochilov nommé depuis le 11 juillet commandant en chef du Front du Nord-Ouest, déclenche une contre-offensive devant Leningrad, entre le lac Ilmen et Soltsy pour gagner du temps et permettre la fortification de Leningrad, pour laquelle la totalité de la population est mobilisée.
Le 16 juillet, les troupes finlandaises occupent Sortavala, à l’extrême nord du lac Ladoga encerclant les troupes soviétiques dont une partie s’échappe par la mer.
Le 27 juillet le Heeresgruppe Nord est constitué de 16 divisions.

Le 31 juillet la 16e armée allemande, atteint le lac Ilmen.
Le 8 août les 93. et 291. Infanterie-Divisionen arrivent en ligne, permettant de remplacer les nombreuses pertes et de reprendre l’offensive.
Le 17 août, à la suite d’une habile manœuvre de flanc, la 291. Infanterie Division capture Narva.

Les pays baltes sont désormais entièrement sous le joug nazi à l’exception de Tallin que les Allemands ont isolé des restes des troupes soviétiques. Toutefois les envahisseurs doivent réduire cette poche afin de marcher avec l’ensemble de leurs troupes sur Léningrad.
20 000 civils ont exécuté les travaux de fortification, de terrassement et de minage dans le secteur de Tallin. Les Soviétiques disposent du 12e corps d’armée, des 16e et 22edivisions d’infanterie, de la 10e division d’infanterie motorisée, de 14 bataillons de fusiliers marins et de la milice des chantiers navals pour défendre la ville.
Le 18 août, les 61e 217e et 254. Infanterie-Divisionen arrivent devant Tallinn.
Du 20 au 24 août, les combats font rage. Malgré une défense acharnée des Soviétiques, l’avance est régulière. Le 24 août, les faubourgs de la capitale estonienne sont atteints.
Le 27 août dans la soirée, les Soviétiques commencent l’évacuation par mer des défenseurs la ville, en direction de Léningrad, avec 2 grands convois maritimes. Le 1er qui comprend le croiseur Kirov (en), 18 destroyers, 6 torpilleurs, 28 dragueurs de mines, 6 sous-marins, 1 pétrolier et 25 cargos et un second qui comprend 6 dragueurs de mines, 12escorteurs et 60 autres navires.
Le 28 août l’armada qui fait mouvement à travers le golfe de Finlande est attaquée sans relâche par les Ju-88 allemands qui coulent 5 navires avant de passer le cap Juminda (à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Tallin). Les eaux de ce cap ayant été fortement minées par la flotte, plusieurs navires sautent et le convoi est ensuite attaqué par l’artillerie côtière Finlandaise, des flottilles de torpilleurs allemands et finlandais et des bombardiers Ju-88. Dans la tentative de forcer le passage, la Marine soviétique perd 33 navires et 5 autres navires sont endommagés. Dans la soirée Tallinn, vidée de ses défenseurs, tombe aux mains du général Walter Kuntze qui capture seulement 11 432 Soviétiques.
Le 29 août, les convois, de nouveaux attaqués, atteignent Kronstadt. L’évacuation soviétique de Tallinn réussit à évacuer 165 navires, 28 000 passagers et 66 000 tonnes de matériel qui seront utilisés lors du siège de Léningrad.

Marche sur Léningrad

Alors qu’une partie des troupes allemandes se dirige sur l’Estonie, les troupes situées plus au sud atteignent le 2 juillet, les fortifications soviétiques de la ligne Staline à Ostrov, au sud-est du lac Peipous. Le 8 juillet, le 4e Panzergruppe qui a pris Pskov avance en direction de Novgorod et de Leningrad, alors que d’autres forces, situées plus au sud, partant d’Ostrov et d’Opotchka, se dirigent sur Kholm, Staraïa Roussa, le lac Ilmen et Tchoudovo en direction de Volkhov et du lac Ladoga dans le but d’isoler puis de prendre Léningrad. Le14 juillet, les troupes allemandes atteignent le fleuve Louga. Le 15 juillet, le maréchal Vorochilov déclenche une contre-offensive entre le lac Ilmen et Soltsy. Le 31 juillet, la 16earmée allemande atteint le lac Ilmen. Une pause dans la marche est alors observée jusqu’au 8 août, où des renforts permettent la poursuite de l’offensive.

 

File:German advance into USSR.png

L’avance des troupes Allemandes duHeeresgruppe Nord.
En corail l’avance au 9 juillet
En rose l’avance au 1er septembre
En vert l’avance au 5 décembre

Le 8 août, sous une pluie battante, les troupes allemandes se lancent à l’attaque de la ligne de la Louga (ru). Si la 1re Panzerdivisionparvient à percer les défenses soviétiques, ses voisines, les 6e Panzerdivision et 36.Infanterie-Division (mot), ne progressent que de3 à 5 km avec de grandes difficultés avant d’être obligées de s’immobiliser, tandis que la 1.ID reste littéralement clouée sur place par la défense de fer soviétique. Les pertes allemandes sont considérables3. Le 9 août la 1re Panzerdivision poursuit son avance et oblique pour prendre de flanc les troupes soviétiques qui bloquent la 6e Panzerdivision. Sous les coups de boutoir des Panzerdivisionnen, les troupes du général Markian Popov commencent à lâcher prise et le 11 août, après deux jours de lutte acharnée, les chars allemands réussissent à percer la défense de la ligne de la Louga à certains endroits, puis se dirigent sur Kingisepp.

Le 12 août, après avoir contourné le lac Ilmen, les Soviétiques lancent une attaque dans la région de Staraïa Roussa, une région sauvage totalement dépourvue de routes, de villages. La 34e armée4, composée des 257e, 259e et 262e divisions d’infanterie, attaque sur le flanc droit de la 16e armée allemande ; c’est la bataille de Staraïa Roussa (1941) (ru). Les forces soviétiques enfoncent les défenses des30e, 126e, et 290e divisions d’infanterie allemandes et pénètrent de 40 km dans la défense allemande. Le maréchal von Leeb, inquiet de la tournure que prenait cette attaque soviétique, ordonne le 13 août au 56e Armee Korps d’abandonner son offensive et de se diriger contre les troupes soviétiques. Le 14 août, la 3.ID et la SS Totenkopf font alors mouvement vers Staraïa Roussa.

Le 15 août, la 21e division d’infanterie allemande, renforcée du 424e régiment d’infanterie, arrive en vue de Novgorod et prend la ville dans la soirée. Les Soviétiques, afin de sauver les richesses de la ville, ont établi leurs défenses au nord de la ville, sur les rives de la Volkhov. Le 17 août, les Allemands établissent une tête de pont sur la Volkhov, puis poussent vers Léningrad. Le 18 août, les troupes du 56e Armee Korps arrivent dans la zone des combats de Staraïa Roussa, après avoir parcouru 250 km depuis leur point de départ et contre-attaque. Dans la zone de Novgorod la 11e division d’infanterie allemande conforte la tête de pont. Le 19 août, les chars d’avant garde de la 8e Panzerdivision sont àKrasnogvardeisk, située à 45 km au sud de Léningrad, où ils se heurtent à la [[1re division blindée soviétique]]. Le combat est rude et l’avance allemande est stoppée. Le 20 août, laligne de la Louga (ru) résiste toujours malgré les coups de boutoir de la 1re Panzerdivision.

Le 21 août, contournant vers l’est les défenses soviétiques, la 8e Panzerdivision s’empare de Tchoudovo, coupant ainsi la principale route et voie ferrée reliant Léningrad à Moscou. Le 22 août, le 50.Armee Korps, composé de la 21e division d’infanterie et de la SS Polizei Division se lancent de nouveau à l’attaque de la ligne fortifiée avec comme objectif la prise ou la destruction de 115 blockhaus puis la prise de Louga. Chaque bunker doit être pris, les Soviétiques se font tuer sur place et lancent une contre-attaque de chars. De part et d’autre, les pertes sont énormes. Il faudra trois jours de réorganisation à la SS Polizei Division, avant qu’elle reprenne le combat. Le 24 août, Louga est prise par la division SS et les Soviétiques se replient vers le nord.

Pendant trois semaines les troupes soviétiques de ligne de la Louga (ru) ont réussi à arrêter la progression allemande sur Léningrad, permettant à l’Armée rouge de créer une défense plus solide à l’approche de la ville. Sous une pluie battante, le maréchal von Leeb lance alors la 96e division d’infanterie pour leur couper la retraite. Le 25 août, au sud dulac Ilmen, les 11e et 34e armées soviétiques sont repoussées sur la rivière Lovat. Le 27 août, la 96e division d’infanterie termine son mouvement enveloppant et piège trois divisions soviétiques dans la poche de Louga. Cette poche tiendra jusqu’au 15 septembre et 20 000 Soviétiques y seront fait prisonniers. À partir du 28 août, les troupes allemandes se mettent en ordre de marche pour investir Léningrad. Quelques divisions ont déjà tenté de percer, sans succès, les premières ceintures défensives de la ville. L’encerclement est donc fait à distance, de 50 à 100 km de la ville dans un mouvement enveloppant en direction du lac Ladoga.

Front finlandais

 

File:Finnish advance in Karelia during the Continuation War.png
La limite maximale de l’avance de l’armée finlandaise en Carélie lors de la guerre de continuation. La ligne grise marque la frontière après la guerre d’Hiver

Le 29 juin, les forces germano-finlandaises lancent des attaques dans l’isthme de Carélie et plus au nord vers Petsamo.
Le 16 juillet, l’armée finlandaise passe à l’offensive dans l’isthme de Carélie entre les lacs Ladoga et Onéga afin d’isoler Léningrad au Nord et au Nord-Est et se heurte à la 23e armée du général Mikhaïl Nikanorovitch Guerassimov (ru). Les combats sont violents et les russes défendent pied à pied leurs positions. L’avance des troupes finlandaises est lente, mais elles parviennent à isoler plusieurs divisions soviétiques dans les secteurs de Sortavala et Priozersk. Acculées au lac Ladoga, celles-ci continuent tout de même de se battre. Pendant cette résistance, les Soviétiques en profitent pour consolider le secteur de Carélie sur l’ancienne frontière séparant l’URSS et la Finlande avant la guerre d’hiver.
Le 31 juillet, lorsque cette ligne défensive est terminée, les débris des troupes russes de la 23e armée se replient, évacués par la flottille du lac Ladoga ou par voie terrestre en engageant des combats retardateurs.
Début septembre, les troupes finlandaises arrivent sur la ligne fortifiée de Carélie qu’ils ne pourront jamais prendre et sur laquelle le front se stabilise jusqu’à l’été 1944.

L’encerclement de Léningrad

Le 19 août, les chars d’avant garde de la 8e Panzerdivision sont à Krasnogvardeisk, située à 45 km au sud de Léningrad, ou ils se heurtent à la 1re division blindée soviétique. Le combat est rude et l’avance allemande est stoppée5
Le 21 août, contournant vers l’Est les défenses soviétiques, la 8e Panzerdivision s’empare de Chudovo coupant ainsi la principale route et voie ferrée reliant Léningrad à Moscou.
Le 30 août, la ville de Mga est prise isolant ainsi totalement Léningrad du reste du pays par voie routière et ferroviaire. Il ne reste qu’une étroite bande terrestre du Nord de Mga àSchlüsselburg et aux rives du lac Ladoga aux mains des soviétiques
Au début de septembre, les troupes de l’Armée rouge sont déployées en deux ceintures défensives. Cette force de défense est complétée par des divisions de défense populaire, formées de volontaires civils de la ville même de Léningrad ou de la région de Léningrad et qui n’ont qu’une valeur de combat très limitée.
Le 4 septembre, les bombes commencent à tomber sur Léningrad.
Le 6 septembre, les allemands lancent les premières attaques en direction du lac Ladoga avec deux kampfgruppen dans une zone couverte de forêts et de landes, terrains défavorables aux chars et à l’artillerie. À la fin de la journée, les assaillants ne progressent que de 500 mètres.
Le 7 septembre, les kampfgruppen continuent et l’action et en fin de journée, une compagnie parvient à ouvrir une brèche dans le dispositif de défense.
Le 8 septembre, au petit matin la brèche s’élargie et la 20.Infanterie-Division (mot) perce les lignes de défenses russes et atteint Schlüsselburg puis l’embouchure de la Neva face à Jérémétievka6 et la rive Sud du lac Ladoga. Léningrad est définitivement coupée du reste de la Russie par voie terrestre. Cette petite bande de terre sera désormais l’enjeu de combats et batailles furieuses. Les Allemands disposent d’une mince portion du lac Ladoga, sur lequel les Russes entretiennent une flottille navale importante. Le ravitaillement parviendra désormais aux Russes par bateaux pendant une partie de l’année et chaque hiver, ils seront ravitaillés par le lac Ladoga gelé, par la « route de la vie », ce qui leur a permis de tenir mais un million de civils sont morts de faim pendant le siège.
Le 9 septembre, les nazis lancent une attaque plus à l’Ouest en direction de Léningrad même afin de s’approcher le plus près possible de la ville. La prise de la ville, dont la défense est organisée par Joukov, se révèle vite impossible. Les Allemands renoncent à un assaut direct, décident de l’investir progressivement.

L’offensive allemande débute à 9h30:
la 6e Panzerdivision doit détruire 32 bunkers et plusieurs positions antichars avant de pouvoir espérer avancer. Les SS de la Polizei sont stoppés devant Krasnogvardeisk.
Le 41. Armee Korps (mot) se heurte à la première ligne de défense de Léningrad, notamment sur les hauteurs fortifiées de Duderhof (en). La 36.ID (mot) et la 1re Panzerdivisionpassent à l’attaque des hauteurs dont les points culminants sont la cote 143 et la cote 1677 qui sont truffées de tranchées, de blockhaus et de nids de mitrailleuses, le tout protégé par un fossé antichar. Les combats sont rudes et sanglants, les Soviétiques ripostent avec leur artillerie et par des contre-attaques de chars KV1 qui sortent tout neuf des usines Kirov de Léningrad. Toutefois malgré une défense opiniâtre, dans la soirée, la cote 143 tombe aux mains des Allemands.
La 18e Armée attaque dans le secteur de Krasnoe Selo
Le 11 septembre Duderhof puis la cote 167 tombent ce qui fait dire par radio au lieutenant Darius commandant de la 6e compagnie du 1er panzer régiment « Je vois Pertersbourg et la mer! »
Le 12 septembre, la 18. Armee prend Krasnoe Selo et avance vers la côte. Le 209e régiment d’infanterie entre dans Urizk, un faubourg de Léningrad ou se trouve le terminus d’untramway et un panneau indiquant : « Leningrad, 10 kilomètres ». Toutefois, les Allemands ne poussent pas en direction de cette ville mais en direction de la mer Baltique, afin d’isoler les défenseurs d’Oranienbaum8,9.
Le 13 septembre Krasnogvardeisk est prise après un mois de combat par la SS Polizei Division et la 269e DI.
Le 14 septembre, la 1.Infanterie Division, parvient à atteindre la mer Baltique isolant Oranienbaum de Léningrad. Cette poche8,9 ne sera jamais réduite, les russes la ravitailleront par mer jusqu’à la fin du siège de Léningrad.
Le 17 septembre, Pouchkine et le palais des tsars sont pris. Ce même jour des troupes quittent le Heeresgruppe Nord et partent vers Moscou ou la bataille décisive doit se jouer.
En septembre 1941, les secteurs défensifs de Léningrad sont tenus par quatre armées:

  • 23e armée dans le secteur Nord,
  • 42e armée sur le secteur Ouest,
  • 55e armée du secteur Sud,
  • 67e armée le secteur oriental.

D’autre part, la 8e Armée du Front Volkhov a la responsabilité de maintenir voie de ravitaillement en coordination avec la flottille du lac Ladoga.
Le front se stabilise et le siège de Léningrad commence

Le siège

1941

 

File:RIAN archive 216 The Volkovo cemetery.jpg

Trois hommes transportent des cadavres jusqu’au cimetière de Volkovo, en octobre 1942.

File:RIAN archive 1000 Soldiers carrying a wounded soldier.jpg

1er octobre 1941 : des soldats russes improvisés ambulanciers transportent un blessé dans une civière.

File:RIAN archive 178610 Moscow Avenue in Leningrad led to the front during the 1941-1945 Great Patriotic War.jpg

Décembre 1941 : une unité militaire marche vers la ligne de front le long de l’avenue de Moscou à Léningrad

File:RIAN archive 323 Sailors going to the front.jpg

Octobre 1941 : Marins montant au front dans les rues deLéningrad.

File:RIAN archive 286 Homecoming.jpg

Soldats soviétiques sur le front de Léningrad, le 1ernovembre 1941.

Siège

Évacuation

Avant l’invasion allemande de l’URSS il n’y a pas de plan prévu pour l’évacuation de la population de Leningrad, car la possibilité que les Allemands atteignent la ville est minime. Toutefois, les premières personnes évacuent Leningrad par train à partir du 29 juin, soit une semaine après le début de la guerre.
Du 29 juin au 28 août 1941, environ 490 000 personnes sont évacuées principalement par train.
À partir du 28 août, l’encerclement de la ville par les troupes allemandes ne permet plus l’évacuation par voie terrestre. L’évacuation, de 35 000 personnes, se poursuit par voie aérienne et navale à travers le lac Ladoga.
Entre décembre 1941, et le 21 janvier 1942 l’évacuation, de 36 000 personnes, continue à marche forcée et par camion, à travers le lac Ladoga gelé, dans une totale inorganisation.
Du 22 janvier au 15 avril 1942, une organisation d’évacuation est mise en place, permettant l’évacuation de 554 000 personne principalement par la route de la vie dont les travaux sont terminés.

De mai à octobre 1942, 403 000 personnes sont évacuées portant le nombre total à 1,5 million de personnes évacuées depuis le début du blocus.

La vie durant le siège

La ville qui est encerclée depuis septembre 1941 est unie contre l’envahisseur. Des milices ont été créées, elle forment les divisions d’infanterie de la milice de Leningrad, et les habitants ont largement aidé à construire les défenses de la ville.
La chute de Léningrad et de la poche d’Oranienbaum 8,9 permettrait aux Allemands de mettre hors de combat une quarantaine de divisions, ainsi que la disparition d’un centre de fabrication très important d’armement. Pendant toute la durée de la guerre, ses usines de chars et ses arsenaux de munitions et de canons fonctionnèrent sans discontinuer, fournissant aux troupes de l’Armée rouge les armes nécessaires. D’autre part, la prise de Léningrad aurait libéré un grand nombre de troupes allemandes, alors que la 18e Armée monta la garde devant la ville jusque 1944.
Toutefois, lorsque les Allemands terminent le blocus de Léningrad, les autorités russes se rendent compte qu’elles ont commis une grave erreur : personne n’a pensé à évacuer la population civile avant l’arrivée de l’ennemi. Il y a donc de très nombreuses « bouches inutiles » sur les 3 000 000 d’habitants qui se trouvent dans la ville.
Le 12 septembre, un décompte des vivres est fait :

  • Blé et farine : stock pour 35 jours
  • Céréales et pâtes : stock pour 30 jours
  • Viande ainsi que bétail sur pied : : stock pour 33 jours
  • Matières grasses : stock pour 45 jours
  • Sucres et conserves : stock pour 300 jours

Un rationnement est mis en place immédiatement et des cartes d’alimentation sont distribuées.
Les habitants sont confrontés à une multitude de problèmes. La nourriture rationnée, l’électricité est coupée, les tramways cessent de fonctionner en novembre 1941, il n’y a plus de chauffage et plus de lumière.
Le lac Ladoga sert de voie de ravitaillement, mais le 15 novembre, avec l’arrivée de l’hiver et de l’embâcle, les navires ne peuvent plus passer, ni les camions, la glace n’étant pas assez solide pour supporter leur poids. À partir du 20 novembre 1941, le ravitaillement parviendra désormais aux Russes par convoi de traîneaux tirés par des chevaux jusque mi-avril àtravers le lac gelé. Pendant l’hiver de 1942-1943, la « route de la vie », recommença à fonctionner, d’abord avec un trafic de chevaux. Les véhicules à moteur purent être utilisés à partir du 24 décembre 1942. On commença la construction d’une voie ferrée sur la glace en décembre 1942.

Mi-novembre 1941, le froid et la faim font des ravages terribles dans la population. Les rations alimentaires sont encore réduites, pour la cinquième fois depuis le début du siège. Les ouvriers et le personnel spécialisé ne perçoivent plus que225 g de pain et 1 067 calories par jour. Les enfants 150 g de pain et 644 calories.
La terre est tellement gelée par le froid et la neige, que les morts ne sont plus inhumés mais abandonnés près des cimetières, enveloppés dans des draps, et généralement enterrés dans des fosses communes creusées à la dynamite. Au printemps 1942, après le dégel, on découvrira des milliers de cadavres demeurés tout l’hiver conservés sous la neige.
Le 20 novembre 11 000 civils sont déjà morts de faim.
En décembre 1941 52 000 civils meurent de faim.
En janvier 1942 3 500 à 4 000 civils meurent de faim quotidiennement.
D’après les chiffres officiels russes fournis au tribunal de Nuremberg, la famine causa la mort de 632 000 habitants de Léningrad. Les soldats sont nourris correctement le plus longtemps possible, mais durant les dernières semaines de l’année 1941, les rations sont à peine suffisantes.
Les Allemands sont eux-mêmes dans une situation précaire, en particulier en raison du froid et du manque de vêtements chauds.

Opérations

Le 21 septembre, la Luftwaffe déclenche des raids contre la flotte soviétique de la Baltique mouillée dans le port deKronstadt.
Le 24 septembre, 4e jour de raid contre Kronstadt, la Luftwaffe coule le cuirassé Marat, et endommage le cuirasséRévolution d’Octobre par 6 coups au but ainsi que 2 croiseurs.
Le 1er octobre, les troupes finlandaises s’emparent de Petrozavodsk situé sur les bords du lac Onega. Le commandement du siège de Léningrad est confié au général von Küchler Le 10 octobre, le général Joukov quitte Leningrad pour prendre la direction du front de défense de Moscou.
Le 15 octobre, afin de colmater la brèche du lac Ladoga permettant le ravitaillement de Léningrad, le 39e corps blindé allemand, composé des 21. et 126.Infanterie Division et 4 divisions rapides, les 18.(mot) et 20.Infanterie Division (mot) ainsi que des 8e et12e Panzerdivisions commandées par le général Rudolf Schmidt passe la Volkhov en direction de Tikhvine, dans une région à peu près inexplorée, dépourvue de route et couverte par la taïga. L’objectif de cette attaque est de couper la dernière liaison ferroviaire de Léningrad avec Vologda puis de poursuivre l’avance jusqu’au Svir pour établir un front commun avec les Finlandais et encercler totalement Léningrad.

Le 3 novembre, les Allemands coupent la voie ferrée Leningrad-Vologda à 160 kilomètres à l’Est de Leningrad et avancent sur Tikhvine, mais échouent à conquérir le nœud ferroviaire de Volkhov. Les combats sont féroces, les contre-attaques soviétiques infructueuses.
Le 8 novembre, les 18. Infanterie Division (mot) et 12e Panzerdivision s’emparent de Tikhvine après des combats longs et sanglants. En se portant à l’est de Léningrad, les Allemands ont non seulement pour objectif de l’encercler, mais également d’opérer leur jonction avec les Finlandais, toutefois ce dernier objectif ne sera jamais atteint. Le GQG du Führer demanda au corps blindé s’il ne pouvait pas pousser jusqu’à Vologda située à… 400 km…
La « chaussée » Moscou-Léningrad, nom donné au pont aérien qui reliait les deux cités, est alors coupée par les Allemands à Tikhvine. Il était vital pour les Soviétiques de trouver un moyen de ravitailler Léningrad. Le 15 novembre, les Soviétiques abandonnent Volkhov. Plus à l’Est une division sibérienne toute fraîche renforcée par une brigade blindée de T34sortant des usines contre-attaque. Un déluge de feu déchaîné par les orgues de Staline, s’abat sur les défenseurs qui répliquent avec l’artillerie de la 18. ID qui détruit une cinquantaine de chars. Les bataillons de tirailleurs sibériens attaquent sans relâche tout au long de la journée, toutefois la ville, qui n’est plus qu’un tas de décombres fumants, reste aux mains des Allemands.
Le 16 novembre, Staline ordonne l’envoi de nouvelles troupes sibériennes pour contrecarrer le projet d’encerclement nazi. Le général Meretskov commandant de la 4e armée prépare une contre-attaque en tenaille afin d’encercler les troupes allemandes qui se trouve dans Tikhvine
Le 20 novembre 11 000 civils sont déjà morts de faim.

Article détaillé : Ordre de bataille des forces russes et allemandes autour de Léningrad en décembre 1941.

Le 1er décembre, par -40 °C, l’offensive russe pour reprendre Tikhvine commence. Rapidement la 61. ID, qui a été envoyée en renfort, qui occupe la ville est rapidement coupées de ses arrières. L’Infanterie-Regiment (mot.) 30 est envoyé à son secours.

Article détaillé : Forces de défense de Léningrad début décembre 1941.

Le 6 décembre, de nouvelles routes de ravitaillement passant par Zaborie, Novaïa Ladoga et par le lac Ladoga (alors gelé) entrèrent en service pour ravitailler Léningrad.
Le 8 décembre le général Siegfried Haenicke commandant la 61. Infanterie Division, dans la ville de Tikhvine décide d’abandonner la ville devenue une position intenable. L’arrière garde composée de l’Infanterie-Regiment 151 et du Pionier-Bataillon 161 font sauter les ponts, la voie ferrée et le matériel militaire qui ne peut pas être transporté (42 canons, 46 mortiers, 190 mitrailleuses et 102 camions).
Le 9 décembre, malgré un ordre contraire de Hitler le maréchal von Leeb, ordonne l’abandon complet de la poche de Tikhvine et le retour sur la ligne de position de la Volkhov. C’est le premier repli important du Groupe d’armées Nord.
Le 22 décembre par une température de -52 °C, les restes du 39e corps arrive dans leurs lignes, derrière la Volkhov, poursuivi, harcelé, durant les 15 jours de repli, par les troupes sibériennes et l’aviation russe. Il ne reste plus que 741 combattants à la 18. ID, qui a perdu 9 000 hommes. Après le repli le calme revient sur le front du Groupe d’armées Nord
En décembre 52 000 civils meurent de faim.

1942

Siège

 

File:RIAN archive 2153 After bombing.jpg
Population de Leningrad après un bombardement aérien, en décembre 1942.

En particulier durant l’hiver de 1941-1942, les civils qui étaient restés dans la ville ont extrêmement souffert de lafamine. Par exemple, à partir de novembre 1941 à février 1942, la seule nourriture disponible pour le citoyen était 125 grammes de pain, dont 50-60% se composait de sciure et autres adjuvants non comestibles, et distribués par des cartes de rationnement. En janvier, la famine sévit. 3 500 à 4 000 civils meurent de faim quotidiennement.

Rationnement par catégorie de population (en grammes)
Date
du début du rationnement
Troupes de
1re ligne
Troupes de sécurité paramilitaires
Pompiers
Unités de combat10
Employés Personnes à charge Enfants
de – de 12ans
16 juillet 1941 1000 800 600 400 400
2 septembre 1941 800 600 400 300 300
11 septembre 1941 700 500 300 250 300
1 octobre 1941 600 400 200 200 200
13 novembre 1941 450 300 150 150 150
20 novembre 1941 375 250 125 125 125
25 décembre 1941 500 350 200 200 200
24 janvier 1942 575 400 300 250 250
11 février 1942 700 500 400 300 300
23 février 1943 700 600 500 400 400

Le commandement russe, prend alors la décision d’évacuer une grande partie de la population civile, tout d’abord par camions à travers le lac Ladoga gelé, puis par bateaux. 951 000 personnes seront ainsi évacuées durant l’année 1942.
La flottille soviétique du lac Ladoga, qui rassemble environ 200 bateaux, permet, outre l’évacuation de la population, l’acheminement du ravitaillement et des renforts. Ils s’élèveront respectivement à un million de tonnes de ravitaillement et 250 000 soldats.

 

File:Control Ice.jpg

Défense de la route de la vie sur le lac Ladoga glacé, année 1942.

Opérations

File:Demjansk Einkesselung.png

Offensive d’hiver 1942, entre le lac Ilmen et le lac Seliger

File:Defensive pincers in battle of Volkhov.png

Carte de l’opération Lyubanégalement appelée bataille du Volkhov.
Les flèches blanches indiquent les attaques russes, qui utilisent des unités blindées comme une réserve mobile.
Les flèches noires indiquent les contre-attaques des troupes allemandes.

File:Bundesarchiv Bild 121-1467, Bei Leningrad, Kampfgruppe Jeckeln, LKW.jpg

1942 : Une colonne du Kampfgruppe Jeckeln près deKrasnogvardeisk

File:RIAN archive 594303 The anti-aircraft gun crew of Sergeant Fyodor Konoplyov shooting at enemy planes.jpg

Mitrailleuse anti-aérienne soviétique, Leningrad, 9 octobre 1942.

File:Leningrad Siege May 1942 - January 1943.png

Carte du siège de Leningrad de mai 1942 à janvier 1943.

File:RIAN archive 633054 Starting attack in Leningrad battlefront.jpg
Assaut de l’Armée rouge le 21décembre 1943.

Le 8 janvier 1942, par une température de -45 °C, l’Armée rouge attaque, avec 19 divisions d’infanterie, 9 brigades et plusieurs bataillons indépendants de chars et de skieurs, dans le secteur occupé par les 2e et 10e Armeekorps de la 16e armée allemande. Dès le début de l’offensive la 290. ID, qui encaisse, à Vzvad11 le choc principal, chancelle.
Le général Eremenko lance sa 4e armée de choc à la jonction du Heeresgruppe Nord et du Heeresgruppe Mitte ouvrant une profonde brèche entre les 2 groupes d’armées allemands.

Le 9 janvier, la 290e DI est totalement débordée. Une partie du 502e DI se réfugie dans Vzvad, et une partie des 501 et 503. IR, positionnées plus au Sud, occupent et fortifient Tulitovo et Beglovo alors qu’une autre partie parvient
Le 10 janvier, elle parvient à se replier vers l’Ouest afin d’éviter l’encerclement total. Un peu partout sur l’immense front attaqué, les premières lignes allemandes, se désagrègent, mais conformément aux ordres de Hitler, elles ne reculent pas et luttent jusqu’au bout. Il s’ensuit alors, la « création » de multiples points d’appui. Des villages et d’autres positions défensives se trouvent alors isolées, encerclées, mais leurs défenseurs continuent la lutte, sur place, à l’extrême limite, faisant perdre à l’offensive russe son effet de surprise, son poids et sa vigueur forçant ainsi les troupes assaillantes à se disperser pour réduire une à une les poches de résistance.
Le 11 janvier les Russes pilonnent et attaquent12 sans relâche, mais sans succès,Vzvad qui n’est plus qu’un tas de ruine et de cendre.

Le 13 janvier, au Nord du lac Ilmen, les Russes lancent, l’opération Lyuban, qui consistent à effectuer en un double mouvement une percée de Novgorod sur Leningrad et une attaque du Sud du lac Ladoga sur Lyuban afin d’isoler les troupes allemandes situées à l’Est cette ville. Les 4e 8e, 52e, 54e, 59e armées et la 2e armée de choc, qui pénètre de plusieurs dizaines de kilomètres dans les lignes allemandes, attaquent au Nord de Novgorod. Les armées du front du Volkhov composées des 4e, 52e et 59e armées, attaquent à partir du Sud du lac Ladoga.

Le 20 janvier, les défenseurs de Vzvad reçoivent le message de l’OKH : « Évacuez si vous le pouvez ».
Le 21 janvier, après avoir parcouru 25 kilomètres, en 14 heures ils rejoignent leurs lignes et sont accueillis par les skieurs espagnols de la division Azul.
Le 23 janvier, la 3e armée de choc encercle la ville de Kholm qui résistera jusqu’au 5 mai.

Le 25 janvier, le 501. Infanterie Regiment, encerclé à Tulitovo est ravitaillé par air.
Le 8 février, à Demiansk, l’Armée rouge referme son encerclement sur les troupes allemandes. La poche ainsi constituée mesure 3 000 km2, ce qui représente un périmètre de 300 km contenant 96 000 combattants allemands, environ 10 000 paramilitaires et 20 000 chevaux qui se retrouvent piégés jusqu’au 1er mai.

Le 12 février, après avoir subi 146 assauts en 5 semaines, le 501. Infanterie Regiment assiégée à Tulitovo, tente une sortie qui échoue.
Le 13 février le 501e RI renouvelle son attaque et parvient à s’extirper de la poche. Le 503. Infanterie Regiment abandonne la ville de Pola et son importante voie ferrée.
Fin avril les 5 000 Allemands assiégés dans Kholm sont entourés par la 33e division d’infanterie soviétique et 3 brigades d’infanterie indépendantes.
Le 15 février, la 2e armée de choc, qui est en pointe de l’opération Lyuban qui a progressé de 100 km depuis son point de départ, est à mi-chemin de Leningrad, mais l’avance russe s’essouffle.
Le 15 mars, sur le front du Volhkof la SS Polizei Division, à partir du Nord, et la 58. Infanterie Division, à partir du Sud, lancent une contre-offensive afin de couper de leurs bases les troupes de la 2e armée de choc soviétique.
Le 19 mars, sur le front du Volhkof la SS Polizei Division et la 58. Infanterie Division, font leur jonction refermant la poche du Volkhov sur 180 000 soldats russes.
Le 20 mars, le kampfgruppe Seydlitz lance une reconnaissance au sud de Staraïa Roussa. Le 21 mars, après avoir, les jours précédents, lancé 6 000 parachutistes, dont certains ont sauté au cœur même de la poche de Demiansk vers Lytschkovo, tandis que d’autres s’infiltraient dans les lignes allemandes vers Vereteïka, sur le marais de Niévy gelé et entre Poustynia et Nory, les Russes lancent à l’attaque de la poche de Demiansk le 54e bataillon de skieurs sur Dobrossli et les 1re et 204e brigades de parachutistes sur l’aérodrome et les alentours de Demiansk. Le même jour, les Allemands lancent l’opération Brückenschlag afin de délivrer les six divisions encerclées dans la poche de Demiansk.

Article détaillé : Opération Brückenschlag.

Le 27 mars, n’ayant aucune envie d’abandonner le terrain conquis, les Soviétiques lancent une contre-offensive afin de secourir la 2e armée de choc.
Le 30 mars, la contre-attaque permet d’ouvrir un corridor de 3 km de large, qui est consolidé par la construction de deux voies ferrées.
Le 4 avril, la Luftwaffe débute l’opération Eis Stoß consistant à couler les navires soviétiques de flotte de la Baltique pris dans les glaces. Le 7 avril, les derniers soldats du 54e bataillon de skieurs et des 1re et 204e brigades de parachutistes sont totalement éliminés par les défenseurs de la poche de Demiansk.
Le 14 avril, les troupes encerclées dans Demiansk lancent une offensive, conjointement aux troupes de secours de l’opération Brückenschlag afin de percer la poche.
Le 19 avril, les Waffen SS du Kampfgruppe Seydlitz établissent le contact avec la 5e Leichte Division sur la rivière Lovat.
Le 29 avril, sur le front du Volkhov, les Russes tentent d’élargir le corridor, large de 3 km, mais les Allemands les attendent. Malgré de nombreuses attaques et contre-attaques, les positions ne bougeront pas jusqu’au 13 mai.
30 avril, fin de l’opération Eis Stoß, qui se solde par un échec, mais laisse la ville sous les décombres.
Le 1er mai, les Russes lancent une nouvelle attaque pour prendre Kholm mais ils sont obligés de se replier. La 218. Infanterie Division attaquant depuis le Sud-Ouest. Ce même jour, la poche de Demiansk est définitivement sauvée. Toutefois elle n’est pas évacuée et restera telle quelle jusqu’à l’hiver suivant, formant un incroyable saillant, relié au front allemand par le mince couloir de Ramouchevo, large de 4 km et long de 12 km.
Le 5 mai l’attaque allemande parvient à briser l’encerclement et à libérer les troupes Allemandes de Kholm, malgré les contre-attaques deT34 soviétiques arrêtés par les Sturmgeschütz du StuG Abteilung 184.
Le 22 mai sur le front du Volkhov, les Allemands lancent une offensive visant à réduire le saillant, afin d’empêcher la retraite des troupes et de l’artillerie russe.
Le 31 mai, la poche du front du Volkhov se referme une seconde fois sur les troupes de la 2e armée de choc soviétique. Les combats font rage, la poche résistera jusqu’au 21 juin.
De juin à septembre, l’artillerie de siège allemande bombarde sans relâche la ville avec des obus de 800 kilos.
Les Russes manquent de tout : munitions, armes, vivres et matériel en tout genre. La famine fait son apparition chez les civils comme chez les soldats soviétiques, forçant les autorités à produire des ersatz.
Le 21 juin, les troupes de la 2e armée de choc soviétique tentent avec l’énergie du désespoir de sortir de la nasse dans laquelle ils sont enfermés depuis la mi-février. La sortie, effectuée en masse, réussie malgré de lourdes pertes, mais les troupes allemande parviennent à refermer la porte dès le lendemain.
Le 28 juin, l’OKW publie un communiqué dans lequel il indique que les Russes ont perdu 33 000 prisonniers, 650 canons, 170 chars et 2 900 mitrailleuses. Il n’indiquent pas le nombre de morts mais estiment que 120 000 soldats russes auraient réussi à s’échapper. Legénéral Vlassov est activement recherché par les troupes allemandes.
Le 30 juin, le général von Küchler reçoit l’ordre, de Hitler, de renforcer les positions à Demiansk et de durcir l’encerclement de Leningrad, afin d’établir un contact avec les Finlandais en contournant le lac Ladoga pour isoler totalement la ville. Hitler fait transporter la 11e armée de von Manstein qui s’est distinguée lors du Siège de Sébastopol et lui confie l’opération Nordlicht, qui doit commencer le 14 septembre, dont l’objectif principal est la prise de Leningrad. Le 11 juillet, le général Vlassov commandant en chef de la 2e armée de choc est capturé par le Hauptmann von Schwerdter suite à la dénonciation d’un maire d’un petit village.
Durant l’été, sur le front du Volkhov, la bataille est continuelle mais sans l’intensité des combats de l’hiver et du printemps.
Le 9 août 1942 la Symphonie n° 7 « Leningrad » de Dmitri Chostakovitch est jouée par l’orchestre de la radio de Léningrad sous la direction de Carl Eliasberg13. La partition de l’œuvre avait préalablement franchi les lignes allemandes, par avion, une nuit de mars 1942. Le concert fut retransmis sur des haut-parleurs disposés dans toute la ville et également braqués vers les lignes ennemies. Cette date14, initialement choisie par Hitler pour célébrer la prise de Leningrad, peut symboliser le renversement de la dynamique en faveur des Soviétiques.
14 août, début des opérations du Détachement naval K (en)15 pour empêcher l’approvisionnement de Leningrad par le lac Ladoga.
Le 24 août, les Russes lancent une attaque afin de réduire le Col de bouteille qui offre aux Allemands une tête de pont sur le lac Ladoga. C’est le début de la première bataille du lac Ladoga, connue également sous le nom d’offensive de Siniavino. Les Soviétiques ont devancé les Allemands.
La 2e armée de choc reconstituée est lancée en pointe de l’attaque en direction de Leningrad avec la mission de couper ce fameux Col de bouteille, suppléée par la 8e armée. C’est la 223e division d’infanterie qui reçoit le premier coup de boutoir soviétique, reculant de 3 km.
Le 29 août, malgré une forte résistance allemande, le front s’effondre mais von Manstein, qui a pris le commandement de toutes les unités se trouvant entre la mer Baltique etKirichi, lance les 12e Panzerdivision et 223e division d’infanterie plusieurs contre-attaques permettant de stopper l’avance soviétique. la 96e ID en contre-attaque permettant de stabiliser le front.
Du 30 août au 9 septembre, la percée soviétique la plus avancée atteint 9 km. Toutefois l’attaque s’essouffle et les succès de la Luftwaffe permettent de diminuer la pression sur les forces terrestres allemandes.
Du 10 au 21 septembre, C’est l’impasse. Chacun des camps campe sur ses positions attendant des renforts.

 

File:Sinyavin offensive 10 09.JPG

L’avancée maximale du front soviétique lors de l’offensive de Siniavino.

Le 22 septembre, les Allemands lancent une contre-attaque décisive avec en pointe la 132e division d’infanterie qui bouscule les premières lignes soviétiques qui se défendent avec acharnement. Au soir la 132e DI a perdu 16 officiers et 494 soldats.
Le 23 septembre, l’avance allemande ne progresse que d’une centaine de mètres.
Le 25 septembre, la 347e division d’infanterie parvient à briser la ligne de défense soviétique permettant d’encercler, de nouveau, 2earmée de choc.

Le 15 octobre la poche qui contenait 5 divisions d’infanterie, 2 divisions de la Garde et 6 brigades d’infanterie indépendantes sont détruite ou capturées. Au total les Allemands font 12 400 prisonniers, et capturent 193 canons et 244 chars. Si l’offensive de Siniavino est un échec soviétique et une incontestable victoire allemande, l’opération à obligé les Allemands à reporter l’opération Nordlicht. Celle-ci sera de nouveau reportée suite à la défection des troupes finlandaises, puis du siège de Stalingrad. En novembre, Hitler fait transporter la 11earmée de von Manstein sur Stalingrad afin de briser l’encerclement.
Le front de Leningrad, devient alors un secteur secondaire jusque janvier 1943.
Le 27 décembre, le général soviétique Vlassov, prisonnier des Allemands, forme le comité de Smolensk pour organiser l’opposition àStaline, sous le contrôle allemand. Plus tard, son groupe prendra le nom de Armée de libération de la Russie.

1943

Siège

En 1938, environ 171 000 bébés étaient nés à Léningrad et sa banlieue et en 1939, on dénombrait plus de 175 000 naissances. Durant l’année 1943, seulement 700 enfants, environ, sont nés vivants à Léningrad. La plupart sont morts soit pendant le siège, soit sur la route lors de l’évacuation.
En janvier, la population de Léningrad, y compris la banlieue, est passée d’environ 4 millions à moins de 800 000, civils et militaires. La plupart des civils inutiles sont évacués vers la Sibérie, où beaucoup y mourront. En février 1943, le chemin de fer est temporairement rétabli, mais bientôt il est à nouveau détruite par l’aviation allemande.
En mars et avril une épidémie de typhus et de fièvre paratyphoïde touche un grand nombre de survivants mais elle est contenue par les efforts mutuels des médecins et des citoyens.
Le siège s’éternise et Léningrad devient une ville fantôme.

Opérations

File:Sxema operatsya iskra 1943.jpg

Carte de l’opération Iskra

File:Bundesarchiv Bild 146-1981-071-07A, Russland, Panzer VI "Tiger I".jpg
Char Tigre allemand de la Schwere Panzer Abteilung 502 à proximité de Leningrad, 1942 ou 1943.

Le 12 janvier 1943, après un calme relatif d’environ 2 mois, les russes lancent l’opération Iskra également connue sous le nom de 2ebataille du lac Ladoga.

Articles détaillés : Opération Iskra et Ordre de bataille lors de l’opération Iskra.

À l’aube, l’aviation russe attaque les aérodromes, les gares et les centres de communication. A 9h30, 4 500 pièces d’artillerie russes ouvrent le feu sur les tranchées de 1re ligne allemandes. Après cette préparation d’artillerie, partant du front du Volkhov, la2e armée de choc se rue à l’assaut se heurtant au Prussiens de la 1re division d’infanterie. Les combats font rage toute la journée et la 327e division d’infanterie soviétique s’épuise en des attaques incessantes contre le kampfgruppe Wengler réfugié dans une forêt. L’arrivée de la 64e division de la garde contraint Wengler à reculer. Pour cette première journée l’avance russe du côté du front du Volkhov atteint une profondeur de 12 km mais sur largeur 2 km seulement.

Au même moment, mais du côté de Léningrad, la 67e armée, lance les 136e et 268e divisions d’infanterie à travers la Néva gelée. De ce côté également les combats sont violents, les russes perdent 3 000 hommes sur la Néva gelée. En fin de journée le front allemand est très affaibli mais il tient toujours. Afin de consolider le front le général Lindemann fait transporter un régiment de la 61. ID à Mga et ordonne à la 96. ID d’envoyer des éléments à Schlüsselburg et Lipski tandis que le reste de la division prépare une contre-attaque.

Le 13 janvier la 45e division de la garde et la 268e division d’infanterie s’élancent sur la Néva gelée. La défense allemande brise leurs assauts, mais un peu plus loin, la 61e brigade blindée et la 136e division d’infanterie16 réussissent à installer une tête de pont sur la rive Est du fleuve, malgré la défense de fer de la 227 ID.

Le 14 janvier les russes concentrent leurs attaques à partir du front du Volkhov. 3 divisions d’infanteries et la 98e brigade blindée de la 2earmée de choc attaquent en direction du point d’appui N°5 17 ou s’accrochent les allemand du 284e régiment d’infanterie de la 96. ID venu renforcer les défenseurs.
Du côté du front de Léningrad, les 4 chars restant de la 1.Kompanie de la Schwere Panzer Abteilung 502 repoussent l’assaut, à travers laNéva gelée, d’une trentaine de chars T-34.

Le 15 janvier les assauts répétés des forces russes, font craquer les défenses allemandes. La 136e division d’infanterie (URSS) (ru) et la 61e brigade blindée de la 55e armée venant de l’Ouest et la 18e DI et la 16e brigade blindée de la 2e armée de choc venant de l’Est font leur jonction au Nord du point d’appui N°517, encerclant ainsi la 227. ID et 2 bataillons de la 96. ID dans Schlüsselburg.

Les russes concentrent alors tout leurs efforts pour réduire la poche. Toutefois une contre-attaque de la 61. ID parvient à rompre l’encerclement et deux régiments rejoignent les troupes assiégées mais les Russes contre-attaquant également referment l’ouverture. Le général Werner Hühner, commandant la 61e division prenant le commandement des forces de la poche Schlüsselburg organise la défense avec des kampfgruppen. Les combats autour de Poselok N°517 font rage entre les défenseurs et la 136e division d’infanterie soviétique.

Le 16 janvier, la 18e division d’infanterie soviétique lance 3 assauts, Poselok N°517, qui sont tous repoussés.

Le 17 janvier, 18e division d’infanterie soviétique appuyée par la 61e brigade blindée, encerclent le point d’appui après des combats d’une violence inouïe, mais les défenseurs tiennent toujours bon.

Le 18 janvier, les combats reprennent avec la même intensité. La 136e division d’infanterie soviétique appuyée par la 61e brigade blindée entrent enfin dans la cité mais en sont délogés par un barrage d’artillerie allemand qui permet au Kampfgruppe Hühner d’abandonner la poche de Schlüsselburg, après de terribles combats au corps à corps, et de rejoindre les lignes allemandes plus au Sud.
Du 19 janvier au 9 février, les Soviétiques ayant obtenu, en partie, ce qu’ils souhaitaient, un « contact terrestre avec Léningrad », un léger répit intervient permettant aux troupes Russes d’établir des défenses telles que les Allemands ne puissent plus le leur disputer.

L’opération Iskra est une victoire stratégique pour les forces soviétiques. Du point de vue militaire, l’opération a éliminé la possibilité de la capture de la ville. D’autre part le front de Léningrad sera désormais très bien ravitaillé, renforcé et capable de coopérer plus étroitement avec le front du Volkhov.

Pour la population civile, l’opération Iskra permet, le ravitaillement en nourriture, ainsi que la possibilité d’évacuer plus de civils de la ville. La fin du blocus a également eu un effet stratégique, bien qu’il ait été éclipsé par la reddition de la 6e armée allemande à Stalingrad quelques jours plus tard.
Toutefois le haut commandement soviétique souhaitant consolider le passage le long du lac Ladoga décide de relancer une attaque avec comme objectif la ville de Mga nœud routier et ferroviaire très important. La prise de la ville par les soviétiques permettant le rétablissement du chemin de fer de Kirov entre Léningrad et Mourmansk.

Durant cette période le front allemand, désormais entre la Néva et le Volkhov se restructure.

Article détaillé : Ordre de bataille lors de l’opération Iskra.

Le 29 janvier les Russes repartent à l’attaque avec 35 bataillons d’infanterie et de chars de la 2e armée de choc] depuis le Nord sur un front de 2 5 km.
Les 30 et 31 janvier les Allemands contiennent les vagues assauts répétées des troupes soviétiques.
Le 1er février, les combats font rage, la défense craque et les Russes pénètrent dans Sinyavo. La 11e DI contre-attaque et repousse les troupes Russes, la ville est de nouveau allemande. La 2e armée de choc ayant subi des pertes terribles, elle n’est plus en état de poursuivre l’offensive et un calme, très relatif règne jusqu’au 9 février ou les deux armées renforcent leurs positions.

 

File:Map 3rd Ladoga-Battle.png

Opération Polyarnaya Zvezda

File:Opasna eta storona.jpg

1944 : les survivants de Léningrad exultent alors que le siège est levé. Sur le mur on peut lire : « Citoyens ! Cette partie de la rue est la plus dangereuse pendant les tirs de barrage ».

Le 10 février, les Russes attaquent à nouveau, mais cette fois au lieu d’attaquer de front, ils attaquent en tenaille, cherchant à isoler la ville de Sinyavo C’est l’Opération Polyarnaya Zvezda également appelée 3e bataille du lac Ladoga. La 55e armée partant deLéningrad et les 4e et 54e armées partant du Volkhov débutent l’offensive, mais l’attaque bloque sur une défense de fer. La 55earmée forte de 44 000 soldats se lance à l’assaut des positions de Krasny Bor défendues par la 250e division d’infanterie dite « division Azul » forte de 4 500 soldats et d’éléments allemands divers de l’ordre de 1 400 soldats. C’est la bataille de Krasny Bor.
L’offensive soviétique marque le pas dès le 1er jour. La Stavka lance alors ses chars lourds qui pénètrent les premières lignes allemandes, sans pouvoir avancer plus. Dans le secteur de la 55e armée les Espagnols de la division Azul résistent superbement et l’attaque soviétique est également stoppée. Au final, l’opération Polyarnaya Zvezda, qui est un nouvel échec pour les soviétiques, aura coûtée pour le seul secteur de Krasny Bor de 11 000 à 14 000 hommes et un nombre identique de blessés. Côté allemand, dans ce même secteur la division Azul perd 3 645 tués ou blessés et 300 disparus ou faits prisonniers soit un taux de pertes de 75 %.
Sachant désormais que Mga ne serait pas prise, les autorités de Léningrad, ordonne la construction d’une voie ferrée sur le terrain conquis au Sud de Schlüsselburg.
Au 23 février, les allemands ont grignotés la totalité du terrain perdu.
La nouvelle voie de chemin de fer de 36 km, construite par des milliers de civils et de prisonniers de guerre, est mise en service 14 jours après le premier coup de pioche. En février la ligne sera empruntée par 69 trains, 157 en avril et 369 en juillet 1943. Léningrad n’est désormais plus isolée.
Le 28 février, au Sud du lac Ilmen, les allemands réussissent le retrait du couloir de Ramouchevo18, large de 4 km, seulement et long de12 km, et de la poche de Demiansk, de l’ensemble de leurs 10 divisions, afin de raccourcir le front de plusieurs centaines de kilomètres. La ville sera libérée par l’Armée rouge le 1er mars.
Le 19 mars, dans le secteur du col de la Bouteille les russes tentent un nouvel assaut qui se solde par un échec.
Début avril, après plusieurs autres tentatives de petites envergures, l’opération Polyarnaya Zvezda prend fin, Mga reste au mains des allemands. Les allemands qui estiment les pertes soviétiques à 270 000 hommes sont bien inférieures aux leurs. Toutefois la destruction de 4 divisions, font défaut car ils manquent désormais cruellement de soldats sur le front de l’Est. Si cette opération est un succès, tactique, allemand, c’est également un succès, stratégique, pour les soviétiques qui ouvrent une liaison terrestre avec Léningrad.

À la fin de 1943, les Russes reçoivent d’importantes quantités d’armes en provenance des nouvelles usines de l’ouest de l’Oural ainsi que des T-34 qui leur permettent de lutter contre les Panzer III et IV allemands. Ils reçoivent également des camions surmontés de lance-roquettes, appelés « Orgues de Staline » par les Allemands et Katiouchas par les Russes. Avec ce nouveau matériel, une offensive est maintenant envisageable pour les Soviétiques.

1944

File:Leningradsko Novgorodskaya operatsya 1944 1 polozhenie storon.jpg

L’opération Novgorod-Luga du 14 janvier-1er mars 1944

File:Krasnoe Selo-Ropsha.JPG

L’opération Tonnerre de Janvier également appelée opération Krasnoselsk-Ropshinsk du 14 au 30 janvier 1944

Siège[modifier]

En janvier 1944, avant leur retraite, les Allemands partirent avec un énorme butin. Ils détruirent ensuite les palais les plus précieux destsars, tels que le Palais Catherine à Pouchkine , le Palais de Pierre le Grand à Peterhof, le Palais de Gatchina à Gatchina, le Palais Constantin à Strelna.
De nombreux autres monuments historiques et des maisons situées dans la banlieue de Saint-Pétersbourg ont été pillées et détruites, et des quantités incalculables de précieuses collections d’art volées par l’Allemagne nazie.
Le siège prend fin le 27 janvier 1944.

Opérations

Une ultime réunion de préparation se tient à Smolny le 11 janvier. Le début des opérations est fixé pour le 14 à partir du secteur d’Oranienbaum, l’attaque à partir des hauteurs de Poulkovo devant être lancée le 15 c’est l’opération Tonnerre de Janvier (ru). Le même jour, 14 janvier 1944, quatre armées russes réparties entre le lac Ilmen et le lac Ladoga soit un front de 18 km) attaquent les positions allemandes, c’est l’offensive Novgorod-Luga (ru). La résistance est vive mais les généraux Kirill Meretskov, commandant du Front de Volkhov, et Leonid Govorov, commandant du Front de Léningrad, effectuent leur jonction le 25 janvier.

Le siège prend fin le 27 janvier 1944.
En mars, les troupes allemandes sont repoussées à 250 km de Léningrad.
Ce blocus, le plus long de la guerre avec ses 28 mois (872 jours), a entraîné la mort de 1 800 000 soviétiques (dont plus d’un million de civils). Quant aux forces de l’Axe, elles ont enregistré la perte de 200 000 de leurs soldats.

Notes, sources et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Effect of the Siege of Leningrad on the city » (voir la liste des auteurs)
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Siege of Leningrad » (voir la liste des auteurs)
  • (ru) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en russe intitulé « Блокада Ленинграда » (voir la liste des auteurs)
  1. ↑ Wykes, Alan (1972), The Siege of Leningrad, Ballantines Illustrated History of WWII, p.9-11
    Brinkley, Douglas & Mickael E. Haskey (2004), The World War II. Desk Reference, Grand Central Press, p.210
  2. ↑ Le tracé de la ligne Staline part de Pskov et suivant le cours de la rivière Velikaïa elle passe par Ostrov, Opochka et rejoint la Dvina dans les environs dePolotsk
  3. ↑ Selon l’historien allemand Werner Haupt.
  4. ↑ L’armée avait 54 912 hommes et disposait de 83 chars et 748 canons et mortiers.
  5. ↑ La position fortifiée de Krasnogvardeisk [archive]
  6. ↑ Écrit également Sheremet’evka et Шереметьевxa en russe. Ce village est situé à l’embouchure de la Neva large à cet endroit de 1 000 mètres
  7. ↑ La cote 167 est également appelée « le mont chauve »
  8. ↑ a, b et c The Oranienbaum Pocket 1944 [archive]
  9. ↑ a, b et c Carte de la poche d’Oranienbaum en 1941 [archive]
  10. ↑ Qui sont en réserve, en seconde ligne ou au repos
  11. ↑ Vzvad également écrit Vsvad est située au bord [archive] du lac Ilmen à environ 20 km au Nord-Nord-Est de Staraïa Roussa
  12. ↑ C’est le 140e régiment d’infanterie soviétique qui attaque
  13. ↑ Orchestral manœuvres (part two). From the Observer [archive]
  14. ↑ Orchestral manœuvres (part one). From the Observer [archive]
  15. ↑ Détachement naval K [archive]
  16. ↑ La 136e division d’infanterie sera rebaptisée 63e division d’infanterie de la Garde après ses exploits lors de l’opération Iskra
  17. ↑ a, b, c et d Sous le nom de WS N°5 ou celui Paselok 5 ou Poselok 5. Il est indiqué que Poselok 5 est une cité ouvrière
  18. ↑ Ecrit Ramushevo ou Ramouchevo
  19. ↑ [1] [archive]

 

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

 

 

 

 

 

 

6 mars 2013

Opération Barbarossa

Classé sous — milguerres @ 21 h 35 min

 

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

 

 

Opération Barbarossa barbarossa

 

L’opération Barbarossa (en allemand, Unternehmen Barbarossa), nommée en référence à l’empereur Frédéric Barberousse, est le nom de code désignant l’invasion par le IIIe Reich de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) pendant la Seconde Guerre mondiale. Déclenchée le 22 juin 1941, un an jour pour jour après la signature de l’armistice entre la France et le IIIe Reich, elle ouvre le front de l’Est qui devient le principal théâtre d’opérations de la guerre terrestre en Europe (de 1941 à 1945, 80 % des pertes de la Wehrmacht sont subies sur le front russe) et le facteur crucial dans le succès ou la défaite du Troisième Reich nazi. Ce front va être le théâtre des plus grandes et des plus sanglantes batailles terrestres de la Seconde Guerre mondiale. Cette invasion marque aussi un tournant dans la guerre, jusqu’alors encore assez localisée et européenne. Elle va bientôt embraser le monde entier.

La Wehrmacht possède une supériorité initiale considérable en hommes (de 2 contre 1 au minimum) et en équipements. Elle est mieux organisée, bien mieux commandée et dispose, au moins jusqu’à la gigantesque bataille de Koursk de juillet 1943, d’une incontestable supériorité tactique. Elle bénéficie de l’effet de surprise. L’Armée rouge, si elle est loin d’être préparée au choc avec l’Allemagne, décapitée par les Grandes Purges, dispose cependant d’importantes réserves humaines, d’avantages matériels certains (base industrielle, armements) et d’un patriotisme russe que Staline saura opportunément réactiver après vingt ans de répression sous la férule d’un État en guerre permanente contre sa propre société. Le nazisme, qui ne laissera aux « Untermenschen » d’autre alternative que la mort ou l’esclavage, jouera également un rôle important dans le sursaut patriotique.

Comme en 1914, l’Allemagne entend agir rapidement : le plan Barbarossa fixe à quatre mois le délai nécessaire à l’anéantissement militaire de la Russie, cœur névralgique de l’Union soviétique. En pratique, l’opération Barbarossa s’étendra de juin 1941 à janvier-février 1942, l’échec allemand de la bataille de Moscou étant le dernier épisode de la première phase du conflit sur le front russe.

Les justifications de cette invasion sont historiques (l’échec du plan Schlieffen en 1914 qui a conduit au traité de Versailles, ressenti comme une humiliation par l’Allemagne de 1919), stratégiques (la conquête du Heartland russe comme levier de la domination globale du continent européen) et idéologiques (la mise en œuvre géopolitique du nazisme), l’aboutissement affiché de la politique nazie étant la conquête d’un espace vital à l’Est : le Lebensraum.

Situation politique et diplomatique

La situation au printemps 1941 semble largement en faveur de l’Axe. La France a été vaincue en quelques semaines, le corps expéditionnaire britannique a été défait. Une partie majeure de l’Europe est occupée. À l’Est, Adolf Hitler a mis en place des régimes alliés de gré ou de force : Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Slovaquie. Le seul ennemi en guerre qui lui tienne encore tête est la Grande-Bretagne et son empire, qui résistent en grande partie grâce à une volonté collective incarnée par Winston Churchill, mais elle n’a été sauvée jusqu’alors que par son insularité. Au demeurant, la Grande-Bretagne ne constitue pas, en Europe continentale, une menace militaire terrestre suffisamment significative pour inquiéter la Wehrmacht.

Hitler connaît les risques d’attaquer l’Union soviétique, mais il estime qu’il doit agir immédiatement car, en 1941, l’Armée rouge est désorganisée et profondément affaiblie par les Grandes Purges staliniennes. Encore éloignés de la guerre, les États-Unis d’Amérique penchent cependant de plus en plus du côté des Alliés. Invaincue, la Wehrmacht, fait figure de première armée du monde en 1941. La situation semble donc favorable à la conquête du « Lebensraum ». Une seule puissance continentale peut encore empêcher cette conquête : l’Union soviétique. Depuis la signature du Pacte germano-soviétique (1939), dans lequel l’URSS voit un moyen de se protéger après les accords de Munich (Allemagne-France-Grande Bretagne) de 1938, et grâce auquel l’Allemagne et l’Union soviétique se sont partagé le territoire de la Pologne, les deux pays, malgré l’opposition inconciliable des idéologies qui les dirigent, ont ostensiblement établi des relations amicales de façade et des relations commerciales qui profiteront surtout au Troisième Reich jusqu’en juin 1941.

L’invasion crée le front stratégique majeur du second conflit mondial

En déclenchant l’opération Barbarossa, le régime nazi provoque l’ouverture d’un front auquel le Reich doit désormais consacrer l’essentiel de ses moyens militaires, de ses ressources industrielles et humaines. Engagée dans une guerre totale contre l’Union soviétique, l’industrie de guerre allemande « tournera » au maximum de ses capacités et ne cessera de se développer jusqu’au début de 1945 (ses dépenses militaires passeront de 35% de son PNB en 1940 à 65% en 1944). Non seulement l’Allemagne, première puissance industrielle du continent, affecte la totalité de ses ressources économiques à sa production de guerre, mais elle exploite également systématiquement à cette fin les ressources industrielles, économiques, démographiques de l’Europe occupée.

Du déclenchement de « Barbarossa » aux dernières étapes de la guerre, en mai 1945, la Wehrmacht consacrera l’essentiel de ses ressources en hommes et en matériels au front de l’Est, sans jamais être en mesure, à partir de l’hiver 1942-1943, de prendre l’initiative, si ce n’est dans des secteurs de plus en plus étroits du front. En juillet 1943, lors de la gigantesque bataille de Koursk, à peine sept divisions et deux brigades (2,7% des forces allemandes) étaient engagées face aux Américains et aux Britanniques dans les affrontements de la guerre du désert. Le reste (91 divisions et 3 brigades) se trouvait cantonné dans les territoires de l’Europe occupée. Les Alliés prendront pied en Afrique du Nord en novembre 1942 (débarquement de 70 000 hommes à Alger et Oran et au Maroc), en Sicile en juillet 1943 (débarquement de 160 000 hommes), en Italie à Salerne (sud de Naples) en septembre 1943 et à Anzio en janvier 1944, mais les moyens engagés pèseront de peu de poids (la Wehrmacht aura 23 divisions en Italie début 1944) comparés à la démesure des effectifs et des matériels présents depuis juin 1941 sur le front russe. Durant les quatre années que dura le conflit germano-soviétique il y eut, en permanence, une moyenne de 9 millions d’hommes simultanément impliqués dans les opérations de ce front.

Le cumul des pertes militaires de l’Union soviétique et de l’Allemagne nazie, dans sa guerre d’invasion de l’Union soviétique, se monte à 80% du total de toutes les pertes militaires enregistrées sur le théâtre d’opération européen de 1940 à 1945. C’est sur le front russe que la Wehrmacht aura les reins brisés, bien avant le débarquement des Alliés en France. Après le débarquement de Normandie d’un corps expéditionnaire en juin 1944, c’est encore à l’Est que les Allemands continueront à engager et à perdre la majorité de leurs hommes. La comparaison des pertes subies par la Wehrmacht sur les deux fronts à partir de juin 1944 montre la part presque exclusive du front russe même après ce débarquement. Du 1er juillet au 31 décembre 1944, pendant cinq mois, lors de la grande offensive soviétique contre le groupe d’armées du Centre, les Allemands perdront chaque mois en moyenne 200 000 soldats et près de 4 000 Hiwis, des auxiliaires étrangers (russes) de l’armée allemande. À l’Ouest, au cours de la même période, c’est-à-dire après le débarquement allié en France, la moyenne des pertes allemandes s’élèvera à 8 000 hommes par mois soit un rapport de 1 à 25.

Les pertes en vies humaines seront colossales et sans précédent, les conditions de vie seront effroyables pour les deux camps. En 2001, les historiens russes estimaient les pertes du conflit germano-soviétique à 26,2 millions de tués (environ 16% de la population de l’Union soviétique de 1940) dont plus de 11 millions de soldats et officiers (6,8 millions de tués directs et 3,8 millions de prisonniers de guerre décédés entre les mains de la Wehrmacht), et surtout 15,6 millions de civils puisque l’importance sans précédent des pertes civiles est d’abord la conséquence d’une guerre d’anéantissement menée en Union soviétique par le Reich nazi. 34 millions de Soviétiques furent mobilisés dans les rangs de l’Armée rouge de 1941 à 1945. L’ampleur de l’engagement allemand fut gigantesque : quelques 20 millions d’Allemands portèrent, à un moment ou à un autre, l’uniforme de la Wehrmacht sur le front russe, de sorte que c’est toute la société allemande qui fut impliquée dans l’expérience de la guerre sur le front de l’Est. Celle-ci fut voulue comme une lutte à mort, exigeant un engagement sans limites, une obéissance absolue, la destruction totale de l’ennemi. À ce titre, la guerre totale déclenchée contre l’URSS constitue non seulement le sommet du régime nazi, mais aussi l’élément essentiel de son image dans la mémoire collective des Allemands après la guerre. Pour l’écrasante majorité des soldats allemands, l’expérience de la guerre fut celle du front russe.

À la fin du mois de mars 1945, la totalité des pertes de l’Ostheer (le nom de la Wehrmacht sur le front russe) s’élevait à 6 172 373 hommes (tués, mutilés, disparus), soit près du double de ses effectifs initiaux, au 22 juin 1941. Ce chiffre représente 80 % des pertes subies par la Wehrmacht sur tous les fronts depuis le déclenchement de l’invasion de juin 1941. En mai 1945, on dénombre plus de 3 millions de prisonniers allemands détenus en Union soviétique. Tous camps confondus, les tués de l’Armée rouge, hors les 3,8 millions de prisonniers de guerre soviétiques décédés après leur capture, constituent 52 % du total des pertes militaires en Europe, ceux de la Wehrmacht 28 % (moins de 2% pour l’armée des États-Unis). Les pertes militaires de l’Union soviétique représentent 85 % du total des pertes alliées en Europe (Royaume-Uni 3,7 % – France 2,9 % – États-Unis 2,6 %). Enfin, le front ouvert en juin 1944 en France aura, militairement, environ 11 mois d’existence contre 47 mois pour le front russe ouvert en juin 1941.

Préparatifs allemands

motivations et justifications idéologiques

Dans Mein Kampf, Hitler annonce sa volonté d’en finir avec le « bolchevisme », assimilé à ses yeux au judaïsme: pour cela a été créée la figure fantsmagorique du Judéo-bolchevisme, dont la figure de proue est le Juif, « nuisible » (schädling) à la Nation allemande, rendu responsable du coup de poignard dans le dos de 1918.
Réparer l’humiliation de la défaite non reconnue de la Première Guerre mondiale face à l’alliance russo-franco-britannique de 1914 est aussi une motivation importante: En effet, sur le front russe, l’Allemagne est ses alliés ont signé une paix de victoire à Brest-Litovsk en mars 1918, mais ont dû évacuer les territoires qu’ils occupaient à l’hiver 1918-1919.
En outre, aux yeux des nationaux-socialistes, l’existence même d’un pays se réclamant du marxisme, l’Union soviétique, constitue une menace sur le Troisième Reich, état libéré de la présence juive, comme l’affirme la propagande nazie.

Objectifs territoriaux nazis

Les vastes espaces de l’Union soviétiques sont destinés, dans la direction tracée autrefois par les chevaliers Teutoniques, à être le Lebensraum, l’espace vital allemand, une fois débarrassé de ses populations. Les populations urbaines doivent être exterminées par la famine, celles rurales mises en esclavage pour fournir des surplus alimentaires destinés à l’Allemagne et à la colonisation aryenne.

L’idéologue du parti nazi Alfred Rosenberg a déjà prévu le découpage du territoire à conquérir. Quatre Reichskommissariat seront créés, à savoir : l’Ostland comprenant les pays baltes et la Biélorussie, celui d’Ukraine, le Kaukasus avec la zone autour des monts du Caucase et celui de Moskau pour le reste de la Russie européenne.

Hitler et le Parti dans la phase de préparation de Barbarossa

Du fait de son caractère éminemment politique, l’opération est principalement une création d’Hitler. L’état-major de la Wehrmacht est alors réticent car il craint de devoir combattre sur deux fronts simultanément (un front terrestre contre la Russie, un front maritime et aérien contre la Grande-Bretagne). Mais le Führer, auréolé du prestige des victoires fulgurantes en Pologne et surtout en France, croit en son génie politique et militaire et refuse de leur prêter l’oreille. Opposé, lui aussi, par principe, à la division de ses forces sur deux fronts qui fut, à ses yeux, la grande erreur du Reich lors de la Première Guerre mondiale, il finit par se convaincre lui-même que le Royaume-Uni est à bout de souffle et demandera la paix une fois l’Union soviétique vaincue et démantelée car il ne veut pas différer plus longtemps sa grande conquête à l’Est. Il surestime ses forces, prenant en compte ses victoires éclairs contre la Pologne puis la France, et sous-estime celles de la Russie soviétique, du fait des faibles performances de l’Armée rouge au cours de la guerre d’Hiver contre la Finlande (125 000 soldats soviétiques y périrent contre 48 000 hommes pour l’armée finlandaise). La préparation de l’armée allemande souffrira donc de plusieurs carences qui se révèleront fatales pour la réalisation des objectifs de l’opération Barbarossa quand il deviendra évident que la Blitzkrieg est inopérante en Russie.

La préparation: plans élaborés dès 1940

operat10
Plan d’origine des Allemands.

La première mention d’une invasion de la Russie soviétique apparaît dans la directive n°21 du Führer, mise en circulation restreinte fin 1940. »Les armées allemandes, précisait la directive, doivent être prêtes, avant même la conclusion de la guerre contre l’Angleterre, à écraser la Russie soviétique à la faveur d’une rapide campagne ». À l’époque, la Luftwaffe n’a pas encore été mise en échec au-dessus de l’Angleterre. La directive indique déjà la date de l’invasion: le 15 mai 1941. Dès ce document, le plan de conquête et les objectifs à atteindre sont tracés, avec la séparation en deux du champ de bataille : le nord et le sud des marais du Pripet. Les deux groupes d’armées au nord doivent dans un premier temps détruire le maximum de forces soviétiques en appliquant les tactiques de la Blitzkrieg, puis prendre d’abord Léningrad et son port de guerre de Kronstadt, et seulement ensuite la capitale Moscou. Le groupe sud, lui, doit progresser vers Kiev, son flanc droit étant couvert par l’armée roumaine et quelques divisions allemandes. Par la suite, les opérations au sud ont pour objectif l’occupation du bassin du Donets (et au-delà le pétrole du Caucase). Le plan préparé par Hitler est axé sur la destruction des forces soviétiques sur la frontière grâce à des encerclements réalisés à toute vitesse par des unités blindées et à la capture des grands centres économiques. Il rencontre une certaine défiance de la part d’une partie de l’état-major de la Wehrmacht, davantage attaché à des stratégies plus conventionnelles, où la capture de la capitale politique, objectif symbolique, est prédominante. Même si Hitler considère ces préoccupations d’un autre temps, il concèdera la poursuite simultanée des objectifs que sont Moscou et Léningrad. Lors de la mise en œuvre de ce plan, le groupe Nord sera incapable de prendre Léningrad seul, malgré sa supériorité en effectifs et en artillerie sur la faible garnison qui protège la ville de Pierre le Grand et décidera de l’affamer.

Hitler décide que le premier but à atteindre est l’anéantissement de l’Armée rouge le plus tôt possible, pour l’empêcher de se replier et d’appliquer la politique russe traditionnelle de défense devant toute invasion majeure : la terre brûlée. Pour ce faire, la Wehrmacht doit encercler, chaque fois qu’il sera possible, des portions importantes des forces soviétiques pour les anéantir.

Le plan adopté est une sorte de mélange des deux stratégies. Il prévoit une attaque sur trois axes, avec du nord au sud :

* Une poussée vers Léningrad, à travers les pays baltes, menée par les 16e et 18 e armées, ainsi que le 4e groupe blindé, regroupé dans le groupe d’armée nord commandé par le maréchal Wilhelm Ritter von Leeb et appuyé par la 1re flotte aérienne du général Alfred Keller.
* L’attaque principale menée par le groupe d’armées Centre, commandé par le maréchal Fedor von Bock, et comprenant les 2e et 4e armées,ainsi que les 2e et 3e groupes blindés, le tout étant soutenu par la 2e flotte aérienne du général Albert Kesselring. L’objectif de ce groupe est Moscou, mais grâce à sa position centrale, il doit appuyer les deux autres mouvements et s’attacher à anéantir le maximum d’unités soviétiques.
* Le groupe d’armées Sud, commandé par le maréchal Gerd von Rundstedt et comprenant les 6e, 11e et 17e armées ainsi que le 1er groupe blindé, appuyé par la 4e flotte aérienne du général Alexander Löhr. Il doit bénéficier de plus, dès leur entrée en guerre, de l’appui non négligeable des 3e et 4e armées roumaines. Il a pour objectifs premiers la ville de Kiev, le port d’Odessa, puis les grandes villes industrielles de Kharkov, Dniepropetrovsk et Donetsk. Ses objectifs finaux étant les ports de Sebastopol en Crimée, Rostov-sur-le-Don et la grande ville de Stalingrad, clé du contrôle de la Volga.

La campagne doit au final établir, avant l’hiver, un front qui partant de Léningrad suivrait le cours de la Volga, jusqu’à son embouchure. D’ici là, l’Allemagne compte sur une destruction complète de l’Armée rouge, car les effectifs engagés seront incapables de mener les tâches d’occupation du pays conquis et la tenue de ce gigantesque front, long de plusieurs milliers de kilomètres. Le 12 août 1941, le maréchal Wilhelm Keitel, chef de l’Oberkommando de la Wehrmacht, indique dans sa directive 34a le principal objectif opérationnel de l’offensive: L’objet des opérations doit être de priver l’ennemi, avant la venue de l’hiver, de son gouvernement, de son armement et de son centre de communication dans la région de Moscou, et de l’empêcher ainsi de reconstituer ses forces et de faire fonctionner de façon ordonnée ses organes de gouvernement.

Initialement fixée au 15 mai 1941, l’invasion est finalement reportée au 22 juin afin de terminer les opérations de conquête de la Grèce et de la Yougoslavie, rendues nécessaires, dans l’esprit de Hitler, par le putsch de Belgrade de mars 1941 (suite aux déboires de Mussolini en Grèce).

Le manque de préparation soviétique

L’inéluctabilité d’une guerre avec une Allemagne nazie qui considère l’URSS comme son « espace vital » (en allemand Lebensraum) ne fait guère de doutes en URSS. Des efforts colossaux sont faits pour essayer de rattraper le retard industriel et militaire sur l’Allemagne (on peut ranger au titre de ces « efforts » les purges au sein de l’Armée rouge, qui l’ont pourtant, au moins à court terme, fortement affaiblie). Staline, conscient de l’infériorité militaire de l’Union soviétique, espère parvenir à combler ce retard pendant le répit accordé par le pacte germano-soviétique. En particulier, il veille à ne céder à aucune provocation allemande, comme les violations de l’espace aérien soviétique par des avions de reconnaissance allemands, ainsi qu’à ne pas provoquer lui-même l’Allemagne en engageant des préparatifs de combats. En juin 1941, malgré les risques croissants d’une attaque allemande, il refuse les mesures les plus élémentaires de préparation au combat, comme la création de fortifications de campagne, la dispersion des matériels et la mise en alerte de l’Armée rouge. C’est donc dans un relatif état d’impréparation que l’attaque allemande du 22 juin surprend l’URSS.

Vassili Grossman, témoin direct du front, raconte dans ses « Carnets de guerre » : « Au moment où la guerre a commencé, beaucoup de commandants en chef et de généraux étaient en villégiature à Sotchi. Beaucoup d’unités blindées étaient occupées à changer les moteurs, beaucoup d’unités d’artillerie n’avaient pas de munitions, pas plus que, dans l’aviation, on n’avait de carburant pour les avions…. Lorsque, depuis la frontière, on commença à avertir par téléphone les états-majors supérieurs que la guerre avait commencé, certains s’entendirent répondre : « Ne cédez pas à la provocation ». Ce fut une surprise, au sens le plus strict, le plus terrible du terme ».

La surprise ne fut pas totale pour le pouvoir soviétique puisqu’il a été établi que l’espion Richard Sorge et les analystes suédois menés par Arne Beurling avertirent Staline de la date exacte de l’invasion allemande. Plus de 80 avertissements furent transmis, d’une manière ou d’une autre, à Staline, qui préférait croire que l’Allemagne n’attaquerait que plus tard. Il semble que Staline se soit entêté dans l’idée qu’Hitler n’ouvrirait pas un second front sans en avoir fini avec l’Angleterre. Il refusa catégoriquement toute mesure risquant d’être perçue comme une provocation par le régime de Berlin.

Les unités sont cruellement handicapées par le manque d’officiers correctement formés. L’armée a perdu la plupart de ses représentants les plus compétents. Après la « Grande Terreur » communiste de 1936-1938 (près de 750 000 Russes fusillés, et sans doute 200 000 morts dans les camps du Goulag) une grande partie de l’encadrement de l’Armée rouge a disparu. Ont été fusillés : 11 000 officiers sur 70 000 (et plus de 20 000 sont internés dans les camps), 154 généraux de division sur 186 (82%), 50 généraux de corps d’armées sur 57 (88%), 13 commandants d’armées sur 15 (87%), la quasi-totalité des maréchaux (90%) et des amiraux (89%). Khroutchev devait souligner que cette épuration massive des cadres de l’armée avait été l’une des causes principales de l’état d’impréparation des forces soviétiques en juin 1941: « Tant d’hommes avaient été exécutés que le haut commandement avait été dévasté, ainsi que tous les échelons du corps des officiers ». À noter que cette épuration continuait alors même que l’invasion allemande se développait, ce qui faisait dire à Stepan Anastasovich Mikoyan: « Une grande guerre s’était engagée, notre armée souffrait de lourdes pertes et essuyait des défaites, et, dans le même temps, des chefs militaires expérimentés, au lieu d’être appelés à sauver la situation, étaient mis à mort en toute hâte… ».

Les conséquences sur la qualité du corps des officiers sont tragiques. Au moment où l’armée française s’effondre sous les coups de l’armée allemande, à peine 7,1% des officiers soviétiques possèdent une formation militaire développée ; près de 25% sont dans des cours de formation accélérée et 12% n’ont aucune formation militaire. Plus d’un tiers des officiers soviétiques est donc incapable de remplir un commandement à la veille de l’attaque allemande. Le commandement est tétanisé. En outre, beaucoup des officiers en place en 1941 ont d’abord été choisis pour leur fidélité au régime et non pour leur compétence. S’ajoutant aux consignes de modération données à l’égard des préparatifs allemands, leur incompétence favorisa la désorganisation et le déploiement hasardeux des unités chargées de la défense de la frontière. Les troupes étaient, en effet, pour la plupart placées trop près de la frontière et s’appuyaient sur une ligne de fortification encore en cours de réalisation, la Ligne Molotov. Enfin, les officiers soviétiques de 1941 sont placés sous l’autorité des commissaires politiques de l’Armée rouge. Le contrôle de ces derniers sur les ordres d’opérations ne sera levé qu’à la mi-1943 (et après Stalingrad, l’Armée rouge remet en vigueur les grades et les épaulettes de l’Armée Impériale de la monarchie).

En outre, le jour de l’invasion, beaucoup d’unités sont paralysées par des carences en matériels de guerre. Les armes individuelles ont été distribuées en quantités insuffisantes. Déjà, en mars 1941, 30% seulement des unités blindées disposaient des pièces de rechange nécessaires à leur fonctionnement. Un mois avant l’attaque allemande, les généraux signalaient que « l’exécution du plan pour la fourniture des équipements militaires dont l’Armée rouge a un besoin si aigu est extrêmement peu satisfaisante ».

Pourtant, l’Union soviétique de 1941 est loin d’être un pays faible : l’industrialisation forcée des années 1930 lui permet de n’être dépassée que par les États-Unis en termes de production industrielle (industrie lourde principalement). Ses matériels militaires sont souvent à la pointe de l’industrie mondiale, comme par exemple les chasseurs I-16 ou le char T-26. Cependant, depuis 1939, l’industrie d’armement du pays traverse une crise de transition, les nouveaux matériels ont beaucoup de mal à entrer en production de masse. Les décisions politiques ne sont généralement pas étrangères à ces difficultés. Le déclenchement de la guerre contraindra le système soviétique à davantage d’efficacité, comme le montre la rapide montée en puissance de nouveaux matériels de guerre performants. Considéré comme le meilleur char « tout emploi » de la Seconde Guerre Mondiale, le T-34 sera le tank le plus important des forces alliées. Il influencera nettement tous les chars conçus ultérieurement. Il sera le premier char capable de rivaliser et de surpasser ses adversaires tant par sa puissance de feu que par ses performances. Quand les premiers exemplaires de série sortirent en juin 1940, il n’avait pas d’équivalent. Produit en grand nombre dans différentes usines en fonction de l’avancée de la Wehrmacht en territoire soviétique (usines de Stalingrad, de Kharkov, de Nizhnij Tagil, d’Omsk, etc.), il pesait 32 tonnes et emportait un équipage de 4 hommes. Il existait à peine plus de 1 000 T-34 lorsque les Allemands attaquèrent la Russie. Seuls 10 % des chars soviétiques étaient alors des T-34, mais à la mi-1943 ce taux montait à 60 % avant que le T-34 n’ait totalement remplacé en 1944 les modèles les plus anciens. De 1941 à 1945, dans ses différentes versions, l’industrie russe en produisit près de 52 000 exemplaires.

L’ampleur des épreuves qu’ont subi les Russes depuis la chute du tsarisme (guerre civile, suppression de la plupart des libertés politiques et économiques, collectivisation forcée, périodes de terreur, exécutions massives, déportations) ont fini par forger un peuple dur à la souffrance et ayant, malgré tout, appris à survivre dans les conditions les plus difficiles. Enfin, l’économie soviétique vit sous un régime permanent d’économie de guerre depuis l’avènement du bolchévisme, ce qui facilitera, à partir de 1942, la mobilisation totale des ressources économiques pour faire la guerre au Troisième Reich.

Les forces en présence

Forces de l’axe

Le dispositif d’invasion de l’Axe est sans équivalent dans l’histoire militaire (excepté l’immense offensive soviétique de conquête de l’Allemagne lancée le 12 janvier 1945 avec 6,7 millions de combattants). Hitler a mobilisé 3 millions de soldats du Reich qui commencent à se déployer en février, en Prusse-Orientale, en Pologne, en Slovaquie et en Moldavie.
L’Ostheer inclut également des divisions hongroises, roumaines et finlandaises (500.000 hommes pour ces trois nationalités) et, par la suite, italiennes (l’Italie aura jusqu’à 200 000 hommes sur le front) : soit 201 divisions dont 42 de pays satellites, 3 650 chars d’assaut (85 % des disponibilités en blindés du Reich), 2 770 avions, plus de 47 000 canons et mortiers de campagne.

L’Allemagne engage 159 divisions sur les 220 dont elle dispose alors (73 % des effectifs totaux de la Wehrmacht). Ce sont pour la plupart des troupes aguerries par les campagnes précédentes, bien équipées et bien motorisées (600 000 véhicules) grâce en particulier aux prises de guerre de la bataille de France. On note cependant l’utilisation en juin 1941 de 600 000 chevaux par les équipages du train.

Si ces effectifs sont sans précédent dans une guerre de conquête, ils semblent insuffisants au regard du potentiel de l’Union soviétique et des immensités russes. L’armée d’invasion compte seulement 800 chars de plus qu’au déclenchement du Fall Weiss contre la France. Il reste que, sur les axes de pénétration et les points de percée, la supériorité de la Wehrmacht en matériels et en effectifs est écrasante, dans un rapport de 4/5 contre 1 et que l’armée allemande est remarquablement rompue au combat tactique, capacité qui fera cruellement défaut aux troupes soviétiques au moins jusqu’à la bataille de Koursk. La Blitzkrieg est donc la carte maîtresse qui décidera de l’issue du front que le Reich nazi décide d’ouvrir contre la Russie.

Forces soviétiques

L’Armée rouge dispose au total, en juin 1941, de 209 divisions d’infanterie dont 160 sont stationnées en Russie occidentale, soit en principe 2,3 millions de soldats à effectifs pleins (en 1941 la division d’infanterie allemande compte à effectif au complet 16 500 hommes contre 14 474 pour la soviétique). En réalité, 144 divisions comptent seulement la moitié de leurs effectifs et 65 un tiers. C’est donc à peine un peu plus d’un million de soldats, pris au dépourvu, qui vont devoir s’opposer à la déferlante allemande sur un front de plusieurs milliers de kilomètres. Les Soviétiques peuvent mettre en ligne 37 500 canons, 1 540 chasseurs de dernière génération, mais un nombre considérable de vieux avions (7 500) et de tanks sont déclassés. L’Armée rouge n’a plus, depuis leur dissolution par le pouvoir soviétique en 1939, de corps mécanisés à opposer à la Wehrmacht, corps blindés qui sont en grande partie une création du maréchal Mikhaïl Toukhatchevski (fusillé en juin 1937 – sa femme, sa mère et son fils, élève-officier, sont exécutés également en 1937). Enfin, l’Union soviétique doit se garder sur deux fronts : une quarantaine de divisions devront rester stationnées jusqu’en août 1945 en Extrême-Orient russe face aux armées japonaises qui occupent la Mandchourie.

L’état-major allemand entend profiter à plein de la faiblesse militaire de la Russie soviétique. Hitler devait ainsi déclarer au général Jodl :  » Nous n’avons qu’à donner un coup de pied dans la porte et toute cette structure pourrie s’effondrera ». Pourtant, d’après le rapport entre les effectifs humains engagés et le nombre d’engins de guerre, la Wehrmacht sur le front russe (l’Ostheer) était moins moderne que son adversaire direct, l’Armée rouge, même si, comme leurs alliés occidentaux, les Soviétiques et ce, malgré les enseignements de Toukhatchevski, n’avaient pas encore appris à tirer le maximum de leur puissance matérielle. En juin 1941, sur les 3 648 chars qui se ruent sur la Russie soviétique seuls 444 appartiennent à un modèle relativement récent (Panzer IV). Face à eux, se trouvent un million d’hommes, soutenus par 15 000 chars sur un stock total de 24 000, soit plus que tous les chars du reste du monde réunis. Si la grande majorité de ces engins étaient des modèles périmés, 1 861 d’entre eux étaient des chars T-34 et des chars lourds KV, supérieurs aux meilleurs engins produits à l’époque en Allemagne, mais handicapés par l’absence de radios en nombre suffisant.

L’invasion

L’attaque initiale

front_10

Déroulement de l’opération

Les conditions sont donc très favorables pour l’Allemagne nazie. Le dimanche 22 juin 1941, le rouleau compresseur allemand s’ébranle . Les unités d’assaut franchissent la frontière et attaquent les premières lignes soviétiques. L’attaque terrestre est précédée par la plus gigantesque attaque aérienne de tous les temps, menée par la majorité des 2 770 avions engagés en appui de ce front. Cette attaque commence à 3 h 40 et vise 66 aérodromes soviétiques. Elle a des résultats désastreux pour l’Armée rouge, puisqu’elle donne à la Luftwaffe la maîtrise absolue du ciel soviétique pendant plusieurs semaines. Les bombardiers allemands trouvent les avions soviétiques alignés ailes contre ailes à leur base, généralement sans camouflage ni protection. La plupart du temps, l’alerte n’a même pas été donnée et peu d’avions de chasse peuvent décoller. Les pertes des VVS sont terribles : le soir, 1 489 appareils ont été détruits au sol et 389 autres abattus en vol. La Luftwaffe ne perd que 63 avions le 22 et 150 les deux premiers jours de l’offensive.

À 4 h 15, l’artillerie allemande se met à pilonner les positions avancées de la défense soviétique sur la frontière et, à 4 h 45, les premières unités terrestres franchissent celle-ci. La surprise chez les Soviétiques est totale, la Stavka avait bien émis un ordre qui avertit les unités frontalières de l’imminence de la guerre, mais la plupart des unités ne l’avaient pas reçu. La première opération est menée sur le front central, par un coup de main d’un corps franc de la 3e Panzerdivision, qui s’empare du pont de Koden, sur le Bug. Dans la matinée, un pont de bateaux est lancé à Drohizyn, 80 km plus au nord. La tête de pont ainsi créée fut appuyée par l’emploi de 80 chars Pz-III submersibles.

La résistance des Soviétiques est assez décousue sur la plus grande partie du front. Elle est acharnée sur quelques points, comme la citadelle de Brest-Litovsk défendue par les 6e et 42e divisions de tirailleurs, qui résistent, pratiquement sans eau, jusqu’à la fin juillet, bien qu’ayant été attaquée dès le matin du 22 juin. Sans appui d’aucune sorte, les soldats soviétiques de la citadelle sont totalement encerclés et sans espoir de secours puisque la nouvelle ligne de front est à 400 kilomètres plus à l’est. Ils continuent à se battre en dépit de la disproportion des forces et de l’emploi d’artillerie de siège lourde par les Allemands comme les mortiers de 620 mm. La seule 45e division d’infanterie affectée à la prise de la forteresse déplorera 482 tués (dont 80 officiers) et plus de 1 000 blessés. Les Russes perdront environ 2 000 à 2 500 tués et autant de prisonniers. Mais par son action, cette résistance ralentit considérablement le mouvement des unités d’infanterie qui doivent empêcher les troupes soviétiques de s’échapper de la poche de Bialystok-Minsk.

Pendant ce temps, malgré quelques contre-attaques soviétiques, les unités mécanisées du groupe d’armée centre franchissent Bug, et s’enfoncent dans les arrières des unités de l’Armée rouge. Les deux groupes blindés du centre mènent alors, à partir du 26 juin, deux percées parallèles, pour finalement converger sur Minsk, le 9 juillet, créant la poche connue sous le nom de Bialystok-Minsk, où plus de 400 000 soldats soviétiques et d’énormes quantités de blindés et de matériels sont pris au piège. Relevés par l’infanterie des 2e, 4e et 9e armées, les blindés allemands continuent leur progression en direction de Smolensk. Ils franchissent la Bérézina le 28 juin, ayant parcouru 600 kilomètres depuis la frontière.

Au Nord, le groupe d’armée de Leeb progresse très rapidement grâce à l’attaque très en profondeur du 56e corps d’armée motorisé du général Erich von Manstein, qui s’empare du pont d’Ariogala situé à 80 km dans la profondeur du dispositif soviétique, dès 19 h 00, le 22 juin et renouvela l’exploit le 26, avec celui de Dunaburg, lui à 350 kilomètres de la frontière, malgré une contre-attaque des chars du 3e corps mécanisé soviétique contre la 6e Panzerdivision au village de Rossiény. La bataille de chars qui résulte de la rencontre des forces blindées, fait rage pendant deux jours, l’Armée rouge y engage une centaine de chars de type KV-1 et KV-2, ce qui provoque une crise dans l’armée allemande, car ce char lourd est alors invulnérable aux canons des chars et aux armes antichar allemands, l’usage de pièces d’artillerie de 88 et 105 mm employées en tir direct permet néanmoins aux Allemands d’endiguer la résistance soviétique. L’offensive marque un temps d’arrêt, car Hitler et son état-major préférent que les blindés attendent l’infanterie avant de poursuivre leur progression vers Léningrad.

Le groupe d’armée sud connaît pour sa part une progression bien plus difficile. Dans ce secteur sont massés le plus gros des chars de l’Armée rouge, dont de nombreux KV-1 et T-34. Bien que manquant complètement de coordinations, les contre-attaques blindées coûtent cher aux Allemands. De plus, la Roumanie n’intervient qu’à partir du mois de juillet. Le 28 juillet, la situation empire brusquement pour les Soviétiques quand le 1er groupe blindé et la 17e armée font leur jonction, à l’est d’Uman enfermant dans une poche, la majeure partie des 6e et 12e armées soviétiques. Les troupes encerclées résistent jusqu’au 8 août, mais elles sont contraintes à la reddition. Les pertes sont terribles pour l’Armée rouge, avec environ 200 000 tués et 100 000 prisonniers.

La bataille de Smolensk

Le 10 juillet, le groupe d’armées centre a commencé une opération d’encerclement contre les troupes défendant Smolensk, jalon important sur la route de Moscou; le Dniepr est atteint et franchi le 11 juillet ; Smolensk tombe le 16, les troupes soviétiques étant coupées de leurs arrières. Mais cette fois, la réduction de la poche formée (323 000 soldats soviétiques) va se révéler problématique: les troupes russes continuent à résister malgré leur isolement. Suite à une forte contre-attaque, l’encerclement est même rompu temporairement. Les combats vont durer jusqu’au 10 septembre, l’Armée rouge ramenant constamment de nouvelles troupes fraîches. Certes, ses pertes sont là aussi très importantes, mais la progression des Allemands est enrayée, et obligée de lutter pied à pied contre des troupes déterminées, l’armée allemande subit elle aussi une véritable hécatombe avec la perte de près de 250 000 hommes (tués et blessés). 310 000 soldats et officiers soviétiques sont faits prisonniers, beaucoup seront sommairement exécutés. La bataille du chaudron de Smolensk porte à la Wehrmacht un coup dur dans sa progression vers l’est. Le général Blumentritt relève que « le comportement des troupes russes dans la défaite contrastait terriblement avec celui des Polonais ou des Occidentaux. Mêmes encerclés, les Russes s’accrochaient et combattaient ».

La bataille de Kiev

map_op10

L’encerclement de Kiev et l’opération Typhon

À la mi-septembre, l’Armée rouge, suite aux terribles pertes qu’elle a subies, a été contrainte de se replier sur une ligne de défense derrière la Divna et le Dniepr. Les armées allemandes ont regagné leur liberté de mouvement avec la fin de la liquidation de la poche de Smolensk. Les généraux réclament une attaque en direction de Moscou, désormais à 400 km du front. Il semble certain aux généraux allemands que, compte tenu de l’ampleur énorme de ses pertes, l’Armée rouge sera incapable de résister à une poussée dans cette direction. Hitler n’est pas de leur avis, il veut s’emparer de la région industrielle du Donbass. Il voit également la possibilité d’en finir avec les forces armées soviétiques qui ont mission de défendre l’Ukraine. Les arguments avancés par Hitler pour soutenir une avancée blindée vers le Sud sont que les lignes d’approvisionnement de l’armée centre seraient exposées sur un flanc de plus de 800 km si l’offensive continuait vers Moscou. En conséquence, il ordonne au 2e groupe blindé de Guderian de se porter vers le sud pour rejoindre le 1er groupe blindé du feld-maréchal von Kleist qui remonte du sud après avoir traversé le Dniepr. Le 25 août, la 3e division blindée s’empare du point stratégique qu’est le pont sur la Desna, près de Novgorod-Severski. Lorsque les officiers d’état-major soviétiques prennent conscience du danger mortel qui se rue sur les armées du Sud, il est trop tard. Les deux pointes blindées allemandes se rejoignent à Lokhvitsa. Un gigantesque encerclement est réalisé autour de la région de Kiev et des marais du Pripet dans lequel plus de 500 000 soldats soviétiques sont pris au piège. Kiev, « la mère des villes russes » dans la culture slave, tombe le 19 septembre et le reste de la poche suit dans le mois. Seuls 15 000 soldats et officiers parviennent à franchir le cordon allemand dont Nikita Khrouchtchev, le général Semyon Timochenko et le maréchal Boudienny. C’est le plus vaste encerclement militaire de l’Histoire. C’est aussi la plus grande défaite militaire ponctuelle de l’histoire soviétique. Au terme de la bataille de Kiev, l’armée allemande a encore 200 000 tués, blessés et disparus mais les Soviétiques perdent près d’un million d’hommes (400 000 tués, 500 000 prisonniers exécutés sur place ou que les Allemands laisseront mourir de faim avant de déporter les survivants dans les camps d’Europe centrale).

Partout, les unités de l’Armée rouge battent en retraite, dépassées par la rapidité de l’invasion. La plupart des habitants des zones envahies sont effondrés. « La population. Ils pleurent. Qu’ils soient en route, qu’ils soient assis, qu’ils soient debout près des palissades, à peine commencent-ils à parler qu’ils pleurent, et on a soi-même envie de pleurer malgré soi. Quel malheur! ». Vassili Grossman. Pourtant, on commence à voir, çà et là, des habitants réserver un accueil prévenant aux troupes allemandes.

La route du Donbass est ouverte pour le groupe d’armées sud, qui atteindra Rostov-sur-le-Don le 21 septembre, mais les divisions blindées et motorisées de la Wehrmacht sont très éprouvées par les deux féroces batailles de la fin de l’été, et ce n’est que le 30 septembre que la progression peut reprendre en direction de Moscou. La saison des boues, la rapoutitsa, rend les routes impraticables, et provoque alors un arrêt des opérations mobiles pendant près de quinze jours, obligeant à patienter jusqu’aux premières gelées pour reprendre le mouvement.

Au Nord, les troupes allemandes, arrivent devant les premières lignes de défense de Léningrad, au début du mois de septembre. La prise de la ville, dont la défense est organisée par Joukov, s’avère vite impossible malgré les faibles moyens de défense de l’Armée rouge. Les Allemands s’abstenant d’un assaut direct, décident de l’investir progressivement pour l’affamer, avec l’aide des Finlandais, mais la ville, malgré des pertes humaines colossales (700 000 civils périrent de faim et des bombardements), résistera en fait jusqu’à son dégagement en 1944, au cours du siège le plus long et le plus impitoyable de l’histoire moderne.

En quelques semaines à peine, les divisions allemandes ont progressé de 500 km vers le Nord, de 650 km vers l’Est, de 350 km vers le Sud-Est. De juin à octobre 1941, l’Ostheer (la Wehrmacht sur le front russe) a fait au total plus de 3 millions de prisonniers. Les premiers massacres en masse de Juifs, Russes et Tsiganes débutent quelques semaines seulement après le début de l’invasion.

L’échec de la bataille de Moscou

Les Allemands trouvent un pays las du soviétisme, mais les Einsatzgruppen massacrent systématiquement les Juifs (plus de 1 500 000 personnes, essentiellement des femmes et des enfants, seront assassinées de 1941 à 1944) et multiplient les atrocités dans le cadre de ce qui ressemble à une guerre d’anéantissement.

La population devient de plus en plus hostile à un envahisseur qui apparaît comme un ennemi venu pour anéantir et non pour libérer. Si les premières villes capturées avaient semblé accueillir favorablement l’envahisseur (en Ukraine en particulier), du fait de la lassitude face à la férocité du régime stalinien et aux problèmes des nationalités, les très nombreux massacres de civils transforment rapidement cet a priori favorable. Les massacres de civils désarmés et l’intention déclarée de réduire les Slaves en esclavage retournent vite les populations. Le traitement inhumain réservé aux prisonniers de guerre a fini par filtrer. Les Allemands éprouvent des difficultés croissantes à capturer des prisonniers, les soldats russes préférant lutter jusqu’à la mort plutôt que de mourir sommairement exécutés. Les opposants au régime se persuadent qu’il s’agit d’une lutte à mort où ils n’ont guère le choix du camp.

Les troupes allemandes traversent des régions affreusement pauvres et désertes, et l’étendue des espaces russes fait perdre tout son sens à la Blitzkrieg. Les lignes de communications de la Wehrmacht s’allongent démesurément. Assez rapidement, des groupes de partisans se forment sur les arrières de la Wehrmacht, obligeant celle-ci à consacrer un partie importante de ses forces au maintien de ses routes de ravitaillement. Ce dernier rencontre de nombreux problèmes, comme la différence d’écartement des voies de chemin de fer russes avec celles d’Europe occidentale. Après des centaines de kilomètres parcourus dans les plaines russes, le matériel est usé et en mauvais état (surtout pendant la Raspoutitsa : la période des mauvaises routes (à cause des intempéries)). Surtout, le manque d’hommes disponibles, compte tenu de ses pertes, commence à poser un problème à la Wehrmacht. Après plus d’un mois de combats, elle a déjà perdu plus d’hommes qu’au cours de toutes ses campagnes à l’Ouest, tout en étant très loin d’avoir atteint ses objectifs opérationnels. En septembre 1941, les divisions combattantes, alors au nombre de 142, déclarent avoir perdu près de 50 % de leurs forces initiales en hommes et en matériel et, en novembre, la plupart des formations d’infanterie ont perdu la moitié de leurs effectifs.

Début septembre, les Allemands, bloqués par les boues, tiennent plusieurs conseils de guerre pour prévoir la suite des opérations, dont la conférence d’Orcha, à laquelle participe Hitler. Il est désormais clair que malgré les pertes colossales infligées à l’Armée rouge, celle-ci n’a pas été détruite. Sa combativité, loin de s’écrouler, semble même s’accroître. Il apparaît que seul le groupe d’armées centre sera capable de reprendre la progression quand les routes seront de nouveau praticables. Malgré l’aide des Finlandais, le groupe nord est incapable de mener un action de vive force contre Léningrad, il arrive tout juste à maintenir un encerclement partiel et précaire, qui laisse passer le ravitaillement pour la ville par le lac Ladoga. Le groupe d’armées sud est soumis à une forte pression russe et le corps blindé de von Kleist a été contraint de passer à la défensive, voire de céder du terrain comme à Rostov-sur-le-Don, aux portes du Caucase, face aux contre-attaques de Semyon Timochenko: c’est le premier recul allemand depuis le déclenchement de l’invasion.

Devant l’échec inéluctable de Barbarossa, on prépare une opération de rechange pour essayer d’en finir avant l’hiver, l’opération Taïfun (typhon). Hitler adopte, malgré ses idées précédentes, l’idée qui veut que la prise de la capitale de l’adversaire doit briser sa volonté de résistance. Les objectifs initiaux de Barbarossa (la ligne Arkhangelsk-Kouïbychev) sont abandonnés, ce qui rend désormais impossible la destruction de l’industrie de guerre soviétique mise à l’abri derrière l’Oural. De plus, Staline a acquis la certitude, par les renseignements fournis par le réseau Orchestre rouge et Richard Sorge, mais surtout par des communications qui ont été interceptées, que la politique d’expansion japonaise n’a plus que des visées vers le Sud-Est asiatique et que le Japon s’apprête à attaquer la flotte des États-Unis à Pearl Harbor. Les troupes fraîches et expérimentées (commandée par Joukov) qui gardent la frontière extrême-orientale en Sibérie vont pouvoir être rapatriées en Russie occidentale. De fin 1941 au début de 1942, près de 400 000 « Sibériens » sont ainsi transférés vers l’ouest à bord de trains spéciaux mettant de une à deux semaines pour arriver à destination (sur ce total 250.000 soldats furent assignés à la défense de Moscou).

Fin octobre 1941, Adolf Hitler décide la bataille de Moscou, déclarant à ses généraux son intention de raser la ville jusqu’à ses fondations et d’en faire un immense lac artificiel. Il donne l’ordre le 14 octobre 1941 d’un double enveloppement de Moscou, avec pour objectif la jonction à Noginsk. Le Reich regroupe tous ses moyens disponibles en vue de l’assaut. Moscou renforce ses défenses : un demi-million d’hommes et de femmes creusent 8 000 km de tranchées, 100 km de fossés antichars.

De novembre à décembre, la Wehrmacht engage 1,8 million d’hommes dans cette bataille (80 divisions mais à effectifs incomplets), soit plus de 50 % de toutes ses divisions, 30 % de son artillerie, sur un front de 600 km de large et de 250 km de profondeur. En deux semaines de combats, l’Armée rouge perd 700 000 combattants faits prisonniers (poches de Viazma, d’Orel, de Briansk…), 1 200 chars et 5 000 canons. Le 7 novembre 1941, dans un discours resté célèbre, prononcé sur la place rouge devant les troupes qui partent au front, Staline délaisse l’idéologie et en appelle aux valeurs et aux grandes figures historiques de la nation russe. Le front (« front » ou groupe d’armées dans la terminologie soviétique) de Kalinine, au nord de Moscou, lance sa contre-attaque le 5 décembre dans une neige de plus d’un mètre d’épaisseur et par des froids de –20 °C à – 30 °C. L’offensive hitlérienne est stoppée à 30 kilomètres de Moscou (non loin du faubourg de Khimki, à proximité de l’actuel Aéroport international Cheremetievo), grâce également à un terrible hiver pour lequel elle n’est pas équipée. Une contre-offensive menée fin décembre par des bataillons sibériens casse enfin le front allemand et rejette de 100 à 200 km en arrière le groupe d’armées centre. Le 22 janvier, la bataille de Moscou est gagnée par Joukov. Guderian est contraint à une retraite précipitée, abandonnant une grande partie de son matériel. L’armée allemande perd encore 615 000 hommes. C’est le retour de balancier. Jusqu’en janvier 1942, la Wehrmacht recule partout.

Une étude récente réevalue la bataille de Moscou et fait de celle-ci « la bataille la plus importante de la Deuxième Guerre mondiale et, de façon indiscutable, le plus vaste engagement militaire de tous les temps. En additionnant les effectifs des deux camps, environ 7 millions d’hommes furent engagés, à un moment ou à un autre, dans ces combats. Sur ces 7 millions de soldats, 2,5 millions furent tués, faits prisonniers, portés disparus ou assez grièvement blessés pour être hospitalisés, avec des pertes beaucoup plus lourdes du côté soviétique que du côté allemand. Selon les archives militaires russes, 958 000 soldats soviétiques ont péri, ce qui comprend les tués, les disparus et les hommes faits prisonniers. Étant donné le traitement que leur réservaient les Allemands, la plupart des prisonniers de guerre soviétiques étaient, de fait, condamnés à mort. De plus, 938 500 de leurs camarades furent hospitalisés pour blessures (sans oublier les maladies consécutives au froid et à l’humidité), ce qui porte le total des pertes soviétiques à 1 896 500 hommes. Pour les Allemands, le total des pertes était de 615 000 hommes ».

Collaboration avec l’occupant

Près de 2 millions de Soviétiques se rangèrent du côté des Allemands (Baltes, Ukrainiens, Russes, quelques Polonais enrôlés de force entre autres) durant l’occupation de leur territoire, soit moins de 3 % de la population de la zone occupée par le Reich dans la partie ouest de l’Union soviétique. En 1943, certaines divisions allemandes comptaient plus de 20 % d’auxiliaires russes (les Hiwis). Il y eut 2 divisions SS russes, les 2 divisions de l’armée Vlassov et le 15e SS Kosaken-Kavalerie-Korps constitué de Cosaques du Don. Beaucoup agissaient par nationalisme, les pays baltes et l’est de la Pologne, qui faisaient partie de l’empire russe (monarchique) jusqu’en 1917, ayant été réannexés par l’Union soviétique en 1939.

Exemple parmi d’autres du soutien que reçurent les envahisseurs de la part de certaines populations locales à certains endroits : les milices pro-germaniques étaient assez efficaces pour rendre inutiles des représailles. Tel était le cas du district administratif autonome de Lokot, dans la région d’Orel-Koursk, au sud de Briansk. Comptant 1 700 000 habitants, ce district fut défendu par une milice intégralement russe en 1941-1942. Ici, la base de la collaboration était de nature politique (anti-communisme) et la milice de Lokot créée par le général Rudolf Schmidt de la IIe Armée Panzer conjointement avec un ingénieur russe (remplacé plus tard par le fameux Bronislaw Kaminski), fut connue sous le nom de Russkaya Osvoboditelnya Narodnaya Armiya (Armée de libération russe). Certaines de ces milices, dans les pays baltes et en Ukraine en particulier, apportèrent aux autorités d’occupation un soutien non négligeable dans la politique d’extermination des populations juives.

Un élément capital des transactions fut que les SS avaient interdiction d’opérer dans toute cette région où les Allemands acceptèrent de s’abstenir de toute action de représailles du fait des activités de la résistance qui se poursuivaient toujours. De tels arrangements, bien que généralement moins formels, étaient monnaie courante dans les régions occupées par les Allemands. Ils trouvaient des avocats fervents parmi les officiers de la Wehrmacht. Les SS s’y opposaient de façon tout aussi véhémente, car ils refusaient d’armer des « sous-hommes ». Par la suite, la situation ayant empiré pour le Reich nazi et le besoin d’effectifs devenant criant, les SS furent amenés à tempérer leur refus initial. Ils s’opposaient toujours à la création de milices, mais seulement parce qu’ils voulaient recruter tous les hommes disponibles pour leurs nombreuses unités « ethniques ».

Collaboration avec l’occupant

bundes10
Auxiliaire cosaque de l’armée allemande.

Près de 2 millions de Soviétiques se rangèrent du côté des Allemands (Baltes, Ukrainiens, Russes, quelques Polonais enrôlés de force entre autres) durant l’occupation de leur territoire, soit moins de 3 % de la population de la zone occupée par le Reich dans la partie ouest de l’Union soviétique. En 1943, certaines divisions allemandes comptaient plus de 20 % d’auxiliaires russes (les Hiwis). Il y eut 2 divisions SS russes, les 2 divisions de l’armée Vlassov et le 15e SS Kosaken-Kavalerie-Korps constitué de Cosaques du Don. Beaucoup agissaient par nationalisme, les pays baltes et l’est de la Pologne, qui faisaient partie de l’empire russe (monarchique) jusqu’en 1917, ayant été réannexés par l’Union soviétique en 1939.

Exemple parmi d’autres du soutien que reçurent les envahisseurs de la part de certaines populations locales à certains endroits : les milices pro-germaniques étaient assez efficaces pour rendre inutiles des représailles. Tel était le cas du district administratif autonome de Lokot, dans la région d’Orel-Koursk, au sud de Briansk. Comptant 1 700 000 habitants, ce district fut défendu par une milice intégralement russe en 1941-1942. Ici, la base de la collaboration était de nature politique (anti-communisme) et la milice de Lokot créée par le général Rudolf Schmidt de la IIe Armée Panzer conjointement avec un ingénieur russe (remplacé plus tard par le fameux Bronislaw Kaminski), fut connue sous le nom de Russkaya Osvoboditelnya Narodnaya Armiya (Armée de libération russe). Certaines de ces milices, dans les pays baltes et en Ukraine en particulier, apportèrent aux autorités d’occupation un soutien non négligeable dans la politique d’extermination des populations juives.

Un élément capital des transactions fut que les SS avaient interdiction d’opérer dans toute cette région où les Allemands acceptèrent de s’abstenir de toute action de représailles du fait des activités de la résistance qui se poursuivaient toujours. De tels arrangements, bien que généralement moins formels, étaient monnaie courante dans les régions occupées par les Allemands. Ils trouvaient des avocats fervents parmi les officiers de la Wehrmacht. Les SS s’y opposaient de façon tout aussi véhémente, car ils refusaient d’armer des « sous-hommes ». Par la suite, la situation ayant empiré pour le Reich nazi et le besoin d’effectifs devenant criant, les SS furent amenés à tempérer leur refus initial. Ils s’opposaient toujours à la création de milices, mais seulement parce qu’ils voulaient recruter tous les hommes disponibles pour leurs nombreuses unités « ethniques ».

Bilan de l’opération Barbarossa

easter10

L’épuisement et le 1e recul allemand à Rostov sur le Don.

Les Allemands réussissent à stabiliser la ligne de front de la Baltique à l’Ukraine au prix de pertes énormes en hommes et en matériels (l’essentiel des 3 500 chars engagés est resté sur le terrain – 50 % du matériel roulant est hors d’état de marche). Les divisions aériennes ne disposent plus que de 25 à 50 % de leurs appareils de combat. La Luftwaffe se voit disputer la maîtrise du ciel avec la montée en ligne de nouveaux chasseurs russes (Mikoyan-Gourevitch MiG-1, Sturmovik « tueur de chars »). L’infanterie d’invasion ne parvient pas à maintenir le contact avec ses fers de lance blindés sur de longues distances. Compte tenu de ses pertes et de l’étendue des espaces russes, l’armée allemande doit donc renoncer à la Blitzkrieg tout en devant faire face à un adversaire qui ne cesse de se moderniser. À ce moment, il apparaît que c’est à l’impréparation des armées soviétiques de juin 1941, à l’effet de surprise, que le Reich doit d’avoir évité de graves difficultés dans ses combats contre l’Armée rouge lors de l’invasion de juin 1941.

Pour l’Allemagne, si déjà les pertes avaient été lourdes pendant la bataille de France avec près de 1 500 tués par jour du 10 mai au 22 juin 1940, c’est en Russie que la Seconde Guerre Mondiale commence vraiment avec une campagne qui du 22 juin 1941 au 22 janvier 1942 voit tomber en moyenne 3 200 soldats allemands par jour. Alors que pendant les deux premières années de la guerre (1939 et 1940), 1 253 officiers seulement étaient morts au combat, entre juin 1941 et mars 1942, 15 000 officiers furent tués, ce qui indique un changement radical dans l’évolution des pertes. Au cours des six premiers mois de l’invasion, les pertes de l’Ostheer (la Wehrmacht sur le front russe) s’élevèrent à 750 000 hommes, qui furent portées à un million à la fin de mars 1942 dont plus d’un tiers de tués ou de disparus. Au total, lors de la première année de la campagne de Russie, le Reich perd 1,3 million d’hommes, sans compter les malades, soit 40 % des 3,2 millions d’hommes de l’Ostheer. Le manque général d’hommes dans le Reich ne permet pas d’assurer les remplacements à une pareille échelle.

À la fin de 1941, la Wehrmacht s’est enfoncée de 800 km en Union soviétique et a conquis plus d’un million cinq cent mille kilomètre-carrés de territoire soviétique, comptant 65 millions d’habitants (17 millions de personnes sont parvenues à fuir). En 1942, la longueur du front russe, de la Finlande au Caucase, passe à 6 200 km. L’Allemagne occupe alors l’Ukraine, la Biélorussie, une grande partie du nord de la Russie, soit plus de la moitié de la Russie d’Europe (qui concentre 80 % des industries lourdes et de la population), acculant les Russes sur des zones moins peuplées et les privant d’une grande partie de leur potentiel économique (de 60 à 70 %). Mais le Reich a perdu ses meilleures troupes.

Les pertes de l’Armée rouge sont colossales : 1,5 million de tués, 4 millions de prisonniers dont 2 millions au moins seront anéantis. Fin 1941, les Allemands estiment avoir détruit plus de 20 000 blindés et 35 000 canons soviétiques.

C’est pourtant à ce moment que la société soviétique se lance dans une mobilisation de ses forces et de ses ressources, totale et éperdue, dans le cadre d’une économie de guerre d’une extrême rigueur. Le 3 septembre 1941, le pouvoir soviétique décrète la mobilisation de tous les hommes de plus de 18 ans. Dès l’automne 1941, plus de 2 000 groupes de partisans se constituent en territoire occupé. « Tout pour le front ! Tout pour la victoire ! », « Encore plus d’armes pour le front » deviennent les slogans dans les usines. Les bureaux de recrutement de l’Armée rouge sont submergés par les volontaires désireux de se battre pour « la défense du sol natal ». De nombreuses jeunes filles s’engagent dans l’Armée rouge (de 1941 à 1945 plus de 800 000 femmes ont combattu comme volontaires sur le front). La journée de travail monte à 12 heures par jour, voire davantage. Les décès par épuisement au travail ne sont pas rares dans les usines. La législation, déjà très dure, du 26 juin 1940 est encore aggravée par la loi du 26 décembre 1941, qui assimile tout changement de travail non autorisé, tout départ ou toute absence injustifiée à une désertion, passible des tribunaux militaires et sanctionnée d’une peine de 5 à 10 ans de camp (plus de 900 000 personnes furent condamnées en vertu de la loi du 26 décembre 1941). Un décret de février 1942 instaure la mobilisation totale des femmes âgées de 15 à 45 ans, femmes dont la part dans la main-d’œuvre industrielle passa de 37 à 60% entre 1941 et 1945 (alors que Hitler était réticent à faire travailler les femmes allemandes dans les usines d’armement).

Entre juillet 1941 et janvier 1942, en Russie d’Europe, 17 millions de personnes participent dans des conditions exténuantes au démontage et au transfert de plus de 1 500 grandes entreprises industrielles dans l’Oural, la Volga, l’Asie centrale (Kazakhstan surtout) et la Sibérie; transfert nécessitant la construction en quelques mois de plus de 10 000 km de voies ferrées. Plus de 2 600 usines auront été évacuées et reconverties dans l’industrie de guerre. Leur remise en route, en plein hiver, n’exigera pas un effort moins gigantesque. Au terme d’opérations titanesques d’une grande complexité logistique, plus de 10 millions d’ouvriers prennent le chemin de l’Oural et, dès le début de 1942, après cet effort pharaonique dont il n’existe aucun équivalent dans l’histoire industrielle de l’Europe, la production de guerre est remontée à 48 % de son niveau de 1940. Alors qu’en 1940, 358 chars de dernier modèle avaient été construits, au cours des six premiers mois de 1941 seulement leur nombre s’éleva à 1 503 et dans les six derniers mois de cette année-là, malgré l’occupation par les Allemands du cœur industriel de la Russie, 4 740 chars dernier modèle supplémentaires furent produits. Dès la fin de 1942, la Russie dépasse l’Allemagne dans sa production d’armements alors que la Wehrmacht occupe plus de 50 % de la Russie d’Europe. La production de blindés et d’avions est alors le double (50 000) de la production allemande, en 1944 celle de canons usinés est trois fois supérieure (122 000) (et depuis le 7 décembre 1941 l’Union soviétique pouvait compter sur l’aide américaine).

L’opération Barbarossa se solde, fin 1941/début 1942, par une défaite stratégique considérable pour l’Allemagne puisqu’il apparaît, dès ce moment, que le Troisième Reich n’avait peut-être pas les moyens de vaincre l’Union soviétique en juin 1941. En mai 1945, les fantassins soviétiques planteront leur drapeau au sommet du Reichstag, au terme d’une bataille de Berlin, qui fera 78 000 tués dans leurs rangs.

Le général Volkogonov, biographe de Staline, pouvait écrire en 1996 « Il serait difficile de trouver pire début à une guerre que ce mois de juin 1941. Toutes les autorités politiques et militaires majeures ont pensé que l’URSS ne pourrait pas survivre plus de trois mois. Mais le peuple soviétique leur a finalement donné tort. Pourtant, le mérite de cette incroyable capacité de résistance allait être attribué à la « sage direction » de Staline, la personne même la plus directement responsable de la catastrophe ». Et Stepan Mikoyan de préciser: « Nous avons gagné la guerre en dépit de la dictature de Staline ».

source :

http://militaires-d-hier.forumgratuit.org/t1081-operation-barbarossa?highlight=Barbarossa et wikipedia

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

5 mars 2013

Staline devient chef du gouvernement soviétique – 6 mai 1941

Classé sous — milguerres @ 22 h 31 min

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

Staline devient chef du gouvernement soviétique – 6 mai 1941

Staline remplace Molotov au poste de président du Conseil des commissaires du peuple, prenant ainsi pour la première fois une responsabilité officielle au sein de l’appareil d’état soviétique. Le secrétaire général du Parti communiste de l’URSS a su, depuis la mort de Lénine en 1924, éliminer ses rivaux et s’imposer comme seul maître de l’URSS. Il le restera jusqu’à sa mort en 1953

LA PERIODE STALINE 
1928
janvier : adoption du premier plan quinquennal pour l’industrie lourde 
printemps : crisedes livraisons de céréales 
mai : procès des saboteurs de Chakhty; Trotski exilé à Alma-Ata 
octobre : début du premier plan quinquennal 

1929
janvier : Trotskiest exilé d’URSS; naissance d’Yvan Yvanovitch Deriglazoff 
automne : début de la collectivisation forcée et de l’industrialisation 
novembre : Boukharine exclu du Politburo; création de l’Intourist 
1930
16ème congrès du parti 
dékoulakisation : les koulaks ou « paysans riches » sont tués sur place ou déportés et leurs terres confisquées 
mars : Staline publie dans la Pravda « Le vertige du succès » 
procès collectifs de savants et d’ingénieurs 
Ecole primaire obligatoire 

1931
première locomotive à vapeur de construction soviétique 
mars : procès des menchéviks 
août : toutes réformes depuis 1917 sont suprimées; retour au conservatisme en matière scolaire 

1932
mai : adoption d’un plan quinquennal anti-religieux 
juillet : début de la famine en Ukraine puis dans le Kazakhstan et dans la Volga 
octobre : début des travaux du Dnieprostroï 
novembre : passeport intérieur obligatoire; pacte de non-agresion franco-soviétique 
décembre :collectivisation achevée; utilisation massive de la main-d’oeuvreconcentrationnaire 
dissolution de l’Association Russe des Ecrivains Prolétaires

1933
Extension de la famine; estimation actuelle de plusieurs millions de morts 
mai : inauguration du canal de la Mer Blanche 
les USA reconnaissent l’URSS 
premier Prix Nobel russe à Yvan Bounine (réfugié en France) 
début de la déportation massive en Sibérie (15 millions de paysans chassés de leurs terres) 

1934
janvier : 17ème congrès du parti « Le congrès des vainqueurs »; deuxième plan quinquennal 
Birobidzhan devient un territoire juif autonome 
juillet : le GPU devient le NKVD 
septembre : l’URSS entre à la Société des Nations 
premier congrès des écrivains russes 
décembre :Assassinat de Sergueï Mironovitch Kostrikov, dit Kirov, proche deStaline et prétexte au début des purges 

1935
janvier : supression des cartes de rationnement 
avril : une loi autorise la peine de mort pour les enfants de plus de 12 ans 
mai : traitéd’assistance mutuelle franco-russe; première ligne de métro de Moscou 
août : début du mouvement stakhanoviste 
septembre : rétablissement des grades dans l’Armée Rouge 
statuts des fermes collectives 

1936
période dite « De la grande Terreur » 
août : premier procès dont celui de Kaménev et Zinoviev 
Constitution stalinienne approuvée par un congrès extraordinaire 
Iagoda prend la tête du NKVD 

1937
janvier : deuxième procès de Moscou (dont Iagoda, Piatakov et Radek) 
avril : le 2ème plan quinquennal aura été réalisé en àpeine plus de 4 ans 
juin : exécution du Maréchal Toukhatchevski et de nombreux chefs militaires; l’armée russe se retrouve sans chefs militaires à la veille de la première guerre mondiale 

1938
La langue russe devient obligatoire dans toutes les écoles du territoire 
janvier : troisème procès de Moscou ; condamnation à mort de Boukharine et Rykov (ancien chef du gouvernement) 
juin : début du 3ème plan quinquennal 
juillet-août : agression japonaise repoussée au lac Khassan 
décembre :livret de travail obligatoire pour les ouvriers; Ejov démis du NKVDet est remplacé par Béria 

1939
18ème congrès du parti 
institution d’un nombre de jours minimum de travail pour les fermes collectives 
mai : Molotov auxaffaires étrangères 
août : pacte germano-soviétique de non-agression dont un protocole secret plaçant sous l’influence soviétique : la Pologne, la Bessarabie roumaine, l’Estonie et la Lettonie 
septembre : l’armée rouge entre en Pologne; partage de la Pologne avec l’Allemagne 
novembre : guerreavec la Finlande qui perd la Carélie et une partie de la Laponie 

1940
mars : paix avec la Finlande 
avril : massacre de Katyn 
juin : la Roumanie cède la Bessarabie; occupation des pays baltes 
août : absentéisme au travail considéré comme un crime 
20 août : assassinat de Trotski 

1941
mai : Staline se nomme Chef du Gouvernement, président du Conseil des Commissaires du Peuple et Commandant en chef suprême 
juin : Hitler envahit l’ URSS 
juillet : premierdiscours radiodiffusé de Staline 
septembre : début du siège de Léningrad 
décembre l’armée allemande est arrêtée avant Moscou 
les grandes entreprises sont déplacées vers l’Oural, la Volga et la Sibérie 

1942
Churchill visite Moscou 
continuation des déplacements des grandes industries vers l’est 
Le journal « Time »élit Staline « Man of the year » 
novembre : offensive russe devant Stalingrad 

1943
janvier : à Stalingrad, la VIème armée allemande se rend 
dissolution du Kominterm 
conférencede Moscou 
juillet : bataille de Koursk 
septembre rétablissement du patriarcat orthodoxe : élection de Sergueï patriarche 
novembre : conférence de Téhéran

1944
janvier : fin du siège de Stalingrad 
mars : Vlassov sevoit confier par l’Allemagne trois divisions pour se retourner contre l’URSS 
mai : déportation des Tatars de Crimée en Sibérie 
août àoctobre : entrées de l’Armée Rouge à Bucarest, Sofia, Belgrade et Varsovie 

1945
conférencede Yalta 
février : élection du patriarche orthodoxe Alexis 
avril-mai : création de l’ONU 
8 mai : maréchal Joukov reçoit la rédition allemande 
Vienne et Berlin sont envahies par les troupes russes 
conférencede Postdam 
gouvernement communiste en Bulgarie 
août : déclaration de guerre au Japon (après le bombardement d’Hiroshima) 
septembre : capitulation du Japon 

1946
Les Commissariatsau Peuple sont rebaptisés Ministères 
quatrième plan quinquennal 
NKVD devient MVD 
premières élection des soviets depuis 1937 
traduction des principaux dirigeants nazis devant le tribunal de Nuremberg dont certains prisonniers des russes 
refus de sièger à la Commission des Armes Atomiques de l’ONU 

1947
deuxième grande famine en Ukraine, supression du rationnement dans les villes 
juillet : refus du plan Marshall 
création du Kominform 

1948
février : « coup » de Prague 
24 juin – 12 mai : blocus de Berlin par les troupes russes 
28 juin : la Yougoslavie de Tito exclue du Kominform 

1949
25 janvier : création du Comecon 
mai : fin du blocus de Berlin 
juillet : explosion officielle de la première bombe atomique russe 
août : mort »subite » de Jdanov, principal lieutenant de Staline depuis 1946 

1950
14 février: traité d’alliance Sino-Soviétique; l’URSS rétrocède à la Chine les chemins de fer de Mandchourie 
plan quinquennal concernant l’industrie lourde (houille, fer, acier, électricité, machines agricoles et camions) officiellement terminé 
la Corée du Nord attaque la Corée du Sud soutenue par des troupes chinoises et armée par l’URSS 

1951 5ème plan quinquennal

1952
procès Slanski à Pragues 
19ème congrès du parti : remaniement du parti par Staline 

1953
janvier : complotdes « Blouses blanches » visant Béria : 9 médecins dont 6 deconfession juive auraient tentés de tuer discrètement despersonnalités soviétiques 
5 mars : mort de Staline, laissé sans soins pendant 14 heures sur ordre de Béria etKhroutchev 
mars : création du KGB
Malenkov devient président du conseil et Kroutchev premier secrétaire 
28 mars : amnistie des derniers condamnés des procès staliniens; révision du Code Pénal 
Béria est arrêtésecrètement et exécuté 
Août : annonce de la première bombe H


SOURCES:
http://www.histoire-russie.fr/histoire/chronologies/1928_1953.html
http://www.linternaute.com/histoire/motcle/evenement/173/1/a/49691/staline_devient_chef_du_gouvernement_sovietique.shtml

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

15 janvier 2013

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

Classé sous — milguerres @ 23 h 16 min

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale 

1933 /1945

 

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1933

  • Début des lois anti-juifs en Allemagne avec le boycott des magasins juifs.
  • 30 janvier Hitler est nommé chancelier du 3 ème Reich par le président Hindenburg.
  • 28 février Incendie du Reichstag. Hitler accuse les communistes et fait interdire le parti communiste allemand (KPD).
  • 23 mars Hitler se fait accorder les pleins pouvoirs par le parlement.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1934

  • 30 juin Nuit des longs coûteaux où les S.A. (Section d’Assaut La Sturmabteilung) sont asssassinés par les S.S. (Sections Spéciales).
  • 2 août Suite au décès du président Hindenburg, Hitler se proclame Reichsführer, chef suprême de l’Allemagne.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1935

  • Les lois de Nuremberg ôtent la citoyenneté allemande aux juifs et leur interdisant tout contact sexuel avec les allemands de race pure, dite Aryenne.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1936

  • 7 mars  Remilitarisation de la Rhénanie.
  • Novembre L’axe Rome-Berlin unissant l’Allemagne et l’Italie est proclamé.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1937

  • Avril Bombardement de Guernica (Espagne) par l’armée Franco aidée de la flotte aérienne allemande (Luftwaffe). Ce bombardement est un vol d’essai pour l’armée aérienne neuve de l’Allemagne nazie.

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1938

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1939

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1940

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1941

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1942

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1943

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1944

http://i14.servimg.com/u/f14/17/85/94/04/th/fleche26.gif1945

 

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 

 

22 novembre 2012

L’entre deux guerres dans le monde

Classé sous — milguerres @ 17 h 59 min

 

  retour page d’Accueil Champs de bataille où les Australiens combattirent. fleche-boule8retour à la Grande Guerre

L’entre deux guerres dans le monde

Source : http://objectifbrevet.free.fr/histoire/hist_2_1.htm

L'entre deux guerres dans le monde drapeau-francais-avec-barre2

La FRANCE

I ) Les années Vingt.
    A ) Victoire militaire et défaite humaine.
La guerre est meurtrière, 1,4 millions de morts, 1 million d’invalides, 600000 veuves, 750000 orphelins. Les naissances se sont effondrées et la vague de grippe espagnole en 1919 accélère le phénomène de vieillissement de la population française. Il faut attendre le deuxième semestre 1920 pour que les naissances redeviennent majoritaires.
Les dégâts matériels sont lourds privant le pays de recettes importantes et de débouchés puisque ces principaux partenaires se trouvent dans la même situation. L’endettement du pays provoque une forte inflation qui menace de misère les français dont les revenus sont les plus modestes.
    B ) Une vie politique en mouvement.
- A partir de 1919, la France est secouée par de grandes grèves, annoncées par certains comme le début d’un mouvement révolutionnaire. Cependant les manifestants protestent essentiellement contre la dégradation de leurs conditions de vie et réclament une diminution de la durée du travail, ce qui leur sera accordé avec la fixation de la durée du travail à 48 heures par semaine.
- A gauche, les socialistes se divisent quant à l’attitude à avoir au sujet des révolutionnaires russes. En Décembre 1920, ils se divisent. La majorité adhère à la 3è international socialiste et fonde la Section Française de l’International Communiste ( S.F.I.C. ) avec comme journal l’Humanité. La minorité, dirigée par Léon Blum, reste membre de la S.F.I.O., il fonde un nouveau journal, le Populaire.
- Division politique et syndicale sont de pair. La C.G.T. éclate, une minorité de ses membres créant la C.G.T.U. proche des communistes.
- La France, en 1919, se dote d’une majorité à l’Assemblée constituée en majorité d’anciens combattants, le « Bloc National ». Cette majorité doit faire face aux problèmes liés à la reconstruction. L’occupation de la Ruhr décidé par le président du conseil, Raymond Poincaré est un échec.
En 1924, face à l’échec du Bloc National, les électeurs votent à gauche et permettent au Cartel des Gauches dirigé par Édouard Herriot d’accéder au pouvoir. 6 gouvernement se succèdent entre Juin 1924 et Juillet 1926. Les milieux d’affaires sont hostiles aux différents gouvernements et les radicaux face à la fuite des capitaux lâche les socialistes et s’allient à la droite après l’effondrement du franc.
    C ) Le redressement économique.
Le cartel des gauches mort, les hommes d’affaires rapatrient leurs capitaux en France. Raymond Poincaré entreprend de stabiliser le franc ce qui passe en Juin 1928 par une dévaluation de 80%. Le déficit budgétaire est fortement réduit et la production industrielle reprend à un rythme de 5% l’an. L’action diplomatique menée par Aristide Briand entre 1925 et 1932 permet à la France de retrouver une place importante par son action pour la paix
II ) Les années de crises.
Avec un temps de retard la France est frappée par la crise mais les conséquences en sont plus profondes et plus durables.
    A ) La crise économique.
A la fin de 1930, les productions industrielles et agricole chutent, entraînant un effondrement des prix. Mais le nombre de chômeurs n’atteint pas celui des autres pays touchés. Au plus fort de la crise 7,5% de la population active est au chômage. Cependant si la plupart des pays redémarre dès 1935, la France doit attendre 1938 pour que son économie reprenne le chemin de la croissance sans soute parce que l’industrie n’y joue pas encore un rôle aussi important que ces voisins et que les liens avec son empire lui permettent d’amortir le choc.
La crise fait des victimes, qu’ils soient salariés du privés, petits patrons ou artisans, chômeurs, agriculteurs ou rentiers. Pour diminuer le déficit du budget, le franc subit de nouvelles dévaluation, les prix baissent mais moins vite que les salaires. Les valeurs traditionnelles, la famille, l’épargne ou le travail ne semble plus suffisant pour vivre correctement face à l’enrichissement de quelques uns alors que les étrangers sont prix pour cible.
    B ) La République en danger ?
La situation économique est préoccupante et les hommes politiques semblent incapable de faire face. Les gouvernement se succèdent à un rythme effréné, leur durée de vie n’excède pas 4 mois. Face à cette situation les Français tournent le dos à ces hommes au profit de mouvement extrémistes alors que les scandales politico-financiers se multiplient.
L’Action Française ( royaliste ), les Croix de Feu ou les Jeunesse patriotes (ligues => groupes d’extrême droite anti-parlementaristes ) connaissent un succès grandissant. Leur organisation rappelle celle des mouvements fascistes. En décembre 1933, la révélation de l’affaire Stavisky mouillant un grand nombre d’hommes politiques permet aux ligues de montrer leur force en organisant une manifestation devant la Chambre des Députés. Prévue le 6 Février 1934, elle tourne à l’émeute, une quinzaine de personnes sont tuées, mais les ligues n’ont pas réussies à renverser la République.
La Droite traditionnelle est incapable de réagir et la constitution d’un gouvernement d’Union national ne résout rien.
    C ) La gauche française se rassemble.
Pour la gauche l’échec des Ligues le 6 Février montre le danger fasciste en France. Le 12 février communistes et socialistes organisent une contre-manifestation. Les trois partis de gauches se rapprochent et le 14 Juillet 1935, socialistes, communistes et radicaux défilent unis place de la Bastille. Maurice Thorez ( coco ), Léon Blum ( soc ) et Édouard Daladier ( rad ) signent en Janvier 1936, l’acte de naissance du Front populaire. Ils se dotent d’un programme : « Le pain, la paix et la liberté » et d’une discipline électorale, le désistement systématique pour le candidat du Front le mieux placé au deuxième tour.
Au lendemain du second tour, le 3 mai 1936, les socialistes deviennent le premier parti politique français, le Front populaire remportant 389 des 612 sièges à la chambre ( 63% ).
III ) Le Front populaire.
L’arrivée de la gauche unie au pouvoir se traduit par un vaste mouvement de grève. Deux millions d’ouvriers occupent leurs usines. L’heure est à la négociation.
    A ) L’action du Front populaire.
Léon Blum est chargé de former un nouveau gouvernement, auquel les communistes ne participent pas pour ne pas effrayer et pour garder leur liberté de parole.
Face aux grèves, Blum organise d’importantes négociations entre son gouvernement, les patrons et les syndicats. Le 07 Juin 1936 sont signés les accords de Matignon qui apportent des modifications sociales et économiques.
- Augmentation immédiate des salaires.
- généralisation des conventions collectives ( négociation patron-syndicats ).
- 12 jours de congés payés par an.
- la semaine de 40 heures.
- création de l’Office du Blé pour aider les agriculteurs.
- nationalisation des industries d’armement et d’aviation.
A l’annonce de ces mesures, les ouvriers libèrent les usines, le travail reprend. Mais les difficultés s’accumulent. L’extrême droite multiplient les attaques contre différents ministres. Les patrons sont plus que réticent face aux nouvelles mesures du gouvernement. Mais surtout l’union qui a fait la force du Front populaire résiste mal au problème espagnol. Les communistes acceptent mal la passivité des socialistes et le refus catégorique des radicaux à intervenir pour apporter une aide active aux républicains espagnols.
L’économie française tourne au ralentie, Blum démissionne en Juin 1937. Le radical Chautemps lui succède mais doit s’effacer en Mars 1938. Blum revient aux affaires Jusqu’en Avril 1938, c’est un nouvel échec qui marque la fin du Front populaire.
    B ) L’après Front Populaire.
Une nouvelle majorité se constitue, composée par la droite et les radicaux, elle est dirigée par Édouard Daladier. Globalement les mesures du Front populaire ne sont pas remises en causes mais assouplies pour être accepter par le patronat ce qui permet à l’économie de redémarrer
IV ) Les Français et la France.
A ) La France est une vieille Dame.
Simplement parce que sa puissance n’est qu’apparent avec une empire coloniale important mais une situation démographique des plus préoccupante.
1913 : 41,5 millions d’habitants.
1939 : 41,9 millions
Mais surtout sa population vieillit et depuis 1935, « les cercueils l’emportent sur les berceaux », et cela malgré les mesures natalistes qui interdisent l’utilisation de tous les moyens de contraceptions ou d’avortement. Si entre 1935 et 1939, la population française augmente c’est uniquement grâce à l’immigration.
    B ) La culture française.
Elle est marquée par les colonies avec en 1931, l’exposition coloniale qui attire 34 millions de visiteurs qui montrent les bienfaits de la colonisation françaises.
Le sport est à l’honneur avec le tour de France ( 1934 ) et les Six jours de Bordeaux ou Paris Roubaix.
Les 5 millions de postes T.S.F., les 4000 salles de cinéma, les music-halls permettent aux français de goutter à de nouveaux types de loisirs.
En 1939, la France est un pays vieillie, tourmenté par son instabilité politique et la faiblesse de sa croissance économique. L’insécurité en Europe ne semble pas troubler l’apparente joie de vivre des Français alors que celle-ci semble se rapprocher à grands pas d’un nouveau drame.

drapeau-americain-avec-barre

Les Etats Unis

État jeune qui prend son indépendance en 1776 et qui est secoué entre 1861 et 1865 par une crise qui a faillit le faire se diviser entre Nord et Sud sur un problème majeur, celui de l’esclavage. La première guerre mondiale va faire de se jeune pays en plein expansion, la première puissance économique mondial.
Un système politique original :
3 pouvoirs indépendants les uns des autres. le pouvoir judiciaire, avec un système de juges nommés à vie, empêche les nominations de complaisances et les remplacements arbitraires. Le pouvoir législatif divisé en deux chambres, le Sénat et la Chambre des représentants assurent l’essentiel des décisions même si le Président possède un droit de veto qu’il peut utiliser à tout moment.
Les États-Unis connaissent un système bipartite entre Républicains et Démocrates. Les situations de cohabitation sont assez fréquentes ( c’est le cas depuis 1994 entre Bill Clinton, démocrates, et la chambre des représentants et le Sénat, Républicains ).
1 ) Un élan économique sans précédent, 1920-1928.
- La Deuxième révolution industrielle : ce sont les États-Unis qui saisissent en premier l’opportunité offerte par les hydrocarbures et l’électricité. A ces nouvelles sources d’énergie correspondent de nouveaux produits, appareils ménagers, postes de radio, textiles synthétiques et surtout l’automobiles.
- Les méthodes de travail change, l’introduction de la machine dans le processus de fabrication transforme les habitudes de travail. Le machinisme que l’on appelle également TAYLORISME réduit considérablement le temps de fabrication et permet de ce fait d’accroître la production.
Frédéric Winslow Taylor : Ingénieur et économiste américain, 1856-1915, promoteur de l’organisation scientifique du travail, par l’élimination des temps morts et des gestes inutiles.
C’est surtout dans l’automobile que les progrès sont les plus nets. En 1909, une Ford T était assemblée en 14 heures pour un prix de vente de 900 dollars, en 1925, il ne faut plus que 1 heure 30 pour réaliser ce même modèle pour un prix de vente de 300 $. Si c’est gain de productivité sont importants ils se font au détriment de l’originalité, un seul type de voiture, une seule motorisation, une seule couleur, le Noir. Henry Ford :  » Les Américains peuvent choisir la couleur de leur voiture, pourvu qu’ils la choisissent noire ». La production est standardisée.
- le capitalisme Américain voit la création de grands groupes industriels qui regroupent des entreprises produisant les mêmes produits afin d’éliminer la concurrence, ce sont les trusts.
Cette période d’expansion se traduit par une forte augmentation des salaires, à l’image de se que l’on appelle le fordisme, il faut donner aux ouvriers les moyens de consommer, d’acheter et trouvera davantage de motivations au travail.
- « America first ». Si cette période voit une expansion vertigineuse de l’économie, les gouvernements républicains qui se succèdent à partir de 1920, sous les présidences Harding, Coolidge et Hoover, tout en coopérant avec les milieux d’affaires tentent de promouvoir les valeurs traditionnelles de l’Amérique.
- Dans le domaine social, des quotas sont imposés à l’immigration dans un climat d’intolérance et de racisme puisque la plupart de ces quotas sont fixés en fonction de l’origine géographique des migrants. Les étrangers sont mal aimés et rendus responsables de nombreux méfaits, deux italiens SACCO et VANZETTI, anarchistes et réfugiés aux États-Unis sont condamnés à mort en 1921 pour double assassinats qu’ils n’ont pas commis. Des sociétés jusqu’alors secrètes, comme le KU KLUX KLAN créée en 1865, affichent en public leurs théories racistes ou xénophobes, contre tous ceux qui ne sont pas W.A.S.P..
- Dans le domaine moral, le combat pour les valeurs traditionnelles entraînent une réaction puritaine pour combattre les influences de la société moderne, le jeu, l’alcool sont interdits, c’est la prohibition ( 1919 ).
- Sur le plan international, cette prospérité doit rester américaine, et les États-Unis refusent tout engagement extérieur et n’intègre pas la S.D.N. et décide de s’isoler.
De ces années de prospérité sont nées de nouveaux comportements, une nouvelle manière de consommer. Une société uniforme régit l’Amérique que l’on appelle l’American way of Life.
2 ) La crise de 1929.
Contrairement à ce que votre livre pourrait vous faire penser, la crise de 1929 certes est brutale dans l’enchaînement des événements, mais elle ne débute pas en 1929, mais les premiers signes de crises sont antérieurs. La prospérité des États-Unis ne va pas s’effondrer à la suite d’une simple baisse de la bourse.
- Les signes annonciateurs :
- L’agriculture, ce n’est donc pas dans l’industrie que les premiers signes apparaissent, mais dans l’agriculture. La reconstruction de l’agriculture européenne et l’apparition de nouveaux pays producteurs entraînent à partir de 1925 la réapparition d’une surproduction, renforcée par la mécanisation de plus en plus forte de cette agriculture. De petits paysans se trouvent pousser à la faillite et à partir de 1925 plus de 600000 paysans par an quittent leurs terres alors que le salaire des ouvriers agricoles sont à la baisse.
- Les banques connaissent également un phénomène de concentration, trois grandes banques dominent, Mellon, Morgan, Rockfeller. Cette concentration si elle montre le dynamisme de l’économie américaine, est également source de faiblesse, plus le nombre des banques est réduit plus les risques de problèmes financiers sont importants.
- La production industrielle à partir de 1925 a tendance à stagner, le marché intérieur semble presque saturé, mais l’accroissement des ventes à l’extérieur permet aux États-Unis de conserver à son économie un dynamisme certains. A partir de 1928, l’automobile connaît également des problèmes de surproduction.
- La bourse, à partir de 1927 le cours des actions s’envolent, la spéculation se développe, mais pas au profit des entreprises.
- Le 24 Octobre 1929 :
Tout les secteurs de l’économie sont touchés par la surproduction, les stocks constitués effraient certains spéculateurs qui vont essayer de prendre leurs bénéfices avant qu’une tendance à la baisse s’empare de la bourse. Cependant c’est en masse que les actions vont être vendues, 13 millions pour la seule journée du 24 Oct. 1929, sans trouver d’acquéreurs.
Pour essayer de freiner la dégringolade de la bourse de Wall Street, les grandes banques dirigées par Morgan rachètent toutes les actions en circulation. La bourse se redresse mais s’effondre de nouveau quand les banques essaient à leur tour de revendre ces actions. Leur situation financière devient très difficile surtout lorsque les particuliers décident de retirer leurs dépôts en banques. Certaines incapable de restituer l’ensemble des fonds qui leur avait été confiés font faillites.
« La crise nourrit la crise ». Pour écouler leurs stocks, de nombreuses entreprises baissent leurs prix, ce qui entraîne une baisse des salaires et une réduction du pouvoir d’achat. La plupart des entreprises qui vivaient à crédit se retrouvent dans l’incapacité de rembourser leurs emprunts, et sont obligées de fermer, provoquant une croissance rapide du chômage. Malgré la destruction de stock, en 1933, 13 millions de personnes ( 25% de la population active ) se retrouvent au chômage dans une situation dès plus misérable, s’entassant dans des bidonvilles qui par dérision ont été surnommés « Hoovervilles ».
Les Républicains au pouvoir entre 1920 et 1932 vont être rendus responsable de la crise, et lors des élections présidentielles de 1932 ils sont balayés par le candidat démocrate, Franklin Delano Roosevelt.
3 ) Roosevelt et le New-Deal.
Le personnage de Roosevelt est à l’image de la crise qui frappe les États-Unis Démocrate qui a fait ses armes en politique à coté de Wilson, il est frappé en 1921 par une attaque de poliomyélite qui le laisse en partie paralysé. Mais il réussit à s’affranchir de son handicap pour continuer à défendre ses idées. Ce qui lui permet, en 1928, de devenir gouverneur de l’État de New-York.
Il s’entoure d’hommes nouveaux, de jeunes intellectuels, banquiers, journalistes ou professeurs d’université, aux idées parfois opposées, mais qui forment un groupe de réflexions dynamiques : Brain Trust.
L’objectif de Roosevelt est clair, redonné confiance à l’Amérique. Doc. 1 page 60, un plan est conçu, le « New Deal » : la nouvelle donne.
- Le premier New Deal
Le New Deal introduit une grande nouveauté dans le système économique américain par le fait que État intervient directement dans l’économie pour réamorcer le système et assurer une certaine sécurité, Roosevelt ouvre l’ère de État Providence. Roosevelt se fait l’écho des idées d’un économiste américain John Maynard Keynes : le chômage résulte d’une insuffisance de la demande. Le plein-emploi doit donc être rétabli grâce à l’intervention de État, qui mène une politique de réformes.
Mars 1933 : Les clients des banques largement débiteurs ou ayant empruntés obtiennent des délais garantie par État
Mai 1933 : Agricultural Adjustment Act : Les agriculteurs, les « farmers » acceptant de réduire leur production recevront de État des subventions en compensation.
: Tennessee Valley Authority : mise en place de grands travaux pour soutenir l’économie, ponts, routes, barrages hydrauliques, permettant de créer des milliers d’emplois.
Juin 1933 : National Industry Recovery Act : la constitution des trusts est interdite, la durée du travail est réduite, salariés et patrons doivent se concerter pour fixer les salaires et leurs augmentation.
Janvier 1934 : pour soutenir l’industrie et permettre le redémarrage des exportations le dollar est dévalué de 41%.
Mai 1935 : la Cour Suprême déclare le N.I.R.A. inconstitutionnel
Ces premières mesures ne sont pas d’une grande efficacité même si elles ne sont pas sans résultats, la misère continue à progresser au même rythme que le chômage, de nouvelles mesures sont prises, cette fois à caractère sociale.
- Le « second New Deal » :
Juillet 1935 : Loi Wagner accorde la liberté syndicale, les syndicats deviennent les nouveaux interlocuteurs des patrons pour la signatures de conventions collectives.
Août 1935 : création d’une assurance chômage, invalidité et vieillesse, ces mesures sont financés directement par État grâce à l’augmentation du déficit de son budget compenser par la planche à billet.
Janvier 1936 : comme en Mai 1935 la Cour Suprême essaie de bloquer les réformes du New Deal en déclarant l’A.A.A. inconstitutionnel.
Malgré l’opposition de la Cour Suprême à majorité républicaine, les mesures prises par Roosevelt seront appliquer, notamment grâce à sa réélection triomphale de Novembre 1936.
- Le bilan du New Deal.
Dans le domaine économique, les résultats du New Deal reste un semi-échec, car il n’y a pas de retour à la prospérité et de ce fait le nombre des chômeurs reste élevé. Logiquement la misère, sans retour d’une croissance nette continue à progresser.
Sur le plan politique, à l’opposé de certains pays européens, les États-Unis n’ont pas basculé dans les solutions extrémistes.

drapeau-urss-avec-barre

l’U.R.S.S.

I ) Naissance et difficultés d’un nouveau Grand : l’U.R.S.S.
1 ) La Révolution russe. ( hors programme )
- Les origines.
Au début du 20è siècle, la Russie est entrée dans la phase du décollage industriel. Les capitaux étrangers y trouvent un terrain favorable et les perspectives de profits semblent illimitées.
Le régime politique est autocratique ( le tsar ne détient son pouvoir que de lui même et n’a de compte à rendre à personne ), même si en 1905 le tsar a du accepter la création d’une assemblée élue ( DOUMA ). Le tsar doit faire face à une double opposition : de la part de la bourgeoisie qui réclame une régime parlementaire et de la part des Socialiste Révolutionnaire, lui même divisé en deux tendances, les bolcheviks ( majoritaire en russe ) dirigés par Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine , et les mencheviks ( minoritaires en russe ), les S.R. étant pourchassés par la police du Tsar.
- La révolution russe – Février 1917.
La situation de la Russie se dégrade avec la guerre, montrant les faiblesses d’un pays dont l’avenir promettait. La nourriture manque et les prix flambent. Pour faire face à cette situation le gouvernement dirigé par KERENSKI met en place des cartes de rationnement. Cette annonce provoque à Petrograd ( St Petersbourg – Leningrad ) des émeutes. Débutant le 23 février, elles prennent un tour inattendues quand le 27, l’armée rejoint les manifestants. Des comités de soldats et d’ouvriers se créent : les SOVIETS.
Le 02 Mars 1917, le tsar n’a d’autre solution que celle d’abdiquer. Un gouvernement provisoire se met en place, composé de libéraux et de socialistes modérés avec comme priorité la continuation de la guerre. Les réformes sociales sont repoussées. Loin d’apaiser les choses, la situation de la Russie ne cesse de se détériorer.
- La révolution bolcheviks – Octobre 1917.
Lénine rentre d’exil en Avril 1917, et il est clair que les bolcheviks doivent prendre le pouvoir pour assurer au peuple la réalisation des revendications des soviets : la paix, le pain, la terre. Au cours de l’été les bolcheviks infiltrent le soviet de Petrograd et en prennent la direction.
Le 23 Octobre, Lénine obtient le vote d’une motion visant le renversement du gouvernement provisoire. La milice armée des bolcheviks, les gardes rouges déclenche l’insurrection armée le 25, jour du congrès des soviets de toute la Russie. La capitale passe sous le contrôle des bolcheviks, Lénine fait voter deux décrets, le premier pour une « paix juste et démocratique », le second abolit la propriété foncière. Les soviets élisent un nouveau gouvernement entièrement bolcheviks, qui prend le nom de Conseil des Commissaires du peuple.
2 ) La défense de la révolution : 1918 – 1924. ( hors programme ).
- Une Russie qui se déchire.
Le premier décret du nouveau gouvernement est réalisée, avec la conclusion de la paix en mars 1918 de Brest-Litovsk. Mais la situation du soviet de Petrograd est loin d’être stable. Le gouvernement révolutionnaire met en place une police politique : la TCHEKA, chargée de traquer les opposants, tsaristes, libéraux et même socialistes. En Juillet 1918, Moscou devient la nouvelle capitale, une nouvelle constitution reconnaît le suffrage universel, mais les exploiteurs du peuple en sont exclus.
L’opposition est de plus en plus forte et violente, des régions entières se révoltent ( Ukraine, Caucase, Sibérie ). Officiers du tsar, propriétaires, bourgeois, troupes étrangères s’allient pour renverser le nouveau pouvoir. Une guerre civile éclate, les bolcheviks qui ne contrôle qu’une petite partie du territoire russe sont dans une situation difficile.
- Le communisme de guerre.
Pour faire face à la situation, le Conseil des Commissaires du peuple, instaure une véritable dictature, qui sera appelé communisme de guerre, dirigé par Lénine. Le Parti communiste, seul parti politique autorisé, est chargé de sauvegarder la révolution par tout les moyens.
Une armée est créée à l’initiative de Trotski ( fondateur de la Pravda ) et placée sous le contrôle de commissaires politiques.
Toute l’économie du pays est placé sous le contrôle de l’État, les industries sont nationalisées, les récoltes réquisitionnées et redistribuées en fonction du mérite ( soldat – ouvrier – paysan – bourgeois )
Si la Russie victime de la guerre civile, n’en est pas moins active à l’extérieur. Pour Lénine la Révolution doit être mondial, et pour se faire il fonde l’International communiste ( KOMINTERN ) afin d’inciter les travailleurs à rejoindre le camp de la Révolution, effrayés par le développement des grèves et des mutineries, les pays ayant envoyés des hommes en Russie les rappellent.
La guerre civile dure jusqu’en 1920, les opposants aux bolcheviks, que l’on appelle les « Blancs » se divisent, et les violences dont ils font preuve les rendent impopulaires. Mieux organisée, l’Armée rouge prend progressivement l’avantage et finit par l’emporter à la fin de l’année 1920.
- La N.E.P. ( la Nouvelle Politique Économique ).
La situation économique de la Russie est désastreuse après trois ans de guerre civile. La famine et les maladies se propagent, tuant plus de 10 millions de personnes. En Février 1921, les marins de Kronstadt ( îlots à l’entrée de Petrograd ) se révoltent en scandant « Vive les soviets sans les bolcheviks ». L’Armée rouge intervient et massacre les révoltés.
Lénine doit mettre fin au communisme de guerre et assouplir la politique économique. La N.E.P. doit répondre à cet objectif.
- État conserve la propriété des terres, mais renonce aux réquisitions forcées. Rétablissement d’un marché libre, possibilité pour un paysan de louer sa terre et de payer des salariés.
- Les petites usines sont rendues à leurs propriétaires, le travail obligatoire est aboli, les capitaux étrangers peuvent être à nouveau utilisés.
=> Ces mesures contribuent à redynamiser l’économie et l’on voit apparaître de nouveaux riches parmi les paysans ( koulaks ) et dans l’industrie ( Nepmem ).
Parallèlement, État est réorganisé et le 30 Décembre 1922, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques est créée, regroupant, la Russie, l’Ukraine, LA Biélorussie et la Transcaucasie.
Le 21 Janvier 1924, à la mort de Lénine, l’U.R.S.S. même si la situation économique est en voie d’amélioration, se pose un vaste problème, qui pour lui succéder ?.
3 ) L’U.R.S.S. de Staline. 1924 – 1941.
- La lutte pour la succession 1924 – 1928.
A la mort de Lénine deux théorie s’oppose, l’une maximaliste avec Trotski pour poursuivre une Révolution mondiale, l’autre minimaliste avec Staline ( secrétaire général du Comité central ) pour « édifier le socialisme dans un seul pays ». Autre question quel sort réservé à la N.E.P., faut-il la poursuivre ou non ?.
Par un jeu d’alliance et de trahison Staline réussit à éliminer son principal rival et obtient son exclusion du P.C. en 1927 et son départ en exil en 1929 au Mexique.
- La stalinisation du pouvoir.
Staline décide d’abandonner la N.E.P. et de placer l’ensemble de l’économie sous le contrôle de État La planification devient le maître mot du nouveau pouvoir.
- la collectivisation des terres.
Pour Staline, les paysans doivent payer la politique industrielle du pays, les koulaks sont arrêtés, leurs biens confisqués, et déportés dans des camps de travail, les goulags. Les paysans deviennent des ouvriers agricoles regroupés de force dans des sovkhozes, alors que les autres paysans travaillent collectivement dans les kolkhozes. Cette politique va coûter la vie à 6 à 8 millions de personnes, et entraîne l’effondrement de la production. En 1935, Staline autorise les kolkhoziens à posséder un lopin de terre dont la production leur est entièrement laissée.
- Une industrialisation forcée.
La priorité est donnée à l’industrie lourde. De grands ensembles industriels surgissent en Oural et dans le Kouzbass. L’U.R.S.S. possèdent à la veille de la 2ème guerre mondiale, la première industrie lourde du monde. Pour la réalisation des objectifs, il est mis en place un commissariat au plan, le GOSPLAN, qui met en place les plans quinquennaux. La propagande invite les ouvriers à rivaliser d’adresse et de rendement pour permettre au pays de se hisser toujours plus haut. L’image des ouvriers les plus méritant est utilisé à des fins de propagande : STAKHANOV ( pour ses records de quantité de charbon extrait en une journée ).
Mais si les progrès de la production industrielle sont incontestés, le niveau de vie de la population reste très faible.
- Un régime totalitaire.
Staline s’entoure de personnes qui lui sont fidèles et à partir de 1935, la N.V.K.D., la nouvelle police politique, est chargée de purger le parti des éléments contre-révolutionnaire. Des fidèles de Lénine, des membres du parti, des chefs de l’armée s’accusent de crimes imaginaires et sont traduits en justice lors de procès retentissant. Malgré cette politique, Staline reste aux yeux de la population comme le fidèle héritier de Lénine et le vrai défenseur de la patrie socialiste. Un véritable culte du chef se développe dans des domaines aussi variés que l’art, les sciences et la littérature et que l’histoire et des documents d’époque sont falsifiés à l’avantage de Staline.

 

drapeau-nazi-150x150

L’Allemagne nazie

A l’Empire disparu a succédé une République dont la capitale est Weimar. Dirigée par des socialistes modérés, le nouveau régime arrive à se sortir des crises qui secouent le pays, mais la crise des années 1930 va lui être fatale.
- Les crises de la République.
+ Une naissance difficile.
A droite, les partisans de l’empire ne veulent pas reconnaître cette République née de la défaite; à gauche les communistes appelés les Spartakistes déclenchent des insurrections armées afin de prendre le pouvoir. Ils sont écrasés à Berlin et Munich.
Cependant, la nouvelle constitution est adoptée et l’Allemagne devient une République parlementaire. Le climat politique est sanglant les attentats se succèdent, cette même année un certain Adolf Hitler, ancien sous-officier de l’armée connue pour ses positions extrémistes et antisémites, est jeté en prison après un putsch manqué. La situation économique est catastrophique. En 1923, il faut 4 milliards de marks pour acheter un dollar. Cependant à partir de 1924, la très nette amélioration de l’économie allemande et surtout la stabilisation du mark dont la valeur est défini par rapport à l’or permet à l’Allemagne de connaître un retour à la prospérité.
Toutefois, des signes inquiétants persistent : la force des formations paramilitaires et la dépendance de l’économie à l’égard des capitaux étrangers et surtout américains.
+ La crise économique.
L’Allemagne est le premier pays européen frappé par la crise. Dès 1930, la production s’effondre. Le retrait massif des capitaux européens entraîne de multiples faillites et la disparition d’entreprises. L’agriculture perd ses débouchés. En 1932, le pays compte 6 millions de chômeurs; les ouvriers et les classes moyennes étant les plus touchés.
+ La montée des extrémismes.
Lors des différentes élections, le score du parti communiste et du parti national socialiste ne font que confirmé le malaise qui est celui de la société allemande. Face à la progression du P.C. allemand des industriels et des financiers vont accordés leur soutien à Hitler qui semble plus rassurant. En 1932, lors des élections présidentielles, Hitler est battu par le président sortant, HINDENBURG, mais recueille 13 millions de voies. Mais il obtient une revanche quand Hindenburg subissant la pression des évènements et des milieux d’affaires le nomme Chancelier, le 30 Janvier 1933.
- Le Troisième Reich.
+ L’Allemagne nazie
L’arrivée d’Hitler au pouvoir marque le début de la nazification du pays. Le 27 Février 1933, le parlement allemand, le Reichstag est détruit par un incendie, commandité par Hitler. Les communistes sont pourchassés. Les partis politiques sont interdits. Le parti nazi est épuré, la vieille garde des S.A., service d’ordre du parti nazi, et anti-capitalistes voient leurs chefs assassinés lors de la nuit des « longs couteaux ».
S.A. : STURM ABTEILUNG : section d’assaut créée en 192, appelée également les chemises brunes, et qui ont permis à Hitler d’accéder au pouvoir.
A la mort du président Hindenburg, le 02 Août 1934, Hitler cumule les titres de chancelier et de président, il devient « Reichsführer ».
A la fin de 1934, le P.N.S. compte 5 millions d’adhérents et contrôle l’intégralité du territoire allemand, tous les Länder étant sous administration nazie.
+ Un système totalitaire.
La population est encadrée pour être mieux contrôlée. Les libertés fondamentales sont abolies. Chaque profession, la jeunesse sont embrigadées dans des associations de propagande qui ont pour objectifs le développement idéologique, physique et militaire de leurs membres.
La police nazie est dirigé par Heinrich Himmler, et comprend les S.S. et la Gestapo.
S.S. : section de protection : créée en 1925 et dirigée par Himmler.
Gestapo : Geheime STAatsPOlizei : police secrète d’État, créée par Hermann Göring
Leurs méthodes sont brutales et dès 1933, des camps de concentration et de travail sont créés, recevant plus d’un million d’allemands jusqu’en 1939.
La propagande nazie emploie les mêmes méthodes employées par Mussolini en Italie et est dirigée par Joseph Goebbels.
Totalitarisme politique, le nazisme se base également sur des théories racistes qui reposent sur l’inégalité des races et la soi-disant supériorité de la race aryenne dont les allemands seraient les meilleurs représentants. ( aryen en sanskrit : les nobles ). Il convient donc de protéger cette race de tout éléments corrupteurs, juifs, communistes, chrétiens, …., y compris par la stérilisation des éléments aryens dégénérés. Les juifs sont les premières victimes et sont exclus de la société par les lois de Nuremberg de 1935 et persécutés à partir de 1938, avec l’organisation de la Nuit de cristal 8-9 Novembre 1938, et éliminés physiquement à partir de 1941, la solution finale.
+ Économie et autarcie.
Pays européen le plus touché par la crise, Hitler à en 1933 près de 9 millions de chômeurs en charge. Le gouvernement lance une politique de grands travaux routiers et urbains et favorise le développement de la construction de l’automobile avec la création de Volkswagen, chaque allemand devant pouvoir avoir sa propre automobile.
A la fin de l’année 1935, l’autarcie est déclarée et l’économie se redresse grâce au lancement d’un vaste programme de réarmement, présenté comme un programme de défense et non comme un programme offensif.
- La paix en otage.
+ Des actes politiques.
Hitler, arrivé au pouvoir ne va pas ou peu rencontrer de résistance en Europe. Sa politique de réarmement ne soulève guère de protestation, ni même quand le service militaire est rétablit en 1935 ou que les troupes allemandes pénètrent en Rhénanie en 1936.
Les allemands interviennent militairement en Espagne dans la guerre civile lui permettant d’essayer en grandeur nature ses nouvelles armes. La ville de Guernica est totalement détruite, 1500 personnes périssant dans les bombardements.
En Novembre 1936, Hitler et Mussolini forme un axe Rome Berlin. L’Allemagne est libre d’agir en Europe de l’Est alors que Mussolini concentre ses efforts dur l’Afrique et l’Éthiopie.
Le 25 Novembre 1936, Allemands et Japonais signent le pacte anti-Komintern, dirigé contre l’U.R.S.S., l’Italie les rejoint en 1937.
+ La conquête d’un espace vital : le Lebensraum.
- Les pressions politiques et économiques sont multiples contre l’Autriche et son président. Après un référendum téléguidé par Hitler, les troupes allemandes pénètrent en Autriche et annexent le pays, c’est l’Anschluss.
- C’est ensuite la jeune République de Tchécoslovaquie qui subit les assauts diplomatiques d’Hitler. Il réclame le rattachement à l’Allemagne de la régions des Sudètes qui compte 3 millions d’allemands. L’Europe semble au bord d’un nouveaux conflits quand les Tchèques mobilisent et appellent leurs alliés Français à l’aide. En Septembre 1938, une conférence se tient à Munich. La Tchécoslovaquie est sacrifiée pour sauver la paix, les Sudètes sont données à l’Allemagne et en Mars 1939, c’est tout le pays qui est sous contrôle allemand.
- L’Allemagne renforce ses alliances avec l’Italie en signant le « Pacte d’Acier ». Mais le coup de tonnerre intervient en Mars 1939, allemands et soviétiques signent un pacte de non-agression qui comprend également une close sur le partage de la Pologne.
- Au mois d’Août 1939, Hitler lance un ultimatum à la Pologne réclamant le rattachement de la ville de Dantzig au Reich. Le 01er Septembre les troupes allemandes envahissent la Pologne, provoquant une déclaration de guerre des Français et des Anglais à l’encontre des Allemands, cependant il faudra attendre Juin 1940 avant que les opérations militaires ne commencent.

 

drapeau-fascite-italien-14

L’Italie fasciste

A ) L’Italie passe au fascisme.
- La situation après la première guerre mondiale :
L’Italie bien que victorieuse ne sort pas de la première guerre mondiale intacte, elle doit faire face à trois problèmes importants :
+ Le Nord-est industriel a souffert de la guerre, les destructions sont nombreuses et l’endettement et l’inflation sont particulièrement élevés.
+ La population voit son pouvoir d’achat s’effondrer et le chômage progresser. Les paysans attendent la réforme agraire. Le gouvernement est incapable de prendre la moindre réformes et en 1919, les usines sont occupées et les paysans se partagent les terres des grands propriétaires.
+ Les italiens sont déçus par les conclusions de la guerre, car ils ne reçoivent pas les territoires promis par les alliés. Les mouvements nationalistes et extrémistes prennent de l’ampleur tandis que les partis traditionnels ne peuvent s’entendre.
- L’émergence de Mussolini.
En Mars 1919, Benito Mussolini, ancien socialiste, crée un mouvement extrémiste les « Faisceaux italiens de combat ». Le mouvement recrute les « déçus » dans leur ensemble sans posséder de réel programme politique ou de gouvernement. Malgré un échec aux élections de 1919, Mussolini poursuit dans cette voie et choisit de réaliser des opérations spectaculaires.
Des commandos sont formés et ont pour objectifs de punir dans les villes ou les campagnes, les « rouges », c’est-à-dire les socialistes et les communistes. Dans le climat anarchique et révolutionnaire de l’année 1921, son mouvement connaît une progression foudroyante. En Novembre 1921, Mussolini fonde le parti national fasciste et dote enfin son mouvement d’un programme.
- La prise du pouvoir.
A la fin de l’année 1921, Mussolini est à la tête d’une force politique qui regroupe 700000 adhérents. Cependant les résultats aux élections restent médiocre. C’est donc par la force que Mussolini devra prendre le pouvoir. Les actes terroristes se multiplient sans que l’armée ou la police n’essaient d’intervenir. L’État italien ne cesse de vaciller. En Octobre 1922, Mussolini lance un ultimatum au roi en lui ordonnant de lui donner le pouvoir ou celui-ci ordonnera à ses hommes de s’emparer par la force de Rome. Le 29 Octobre 1922, Victor Emmanuel III cède et fait de Mussolini le chef du gouvernement.
Mussolini se veut rassurant et coopère de bonne grâce avec les parlementaires, mais en 1924, il modifie la loi électorale permettant aux parti fasciste d’emporter la victoire, l’opposition qui dénonce ces pratiques est interdite et l’un de ces représentants, le député socialiste MATTEOTTI est assassiné. Mussolini abandonné par ses alliés mais gardant la confiance du roi, peut désormais agir en toute liberté. Les lois de 1925-26 transforment l’Italie en dictature par les « lois fascistissimes »
B ) La dictature mussolinienne.
- Un État autoritaire.
Le parti national fasciste est le seul parti autorisé, alors que les opposants sont pourchassés, emprisonnés, déportés ou exécutés dans des villes du Sud du pays ou sur des îles de méditerranée.
Mussolini utilise tous les moyens qui sont mis à sa disposition, radio, presse ou cinéma pour sa propagande, de grands rassemblements sont organisés pour maintenir intacte la ferveur populaire.
Les jeunes italiens reçoivent le message de Mussolini dès l’école maternelle où l’éducation doit contribuer à développer la force physique et le civisme dans des organisations para-militaires.
De 4 à 8 ans les garçons forment les « Fils de la louve »
De 8 à 14 ans les « Balillas »
A Partir de 15 ans ils rejoignent les jeunesse fascistes.
La vie des italiens est encadrée par les syndicats fascistes. Tous les métiers sont organisés en corporation. Ne pas avoir sa carte du parti ou du syndicat c’est se voir refuser certains emplois, l’accès à certains loisirs ou tout simplement l’impossibilité d’acheter du pain.
Toute les décisions ne sont plus prises par le gouvernement mais par le Grand conseil fasciste, la milice des chemises noires étant la police politique du parti de Mussolini.
- Les réalisations du fascisme.
Les réalisations du fascisme sont importantes mais ne doivent pas faire oublier les conditions dans lesquelles elles ont été réalisées et surtout le prix payé par les italiens eux-mêmes.
+ A partir de 1927, Mussolini entreprend la bataille du blé, avec la mise en valeur de la plaine du Pô et des zones marécageuses du Nord-Est. La hausse de la production est importante et permet à l’Italie de s’auto alimenter.
+ L’économie est soutenue par une politique de grands travaux, avec la réalisations d’infrastructures de communications et d’urbanisation dans les grandes villes et principalement Rome. Mais le but est double, certes ses constructions ont un objectif pratique mais également sont un moyen de propagande pour Mussolini.
+ Les effets de la crise de 1929 sont limités avec la création de l’Institut pour la Reconstruction Industriel. Mais surtout à partir de 1933, Mussolini décrète que l’Italie doit vivre en autarcie, c’est à dire de sa propre production en limitant au maximum ces importations. Globalement la chute de la production est inférieure à 10 % et l’évolution du chômage très limité.
+ En 1929, les accords du Latran signé avec le pape lui reconnaît le droit de posséder un État le Vatican et à recevoir une indemnité pour les territoires perdus. La religion catholique devient le religion État en Italie.
+ Mussolini développe une politique nataliste, en offrant des primes aux naissances nombreuses, alors que les célibataires se voient contraints de payer de lourds impôts.
- L’Italie fasciste à la veille de la guerre.
Réconcilié avec l’Église romaine, Mussolini va s’opposer au pape au sujet de qui doit avoir la main mise sur la jeunesse, le pape Pie XI réclamant ce contrôle au nom de l’Église catholique. Les deux alliés tire en quelque sorte la couverture chacun de son côté.
Si Mussolini a réussi à faire taire l’opposition intérieure, à l’étranger celle-ci se développe et prend de l’ampleur. Les réfugiés politiques et principalement en France s’organise
A partir de 1935, Mussolini se lance dans une politique de revendications territoriales qui lui donne un regain de sympathie parmi les nationalistes italiens.
C’est donc confiant que Mussolini engage l’Italie dans la guerre en 1940, malgré l’opposition d’une grande partie de la population mais également d’un grand nombre de dirigeants fascistes.

 

  retour page d’Accueil Champs de bataille où les Australiens combattirent. fleche-boule8retour à la Grande Guerre

Ostduvalderoost |
Nikeairjordan99 |
Donsipeny |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cercle Généalogique de la D...
| Nikefrair
| Soldeburberryk