Milguerres

  • Accueil
  • > Recherche : zone libre guerre

28 avril 2013

L’économie tunisienne en 1945 – Robert Tinthoin

Classé sous — milguerres @ 20 h 13 min

  retour page d’Accueil 

La Tunisie au gré des conflits

L’économie tunisienne en 1945

Robert Tinthoin 

source : L’information géographique  lien   Année   1946   lien Volume   10   lien Numéro   10-5   lien pp. 180-183 (http://www.persee.fr

 ________________________________________

La Régence de Tunis, ouverte au monde moderne à la fin du XIXe siècle (1881),

ne possédait alors qu’un équipement économique rudimentaire et désuet.

 

I. — LE POTENTIEL ÉCONOMIQUE EN 1939

Avec l’aide de la nation protectrice, la Tunisie est parvenue, en 1939, à faire figure de nation moderne. C’était à la fois « un pays très jeune par sa formation et son équipement économique et très vieux par son histoire ».

Peuplée de 2.600.000 habitants (2) dont 8 % d’Européens (Français : 4,1 %, Italiens : 3,6 %) et 2,3 % d’Israélites, c’est un pays naturellement assez peu avantagé par une nature ingrate et aride. Sur une superficie totale de 125.000 km2, elle n’offre que 26 % de terres labourables et 8 % de bois et forêts contre 36 % de terres de parcours et 28 % de terrains improductifs. Contrairement à l’Algérie, elle ne possède pas de Tell littoral et les plis atlasiques s’y resserrent en laissant peu de place pour les plaines et les plateaux.

Son Agriculture est représentée par des produits méditerranéens (céréales, oliviers, vigne) et africains (dattes, alfa). La superficie cultivée en céréales a doublé depuis 1881 (9.700.000 ha en blé, 616.000 ha en orge), en 1939, grâce à la motoculture et à la pratique de la jachère travaillée. La Tunisie produisait en 1939: 2.160.000 qx de blé dur (3 fois plus qu’en 1881), 1.750.000 qx de blé tendre, dit « de force » (introduit depuis une trentaine d’années), 1.700.000 qx d’orge (augmentation du quart), 320.000 qx de céréales secondaires (avoine, maïs et sorgho, 11 fois plus).

Sous l’impulsion donnée par Paul Bourde, à partir de 1890, le nombre des oliviers a triplé (19 millions d’arbres), ils produisent 400 millions de kgs de fruits donnant 80 millions de kg d’huile. Le vignoble, peu important il y a 60 ans (1.200 ha), couvre en 1939 48.000 ha (40 fois plus) et produit 2 millions d’hectolitres de vin. Les plantations de tabac ont centuplé de superficie depuis 1891 (400 hectares). Les cultures maraîchères et fruitières étaient localisées presque exclusivement dans la zone Nord et Nord-Est, la basse vallée de Medjerda, le cap Bon et le Sahel (450.000 agrumes et 1.235.000 amandiers, plantés depuis 1881). Les oasis comptent 2.700.000 dattiers (la moitié en plus qu’en 1881) produisant 258.000 qx de fruits. Enfin, 900.000 ha de nappes alfatières — autrefois presque uniquement utilisées en terrains de parcours — donnent 1.290.000 qx d’a//a. Les forêts couvrent un million d’hectares, fournissant 45.000 qx de liège, 40.000 qx de bois de chauffage ou d’industrie, 130.000 mètres d’étais de mine. « La colonisation n’a pas entraîné une diminution des cultures indigènes : elle a surtout conquis des terres sur la brousse » (73.000 ha défrichés de 1921 à 1924).

La deuxième grande ressource de la Tunisie est Y élevage, qui a triplé d’importance en 60 ans : 2.740.000 moutons, 1.670.000 chèvres, 480.000 bovins, 300.000 équidés et 35.000 porcins en 1939.

Parmi les autres sources de richesse, les Mines (38 en activité en 1938) emploient 15.000 ouvriers extrayant 2.000.000 de tonnes de phosphates, 828.000 tonnes de fer, 31.000 tonnes de plomb et 3.500 tonnes de zinc, mercure et fluorine.

La PÊCHE, utilisant 3.800 barques de 10.000 tonneaux, montées par 15.000 hommes d’équipage, rapporte annuellement 200.000 kg d’épongé et 12 millions de kg de poisson.

Enfin, à côté des Industries anciennes modernisées (tapis, cuirs brodés et carreaux de faïence ) et des industries artisanales familiales (soieries, brocarts, dentelles, dinanderies, poterie d’art, tissus de laine et de poil de chameau, tapis : 30.000 m2, chéchias : 600.000), des usines européennes ont été construites récemment.

En 1939, la Tunisie compte : 21 minoteries modernes, 113 fabriques de pâtes alimentaires, 550 moulins, 1.310 huileries, 4 distilleries d’essences et de parfums, des conserves de produits alimentaires, surtout de poissons (3). Des tanneries traitent mensuellement 36 tonnes de peaux de bovidés, de moutons et de chèvres, tandis qu’on extrait des carrières un million de tonnes de produits; les fabriques de chaux fournissent 50.000 tonnes et celles de ciment 45.000 tonnes de ciment par an.

L’Équipement routier, ferroviaire ET portuaire est représenté par 6.600 km de routes (contre 4 en 1881), 8.000 km de pistes carrossables; 2.100 km de voies ferrées (contre 200 en 1881), transportant 10 millions de voyageurs, 4.200.000 tonnes de marchandises, 200.000 km, trains d’autorails; 250 ha de ports assurant un trafic de 160.000 passagers, 4 millions et demi de tonnes de marchandises et recevant 1.500 navires entrés et sortis d’un tonnage de 10 millions de tonneaux. La Tunisie possède un parc automobile de 9 à 10.000 tonnes : 200 autocars et 700 voitures de louage. Unaéroport de Tunis enregistre : 2.300 départs et arrivées d’appareils qui transportent 10.000 passagers, 22.000 kg de courrier et 17.000 kg de marchandises. Il faut ajouter : 56.000 km de lignes téléphoniques et 17.300 km de lignes télégraphiques.

L’ÉQUIPEMENT hydraulique est assuré par le grand barrage de l’oued Kebir (20 millions de m3 de retenue), par le barrage de dérivation à vannes d’El Bathan sur la Medjerda pour irriguer la forêt d’oliviers de Tebourba (100.000 arbres), par 15.000 points d’eau aménagés et de nombreux puits artésiens forés (débit total : 2.743 1/sec). 70 % des centres urbains, groupant 90 % de la population citadine, bénéficient d’une distribution d’eau potable assurée par 1.800 km de conduites (une seule ville, Tunis, en 1881).

L’équipement Électrique dispose de 9 centrales fournissant une puissance de 57.300 kW et débitant annuellement 62 millions de kW, grâce à 1.400 km de lignes à haute tension et 800 km de lignes à basse tension.

Au point de vue Pétrole, on n’a procédé qu’à des recherches sporadiques de 1909 à 1931. A partir de cette dernière date, quelques résultats ont été obtenus dans la région de Bizerte (Djebel Kébir)), la Tunisie centrale (Aïn Rhelal), près de Sbeïtla (Djebel Zaouia).

L’effort réalisé pour la mise en valeur agricole et industrielle se traduit par une consommation douole des blés dur et tendre, d’orge, d huile et de viande de mouton, quadruple du sucre, témoignages de l’élévation certaine du niveau de vie.

D’autres faits tendent à illustrer cette amélioration : c’est la valeur annuelle des divers produits du sol et du sous-sol : un milliard de francs d’huile, 417 millions de produits miniers, 90 millions de dattes, 50 d’alfa, 46 de poissons, 6 de produits forestiers, 3.500.000 de produits industriels, 3.500.000 de conserves de poissons, 190 millions de recettes douanières. Il faut ajouter 50 millions de francs-or investis dans l’alimentation en eau potable, 200 millions dans les industries minières, les capitaux des sociétés d’électricité, de chemins de fer, de transports routiers, la valeur des bâtiments publics et privés… pour un total de 750 millions de francs.

La richesse de la Tunisie est attestée par une balance commerciale assez bien équilibrée : 1.560 millions de francs aux importations (950.000 tonnes de produits divers, houille, bois, riz, sucre) contre 1.355 millions aux exportations (3.175.000 tonnes de phosphates, produits divers, céréales, vins, huile d’olives).

Cette prospérité fut gravement compromise en 1942 par le blocus des côtes d’Afrique du Nord, l’invasion allemande et les opérations militaires, au point qu’un moment, l’activité économique du pays fut pratiquement arrêtée.

H. — LES DESTRUCTIONS

Le 8 mai 1942, lors de la libération du territoire tunisien, la situation était la suivante : Sousse, Gabès, Bizerte, Tunis, Sfax, Tebourba, Medjez el Bab, Béja et d’autres agglomérations, les ports de Bizerte, la Goulette, Tunis, Sousse et Sfax, des chemins de fer, des centrales électriques, des ponts, sont en partie détruits et ont souffert des bombardements aériens, les routes, les locomotives et le matériel roulant ont subi une usure anormale par suite des besoins militaires. Au total, 235 km de voies ferrées, 268 p’onts, 1.572 km de routes sont défoncés, 5 centrales sur 9 mises totalement hors d’usage, la puissance électrique disponible est tombée à 1.800 kW; 530 km de lignes de transport et de distribution électrique avariés, le tonnage utile disponible pour le transport des marchandises est descendu à 1.100 tonnes par des camions très fatigués, à 10 tonnes par jour par chemin de fer. Les moyens de transport en commun de voyageurs par rail et par route ont pratiquement disparu : il ne reste qu’un parc automobile de 1.000 tonnes et 95 autocars en mauvais état dont 35 irréparables.

L’économie tunisienne est épuisée. Tout manque dans les centres urbains. Les marchés sont vides. Les céréales sont sur champs. Les ateliers sont détruits ou réquisitionnés. Plus de carburant, plus de force motrice. Au taux actuel, on peut évaluer la perte subie par l’outillage public à plus de 3 milliards de francs et l’ensemble des destructions consécutives aux opérations militaires à environ 30 milliards.

III. — LES RECONSTRUCTIONS

L’œuvre à accomplir était immense et exigeait une action créatrice pour réaliser du neuf, selon les données les plus récentes de la science et de l’art, dans un esprit de rénovation et d’union entre les divers éléments tunisiens ou français, musulmans, juifs ou chrétiens de la Régence.

Les principaux services reconstructeurs s’inspirèrent de la technique de l’urbanisme et de l’équipement régional le plus moderne.

En décembre 1944, dix-huit mois après l’expulsion des Allemands, des plans d’urbanisme sont établis pour les cités détruites (4), l’outillage public reconstitué, les centrales électriques tournent à nouveau (5), les routes à grands parcours permettent une circulation aisée, les ouvrages d’art sont terminés ou en cours d’achèvement, les ports de Sfax et de la Goulette praticables, les liaisons téléphoniques et télégraphiques possibles, les silos et les piles à huile reconstruits en partie, les déblaiements achevés, les opérations de déminage poursuivis. Les besoins essentiels de l’économie civile et l’effort de guerre ont pu être satisfaits, la campagne oléicole assurée à Sousse et Sfax, l’exploitation des mines de lignite (6), du cap Bon et les industries essentielles mises en marche (7).

Un travail considérable reste encore à accomplir pour réparer les ruines accumulées par la guerre et l’on n’a encore rempli à cette date que le dixième de cette tâche.

IV. — LA REPRISE ÉCONOMIQUE

Pratiquement isolée par les événements, la Tunisie, durant les six mois d’occupation, avait vécu de ses modestes réserves sous la contrainte et repliée sur elle-même.

L’eau a été de tout temps, l’élément le plus précieux de la mise en valeur de la Tunisie, comme de tous les pays du Moghreb, à faible pluviométrie. De l’équipement hydraulique dépend le développement rapide de la production agricole tunisienne. Une nouvelle politique de l’eau doit s’inspirer des expériences historiques basées sur le captage des sources, le barrage des oueds à l’origine de leurs cônes de déjection par des ouvrages peu coûteux et le développement de zones d’épandage dans la plaine, l’aménagement des pentes en terrasses étagées retenues par des murs en pierre sèche. Elle doit tenir compte également de la technique moderne des grands barrages- réservoirs et des forages.

L’irrigation a un rôle social : seule les cultures irriguées peuvent permettre d’améliorer le régime alimentaire des populations indigènes, en mettant à leur disposition des denrées d’un volume, d’une diversité et d’un pouvoir nutritif accrus. Le but à atteindre est de développer de nombreux périmètres irrigables, de fertiliser des terrains encore incultes et de redistribuer les terres irrigables. 

On prévoit l’aménagement de 50.000 hectares dans la région de Kasserine (8), 40.000 ha dans la basse vallée de la Medjerda et la région de Tunis, 1 millier d’ha dans la région de Gabès, dans le centre, la plaine à l’Ouest de Kairouan, au cap Bon, dans la plaine de la Foussana, la vallée de l’oued Marouf.

La Production agricole a subi les incidences des événements. Depuis 1940, on constate une régression marquée des superficies emblavées (près de 50 %), par suite de l’extension des zones minées, de la sécheresse persistante, du manque de matériel, de pièces de rechange, de carburants, de superphosphates, entraînant une préparation insuffisante du sol et une diminution des rendements. La situation semble devoir s’améliorer par l’importation de carburants, tracteurs et pièces de rechange et par une pluviométrie accrue.

Malgré la guerre, les plantations d’oliviers ont augmenté. On compte actuellement 22 millions d’arbres dont 14 millions en production, ce qui entraîne une progression constante du volume d’huile produite.

Atteint massivement par le phylloxera en 1936, le vignoble tunisien est en voie de reconstitution. Grâce aux efforts des arboriculteurs et des maraîchers, les cultures d’arbres fruitiers et de légumes ont dépassé 15.000 ha en 1 944, avec une production évaluée à 120.000 tonnes.

Les réquisitions, surtout sous l’occupation allemande, la pénurie des fourrages à cause de la sécheresse et diverses difficultés ont amené une diminution de 15 % de l’ensemble du cheptel depuis 1942. On s’efforce d’y porter remède par la protection, l’amélioration et la reconstitution du troupeau, la création de points d’eau, l’augmentation de la production fourragère et l’aménagement de réserves fourragères pour les années de disette.

L’équipement ferroviaire actuel a permis, en 1946, le transport d’un nombre double de voyageurs par rapport à 1939, malgré une réduction sensible du parcours des trains (12 millions de voyageurs par an contre 6); mais, parallèlement, le transport des marchandises n’atteint plus que le quart du trafic total. Pour l’avenir, on prévoit le renforcement des voies pour augmenter la vitesse des trains surtout sur les lignes impériales, l’acquisition de matériel neuf, notamment d’autorails et de Tocotracteurs électriques (9).

V. — CONCLUSION

Cruellement atteinte dans ses œuvres vives par la guerre portée sur son territoire, la Tunisie s’est rapidement ressaisie, grandie par l’épreuve qui a stimulé les énergies et modernisé les méthodes en vue d’assurer un? remise en état rapide et une rénovation génératrice de richesse.

Dès l’avant-guerre, la stabilité politique et sociale de la Tunisie avait été troublée par son intégration dans la vie économique européenne. Les habitudes ancestrales, nourries de l’esprit conservateur islamique et le développement de l’artisanat familial, ont été bousculées par la circulation accélérée des richesses, l’introduction de méthodes agricoles et industrielles nouvelles. Il en est résulté des inconvénients : le développement d’un prolétariat urbain et minier, la transformation des classes sociales, mais aussi des avantages : la revalorisation de la terre et de ses produits grâce à la colonisation agricole, l’accession de la petite bourgeoisie et la formation d’une élite intellectuelle moderne. L’étroitesse des débouchés réservés à cette élite, le sentiment de communauté islamique, un certain racisme exacerbé et le développement d’un particularisme local, le tout développé par la civilisation française, ont parfois égaré l’élite urbaine tandis que les masses rurales bédouines restaient assez calmes, satisfaites par l’amélioration de leur niveau de vie, la paix intérieure et le respect de leurs traditions dans le cadre du protectorat.

La guerre a retourné la situation. L’élite et la petite bourgeoisie ont observé à notre égard une attitude franche, loyale et sympathique. Depuis la libération, une sage politique de réformes a rétabli une atmosphère de compréhension réciproque. La France cherche a reconnaître la part qui revient au Tunisien dans la direction du pays mais lui demande de s’adapter et collaborer avec les éléments européens sous sous l’égide de la culture française. 

Robert Finthoin.

 

_____

Notes 

(1) Nous avons consulté notamment : L’œuvre de la France en Tunisie. Imprimerie Laporte. Tunis, 1941, in-8, 47 p., nombreuses illustrations, 1 carie h.-t. — Tunisie 45. Imp. Artypo, Aloccio, Bascone et Muscat, Tunis, 1Q45, in-4″, 75 p., 72 grav. h.-t. — R. F. Présidence du Conseil. Direction de la Statistique générale et de 3a documentation. Annuaire statistique, 54e vol., 1938, Paris, Imp. nat., 1939, in-S, section 6 C, Tunisie, p. 270-276.

(2) De 1921 à 1936, la population a augmenté de plus de 475.000 habitants.

(3) Livrant, suivant la pêche, 100.000 à 400.000 kg de thon à l’huile, 10.000 à 80.000 kg de thon salé, plus 1 80 de 150,000 kg de poissons divers à l’huile, 140.000 kg de poisson salé,

(3 bis) D’autres résultats modérés sont attendus pour l’avenir, mais il faudra un très gros effort en techniciens, capitaux et matériel. Ministère Economie nationale. Evolution de la situation économique française, Paris, 1946, n° 58, pp. 27-28. 1 S 1

(4) Dans Tunis, ville bâtie au-dessus de la boue conquise sur le lac, les lotissements suburbains se sont développés le long du golfe, depuis la Marsa jusqu’à Hammam Lif. On prévoit le maintien à Tunis du cent/e des affaires et du centre de commerce à proximité de la ville arabe, création de groupements urbains résidentiels, zone de repos et d’agrément le long du golfe, protection du site de Carthage, zones de travail intellectuel et portuaire.. A Blzerte, la nouvelle ville se développe à proximité d’une plage bien exposée et d’une forêt de pins, vers le lac.

(5) Pour l’avenir, on prévoit l’équipement de 150 millions de kWh sur un total de 350 millions que roule annuellement la Medjerdah. Dans trois à sept ans, on achèvera l’aménagement de l’oued el Lil (barrage de Ben Métir : 50 millions de m:i; trois usines de 14 millions de kWh; envoi à Tunis de 100.000 m3 d’eau potable; 8.000 ha irrigables) et celui de l’oued Mellègue (barrage de Kzar ez Zit : 400 millions de m3; 90.000 volts alimenteront Tunis et les mines du Centre tunisien; 40.000 ha irrigables). Construction de nouvelles centrales hydroélectriques alimentées par de vastes réservoirs, d’un réseau de transport et de distribution d’énergie électrique et d’interconnexion régionale et impériale (avec l’Algérie), augmentation de la puissance des centrales thermiques de la Goulette, Sfax, Gabès et Gafsa. (Ministère Economie nationale, Evolution de la situation économique française, Paris, 1946, n° 60, p. 29.)

(6) L’exploitation, commencée au cours de la guerre 1914-1918, a été reprise en 1939; on prévoyait une production de 300 tonnes par jour pour 1941 et 300.000 tonnes par an pour l’avenir. Une nouvelle usine de distillation devait en tirer de l’essence, semi-coke, brais, goudron et soufre.

(7) Par rapport à la valeur moyenne de 1942, le tonnage kilométrique mensuel des chemins de fer pour les marchandises atteint 40 %, le total des transports routiers et ferroviaires 70 %, le nombre mensuel de places kilométriques par route 41 %, la production d’énergie électrique 88 %, la production des lignites 6.000 tonnes 1 82 par jour contre 300 en 1941.

(8) Le plan d’aménagement rural de la région de Kasserine fournit un exemple typique. On compte mettre en valeur un périmètre de 50.000 ha où l’on pourra irriguer 4.000 ha qui nourriront une population quatre à cinq fois supérieure à la population actuelle du territoire. L’aménagement des pentes en terrasses permettra de planter oliviers et arbres fruitrers en laissant 10.000 ha de pâturages et 4.000 ha de cactus. Ce périmètre produira annuellement : 31.700 quintaux de céréales. 630 tonnes d’huile d’olive. 875.000 kg de viande, 1.600.000 kg de légumes, 2 millions de kg de fruits.

(91 Revue de la vie tunisienne, n » 14, lev. 1946, pp. 17 et 18, A. de Kluguenau. 183

source : http://www.persee.fr

 

  retour page d’Accueil

La Tunisie au gré des conflits

 

 

 

 

21 avril 2013

L’Algérie en 1881 – au gré de l’incursion française

Classé sous — milguerres @ 22 h 43 min

 retour page d’Accueil 

La Tunisie au gré des conflits

 Une histoire : la Tunisie et la France

Titre : Les Tirailleurs algériens dans le Sahara, récits faits par trois survivants de la mission Flatters et recueillis par F. Patorni,…
Auteur : Patorni, Fernand (1842-1904)
Éditeur : impr. de L. Marle (Constantine)
Date d’édition : 1884
SOURCE BNF 

A CONSULTER INTEGRALEMENT EN LIGNE
162 PAGES ATTENTION !!!  Very Happy Razz

http://fr.calameo.com/read/00215275645aad7d8b7fa

 

L’Algérie en 1881 – au gré de l’incursion française 

 

La France à la même époque prenait le Fort de BIZERTE
-
L’affaire de Géryville et le Sous-Lieutenant Weinbrenner
Champs de bataille où les Australiens combattirent. fleche-boule8TOUT L’ARTICLE CI-DESSOUS disponible sous format word à télécharger -> L’Algérie en 1881 – au gré de l’incursion française

Champs de bataille où les Australiens combattirent. fleche-boule8

_______
Partie 1

L’ODYSSÉE D’UNE TRIBU SAHARIENNE : LES DJERAMNA (1881-1929)
-
Pierre Boyer 
-
Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 
Année 1971 Volume 10 Numéro 10 pp. 27-54

Le 4 septembre 1928, un arrêté du Gouverneur Général de l’Algérie réintégrait dans la Tribu des Ouled Ziad Cheraga, appartenant à la Confédération des Traffi, la fraction Djeramna qui l’avait abandonnée quarante huit ans plus tôt pour se lancer dans une étonnante aventure.
Celle-ci, selon l’humeur du lecteur apparaîtra comme une sorte de western saharien au cours duquel une tribu nomade s’enfonce de plus en plus dans le désert pour sauvegarder sa liberté, avant de revenir, après un long périple, sur les terres de ses ancêtres ; ou bien il trouvera matière à tragédie grecque et se remémorera Ulysse et ses compagnons fuyant devant la colère d’Héra.

Soyons plus précis et examinons ce qui conduisit les Djeramna à assassiner un officier français, le 21 avril 1881, puis à gagner successivement le Sud-Marocain, la région d’El-Goléa, le Gourara, le Touat, Aoulef, les Touareg Ajjer, Ghadamès, le Fezzan, pour finalement revenir aux environs d’El Abiod Sidi Cheikh, en passant par le Sud Tunisien et les régions d’Ouargla et d’El Goléa.

_______

En 1881, le Sud Oranais échappait encore au contrôle de l’administration française. On trouvait bien un Bureau Arabe à Géryville, mais son influence ne dépassait guère soixante kilomètres à la ronde. Les postes de Méchéria, Ain Sefra, du Khreider, n’existaient pas. Une maigre garnison de disciplinaires de la Légion occupait le bordj de Sfissifa ; son rôle politique était nul. On ne disposait que d’une seule piste carrossable reliant Géryville à Saïda. Tous les transports se faisaient encore à dos de chameau.
Dans ces immenses étendues, les tribus vivaient comme elles avaient vécu à l’époque turque, estimant, l’impôt payé, pouvoir agir à leur guise.
Or, ces tribus étaient loin d’être paisibles. Sous la conduite de leurs Chefs religieux, les Ouled Sidi Cheikh, elles s’étaient révoltées en 1864 ; et si la majorité d’entr’elles, dont les Djeramna, était rentrée en 1866, quelques familles étaient encore en dissidence sur les confins Algéro-Marocains ou dans l’Extrême Sud1.

 

L'Algérie en 1881 - au gré de l'incursion française  migrat10

Les contacts fréquents avec ces insoumis entretenaient un esprit de rebellion larvé qui n’attendait que l’occasion pour s’affirmer par les armes.
A partir de l878, une série d’incidents caractéristiques se produisait.
D’abord, le jeune Si Hamza, héritier direct de la baraka des Ouled Sidi Cheikh, qui venait de rentrer dans les Territoires contrôlés par l’administration française, s’évadait vers les confins Algéro-Marocains. Ensuite, à l’annonce de l’établissement d’une voie ferrée à travers leurs territoires, les Traffï bloquaient à Tyout la mission d’étude du Transsaharien qui devait rebrousser chemin devant l’hostilité des tribus.
Mais surtout l’action d’un jeune marabout, Bou Amama, allait raviver les vieilles espérances. Ce saint personnage, né vers 1838/40 dans la région de Figuig, était d’origine très modeste. Il appartenait aux Ouled Sidi Taj, fraction des Ouled Sidi Cheikh Gharaba. Son grand-père avait joui, cependant, d’un certain prestige religieux. En 1875, il se fixait à Moghar, en territoire algérien où sa piété le fit remarquer. En 1878, il y fondait une zaouïa et commençait, selon l’usage, à envoyer des missionnaires dans les tribus.
Poursuivait-il un but religieux ou un but politique ? Les renseignements recueillis sont contradictoires car les événements qu’il déclencha servirent de prétexte à polémique dans la presse algérienne. Le parti civil en fît un agitateur sans scrupule, le parti militaire un honnête marabout qui aurait mal tourné2. De toutes façons, c’était jouer avec le feu et cette prédication religieuse glissa rapidement à l’appel à la révolte.

L’administration militaire signalait bien le danger mais le Gouverneur Général,A lbert Grevy, avait proclamé en 1879 que « l’ère des insurrections était close » et il lui était difficile de se déjuger en organisant une expédition dans le Sud-Oranais. Bou Amama put ainsi développer en toute tranquilité son action. Ses moqqadem avaient reçu un excellent accueil chez les Traffi et particulièrement chez les Djeramna des Ouled Ziad 3. Un de ces derniers, Tayeb el Djeramni, avait même été chargé d’aller à son tour porter la bonne parole chez Ouled Addou du Cercle de Tiaret.

Au début de 1881, cependant, les renseignements affluent rapportant l’imminence d’un soulèvement. Le 3 mars, 11 familles d’Ouled Sidi Cheikh Gharaba, entrées en territoire algérien en 1877, vont rejoindre Bou Amama. Survient, le 13, l’annonce du massacre de la Mission Flatters qu’apporte un Chambaa d’Ouargla.

Le 6 avril, le Bachaga de Frendah, Si Ahmed Ouled Cadi, dont la loyauté est connue, annonce que Bou Amama a envoyé des émissaires dans les tribus pour prêcher la guerre sainte.
Cette fois, on s’inquiète en haut lieu, d’autant que la prochaine campagne de Tunisie a vidé l’Oranie de ses troupes 4, On convoque les Caïds pour les inviter à secouer leur torpeur et ordre est donné aux Officiers des Bureaux Arabes d’arrêter en tribu les émissaires du Marabout.

Dans le Cercle de Géryville, l’attention se porte sur la fraction des Djeramna dont les deux chefs Eddin ben Mohammed et Dahmane ben Cheikh sont acquis à Bou Amama et dont est originaire le moqqadem Tayeb el Djeramni. L’opération est délicate et il est certain que l’envoi d’officiers sans troupes au milieu de tribus en semi rebellion frise l’inconscience 5.
Pour comble de malchance, Géryville n’asous la main qu’un jeune sous-lieutenant, affecté depuis peu aux affaires arabes, ne connaissant pas les réactions des nomades. Aussi, avant d’être envoyé le S/Lieutenant Weinbrenner est-il longuement chapitré. On lui adjoint un maréchal des logis confirmé, Lakhdar Ould bou Arfa et trois spahis. 

Pour plus de sûreté,son chef lui demande d’agir en liaison étroite avec le Caïd de la tribu.
Malheureusement, rien n’y fera. Weinbrenner, esclave de la consigne, exige la livraison d’Eddin et de Dahmane, Tayeb étant encore chez les Ouled Addou.

Ceux-ci font mine d’accepter et alors que l’officier et ses spahis goûtent aux dattes et au lait du repas de réconciliation, ils sont assaillis par leurs hôtes. Eddin assomme Weinbrenner ; deux spahis sont tués, le maréchal des logis et le Caïd des Ouled Ziad Cheraga, qui avait rejoint l’officier, sont blessés mais parviendront à s’enfuir.
Il est assez difficile d’expliquer l’attitude des Djeramna en l’occurence.
D’abord les circonstances du meurtre. On ne tue pas un hôte à qui l’on offre le lait et les dattes. On attend au moins qu’il ait quitté le campement.
D’autre part, cette initiative n’est pas conforme aux plans des conspirateurs.

Il est certain que Bou Amama n’envisageait pas de soulèvement avant que les récoltes ne soient rentrées, c’est-à-dire, la fin mai. Cette erreur le contraindra à piller en automne les silos de tribus sympathisantes, les rendant aussitôt hostiles à sa cause.
Ce fut, pensons-nous, un concours de hasards malheureux : inexpérience de Weinbrenner qui choque les Djeramna,6 exhaltation religieuse de ces derniers et refus des deux chefs d’être arrêtés avant le déclanchement de la révolte qu’ils appellent de tous leurs voeux.
Toujours est-il que sitôt les cadavres dépouillés, on rassembla les troupeaux, on démonta les tentes et bientôt Djeramna et Djeramna Aouachir, en une longue caravane, s’enfoncèrent vers l’Est, La grande aventure commençait.

Dans l’esprit des Djeramna, leur action devait être le signal de la grande insurrection victorieuse, aussi se dirigèrent-ils vers les Harrar du Cercle de Tiaret, qu’avait « travaillés » leur contribute, Tayeb el Djeramni. Mais ces derniers gardèrent une attitude expectative. Seuls, les Ouled Addou qui hébergeaient Si Tayeb les suivirent. Ils se dirigèrent alors vers le sud pour rejoindre Bou Amama.
Nous n’avons pas à faire ici l’historique de ce que l’on a appelé la révolte de Bou Amama. Disons en gros que les responsables militaires, du fait des départs de troupes pour la Tunisie, ne purent tout d’abord opposer aux insurgés que des goum assez indécis. 
Peu à peu, la situation s’améliora. Les trois incursions de Bou Amama dans les zones soumises firent long feu. Mais il put assurer le ravitaillement en grain de ses partisans, compromis par l’action prématurée des Djeramna. 
En décembre 1881, BouAmama, déconsidéré, était abandonné de ses partisans. Ceux-ci passaient au Maroc ou s’intégraient aux vieilles bandes rebelles groupées autour des deux chefs des Ouled Sidi Cheikh qui tenaient la campagne depuis 1864, Si Slimane des Ouled Sidi Cheikh Gharaba et Si Kaddour des Ouled Sidi Cheikh Cheraga.

Les Djeramna, qui appartenaient aux Ouled Ziad, rejoignirent tout naturellement Si Kaddour. Mais ils songèrent d’abord à mettre en sûreté leurs troupeaux et leurs familles dans la zone des confins marocains. Or, ils arrivaient là en intrus, d’autant que la grande tribu frontalière des Doui Menia ne portait pas les Ouled Sidi Cheikh Cheraga dans son coeur. On assista pendant toute l’année 1882 à une succession de rezzou et de contre rezzou entre Doui Menia et gens de Si Kaddour. C’est ainsi qu’en août les Djeramna participent à l’attaque d’une caravane de Doui Menia, et leur tuent 18 hommes. 

Dans cette affaire, celui qui avait déclenché tous ces événements, Eddin ben Mohammed, l’assassin de Weinbrenner, trouvait la mort 7.

Il semble que ce décès troubla les Djeramna au point de leur faire quitter Si Kaddour. La fraction décampa en direction du Touat. Mais Si Kaddour ne l’entendait pas de cette oreille. Il fit poursuivre les fugitifs par le goum de son neveu Bou Bekeur. Les Djeramna tuèrent ce dernier mais ils durent céder à la force et regagner les campements de Si Kaddour qui en fit fusiller cinq, en punition du meurtre de son neveu 8.

Il faut voir, pensons-nous, dans ce sanglant incident, un aspect de la lutte d’influence que se livraient le grand Marabout qu’était Si Kaddour, et le nouveau venu aux dents longues, Bou Amama, qui se maintenait au Gourara.
Les Djeramna reprirent donc leur existence aventureuse sur les confins marocains. En février 1883, on signale des incidents lors du partage des dépouilles d’une razzia faite sur les Ouled Djerir 9 par les gens de Si Kaddour, et bientôt la question de l’aman oppose les insurgés entr’eux. 

En gros, les Ouled Sidi Cheikh Cheraga et les Laghouat Ksel veulent retourner auprès du neveu de Si Kaddour, Si Hamza, qui négocie sa soumission aux Français. Les Traffi (dont les Djeramna) restent fidèles à Si Kaddour 10.
En effet, pendant ce temps, le Gouvernement français s’efforçait de mettre fin, par la négociation, à cette malencontreuse insurrection. Divers plans étaient étudiés. Finalement, on s’arrêta à celui du Général Thomassin, commandant la Division d’Oran, qui préconisait la reconstitution d’un grand commandement en faveur d’un représentant des Ouled Hamza, famille dominante des Ouled Sidi Cheikh, l’octroi d’une subvention de 60 000 F. aux mêmes Ouled Hamza et enfin la reconstruction solennelle de la Koubba de l’ancêtre, détruite lors des opérations militaires. Le candidat du Général Thomassin était le jeune Si Hamza ben Bou Bekeur, héritier légitime de la baraka, qui s’était enfui en 1878.

L’année 1883 se passera en négociations avec Si Hamza et Si Kaddour, pendant que les Djeramna, comme les autres tribus insurgées, nomadisent entre Hassi BouZid et le Touat * l . Finalement, un accord est conclu : Si Hamza et la majorité des dissidents regagneront le cercle de Géryville Les partisans de Si Kaddour nomadiseront au sud d’El Goléa après une soumission toute théorique.
Mais ils s’abstiendront de toute action 12. En mai, la situation s’était décantée . Les Ouled Sidi Cheikh formaient désormais trois groupes :
— dans la zone d’El Hassi, 1 500 tentes, sous le commandement de Si Hamza, attendaient l’autorisation de rentrer ;
— dans l’Oued Meguiden, les attentistes, et parmi eux les Djeramna, se regroupaient autour de Si Kaddour ;
— dans le Gourara enfin, Si Slimane, des Ouled Sidi Cheikh Gheraba, essayait de reprendre en main les irréductibles13.
On peut, naturellement, se demander pourquoi les Djeramna restaient avec Si Kaddour au lieu de rejoindre Si Slimane. Les explications sont multiples.
D’abord il est probable qu’ils restaient contraints et forcés. Ensuite, Si Slimane appartenait aux Ouled Sidi Cheikh Gharaba, des frères ennemis, alliés des Doui Menia et des Ouled Djerir. Enfin, les Djeramna espéraient sans doute pouvoir bénéficier d’un répit dans l’existence agitée qu’ils menaient depuis trois ans.
Un événement fortuit allait tout remettre en cause. En effet, en 1883, une épidémie de choléra est signalée et l’Algérie installe un cordon sanitaire entre les territoires contrôlés et les campements insoumis. Ce cordon sanitaire sépare les gens de Si Kaddour d’El Goléa et compromet, de ce fait, le ravitaillement. Les Djeramna sont les premiers à proposer alors un départ vers le Gourara, ce Gourara dont Si Kaddour leur avait brutalement interdit l’accès en décembre 1882.
En octobre, le cordon sanitaire était levé, mais Si Kaddour, suivant l’avis des Djeramna, était déjà en route pour le sud.
Les Djeramna devaient rester au Gourara pendant les années 1884 et 1885.
Leur souhait se trouvait réalisé et ils se gardent bien de remonter vers le nord, même pour l’estivage. En 1885, ils passent encore l’été au Gourara14.

Le Lieutenant Palat, parti seul en exploration vers le Touat, pour un lointain Soudan, et qui devait trouver la mort quelques jours après, mentionne dans son journal de route à la date du 21 janvier 1886 l’apparition de quelques Djeramna :
« Encore une alerte. Six hommes des Ouled Boudouïa et des Djeramna sont venus s’installer à 2 km à l’est de Semotals ». .
Ainsi, la mort du Lieutenant Palat se trouve liée, elle aussi, au destin des Djeramna, bien qu’ils n’aient été certainement pour rien dans cette affaire.
L’Administration française venait d’intimer entre temps à Si Kaddour l’ordre d’accompagner le Lieutenant Palat et de se séparer des tentes Djeramna, sur qui pesait toujours l’assassinat de 1881.

Pour Palat, il était trop tard. Mais pour les Djeramna il lui convenait de prendre une décision.
Il est difficile de savoir quelle fut la réaction intime de Si Kaddour. On doit simplement constater, à partir de mars, une remontée des tentes Djeramna vers le nord. Etait-ce l’effet de l’ordre de Si Kaddour ? Etait-ce la reprise d’un traditionriel mouvement d’estivage, légèrement anticipé, vu les circonstances ? Toujours est-il que cette incursion, en ordre dispersé, vers le nord fut, pour les Djeramna, l’occasion de constater que l’administration française n’avait pas oublié le meurtre de 1881

En effet, peu après, cinq tentes de Djeramna qui s’étaient jointes aux troupeaux des Saïd Otba, d’Ouargla, étaient enlevées par le Makhzen de Ghardaîa.
Deux tentes pouvaient s’échapper grâce à la complicité des Chambaa Brezga, mais les trois chefs de tente restant : Bou Hafs bel Arbi, Naïmi ben Cheikh et Larbi Ould Mohammed furent envoyés en Corse, au pénitencier de Calvi 16.
Un sort analogue failli être celui des neuf tentes Djeramna campées au début mai entre Sbei et Hassi Bou Zid. Comme cette zone dépendait de la Division d’Oran, le Makhzen deGhardafa demanda l’autorisation au Gouverneur Général,par télégramme du 11 mai, de procéder au coup de main. Mais le Gouverneur crut à son tour devoir prendre l’avis d’Oran. D’où un échange de télégrammes relevant de la pure tradition courtelinesque. Finalement le 17 mai, latitude était donnée à Ghardaîa d’enlever le campement à condition de s’assurer auparavant qu’il ne renfermait que des Djeramna. Le temps de s’en assurer, les Djeramna avaient évidemment décampé 17.
Finalement, il semble que les Djeramna ainsi dispersés se regroupèrent autour de Si Kaddour, qui venait à son tour en estivage dans le nord, mais en restant à une certaine distance pour sauver les apparences. Ainsi, en juin, un informateur décompte 52 tentes Djeramna à proximité des 169 tentes du campement de Si Kaddour18. D’autres détails fournis par lui permettent de constater l’état de pauvreté où sont tombés les Djeramna. Ils n’ont, avec un groupe de Chambaa dissidents, que 80 chameaux et 6 chevaux.

Cette situation allait durer encore un mois. Finalement par dépêche du 15 juillet, Si Kaddour était avisé que les subsides qui lui étaient versés depuis l’accord de 1883 seraient bloqués tant que les Djeramna resteraient avec lui.
S iKaddour fut certainement sensible à cette menace, mais il semble qu’il ait surtout cédé aux pressions des Ouled Hamza ralliés. Ceux-ci avaient vite compris que les autorités françaises ne pouvaient passer l’éponge sur le meurtre de Weinbrenner étant donné l’exploitation politique faite de la révolte de Bou Amama par le parti des « civils ».

Notes :
1. Cette Confédération maraboutique était divisée en deux tribus ; les Ouled Sidi Cheikh
Cheraga, vivant en territoire Algérien et les Ouled Sidi Cheikh Gheraba, placés, théoriquement,
sous le contrôle du Sultan du Maroc. Mais la question de nationalité n’avait guère d’importance
pour les intéressés qui nomadisaient selon leur gré. Cf. 33 JJ 15. Archives d’Outre-Mer, Aix
(A.O.M.).
Avant d’aller plus loin, nous rappelons ici l’articulation des circonscriptions administratives
Sahariennes : Poste, Cercle, Annexe et, i partir de 1903, Territoire.
2. Ces deux positions sont représentées par :
— Bezy, L ‘Insurrection du Sud Oranais — Oran, s.d., et
— Commandant Graulle, L’insurrection de Bou Amama — Paris, Lavauzelle, 1905. Ageron,
dans son ouvrage « Les Algériens et la France » se rallie à l’opinion des militaires et dénonce
l’exploitation que la presse des colons fit de cette révolte. Ce qui l’amène, par un excès
contraire, à l’assimiler à « un rezzou de vaste ampleur », reprenant ainsi l’expression d’A.
Bernard. Or, comme nous le verrons, un rezzou ne se prépare pas par trois années d’agitation
politique en tribu et ne dure pas huit mois. La justification qu’il en donne (pillage des silos de
tribus limitrophes) n’est qu’un côté secondaire de l’affaire, conséquence du fait que les tribus
insurgées n’avaient pas eu le temps de s’approvisionner en grains par suite du déclanchement
prématuré de la révolte. Les documents conservés ou publiés sont suffisamment nombreux pour
affirmer que le but poursuivi par Bou Amama n’était pas si limité.
D’autre part Weinbrenner n’était pas le chef du bureau arabe de Géryville (p. 62) mais un
jeune S/Lieutenant, nouvellement affecté.
3. Les Djeramna se composaient de 2 sous-fractions :
— Djeramna proprement dits
— Djeramna El Aouachir.
4. Les opérations commencent le 24 avril 1881.
5. Ce fut au moins l’opinion des intéressés. Cf. Cdt Graulle, op. cit.
6. C’est ainsi qu’il avait déchiré le rideau séparant la partie réservée aux femmes dans la
tente de Tayeb el Djeramni pour voir si ce dernier ne s’y cachait pas.
7. 22 H S — Correspondance du Service Central des Affaires Indigènes. Toutes les cotes
d’archives citées renvoient aux Archives d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence.
8. 11 H 21 – Le Général Cdt la Division d’Oran au Gouverneur Général – Lettre du
13.12.1882.
9. Grande tribu marocaine dont le territoire est contigu i celui des Doui Menia.
10. 11 H 21 — Le Général Cdt la Division d’Oran au Gouverneur Général — Lettre du
14 Février.
11. 1 1 H 21 – Situation politique – Lettres du 14 février, 9 avril, 12 avriL
12. Le Général Cdt la Division d’Alger devait protester contre le choix d’El Goléa, par
crainte d’une contamination des Chambaa Cf. 22 H 5 — Lettre du 4 mars.
13. 22 H S – Lettres du 31 août et du 8 septembre.
14. 22 H 9 – Cne Pansard, Histoire des Ouled Sidi Cheikh (Mss).
15. Lieut Palat – Journal de route – Paris 1886, p. 306.
16. 22 H 8 – Lettre du 11 avril et suivantes.
17. 22 H 8 – Lettres et télégrammes du 1 1 au 20 mal
18. 22 H 7 – Lettre du 7 juin.

Article sur l’Affaire de Géryville
publié le 05 Mai 1881 sur
Journal de Fourmies : Hebdomadaire non politique ["puis" Hebdomadaire indépendant], littéraire, scientifique, industriel et commercial…

expor112

source 
Titre : Journal de Fourmies : Hebdomadaire non politique ["puis" Hebdomadaire indépendant], littéraire, scientifique, industriel et commercial…
Éditeur : [s.n.] (Fourmies)
Date d’édition : 1876
Identifiant : ISSN 21303630
Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, JO-85875
Description : Variante(s) de titre : Journal de Fourmies et des arrondissements d’Avesnes et de Vervins

________________________________________________________________

Partie 2 - L’Odyssée d’une tribu saharienne Les Djeramna 1881-1929
http://www.persee.fr/
suite…

…/…
D’autre part, toute compromission entre les Ouled Sidi Cheikh et les Djeramna empêchait l’aboutissement du grand projet que l’on caressait depuis longtemps à Alger, et dont les Ouled Sidi Cheikh ne pouvaient que profiter. Il s’agissait, en effet, d’utiliser l’influence des Ouled Sidi Cheikh dans certaines zones sahariennes pour amener les populations locales à se rallier à la France. Cela se traduisait par l’accroissement des Commandements, des dignités, des subsides et le rétablissement de la situation matérielle des Ouled Hamza, ruinés par la révolte de 1864.
Si Eddin, frère rallié de SiKaddour, avait déjà proposé en octobre 1885, de capturer les Djeramna, alors qu’ils étaient au Touat. Estimant que l’opération présentait plus d’inconvénients que d’avantages, Alger refusa. En 1886, Si Eddin renouvelait sa proposition et suggérait, au cas où elle ne serait pas retenue, que l’on intime fermement à Si Kaddour l’ordre de les chasser19. Ce dernier, pour son honneur, mit assez longtemps à se décider et ce n’est qu’en octobre qu’il leva ses campements d’Hassi bou Zid pour l’Oued Gharbi, tandis que les Djeramna s’enfonçaient dans le Gourara 20.
Le problème de l’avenir se posait désormais pour eux et pour eux seuls.
Qu’allaient-ils devenir ?
Ils ne pouvaient revenir sur leurs anciens territoires contrôlés par la France.
Le Gourara et le Touat, soumis aux Ouled Sidi Cheikh leurs étaient également interdits, à . l’exception peut-être de la zone de Deldoul qui reconnaissait Bou Amama. Mais leurs rapports avec ce dernier étaient, semble-t-il, médiocres depuis 1882. Il n’était pas non plus question de passer au Maroc. Les Ouled Djerir et les Doui Menia n’oubliaient pas les razzia de 1882-1883. 
Les Chambaa d’autre part étaient trop divisés entr’eux pour offrir longtemps un refuge. Ils étaient enfin dans l’orbe religieux des Ouled Sidi Cheikh.
Tout bien pesé, les Djeramna résolurent d’aller à Deldoul chez Bou Amama.
Mais pour certains, ce n’était qu’une solution provisoire. Déjà en octobre, ils envisageaient une solution beaucoup plus radicale, l’émigration chez les Touaregs.

Pourquoi les Touaregs ? Parce que dans tout le Sahara les Touaregs sont alors les seuls à apparaître comme les adversaires irréconciliables des Français. Le massacre de la mission Flatters a soulevé l’enthousiasme des irréductibles, d’autant plus qu’il a été présenté comme l’extermination d’une armée française. Ce ne sont pas, d’autre part, des inconnus. Des caravanes touarègues viennent assez régulièrement au Touat pour s’approvisionner en dattes, vendre des escla ves,etc … Seuls ils échappent à l’influence religieuse des Ouled Sid-Cheikh qui rend les Chambaa douteux et les Ksouriens hostiles.

Il semble cependant certain que si les Djeramna avaient pu s’entendre avec Bou Amama, la tribu (car ils forment désormais une tribu indépendante) serait restée dans le Gourara de Deldoul. Il n’en fut rien. Fin novembre, une partie des Djeramna quittait Deldoul pour se rendre au Touat par Sali et Bou Ali 21. Les autres restaient autour de Bou Amama, faute de mieux. Le bruit courait cependant qu’ils comptaient se rendre ultérieurement en Tripolitaine en se joignant à la caravane des pèlerins de La Mecque 22. 
Les mois passèrent. Puis en juin 1887, la majeure partie de la tribu allait se regrouper dans le Touat méridionnal à l’appel du Cheikh d’In Salah, Si El Hadj Abd-el-Kader Bajouda. Ce dernier apparaissait, au même titre que les Touaregs, comme un adversaire irréconciliable de la France 23.
Bien que la chose n’ait pas été prouvée, il est à peu près certain qu’il avait été l’instigateur de l’assassinat du Lieutenant Palat en 1886. Il est évident que cet appel s’inscrivait dans une politique de défense de l’oasis contre une attaque française. Or, les Djeramna ne tenaient pas du tout à se voir confronté aux Armées françaises, se doutant bien qu’ils feraient toujours les frais de l’accord final.

C’est à cette époque, dans le Touat méridional, que fut prise la grande décision : le passage chez les Touaregs, dont on discutait depuis plusieurs mois, fut approuvé par la majorité, mais non par la totalité des Djeramna. Ce départ n’était pas une petite affaire. Sans parler des fatigues du voyage, c’était l’entrée dans un monde saharien, bien différent de celui qu’ils connaissaient. La langue, les moeurs, les races n’étaient plus les mêmes. Aussi est-il naturel que ceux des Djeramna qui se jugeaient les moins compromis vis-à-vis de l’autorité française, et en particulier, les Djeramna el Aouachir, aient renoncé au saut dans l’inconnu et décidé de rester sous la protection lointaine de SiKaddour. C’est ainsi que les rapports de 1887 et 1888 continueront de mentionner la présence de quelques tentes Djeramna autour de lui. Celles-ci finirent d’ailleurs par rentrer sur leur ancien territoire, l’aman ayant été accordé, mais les Autorités françaises, par prudence, les rattachèrent non à leur ancienne Tribu, les Ouled Ziad Cheraga, mais aux Ouled Sidi Bou Hafs 24.

Certains, enfin, préférèrent tenter leur chance individuellement sur les confins algéro-marocains, avec Bou Amama. En 1889, un Djeramna figure dans un rezzou de dissidents Chambaa conduit par le fameux Bou Khechba qui, parti de Tabelkoza, dans le Gourara, enlève sur la piste Ghadamès-Ghat, un convoi de chameaux fezzanais conduit par des Touaregs Ajjer25. On capturera, en décembre 1896, un jeune Djeramna dont les parents avaient rejoint Si Slimane 26. Son cas fera l’objet d’un examen approfondi, mais il échappera au pénitencier étant donné qu’il n’avait que cinq ans lors de l’assassinat de Weinbrenner.

De toutes façons, le départ pour le Sahara oriental n’était pas une petite affaire. Il convenait en particulier d’avoir un cheptel camelin suffisant. Or, nous avons vu que celui des Djeramna était des plus médiocres. On peut donc supposer qu’ils firent le nécessaire pour se procurer les animaux indispensables en les prenant où ils les trouvaient. La tradition orale des Djeramna, recueillie par le Lieutenant de Bruce, lors de leur retour en 1926, semble confirmer la chose 27.
D’après celle-ci, ils furent « très mal accueillis par les gens du bas Touat où ils ne restèrent que deux mois, parlant en maîtres et razziant à l’occasion ». On peut penser que la région d’Aoulef eut spécialement à souffrir de leurs exactions. Puis, leur caravane constituée, les Djeramna prirent la piste de Messeguem, avec, comme but lointain, l’oasis de Témassinine 28.
En janvier 1888, des migrants étaient arrivés au Fezzan, chez les Ouled Boucif 29.
Jusque là les autorités françaises avaient pu suivre grosso modo les déplace ments de la Tribu. A partir de ce moment, un rideau tombe sur ses agissements.

Seule la tradition orale nous fournit quelques vagues précisions. Et il convient de l’accueillir avec réserve. Selon elle, en effet, les Touaregs auraient, au début, reçu avec cordialité les Djeramna, mais peu à peu, les choses vont se gâter : « A leur arrivée, ils s’entendent très bien avec eux, mais rapidement ceux-ci (les Touaregs) deviennent exigeants et prennent l’habitude de se servir de leurs chameaux comme s’ils leurs avaient appartenu ». A certaines fêtes, racontent les Djeramna, les Touaregs leur enlevaient leurs animaux les plus gras sans jamais parler de les payer 30.
Aussi, les Djeramna cherchent-ils à s’éloigner de ces protecteurs trop avides et finissent par se fixer dans la région de l’Oued Tarât, en bordure du Fezzan. Là ils prennent l’habitude de se ravitailler à Ghat ou dans les Oasis tripolitaines et, cédant aux avances des autorités turques, ils finissent par s’établir dans cette province.
La tradition Djeramna évoque avec émotion cette époque bénie : « Les Djeramna », écrit de Bruce, « parlent toujours avec plaisir des heureuses années qu’ils passèrent sous l’autorité toute nominale du Sultan de Constantinople. Ils vivaient alors à leur guise, sans contrainte aucune, sans impôts, sans caïd . . . Les Djeramna allaient acheter à Ghadamès quelques articles manufacturés venant d’Europe et recevaient du Soudan, par caravanes, les nègres, la poudre d’or et les étoffes dont ils pouvaient avoir besoin 31″.
Les documents dont nous disposons pour la période postérieure nous laissent assez sceptiques sur l’indépendance réelle des Djeramna. Il est également étonnant qu’à leur arrivée parmi eux, les Touaregs n’aient pas été tentés de monnayer la protection accordée. Nous pensons qu’ils affectèrent implicitement aux Djeramna le statut de tribu vassale, mais libre, ce qui expliquerait les prélèvements désinvoltes opérés sur son cheptel. Et la preuve en serait qu’on les voit par la suite continuellement marcher aux côtés des Touaregs Imanghassaten, et ce jusqu’à leur retour en territoire algérien. 
Les Imanghassaten constituaient un des trois clans nobles des Ajjer. C’était à eux qu’appartenaient, par tradition, les pâturages de l’Oued Tarât où nous voyons les Djeramna s’installer avant de passer en Tripolitaine 32. Il est donc probable que l’alliance qui semble avoir été la leur, comportait une certaine subordination de la part des Djeramna. L’attitude de ces derniers, lors de la séparation de 1926, apporte encore de l’eau à notre moulin, comme nous le verrons plus loin.

De toutes façons, les motifs d’entente étaient nombreux. D’abord ces Imanghassaten étaient fortement arabisés. On les disait d’ailleurs descendants des Megarha, arabes de l’Oued Chiatti, au Fezzan 33. Ensuite, ils apparaissaient comme les plus hostiles à la France de tous les Ajjer 34. On leur attribuait avec raison le massacre des R.P. Richard, Morat et Pouplard, à quelques kilomètres de Ghadamès en 1882. En 1924, plutôt que de se soumettre aux autorités de Fort Flatters, une partie d’entr’eux fera soumission aux Italiens de Ghadamès.

Pendant près de vingt ans Djeramna et Imanghassaten allaient partager la bonne comme la mauvaise fortune, au Fezzan et le long des confins algérotripolitains.

Néanmoins les Djeramna n’appararaissent pas dans les archives de la décennie 1887-1897, alors qu’elles signalent, lors des rezzou et contre rezzou, diverses tribus fezzanaises, sans parler des fractions touarègues sur lesquelles nous sommes désormais bien renseignés. Faut-il penser que les Djeramna, encore inquiets, préfèrent se tenir loin des zones soumises et commercer entre Mourzouk et le Soudan. Ou bien les services français ne les ont-ils pas encore identifiés ? 35 Ce n’est semble-t-il qu’à partir de 1 895/6 que la tribu glisse vers la Hamada el Homra et la frontière algéro-fezzanaise. Peut-être font-ils partie du rezzou qui, à la fin 1895, enlève 800 chameaux à une fraction Ifoghas allant faire soumission aux autorités d’Ouargla.
C’est à cette remontée vers nos postes que l’on doit de retrouver dans les Archives le nom des Djeramna après une éclipse* de près de 10 ans :
En mai 1897, ils font partie d’un rezzou au sud de Berresof, sur des tribus tunisiennes soumises 36 . Désormais nos services les suivront à la trace. En juillet de la même année, la tribu est signalée aux environs de Derdj avec les Imanghassaten et 12 tentes de dissidents Chambaa 37. En février, des Djeramna enlèvent des troupeaux au sud de Ouargla. Craignant l’incident, les autorités turques tentent de les intercepter, tandis qu’un goum français en profite pour faire une incursion au Fezzan 38.

En 1898, un groupe d’Imanghassaten et de Djeramna assassinent deux Chambaa d’El Oued qui s’étaient infiltrés près de Derdj. Ce meurtre provoquera le grand rezzou de 1 900 où les Chambaa enlèveront, sur la Hamada el Homra, les troupeaux Djeramna et Imanghassaten. La perte dut être particulièrement lourde car le Cheikh des Djeramna maudit à cette occasion les Chambaa d’El Oued et abandonna la confrérie religieuse des Qadrya, à laquelle ces derniers étaient également affiliés, par représailles 39.
Ce rezzou était d’ailleurs, en quelque sorte un rezzou officiel. Il avait été autorisé par les autorités françaises.

En effet, les exactions des tribus des confins s’intégraient peu à peu dans des querelles nationales et entraînaient immanquablement des conséquences diplomatiques.
La convention franco-anglaise du 21 mars 1899, avait laissé le Sahara Oriental à la France, tout en confirmant les droits de la Turquie sur la Tripolitaine et son hinterland. Mais qu’était cet hinterland ?

Pour les tribus jusque-là indépendantes, cela signifiait que leurs zones de sécurité allaient se rétrécir comme peau de chagrin. La prise d’In Salah, le 31 décembre 1899 avait matérialisé la menace. Les Hoggar avaient été particulièrement touchés car ils se ravitaillaient en dattes au Tidikelt. 
Mais pour tous c’était la crainte d’avoir à rendre des comptes pour les meurtres d’Européens restés impunis au cours des dernières années : Mission Flatters, Pères Blancs et plus récemment Marquis de Mores.
Aussi, un grand rassemblement réunissant Hoggar et Ajjer, se tint-il en 1901 entre Tarât et Ghat, pour décider de la conduite à venir. 
Les Djeramna participent à ce conseil de guerre, ce qui prouverait, s’il en était besoin, leur intégration à la Société Targuie 40.
A cette occasion, la lutte à mort est décidée et un appel lancé au Pacha de Tripoli. Pour la Turquie, l’hinterland de la Tripolitaine s’étend en effet sur le pays Ajjer et le Hoggar méridional qui assure la liaison avec l’Air et le Soudan et le fructueux commerce transsaharien dont Ghadames est la plaque tournante. On pouvait donc penser qu’elle s’opposerait aux ambitions françaises.

Malheureusement, le combat imprévu de Tit (7 mai 1902) entraîne la défection des Hoggar. Les Ajjer n’ont plus qu’à se réfugier en Tripolitaine. Les Djeramna et les Imanghassaten campent alors au sud de Mourzouk. Mais ce sont des voisins incommodes et devant l’hostilité des Fezzanais, ils doivent regagner leurs anciens terrains de parcours de Derjd et de la Hamada el Homra41. Puis se trouvant sans doute trop près des Chambaa d’ElOued, ils remontent chez les Ouled Zentan, dans le Djebel Tripolitain 42.

L’administration turque, pour soutenir ses prétentions, se trouve désormais dans l’obligation de les défendre. Alors qu’autrefois un rezzou n’entraînait qu’un contre rezzou, la même opération déchaîne maintenant une pluie de notes diplomatiques. 
Dans un aide mémoire destiné à fournir les éléments de réponse au Ministre des Affaires Etrangères, le Général Monnot, commandant la Division de Constantine énumère les différents groupes de dissidents réfugiés sous le pavillon Ottoman, qui sont à l’origine de la plupart des incidents. Et ne soyons pas étonnés s’il cite en premier lieu les Djeramna :
« 1) Les Djeramna de Geryville, meurtriers du Lieutenant Weinbrenner qui se sont enfuis du Territoire algérien après l’insurrection de Bou Amama. Bien que peu nombreux et par suite peu redoutables, ils ne nous en témoignent pas moins leur haine chaque fois qu’ils le peuvent. Leur dernier exploit a été l’assassinat en juillet 1900, à une journée de Ghadamès, du nommé El Hadj Mohammed Bekkar ben bou Khechime, des Achèches, qu’ils savaient être un des émissaires que nous chargions de recueillir des renseignements sur l’affaire de Mores ».

Dans le même aide-mémoire, le Général Monnot rappelait que les Iman ghassaten n’avaient aucun droit à se prétendre sujets du Sultan puisque leur territoire traditionnel relevait de la zone d’influence française 43.
Cette argumentation était reprise par le Gouverneur Général Jonnart, qui, après avoir énuméré les crimes et exactions reprochés successivement aux Djeramna, Chambaa dissidents, Zoua dissidents et Touaregs des diverses confédérations, ajoutait :
« Si la Turquie reconnaissait à ces divers malfaiteurs, la qualité de sujets ottomans nous serions en droit de lui présenter une note diplomatique au sujet de leurs agressions continues »44. Un état mentionnant six rezzou effectués par les intéressés, d’octobre 1901 à janvier 1904, était joint à la note. Il était visible que les autorités algériennes durcissaient leur position.
En mars 1905, Djeramna et Imanghassaten sont campés au Fezzan, vers Terbou, à l’est de Mourzouk. Mais l’éloignement ne les met pas à l’abri des forces françaises. Celles-ci, sous forme d’un contre rezzou Chambaa, pénètrent en Tripolitaine, puis au Fezzan, à la recherche des douars dissidents.
Au retour, elles échappent aux forces turques près d’Hassi Imoulay45. Le Gouvernement français fera rendre les chameaux appartenant aux Fezzanais, mais repoussera les réclamations présentées par les Ottomans au nom des Djeramna et des Imanghassaten. .

Au cours de ce rezzou, les Chambaa ont en effet capturé près d’El Hassy, entre Ghadamès et Mourzouk, une caravane Djeramna qui se rendait au Soudan.
Pour comble de malchance, les Turcs, campés à Hassi Imoulay, ont pris, pendant un moment, les Djeramna qui tentaient de récupérer leur bien sur les Chambaa, pour les Chambaa eux-mêmes et ils leur ont blessé trois hommes, les fils du meurtrier du Lieutenant Weinbrenner.
L’anarchie croissante régnant en Tripolitaine ne plaisait pas cependant à tous.
C’est ainsi qu’en mai 1908 une petite fraction Imanghassaten prenait contact avec les autorités françaises pour s’établir dans le Souf. Mais la chose n’eut pas de suite 46. Néanmoins, il semble que la leçon de 1905, montrant que les Chambaa pouvaient, avec l’accord des autorités françaises, pénétrer au coeur du Fezzan, calma les ardeurs pillardes des Djeramna et des Imanghassaten. Les archives françaises ne signalent aucune incursion de leur part dans les années suivantes.
D’un autre côté, la vigueur des réactions turques tempérait les ardeurs des Chambaa.
Alors qu’un modus vivendi semblait devoir s’établir, on annonçait le 9 octobre 1911, la déclaration de guerre de l’Italie à la Turquie et le début des opérations militaires en Tripolitaine. Aussitôt, la France occupait les points encore litigieux de la frontière, dont Djanet 47.
En juillet 1912, les troupes italiennes reprenaient l’offensive, stoppée après la prise de Tripoli. 
Aussitôt, des Djeramna, campant le long de la Tunisie, faisaient des ouvertures au Résident Général de France pour que la tribu soit autorisée à franchir la frontière. Les chiffres donnés alors sont de 65 tentes, 400 chameaux et 300 chèvres 48 . Tunis contacta Alger car les Djeramna, du fait de l’assassinat du Lieutenant Weinbrenner, posaient un problème. 

Finalement, après consultation de Géryville, on se mit d’accord sur une dyia (prix du sang) de 6 000 F. Moyennant quoi ils pouvaient réintégrer leur tribu d’origine, les Ouled Ziad49. Les négociations se poursuivirent mais il fallut attendre mars 1914 pour que des contacts soient repris 50 ; en juin on annonçait qu’un groupe de 195 individus et 4 négresses (sic), accompagné de 224 chameaux et de nombreux troupeaux, se mettait en marche vers la frontière 51. Il ne devait jamais l’atteindre du fait des dissentions régnant parmi les intéressés.
Ces hésitations des Djeramna s’expliquent assez bien, en fonction des événements politiques du pays. Ayant lié leur sort à ces pillards invétérés qui constituent la fraction Imanghassaten, les Djeramna vivent au milieu de tribus hostiles et ne se sentent en sécurité qu’auprès des autorités turques. Leurs campements préférés sont à Derdj, près de Ghadamès, ou sous la garnison de Mourzouk. L’arrivée des Italiens bouleverse un équilibre précaire. C’est ce qui explique, à notre avis, la demande d’aman de 1912. Puis les opérations s’enlisant, l’émigration en Algérie apparaît moins urgente. Mais la prise de Ghadamès en avril 1913 prive les Djeramna de leur base traditionnelle. Les négociations reprennent donc. 
Dès le début de l’année suivante, les bruits d’occupation de Mourzouk et de Ghat se précisent, d’où les contacts de mars 1914 qui se traduisent par le mouvement de la tribu vers le Sahara algérien en juin 1914.
L’arrêt de cette émigration eut pour cause, certainement, les dissentions entre les chefs. Mais l’abandon de Ghadamès par les Italiens, en novembre 1914, en fut sans doute la raison principale 52 . 

Notes
19. 22 H 8 – Lettre du 26 août 1886.
20. 22 H 7 — Lettre du 1/11/1886. – Si Kaddour fera d’ailleurs toujours preuve de la plus
grande réserve vis-à-vis des autorités françaises. Il continuera de protéger les Djeramna Aouachir
et devra attendre plusieurs années le rétablissement de sa subvention.
21. 22 H 7 – Lettre du 21 novembre 1886.
22. 22 H 8 – Lettre du 5 janvier 1887.
23. 11 H 39 – Situation politique de juin 1887.
24. Sa 30 — Rapport du Commandant Gautier, Chef d’annexé de Géryville (s.d.).
25. 34 H 2 – Correspondance du 27 janvier 1890.
26. 22 H 53 – Lettre du 18 décembre 1896.
27. Sa 30 — Les Djeramna en dissidence, par le Lieutenant de Bruce, mss. 1.12.1926.
28. Sa 30 – Lieut, de Bruce, op. cit.
29. 11 H 39.
30. Sa 30 – de Bruce, op. cit.
31. Sa 30 – de Bruce, op. cit.
32. G. Gardel, Les Touaregs Ajjer. – Alger, 1962, p. 136.
33. G. Gardel, op. cit. p. 49.
34. Foureau, Rapport sur ma mission au Sahara – Paris, 1894, p. 21 S.
35. Voir note 38.
36. 22 H 43 – Correspondance du 21 mai 1897.
37. Derdj est une oasis fezzanaise i l’est de Ghadames. — 22 H 43 — Correspondance du
5 juillet.
38. Martel, Les confins Saharo-Tripolitains de la Tunisie. – P.U.F., 1965, p. 740. Les Djeramna
sont donnés pour Chambaa dissidents ; l’administration française ayant, en dix ans, oublié leur
filiation exacte.
39. de Bruce, op. cit. — Sa 30.
40. Gardel, op. cit., p. 198.
41. Martel, op. cit., T. II, p. 220.
42. 23 H 1 — Rapport mensuel des Territoires du Sud, 1904.
43. 34 H 2 – Correspondance du 13 avril 1904.
44. 34 H 2 — Correspondance du 7 mai
45. Martel, op. cit., T. II, p. 237.
46. Gardel, op. cit., p. 303.
47. Gardel, op. cit., p. 315.
48. Sa 30 — Rapport du Commandant Supérieur du Cercle de Géryville, non daté. (Août
1924 ? ).
49. Sa 30 — Rapport du Commandant Supérieur du Cercle de Géryville, non daté (août
1924 ? )
50. 23 H 1 — Correspondance.
51. Sa 30 — Rapport du Commandant supérieur du Cercle de Géryville.

Partie 3 – L’Odyssée d’une tribu saharienne Les Djeramna 1881-1929
http://www.persee.fr/

suite …

Nouveau coup de théâtre, l’Italie entre en 1915 dans la guerre européenne.
Rapidement, elle abandonne les postes de l’intérieur. Mourzouk, Ghat, Ghadamès deviennent l’enjeu d’une compétition entre Turcs et Senoussistes. Les Djeramna, après avoir un moment rallié le camp des Turcs qui tentent de retrouver leur influence, passent, avec les Imanghassaten, sous la bannière du Senoussi, qui permet de fructueux rezzou. Il semble qu’à partir de cette période de troubles, la tribu, jusque là bien groupée, se divise en plusieurs fractions qui tentent chacune leur chance. On trouve ainsi des Djeramna, en avril 1916, dans la Harka d’Ahmed Zerroug, Caïmakan de Ghadamès pour le compte des Senoussistes, en compagnie d’Ifoghas-53. C’est ce même groupement sans doute qui est signalé en février 1917 (Djeramna et Ifoghas) campant au puits de Nahia54.
Une autre fraction suit le Sultan Ahmoud, l’ex-maître de Djanet, qui livre de sanglants combats sous Fort Flatters en mai 19 17 55.
Mais la suzeraineté des Senoussistes pèse de plus en plus aux Djeramna.

D’abord ils doivent l’impôt : 1 chamellon pour 20 chameaux et une chèvre pour 5 chameaux. Ensuite ils les voient avec irritation se mêler de leurs affaires personnelles. A la suite d’un meurtre commis par un Djeramni sur un de ses cousins, une amende de 180 chameaux est imposée, ce qui diminue d’autant le patrimoine de la tribu.
Il est difficile de dire dans quelles conditions les Djeramna abandonnèrent les Senoussistes. Leur tradition orale déclare que ce fut à la suite du décès de Si Ali Lecheb, oncle de Si Labed. Ce dernier, frère cadet du chef de la Senoussyia, contrôlait le Fezzan et le sud Tripolitain. En décembre 1917, les Djeramna se retirent vers la frontière tunisienne, à Ouezzen, à 200 km au nord de Ghadamès, dans une région échappant à l’emprise Senoussiste. Quelqu’ait été le motif de la volte face, dès septembre 1917 des contacts sont pris avec un Caïd du Territoire de Touggourt en vue d’une éventuelle soumission aux Autorités Françaises.
Mais en février 1918, on les signale au Fezzan. Sans doute n’est-ce qu’une fraction de la tribu et son isolement la met à la merci de ses nombreux ennemis : 200 chamelles lui sont enlevées à Hassi Nehaîa par des Ajjer et des Fezzanais.
Trois des siens sont tués à cette occasion56. Cette hostilité amène les Djeramna à se regrouper sous les murs de Ghadamès, en se rapprochant encore plus des fractions Ifoghas que commande Hadj Ahmed Ben Ahmed.

L’avenir apparaît si sombre aux Djeramna qu’ils renouvellent en avril leur demande d’aman 57. Alger et Ouargla étudient à nouveau la question, ce qui nous vaut un rapport assez complet sur la tribu58. Celle-ci comprend à cette époque 90 tentes. Elle dispose de 150 fusils, chiffre qui peut être porté â 200 si on arme les bergers et les nègres. Elle possède 800 chameaux et 8 000 moutons. Elle s’est scindée en deux fractions ; celle du Fezzan, les Ouled Sidi Slimane (razziée à Hassi Nehaîa), comprend 30 tentes, 70 fusils, 300 chameaux et 3 000 moutons. Elle est commandée par le vieux SiTayeb, un survivant des événements de 1881. La seconde, celle des Ouled Maamar, commandée par El Hadj Abderrahmane, vit autour de Ghadamès, et plus particulièrement à Derdj. Elle compte 60 tentes,80 fusils, 500 chameaux et 5 000 moutons.
Les Autorités françaises, désireuses de régler une fois pour toutes la question, font des propositions avantageuses : le prix du sang (6 000 F), fixé en 1914, est abandonné. C’est le pardon pur et simple. Les Djeramna peuvent rentrer lorsqu’ils le désirent. On leur promet également de respecter leur cadre de tribu indépen dante et de leur conserver leurs chefs. Bien mieux, pour leur faciliter le passage, le Ministre français des Affaires Etrangères obtient de son collègue italien l’assurance que les autorités locales ne s’opposeront pas au transfert, à condition que ce dernier s’effectue en bloc 59.

Alors que tout semblait réglé, les Djeramna font traîner les négociations.
Cette versatilité des Djeramna n’allait pas sans susciter de vigoureuses critiques chez certains officiers. L’attitude du Commandant Fournier, Commandant supé rieur du Cercle de Touggourt est nette. Le 7 octobre 19 19, il écrit : « Les Djeramna se moquent de nous », et de relever les quatre tentatives de 1906, 1910, 1914 et 1918, accompagnées, chaque fois, de concessions plus larges de notre part. Pour lui, les Djeramna étaient irrécupérables et leurs instincts pillards ne feraient que jeter la perturbation dans les tribus tranquilles60. Mais il reconnaissait lui-même que l’administration supérieure était loin de partager son point de vue. Il devait, lors des négociations de 1923, répéter sans succès cette mise en garde.

Les faits semblaient, pour l’instant, lui donner raison. Le danger passé et les chameaux reposés, les Djeramna retrouvent leur existence de naguère. En octobre 1919, les hommes partent en caravane pour Ghat et le Soudan, reprenant le rythme du commerce saharien interrompu par les hostilités. Bien mieux, il semble que la belle vie doive reprendre comme avant. Les Djeramna font à nouveau équipe avec les Imanghassaten et en septembre 1919 ils razzient quatre troupeaux de chameaux appartenant aux Chambaa d’El Oued et aux Achèche.
Et c’est le contre rezzou dont font les frais les troupeaux de l’Oued Chiatti, appartenant à des Fezzanais et des gens de Ghadamès. Ceux-ci en demanderont vainement la restitution aux autorités françaises de Fort Flatters, puis d’Ouargla 61. L’année suivante 26 Djeramna des Ouled Sidi Slimane font partie de la harka de 700 fusils qui attaque le Goum d’El Oued, tuant 26 mokhazni à Ghourd Loucif62.

Néanmoins, la belle période est bien finie. Le retour annoncé des Italiens et sans doute l’hostilité croissante des tribus fezzanaises, victimes indirectes de leurs exactions, amènent des groupements tenus pour irréconciliables à négocier avec les autorités françaises.
En juillet 1921, Ifoghas et Imanghassaten s’approchent de l’annexe des Ajjer et entament des pourparlers. Le Chef Djeramni El Hadj Abderrahmane, qui devait y prendre part, s’égare dans le désert et meurt de soif. Mais en août, de nouveaux délégués sont réunis à Djanet autour du chef d’annexé. Une fois de plus les pourparlers tirent en longueur, mais sans qu’il soit question de rompre 63.
En mars 1923, un goum français en nomadisation rencontre à Messaouda, dans l’Erg, au Nord-ouest de Ghadamès, des tentes Djeramna et Imanghassaten, qui l’assurent de leurs sentiments pacifiques 64.

En réalité, l’arrivée des Italiens à Ghadamès, réoccupé au début 1924, rend plus urgente une décision de leur part. Mais il est non moins évident que les Djeramna hésitent toujours à franchir le pas. Ils se ralient donc à une solution d’attente.
Les Ouled Maamar, qui nomadisent autour de Ghadamès font soumission aux Italiens. Certains passent même à leur service. L’un d’eux, Maamar el Haïdoug, devient l’homme de confiance du Commandant de la place. Les Ouled Sidi Slimane, de leur côté, continuent au Fezzan leur existence indépendante. En
novembre, les Italiens occupent Derdj, ce qui met désormais les Ouled Maamar à leur merci. Leur chef est intronisé Moudir (Caïd) par les autorités de Ghadamès,
qui lui accordent une solde mensuelle de 500 lires. En revanche, les siens doivent
fournir des chameaux pour les transports et payer l’impôt (8 lires par chameau, 2 par mouton, 1,5 par chèvre).
Mais un concours de circonstances dû à l’inconfortable position de la tribu, dont une fraction est ralliée aux Italiens et l’autre, celle des Ouled Sidi Slimane, indépendante, va obliger les Djeramna à prendre la décision définitive. En 1925, un rezzou de dissidents tripolitains avait enlevé des troupeaux sous le nez de la garnison de Ghadamès. Celle-ci organisa aussitôt un contre rezzou, auquel prirent part des Djeramna ralliés. Ce contre rezzou atteignit la zone du Fezzan où nomadisaient des tribus insoumises, et en particulier les Imanghassaten et les Djeramna Ouled Sidi Slimane, et y razzia 300 chamelles, en évitant soigneusement d’enlever celles qui appartenaient aux Ouled Sidi Slimane. Ce ménagement fit naturellement accuser ces derniers de connivence avec les Italiens et ils furent mis en demeure de remplacer les bêtes volées. Certains étaient d’avis de le faire, mais la majorité préféra cette fois passer en Territoire algérien, étant donné que la situation respective des deux fractions ne pouvait que multiplier les incidents de cet ordre.

Il fallait toutefois opérer dans le secret et éviter d’alerter l’attention de ceux qui se considéraient comme leurs créanciers. Les Djeramna firent mine de reconnaître la dette et donnèrent à la fraction Imanghassaten qu’ils suivaient depuis près de 20 ans, victime elle aussi du rezzou, cinquante chameaux pour lui permettre de partir à la recherche de nouveaux pâturages. 
Sitôt les derniers trainards disparus â l’horizon, la tribu leva précipitamment le camp et à marches forcées prit la direction du Sud-Ouest.
Le 29 juillet 1925, l’adjudant-chef, commandant Fort Polignac, voyait arriver deux mehara montés par des Djeramna, envoyés en avant garde, qui lui demandaient l’autorisation pour leur fraction de passer en Territoire français. Les parlementaires avaient en main la lettre du Lieutenant Gieu, du Territoire d’Ouargla, leur accordant l’aman en 1919. Une trentaine de tentes comprenant 200 personnes et conduisant 1 000 chameaux attendaient leur retour. Djanet, contacté, envoya un Officier sur place et ce dernier put constater l’impatience manifestée par les messagers et leur désir de s’abriter assez profon dément en Territoire Français pour échapper au ressentiment, disaient-ils, de leurs anciens alliés, Zentanes, Rejbanes, etc …
Satisfaction leur fut donnée, bien que l’argument n’ait guère été pris au sérieux, car on ignorait encore l’affaire du contre rezzou italien. 

Les autorités françaises crurent à un vol de chameaux, mais s’étonnèrent de ne recevoir aucune plainte des Fezzanais par la suite.
Les Djeramna Ouled Sidi Slimane furent donc regroupés à Ed-Ihan, à 60 km à l’ouest de Fort Polignac. Selon une statistique, aussitôt dressée, la fraction comprenait :
— 37 tentes,
— 44 hommes,
— 50 femmes,
— 80 enfants,
— 8 « domestiques », probablement des esclaves noirs.
Elle possédait 44 fusils italiens. Son cheptel se composait de 920 chameaux, 180 moutons et chèvres et d’un cheval. La médiocrité du troupeau d’ovins et de caprins provenait à la fois d’une consommation abusive, faute d’autres ressources, et des pertes subies pendant l’expédition de retour.
Le problème du ravitaillement de cette population se posait, mais sans présenter de caractère angoissant. Une caravane fut envoyée à Djanet, une autre à Tatahouine, pour acheter des dattes. C’étaient les marchés les plus proches de ceux auxquels elle avait l’habitude de se rendre puisque Ghat et Ghadamès lui étaient désormais interdits. Mais le choix de Tatahouine avait semble-t-il d’autres raisons.
L’alimentation quotidienne réglée, des questions d’un autre ordre se posèrent.
D’abord le cas de trois membres de la fraction, encore à Ghadamès. Les Djeramna demandèrent aux autorités françaises d’intervenir auprès des Italiens pour qu’il leur soit permis de rejoindre les leurs, ce qui fut fait. Ensuite, car il faut bien qu’un élément comique se glisse dans les affaires les plus sérieuses, on évoqua le cas d’Abd el Kader Fromage. Ce dernier était un Mekhadma déserteur, d’où son surnom récolté lors de son passage au Makhzen d’Ouargla ; il avait épousé une Djeramnia et tous le considéraient désormais comme un des leurs. A ce titre, il devait avoir droit à l’aman pensaient-ils. Une correspondance officielle s’engagea donc. Notes confidentielles, voire télégrammes chiffrés, rappelèrent aux hautes autorités françaises, l’existence de Fromage et ses malheurs. Nous ignorons la décision finale, mais des suggestions émises, on peut préjuger que Fromage put continuer à vivre en paix au sein des Djeramna 65.

que devait se faire la liaison entre les Djeramna Ouled Sidi Slimane, déjà rentrés, et leurs frères, les Ouled Maamar, toujours campés vers Ghadamès. Le 17 octobre, le Goum Saharien de Tunisie y recevait la visite de huit Djeramna Ouled Maamar, convoyant 94 chameaux. Ils se présentaient comme les précurseurs de la fraction. Les animaux vendus, ils repartirent munis de tous les renseignements nécessaires 66.
Entre temps, le commandant italien de Ghadamès, qui n’avait guère apprécié le départ subit des Djeramna Ouled Slimane, avait pris des mesures, sinon pour interdire, puisque les deux Gouvernements étaient d’accord, mais au moins pour freiner les velléités de retour des Djeramna de Ghadamès. D’abord la fraction avait été désarmée, ce qui n’était d’ailleurs guère habile ; ensuite on lui avait interdit les pâturages d’Hassi Imoulay, jugés trop proches de la frontière. La fraction nomadisait donc dans la région de Bir Zoghar, attendant une occasion67. Par la suite, elle fut consignée dans la région de Derdj. Si l’on en croit leurs plaintes, les Djeramna passèrent alors des mois pénibles. Gardés par des Ascaris « Ethiopiens »,en butte aux réquisitions administratives abusives, condamnés systématiquement lors de leurs conflits avec d’autres tribus, ils furent, au printemps 1926, rejetés vers le Nord, dans la région de Nabout, au milieu de populations hostiles. Là, les Djeramna, tout en protestant de leurs bonnes intentions, préparèrent leur fuite.
D’abord ils se débarassèrent de tous les chameaux razziés en territoire algérien, qui auraient pu leur créer des difficultés avec les Chambaa. Puis ils vendirent la majeure partie du petit chaptel, chèvres et moutons, incapable de suivre un train soutenu.
Une maladresse italienne (réquisition abusive de chameaux) les décida définitivement. Profitant de l’absence momentanée de ses gardes éthiopiens, la fraction levait le camp et gagnait à marches forcées la frontière tunisienne qu’elle franchissait le 3 mai 1926.
Cette fraction fut aussitôt désarmée. Mais elle ne possédait plus que quatre fusils, échappés aux contrôles italiens. Composée de 28 tentes, elle groupait 45 hommes, 32 femmes et 81 enfants. Son cheptel comprenait 700 chameaux et 150 moutons ou chèvres68; elle n’était malheureusement pas au complet. Trois des siens engagés au Makhzen de Ghadamès, avaient pu déserter à temps et la rejoindre. Mais un quatrième avait été aussitôt jeté en prison. Enfin, la famille du nommé Maamar, soit quatre hommes, huit femmes et neuf enfants, était retenue par les Italiens qui l’avaient frappée d’une amende de 4 000 lires. Là encore l’administration française devait intervenir et finalement les choses s’arrangèrent 69.
Les Ouled Maamar ne pouvaient, pour de multiples raisons, rester en Territoire Tunisien. Il leur fut accordé 25 jours pour procéder aux préparatifs de départ en vue du long voyage qui devait les conduire dans le territoire des Oasis.
L’itinéraire retenu avait été Bordj Leboeuf — Bir Aouin — Larache. Heureusement une reconnaissance faite à temps prouva que les points d’eau étaient insuffisants pour cette masse de gens et de chameaux. On lui en substitua un autre, plus long, qui contournait l’Erg par le nord, mais plus sûr : Bir Amir, Bir Touil, Bir Choueya, Chabet Hennia Khechba, où ils arrivèrent du 7 au 10 août. Là un repos de trois semaines leur fut accordé; la fraction avait couvert près de 400 km depuis Nalout, sans perte d’animaux 70.
II ne restait plus qu’à regrouper la tribu, lui assigner des terrains de parcours, l’affecter à une annexe ou à un cercle et lui donner enfin un chef officiellement investi par nous.
Lors des premiers contacts de 1912, le voeu émis par les Djeramna était de revenir sur les lieux que leurs pères avaient dû quitter en 1881, c’est-à-dire la région d’El Abiod Sidi Cheikh dans l’annexe de Geryville. Mais depuis les jeunes, nés en Tripolitaine, avaient grandi et le retour au pays des ancêtres les laissait assez froids.
La tribu préférait, semblait-il, vivre dans le Sahara Oriental. D’ailleurs certains faisaient remarquer, à juste titre, que les chameaux, habitués à la Hamada, s’acclimateraient mal dans l’Erg. Les Djeramna ne tenaient pas non plus à séjourner dans l’annexe des Ajjer, car ils déclaraient mal s’entendre avec ces derniers, ce qui était compréhensible étant donné le tour qu’ils avaient joués à leurs amis Imanghassaten.
De son côté, le Chef du Territoire des Oasis proposait leur affectation à l’annexe d’Ouargla, et ce pour des raisons économico-administratives. Une tribu possédant un tel cheptel camelin arrivait à point. En effet, de mauvaises conditions atmosphériques avaient sérieusement éprouvé les troupeaux locaux. Les services officiels (courriers, transports de ravitaillement) n’étaient assurés qu’avec beaucoup de difficultés. Les 4 000 chameaux des Djeramna devaient permettre de régler pas mal de problèmes.
Arrêtons-nous un moment sur ce chiffre. Il figure dans trois rapports successifs de l’annexe de Ouargla. Or, si nous nous en tenons au dénombrement de 1925 (rapport du 16 septembre) effectué par le Lieutenant Habert, de Fort Polignac, nous voyons que les Djeramna Sidi Slimane du Fezzan possèdent 920 chameaux et les Ouled Maamar de Ghadamès 500 (approximation sur renseignements). Ce dernier chiffre de 500 pour les Ouled Maamar est porté à 700 dans les rapports d’Ouargla de 1926. C’est donc que le cheptel des Ouled Slimane serait passé de 920 à plus de 3 000 en moins d’un an ? 71 Si le chiffre donné de 4 000 chameaux paraît quelque peu gonflé, il est certain que les Djeramna possédaient un cheptel important. D’où le premier problème : où faire pâturer ces chameaux ? L’administration française pensa qu’il serait possible de les regrouper dans l’annexe d’Ouargla, entre Fort Lallemand et Gassi Touil, dans l’Oued Igharghar et l’Oued Seoudi.
La réalisation de tous ces projets allait dépendre naturellement de la façon dont les Djeramna envisageaient leurs rapports avec l’Administration Française. Un demi siècle d’indépendance avait évidemment conditionné les mentalités. Cependant les premiers contacts parurent satisfaisants, les Djeramna prenant volontiers contact avec nos officiers et n’étant pas avares de promesses.
En réalité, ils continuaient de n’en faire qu’à leur tête, d’autant plus que la paix régnant en zone française, les dispensait d’avoir à se regrouper pour se défendre. Un rapport d’octobre 1926 montre que la fraction des Ouled Sidi Slimane s’est déjà singulièrement éparpillée : 5 tentes à Ain Belda, 6 tentes à Rouissat, 3 tentes chez les Mekhadma dans la région d’Ouargla, 8 tentes à Ghourd Zina au N.E. de Fort Lallemand, 10 tentes à Hassi Khellal, 5 à 6 près de Fort Polignac, en territoire Aijer. Quant aux Ouled Maamar, encore dans l’annexe d’El Oued, et de ce fait directement contrôlés, ils ne cessaient de solliciter des autorisations de changer d’emplacements, voire de se rendre à Ouargla72.
En février, le Chef de l’annexe des Ajjer faisait entendre le premier son de cloche défavorable : Les Djeramna circulent d’Ouargla sur In Salah ou Tatahouine, sans la moindre autorisation. Ils font preuve de mauvaise volonté pour les convois et opposent la force d’inertie. Bref ce sont des « indésirables » 73. Ils n’abandonnaienptas non plus leur attitude guerrière. C’est ainsi que les Ouled Maamar, bien que deux fois désarmés, une fois par les Italiens, au moment du départ, une seconde fois par les autorités françaises, à leur entrée en Tunisie, se retrouvaient six mois après, tous pourvus d’un fusil italien, bien approvisionnés en munitions74.
Le problème de leur organisation administrative restait posé. Dès 1926, le Commandant Supérieur de l’annexe d’Ouargla avait suggéré qu’ils soient constitués en une tribu de deux fractions. Le Gouverneur Général répondit favorablement le 7 janvier 1927 à cette proposition et félicita par la même occasion les autorités locales qui avaient permis de mettre un point final à l’émigration des Djeramna75.
Ceux-ci furent reconnus comme tribu indépendante et soumis à un Caïd Djeramni selon leurs voeux. Le choix, faute d’autre candidat valable, se porta sur Tex- Mouidir des Italiens, Mohammed ben Naïmi. Les deux fractions furent également conservées, mais on en changea les noms. Les Ouled Maamar devinrent les Ouled Cheikh et les Ouled Sidi Slimane, les Ouled el Hadj.
D’autre part, le problème des terrains de parcours allait recevoir une solution inattendue. En effet, entre temps, le commandement du Territoire des Oasis était passé en d’autres mains. Un premier projet, qui consistait à installer les Djeramna autour d’Hassi Mey, fut abandonné ; peut-être parce que les Chambaa d’Ouargla, si souvent razziés naguère par les Djeramna, voyaient d’un mauvais oeil leur installation parmi eux. Toujours est-il que le nouveau responsable des Oasis leur fit quitter les régions de l’Oued Igharghar et d’Hassi Berkane, où se trouvaient respectivement les deux fractions et leur assigna des pâturages à l’Ouest d’El Goléa, poste qui, à cette époque, dépendait encore d’Ouargla. Cette mesure avait l’avantage de les éloigner des frontières tripolitaines. Elle devait être très bien comprise à Alger où il semble que l’on avait accepté avec réticence le maintien des Djeramna dans le Territoire des Oasis. Dans sa lettre du 18 mars 1927, officialisant l’organisation des Djeramna, le Gouverneur Général rappelait qu’il ne verrait qu’avantages au retour des Djeramna dans l’annexe des Geryville et soulignait que leur établissement à l’Ouest d’El Goléa lui paraissait être un premier pas dans ce sens 76.
La question des impôts allait hâter ce processus. En effet, la dispersion des tentes Djeramna pendant l’année 1927, dispersion qui s’était accentuée puisque l’on trouvait des Djeramna aussi bien dans l’annexe des Ajjer que dans celle d’Ouargla, dans l’annexe d’ElGoléa comme dans le cercle de Géryville, avait fourni un bon prétexte au Caïd pour retarder sa tournée de perception. Ce dernier ne semblait d’ailleurs pas conscient du caractère inéluctable de l’opération.
Rendant compte le 8 avril 1927 de ses contacts avec les différents campements, il écrivait au Capitaine, Chef d’annexé d’Ouargla : « Lorsque nous leur avons parlé du recensement de l’impôt et des convois, nous avons constaté qu’ils n’étaient pas satisfaits » (sic). Le mois suivant, en réponse à la demande de prêt de 216 chameaux pour les convois, il poursuivait : « Vous savez que mes gens ne sont pas encore familiarisés avec les questions de service et qu’il importe de les mener avec tact 77″.
Coïncidence ou conséquence, les Djeramna, pour échapper aux exigences de leur Caïd contraint de résider dans l’Annexe d’Ouargla, se dirigèrent peu à peu vers l’Ouest et quittèrent El Goléa pour le Cercle de Géryville. D’où une correspondance entre les Chefs d’annexé d’Ouargla et de Géryville qui aboutit à la conférence d’Hassi Bouzid, le 20 janvier 1928, rassemblant un Officier de chaque annexe et les responsables de la tribu. Il apparu que le Caïd nommé par nous n’avait aucune autorité et suscitait même la défiance de ses contributes. Ceux-ci acceptèrent, en effet, moyennant uti délai de trois mois, de payer les impôts dus pour 1927, mais entre les mains des Caïds des Ouled Sidi Cheikh78. Cette exigence fut interprétée par l’Administration française comme la preuve que les Djeramna ne tenaient plus tellement à constituer une tribu séparée, mais souhaitaient, au contraire, revenir à leur statut de 1881.
Un second argument, d’ordre politique, allait travailler dans le même sens.
Malgré les avertissements répétés de certains chefs d’annexés, la Direction des Territoires du Sud avait accordé crédit aux bonnes intentions manifestées par les Djeramna, et plus récemment elle avait pensé que Féloignement de la frontière Tripolitaine suffirait à transformer ces razzieurs quasi professionnels en paisibles nomades. Il fallut déchanter.
Le 6 novembre 1926, alors que la tribu venait juste de se regrouper en territoire français, deux Djeramna, nomadisant entre la frontière Algéro-Tunisienne et Ghadamès, capturaient 5 chamelles appartenant à des Ghadamsi. L’affaire n’eut pas de suite, malgré les protestations italiennes, faute de preuves suffisantes.
En juin 1928, le Territoire des Oasis signalait que six Djeramna avaient été aperçus faisant route vers le Fezzan. On pensait qu’ils allaient y razzier quelques bêtes. Un renforcement des postes frontières fut prévu pour les arrêter à leur retour. Or, ces Djeramna venaient des régions de l’Oued Zergoum et de Ba Messaoud, dans l’annexe de Géryville. C’est-à-dire à plus de 1 000 kilomètres à vol d’oiseau. La suite des événements se passa comme prévue. Les Djeramna furent repérés alors qu’ils rentraient en Territoire Algérien et conduits à Fort Polignac.

Ils ramenaient 39 chamelles, prises sur les Ouled Zentane. Dix, qui leur avaient été précédemment enlevées par les mêmes Zentanes, leur furent laissées. Les 29 autres confisquées en attendant que leurs légitimes propriétaires viennent les réclamer.
Les 6 Djeramna de leur côté furent consignés au bordj.
La réaction des Zentanes ne se fit pas attendre. Un contre rezzou de 60 méhari razziait, en août, des troupeaux de l’Oued Tarât et parvenait à regagner le Fezzan au prix de quelques pertes.
Mais les conséquences du rezzou de juin ne s’arrêtèrent pas là. En effet, le 14 septembre, cinq des six Djeramna s’évadèrent de Fort Polignac et n’eurent rien de plus pressé que de repartir vers Ghadamès en quête d’un second coup de main.
Le 4 octobre ils rencontraient quatre méharistes italiens, sous les murs de l’agglomération, tuaient le brigadier-chef qui les commandait, et s’enfuyaient avec son mousqueton et les 24 chameaux de l’armée qu’il convoyait.

Une fois de plus, les exactions des Djeramna débouchaient sur des complications internationales. L’Italie protestait et demandait l’extradition des coupables.
Nous la refusions, avec arguments juridiques à l’appui. Mais tout était fait pour s’emparer de ces individus trop compromettants. Le Goum d’Ouargla, sous les ordres du Caïd M’hammed ben Kaddour, entama une poursuite de 550 kilomètres en cinq jours et finit par rejoindre les fuyards à 1 50 km au N.O d’El Goléa. Deux d’entre eux furent tués, un troisième grièvement blessé, les autres capturés lors de leur retour à Géryville.

Cette dramatique aventure allait mettre le point final à l’épopée des Djeramna. Ils étaient déjà retournés dans la région de leurs ancêtres, ils allaient maintenant y retrouver leur statut de 1881. En effet, il apparut à l’Administration .française que l’affaire n’avait pu se dérouler sans que les Chefs Djeramna, déjà incapables de faire rentrer l’impôt, n’aient été au courant. Il y avait donc de leur part, sinon complicité, tout au moins complaisance. La sanction fut leur révocation et la suppression administrative de la tribu. Les deux fractions Djeramna reprirent place après une absence de près d’un demi siècle, dans la tribu des Ouled Ziad Cheraga, après avoir perdu, avec leur caïd, leur autonomie 79. Les survivants du rezzou, en revanche, devaient s’en tirer à bon compte. Leur cas posait en effet un problème de procédure criminelle quasi insoluble, étant donné que le meurtre avait été commis en territoire étranger et que, pour des raisons également valables, nous avions refusé à l’Italie leur extradition. Successivement le Conseil de Guerre, le Tribunal militaire, puis les Assises furent récusés.
Finalement les prisonniers, internés à El Goléa, furent remis en liberté à la fin de l’année 1929.

**
II serait naturellement tentant de chercher à savoir comment les Djeramna avaient supporté ces longues aventures, et en particulier quelles en avaient été les conséquences sur l’économie interne de la tribu. Faute de statistiques valables, on ne peut tenter que des approximations.
Lors du départ en dissidence, les deux fractions Djeramna et Djeramna El Aouachir comprennent 67 tentes. Mais rapidement les El Aouachir moins compromis abandonnent la lutte ; 7 tentes font soumission la même année80. De 1885 à 1888 le chiffre le plus souvent avancé est celui de 52 tentes en dissidence.
Compte tenu de l’éclatement partiel de la tribu lors du grand départ pour le Fezzan, on peut penser que ce chiffre dut encore diminuer. Certaines tentes restent avec Si Kaddour. D’autres passent au Maroc. Finalement il est peu probable que plus de 40 tentes soient passées au Fezzan, tentes misérables, pauvres en cheptel. Que deviennent les Djeramna pendant les 10 années suivantes, nous l’ignorerons toujours. Il faut attendre la reprise des contacts avec nos postes.
A partir de ce moment-là, les statistiques dont nous disposons sont plus précises, quoique tardives. Mais elles confirment l’opinion rapportée par la tradition orale sur l’euphorie du séjour tripolitain. En 1912, les Djeramna comptaient déjà 65 tentes et possédaient 400 chameaux et 300 moutons ou chèvres.

En 1918, ils atteignent 90 tentes, 800 chameaux et 8 000 moutons et chèvres. Les chiffres valent ce qu’ils valent. On peut néanmoins en déduire que la tribu sut profiter au mieux de l’anarchie provoquée par la main mise italienne sur le pays.
En revanche, les états de 1925 et 1926 montrent un déclin démographique.
Les tentes passent de 90 à 73, puis à 67. Faut-il y voir les conséquences des opérations militaires italiennes, des règlements de compte après l’effondrement senoussiste, d’une épidémie 81 ?

Le cheptel camelin, lui, ne cesse au contraire de croître : 1 420 chameaux en 1925, 4 000 en 1926. Mais nous avons déjà dit ce que nous pensions de cette dernière estimation. L’effondrement parallèle du petit cheptel : 8 000 têtes en 1918, 330 en 1925, laisse penser à une conversion motivée par l’exode envisagé, vers l’Algérie.
Cette richesse est assez inégalement répartie. D’abord déséquilibre entre les deux fractions : 700 chameaux pour 32 tentes chez les Ouled Maamar, soit grosso modo 22 chameaux par tente ; 3 000 chameaux pour les Ouled Sidi Slimane pour 35 tentes, soit presque 86 par tente.
La répartition interne est également inégale. Chez les premiers, le nommé Maamar, l’homme de confiance des Italiens de Ghadamès, est réputé posséder seulement 35 animaux. La fortune du Mouidir, Ben Naïmi semble plutôt composée d’argent liquide. Il est en effet permis de supposer que, plus intégrés que les autres dans la vie citadine, les chefs de la fraction de Ghadamès ne convertissaient pas tous leurs biens en chameaux. Nous avons des détails plus précis sur les Ouled Slimane. Les troupeaux les plus médiocres y sont de 50 bêtes. On signale trois possesseurs de plus de 500 chameaux. La tradition nomade est là, strictement respectée.
En 1929, lorsqu’ils ont « bouclé la boucle », les Djeramna sont estimés par Géryville à une soixantaine de tentes. C’est pratiquement le chiffre de 1926, étant donné que 5 tentes sont à Fort Polignac ; mais on ne nous fournit pas d’évaluation du cheptel.
En résumé, nous constatons donc d’abord une période de déclin entre 1881 et 1888. Cause ou conséquence, la Tribu ne présente pas alors de front commun.
Certaines tentes se rallient, d’autres vont au Maroc, d’autres Dieu sait où. Au contraire, la période faste coïncide avec une tribu faisant bloc. Tous les rapports insistent sur la solidarité absolue des deux fractions. Celle-ci apparaît dans les interminables négociations pour le retour. Le fléchissement constaté en 1925 pourrait alors s’expliquer par la rupture partielle de l’unité. La fraction de Ghadamès se soumettant aux Italiens tandis que celle du Fezzan reste indépendante.
Coïncidence ? la fraction Ghadamsienne des Ouled Maamar, jadis la plus riche, voit alors son cheptel camelin se stabiliser tandis que celui des Ouled Sidi
Slimane du- Fezzan s’accroît très rapidement :
— Ouled Maamar: 500 chameaux en 1918; 500 chameaux en 1925; 700 chameaux en 1926.
- Ouled Sidi Slimane : 300 chameaux en 1918 ; 920 en 1925 ; 3 200 en 1926.
Une explication vient naturellement sous la plume. Les Ouled Maamar, en zone soumise, ne pouvaient plus razzier à leur gré, alors que les Ouled Sidi Slimane continuaient de s’en donner à coeur joie. La chose est probable quoiqu’une autre raison puisse être avancée à propos des Ouled Maamar. Mais les razzieurs étaient eux-mêmes exposés à des contre rezzou. En revanche il est certain que la possibilité de choisir librement les pâturages hors des circuits imposés améliorait le rendement du cheptel. Tribu d’éleveurs à l’origine, les Djeramna avaient en effet certainement poursuivi cette activité, avec d’autant plus de profit peut-être que leurs alliés traditionnels, les Imanghassaten, tribu noble, durent leur confier plus d’une fois la surveillance de leurs troupeaux.
Enfin, troisième source de profits, le commerce caravanier. Plusieurs mentions font état de caravanes Djeramna allant de Ghadamès au Soudan et retour. Il est probable que ce fut là source de bénéfice non négligeable. Leurs bonnes relations avec les autorités turques d’une part, leur intégration à certains clans Ajjer contrôlant l’itinéraire d’autre part, (Imanghassaten et Ifoghas) les mettaient certainement en situation privilégiée. Il faut croire aussi que le sens commercial ne leur faisait pas défaut. Dès leur rentrée en territoire algérien, nous les voyons lancer des caravanes sur In Salah parce que les dattes y sont moins chères qu’ailleurs et louer leurs bêtes à des convoyeurs chambaa, faute de pouvoir sans doute prendre immédiatement leur place. Et l’on peut penser qu’au commerce traditionnel, poudre d’or, plumes d’autruche, esclaves, contre objets manufacturés, s’ajouta rapidement la contrebande des armes. Les rapports de la période 1895 — 1919 font fréquemment allusion à un trafic régulier vers le Ouadal.
Quelle fut d’autre part l’évolution des sentiments « politiques » de la tribu ? Comment la « haine » manifestée vis à vis des autorités françaises évolue-t-elle en quelques années vers une demande d’aman ? Le problème paraît complexe. On peut avancer que les jeunes générations nées en Tripolitaine, n’héritent point de ces ressentiments. Malheureusement on constate que ce sont les « vieux » c’està- dire les adolescents de 1881, qui souhaitent le retour ayant gardé du pays des ancêtres une vision peut-être enjolivée par les souvenirs d’enfance. El Hadj’ Abderrahmane qui engage les pourparlers de 1918 et 1921 avait entre 10 et 20 ans lors de l’entrée en dissidence.

Pour eux, la rentrée en zone française signifie le retour à Géryville, les retrouvailles avec l’ancienne tribu 82. On efface les cinquante ans de dissidence et l’on repart en 1881. Le plus âgé des Ouled Sidi Slimane, Tayeb ben Cheikh réclame même le commandement de la fraction pour avoir, avant de déserter, servi 7 ans au makhzen de Géryville. Simplement, par délicatesse, il déclare n’avoir rej’oint les révoltés de 1881 que huit jours après les meurtres, alors qu’il était prouvé qu’il y participa.
Mais en 1925, c’est la nouvelle génération qui est au pouvoir (le Moudir, Mohammed ben Naïmi, est qualifié de « jeune, l’esprit ouvert . . . *’83.) Le retour à Géryville l’intéresse peu. Elle préfère ne pas s’éloigner de la zone qu’elle connaît et n’est poussée à rentrer par aucun argument sentimental.

L’évolution des Djeramna est finalement très simple. La génération compromise dans le meurtre de 1881 a disparu, ou n’est plus majoritaire en 1912, date des premiers contacts. L’arrivée en Tripolitaine d’un colonisateur mal connu, l’Italien, et les premières difficultés qui naissent, provoquent chez les Djeramna, tribu nomade, le réflexe classique : aller ailleurs. Malheureusement, toutes les issues sont bouchées. Le Soudan septentrional qui les aurait certainement tenté est sous contrôle français. Là-dessus, les nostalgies des adolescents de 1881 emportent la décision et ce sont les premiers contacts avec Ouargla. Puis les choses évoluent de telle façon que le péril redouté s’estompe. Les Djeramna restent en Tripolitaine et la jeune génération s’accomode tant bien que mal avec les Italiens (nominationde Ben Naîmi comme Moudir).

L’éventualité d’un départ est mise en réserve au cas d’une aggravation de la situation. Les contacts ne sont jamais rompus. Mais les Djeramna qui, en bons nomades, se préoccupent avant tout de l’intérêt immédiat de leur tribu, ont été amenés à abandonner successivement les Italiens, les Senoussistes et les Turcs. Le règlement de comptes risque d’être pénible. 
Un concours de circonstances fortuit pousse la fraction du Fezzan à sauter le pas. La solidarité tribale joue alors automatiquement et la fraction de Ghadamès n’aura de cesse de passer à son tour la frontière.
La majorité des Djeramna n’envisage pas d’aller plus loin et pense pouvoir s’installer dans l’annexe d’Ouargla. Mais sans doute n’y trouve-t-elle pas de la part des autres tribus l’accueil souhaité. Aussi prête-t-elle l’oreille à l’avis des anciens qui ne cessent de décrire l’annexe de Géryville avec les couleurs que l’on sait.
L’administration locale de son côté est revenue de ses premières illusions et pousse au départ. Les embarras nés des rezzou de 1928 décident enfin le Gouvernement Général à sanctionner l’évolution constatée.
De nos jours, les Djeramna nomadisent encore dans le Sud Oranais. Ils n’ont pas oublié leur histoire et peut-être certains vieillards regrettent-ils, à leur tour, le temps de leur adolescence, les folles méharées vers des troupeaux mal gardés, les lentes caravanes qui revenaient du Soudan, riches de poudre d’or et d’esclaves.

Pierre BOYER
Conservateur en Chef des Archives d’Outre-Mer Aix-en-Provence

Notes
52. Ghadamès devait être réoccupé en février 19 15 puis abandonné i nouveau en juillet de
la même année.
53. 16 H 70 — Répertoire des Chefs Senoussis en Tripolitaine.
54. 23 H 1 – Rapport mensuel des Territoires du Sud, février 1917.
55. 23 H 1 – Rapport mensuel des T.D.S. – Mai 1917.
A leur rentrée, les Djeramna devaient nier toute participation à cette opération, et
reconnaître uniquement deux rezzou contre les Chambaa.
56. 23 H 1 — Rapport mensuel des Territoires du Sud — Décembre 1917 et Sa 30 —
Rapport du Capitaine Thraen (Touggourt) du 14 octobre 1918.
57. De la part du Cheikh El Hadj Abderrahmane des Djeramna à Monsieur le Commandant
Supérieur d’Ouargla.
Après les compliments d’usage . . .
Nous nous trouvons ici dans une situation extrêmement pénible car les habitants du pays
ayant appris que nous, Tribu des Djeramna, avions l’intention de retourner dans votre région,
nous avons à endurer beaucoup de mal et de dommage de la part de nos voisins immédiats et
de toute la population de l’endroit Ces gens, en effet, sont toujours dans l’agitation.
Précédemment les Djeramna n’étaient pas disposés à revenir vers vous, mais quand ils m’on vu
déterminé et résolu, ils se sont à leur tour décidés à me suivre.
Nous faisons en ce moment nos préparatifs de départ, et, s’il plait à Dieu, d’ici peu nous
arriverons. Salut.
Sachez que nous sommes capables de tenir ce pays, Territoire et habitants, [comme on tient un cheval par la bride].
Salut. A la date du 28 Djoumada second.
El Hadj Abderrahmane des Djeramna.
58. Sa 30 – Rapport du Capitaine Thraen, op. cit.
59. Sa 30 – Rapport de Bruce.
61. 23 H 1 — Rapport mensuel de la D.T.S., septembre et novembre 1919.
62. Sa 47.
63. S23 H 1 – Rapports mensuels.
64. 23 H 1 — Rapports mensuels — Peut-être ces tentes sont-elles celles qu’un rapport de
juin 1924 présente comme réfugiées en Territoire algérien. Notons i ce propos la réflexion du
Commandant Fournier, de Touggourt : « Djeramna, Imanghassaten et autres, viennent annoncer
des négociations, soit de paix, soit de soumission, périodiquement, lorsque la nécessité les chasse
de l’arrière-pays et les oblige i vivre quelque temps i notre portée. Ils se sont rendus compte de
longue date que pendant ces pourparlers nous observons scrupuleusement la neutralité la plus
bienveillante, leur donnant ainsi la tranquillité d’esprit dont ils ont besoin pendant cette période
difficile. Puis lorsque l’arrière-pays est devenu habitable, ils reprennent le large, rompant toute
négociation et parfois emmenant le butin de quelque razzia d’adieu faite chez nous ». Sa 44.
65. Sa 30.
66. 34 H 8 B.R. du Commandant de Tatahouine.
67. 34 H 8 B.R. du Goum Saharien de Tunisie.
68. Les chiffres de ces estimations varient d’un rapport i l’autre. Nous en reparlerons plus
loin.
69. Sa 30 – 2e rapport de Bruce.
70. Sa 30 – Rapport du Lieutenant de Bellenet du 13.8.1926
71. S.A. 30
72. S,A. 30
73. S.A. 30
74. S.A. 30 – Rapport de Bruce du 25.11.1926.
75. H.H. 7.1.27
76. H.H. 18.3.1927
77. Sa 30 – 3 mai 1927.
78. Sa 30 – Rapport Carbillet du 4.2.1928.
79. Arrêté du 4 septembre 1929.
80. 33 JJ 15 – rapport annuel 1882.
81. Peut être y eut-il aussi une sédentarisation qui échappa aux observateurs.
En effet, il est signalé, en 1952, un village Jeramna, i l’écart des autres quartiers formant
l’oasis de Ghat. Il est bien précisé que ces Jeramna sont des Arabes, originaire de Geryville. Or,’
il est peu probable que ces Djeramna soient venus s’installer i Ghat après leur retour dans
l’annexe de Geryville ; la chose aurait été relevée. Il faut donc conclure i une sédentarisation de
certaines familles antérieurement i 1926. Cf. Rapport de stage des A.L 1952.
82. Sa 30/ Ie rapport de Bruce.
83. Sa 30/2e rapport de Bruce.

 Champs de bataille où les Australiens combattirent. fleche-boule8

Recherche concernant l’Affaire de Géryville.
L’assassinat du Sous-Lieutenant au 2° Zouaves. Weinbrenner (François-Xavier) 1881 en explique la raison de cette affaire !

_________
Articles évoquant des faits autour de son assassinat …

expor113

expor114

expor115

expor116

source
1881/04/28. Note : édition de Paris (matin)
Titre : Journal des débats politiques et littéraires
Éditeur : [s.n.] (Paris)
Date d’édition : 1814-1944
Identifiant : ISSN 1770619X
Source : Bibliothèque nationale de France
Description : Variante(s) de titre : Journal des débats, politique et littéraire
Description : Variante(s) de titre : Journal de l’Empire
Provenance : bnf.fr

Sous-Lieutenant au 2° Zouaves Weinbrenner
Journal des débats politiques et littéraires 1881/05/02.

expor118

expor117

autre évènement évoqué… à quelques kilomètres … dans une ville qui m’est chère : 

les_tr10

source
Titre : Journal des débats politiques et littéraires 1881/05/02. Note : édition de Paris (matin). 
Éditeur : [s.n.] (Paris)
Date d’édition : 1814-1944
Identifiant : ISSN 1770619X
Source : Bibliothèque nationale de France
Description : Etat de collection : 01/04/1814-
Provenance : bnf.fr

__________________________________________________________________________________________________________

Journal des débats politiques et littéraires 1881/06/06-1881/06/07. Note : édition de Paris (matin
…Le massacre du brigadier Bringard et de son escorte venant
s’ajouter à si bref délai, à celui du lieutenant Weinbrenner et
à celui de la mission du Colonnel Patters, porterait une atteinte sérieuse au respect
du nom français et à son prestige dans tout le Sahara…

export-8weinbrenner7bis

Transcription complète de l’article illisible (impossible d’obtenir une meilleure qualité)

Les contingens révoltés des Trafis, sous la conduite de Bou-Amema ont supris, il y a deux jours
le brigader Bringard, surveillant de la ligne télégraphique qui relie Géryville à Frendah, et l’ont 
massécré avec 25 hommes de son escorte. 
Les autres plus ou moins grièvement blessés, on put gagner Frendah, où ils ont apporté la triste 
nouvelle. Les colonnes qui poursuivainet Bou-Amea ont dû, comme on sait, arrêter leur marche
sans dépasser Chellala par suite de la chaleur et du manque d’eau.
Elles ont même remonté vers le nord, laissant Géryville à ses propres forces.
Bou-Amema en a profité aussitôt pour suivre ce mouvement, et il y a cinq ou six jours il passait
à portée de canon de Géryville, dont le commandant faisait faire feu à longue distance sur ses 
contingens*. Peut-être était-ce la même cause, c’est-à-dire le manque d’eau qui forçait les tribus
révoltées à revenir également vers le nord ; peut-être Bou-Amema a-t-il voulu essayer à nouveau de
soulever les tribus restées sourdes jusqu’ici à ses excitations. 
Toujours est-il qu’il est venu audacieusement se placer entre Géryville et Frendah, interrompant
les communications entre ces deux cilles et massacrant tout ce qu’il trouvait sur son chemin. 
Sa situation, entre les quatre colonnes dont il est actuellement l’objectif, devrait être désespérée, 
et il ne devrait pouvoir s’échapper d’aucun côté.
Cependant, on semble avoir encore quelque doute à Alger sur ce résultat, et l’on considère comme possible
qu’il parvienne à se ravitailler et à filer par le nort-est avant d’être cerné. Si les tribus dissidentes
parvenaient à éviter nos colonnes et si le sévère châtiment que méritent leurs actes criminels ne leur était 
pas infligé, il y aurait là un précédent absolument déplorable, et dont les effets se feraient certainement 
sentir longtemps dans le sud de nos possessions africaines. 
Le massacre du brigadier Bringard et de son escorte venant s’ajouter à si bref délai à celui du
lieutenant Weinbrenner et à celui de la mission du colonel Flatters, porterait une atteinte sérieuse
au respect du nom français et à son prestige dans tout le Sahara.
Il est donc absolument nécessaire que les opérations contre Bou-Amema soient menées de telle façon
qu’elles donnent un prompt résultat. On dit le général Détrie énergique et très résolu.
Il faut alors espérer qu’il n’y aura plus de temps perdu et que les premières fautes commises
soient prochainement réparées.

Titre : Journal des débats politiques et littéraires
Éditeur : [s.n.] (Paris)
Date d’édition : 1814-1944
Identifiant : ISSN 1770619X
Description : Variante(s) de titre : Journal des débats, politique et littéraire
Description : Variante(s) de titre : Journal de l’Empire
Description : Etat de collection : 01/04/1814-
Provenance : bnf.fr

ps : contingens* écrit sous cette forme dans l’article scratch

 retour page d’Accueil 

La Tunisie au gré des conflits

Une histoire : la Tunisie et la France


14 avril 2013

L’affaire de Bizerte: Une crise géopolitique méconnue -Sébastien Abis

Classé sous — milguerres @ 21 h 46 min

 

retour page d’Accueil 

Une histoire : Bizerte et la France

 

L’affaire de Bizerte

Une crise géopolitique méconnue[1)

Sébastien Abis 

 article disponible sous format word, téléchargez…bonne lecture ! -> L’affaire de Bizerte Sébastien Abis www cairn info

 

Dans l’historiographie abondante du processus de décolonisation de l’Afrique du Nord, rarement la question de Bizerte est évoquée parmi les dossiers majeurs ayant fortement animé les relations de la France avec les nouvelles nations maghrébines indépendantes. Or Bizerte, cette ville perchée au Nord de la Tunisie, balcon de l’Afrique sur la Méditerranée, fournit à l’Histoire un témoignage supplémentaire quant au constat implacable qu’aucune indépendance ne se réalise sans douleurs.

Cette base militaire constituait un atout essentiel dans l’échiquier stratégique de la France et de l’Occident. Or pour la Tunisie, la ville de Bizerte, jusqu’en 1963, sera ce territoire manquant à la souveraineté nationale. Quand les bombes et les balles sévissent à Bizerte au cours du mois de juillet 1961, c’est la France et la Tunisie qui s’affrontent dans un rapport asymétrique mais chargé de symboles. Il s’agit pour les Tunisiens de parachever une indépendance déclarée cinq ans plus tôt et donc d’en finir pleinement avec la colonisation. Pour la France, c’est un enjeu déterminant pour sa sécurité et celle de l’Occident, sans oublier l’avantage que procurait une telle position militaire au voisinage immédiat d’une Algérie encore turbulente.

Pour autant, cette affaire franco-tunisienne de Bizerte, qui atteint son paroxysme en 1961, avec la terrible bataille qui frappe la ville du 19 au 23 juillet, s’inscrit dans une longue période de maturation. Si tragique qu’il soit, l’événement, qui est assurément la page la plus noire dans l’histoire contemporaine des relations entre la France et la Tunisie, n’est ni soudain, ni surprenant. En effet, l’historique de la crise de Bizerte remonte assez loin dans le temps, L’affaire s’étale en réalité de 1956, date de l’indépendance tunisienne, à 1963, lorsque enfin, les dernières forces françaises évacuent la base. Sept années où la question de Bizerte et l’enjeu du devenir de la base sont centraux pour les relations entre les deux pays. A force de vouloir temporiser, face à l’échec des négociations, devant la profonde dégradation des relations franco-tunisiennes, sans oublier la dynamique de tensions liées aux interférences périphériques, avec le temps, l’affaire de Bizerte s’est transformée en une crise inévitable.

L’objectif de cet article n’est pas de revenir en détails sur la chronologie de la crise et sur la progressive dégradation des relations franco-tunisiennes, mais au contraire d’essayer d’identifier les facteurs périphériques et conjoncturels ayant pesé sur cette affaire de Bizerte complexe et malheureuse. Complexe car la crise de juillet 1961 n’est pas un accident soudain mais plutôt le volet militaire d’une affaire politique où s’entrechoquent enjeux diplomatiques, manœuvres tactiques et dynamiques géostratégiques. Malheureuse, car les trois jours de combats armés à Bizerte jettent une ombre durable sur le processus de décolonisation tunisien pourtant si souvent lénifié.

BIZERTE, OTAGE DE L’ARGUMENTAIRE SUR LA DÉFENSE DU MONDE LIBRE ?

Le triple choc que constituent les conséquences de la Seconde Guerre mondiale, le début de l’affrontement Est-Ouest et le processus de décolonisation plonge la base stratégique de Bizerte dans une période assez confuse.

De deux choses l’une : la base perd en valeur intrinsèque face aux nouveaux modes opératoires émergents, mais, aux yeux des Occidentaux, son positionnement en territoire non hostile, dans un contexte de crispations internationales, lui confère une valeur géostratégique renouvelée.

Ainsi, en dépit d’une rénovation indispensable et coûteuse, et malgré l’émergence du facteur anticolonial, la France, assistée de la Communauté occidentale, décide de maintenir Bizerte au rang de pilier stratégique dans son propre concept de défense. Tandis que l’indépendance de la Tunisie devient inéluctable, Bizerte n’en constituait pas moins un maillon fort de l’Alliance atlantique en Méditerranée[2] 

Le maintien de cette position représente en effet une garantie stratégique en cas de progression soviétique sur l’ouest du continent européen. De 1949 à 1956, l’Afrique du nord, toujours française, s’impose de facto comme l’arrière-cour stratégique du bloc occidental. Le jeu des alliances, caractéristique de la guerre froide, permet ici de procéder à une extension des zones d’influence (Afrique du nord) ou de contrôle (Algérie et Bizerte). Les Etats-Unis l’avaient d’ailleurs clairement exprimé en juillet 1954[3]

Pour le camp occidental, l’impératif de se fixer à Bizerte tire sa force de cette situation de tensions internationales.

Quand surviennent les indépendances marocaine et tunisienne au printemps 1956, et que simultanément se renforce la rébellion algérienne, la donne est fatalement transformée. D’une part parce que les Etats-Unis, qui, quoiqu’on en dise, pilotaient seuls ou presque l’OTAN, récusent à l’époque la colonisation et l’occupation. D’autre part, parce qu’à partir de 1956, la présence française en Afrique du nord répond davantage pour Paris à des intérêts stratégiques nationaux qu’à des préoccupations occidentales.

Or la France va inlassablement se référer à la défense du monde libre pour tenter de légitimer son ancrage à Bizerte. Jusqu’en 1958, Paris puise dans la menace communiste pour justifier de son important maintien militaire en Tunisie. Concentrée par la suite dans la seule enceinte de Bizerte, cette présence militaire française est supposée protéger le nouvel Etat tunisien des risques de déstabilisation que peuvent causer l’idéologie soviétique ou l’idée panarabe s’exprimant alors en Egypte ou agissant déjà en Algérie.

Par ces syllogismes quelque peu réducteurs, la France obtient du jeune gouvernement tunisien la possibilité de stationner militairement sur son territoire dans le double cadre de la défense du monde libre et du besoin en sécurité d’un Etat tunisien en construction. Ainsi, dans le texte scellant l’indépendance le 20 mars 1956, mention est faite que la France et la Tunisie définissent les modalités d’une « interdépendance dans les domaines où leurs intérêts sont communs, notamment en matière de défense et de relations extérieures ».

Politiquement, cette interdépendance avait été conçue pour Paris de sorte à limiter l’indépendance de la Tunisie sur les plans sécuritaire et international. La détermination d’Habib Bourguiba à rapidement construire l’Etat tunisien l’amène cependant à dépasser les termes de cet accord. Certes, il concédait à ce que Bizerte demeure française le temps d’une période provisoire. Mais, en très peu de temps, il était parvenu à positionner la Tunisie sur la scène internationale.

La France laissait faire, tant l’attitude et les prises de position de Bourguiba allaient dans le sens d’une coopération indéfectible avec l’Occident. Ainsi, dès le 22 mars 1956, Bourguiba s’exprima dans un grand quotidien britannique, révélant son intérêt pour l’OTAN et sa méfiance pour la Ligue Arabe[4] 

Bourguiba joue ainsi la carte des démocraties, ce qui lui vaut l’estime des Américains, mais non des Français, qui mettront longtemps à comprendre que, dans le monde arabe, il représente une chance exceptionnelle d’entente avec l’Occident. En effet, n’oublions pas qu’à cette époque, l’influente Egypte nassérienne flirtait avec l’idéologie communiste tout en prônant un nationalisme pro-arabe vigoureux. Salah Ben Youssef, précisément exilé au Caire, représente non seulement une menace latente pour le régime de Bourguiba mais également une intimidation tenace pour l’Occident, soucieux par conséquent d’asseoir le pouvoir de Bourguiba à Tunis. Savoir Salah Ben Youssef réfugié en Egypte rassure ainsi tout le monde, Bourguiba comme Occidentaux. Le camp occidental parie donc sur un soutien durable de Bourguiba, leader d’une Tunisie dont l’importance stratégique semble revitalisée par le contexte de guerre froide.

La base de Bizerte symbolise ainsi la position occidentale de la Tunisie, devenue le bastion Sud-Est de la défense du monde libre. La France en fait son leitmotiv pour rester présente sur le territoire tunisien après 1956, puis à Bizerte uniquement à partir d’octobre 1958. Car, selon Paris, de son maintien militaire à Bizerte dépendrait la sécurité de l’Occident[5]  : le théâtre stratégique méditerranéen polarisant alors défis et tensions, inconnues et luttes d’influence. Diplomates et militaires français jouent donc autant sur la crainte d’un conflit ouvert entre les deux Blocs que sur le tropisme occidental de Bourguiba pour légitimer l’ancrage à Bizerte. Au final, la revendication tunisienne sur la nécessaire évacuation de la base est prise en otage par deux éléments distincts mais complémentaires : le spectre d’une troisième guerre mondiale et l’antipathie de Bourguiba pour le camp soviétique.

Cette situation piège en quelque sorte la Tunisie. En menaçant de recourir à la force pour récupérer Bizerte et ainsi parfaire son indépendance, le gouvernement tunisien s’expose aux critiques les plus sévères de l’Occident. Comment un pays qui se dit ami du camp occidental pourrait-il fragiliser ce dernier dans une période de vives tensions internationales ? C’est exactement ce que répondra le président John Kennedy à Bahi Ladgham venu chercher le soutien diplomatique des Etats-Unis après la bataille de Bizerte[6] 

Il est révélateur que la puissance américaine opte pour une stricte neutralité dans la bataille diplomatique qui s’engage après les combats de juillet 1961 à Bizerte. Cette attitude de Washington marque tout autant l’incapacité des Américains à soutenir pleinement la Tunisie (l’alliance avec la France prime et il est impossible de condamner Paris devant les Nations-Unies) que le refus américain de cautionner la politique française en Afrique du nord.

Pour Tunis, le maintien français à Bizerte ne peut être que provisoire, même si l’antagonisme Est-Ouest devait perdurer. Prioritairement protunisien avant d’être occidental, Bourguiba cherche à diversifier ses contacts internationaux quand la France décide de suspendre en 1957 son aide économique et militaire à la Tunisie. Le refroidissement des relations franco-tunisiennes, en très grande partie lié aux péripéties du conflit algérien, favorise un renforcement puis une consolidation des liens entre la Tunisie et les Etats-Unis. Ces derniers souhaitent avant tout éviter un rapprochement tunisien avec l’Est. Peu estimé des autorités françaises, Bourguiba, se tournant vers la puissance américaine, n’en demeure pas moins ce leader arabe ouvertement acquis aux idées de l’Occident.

Dans ce cadre, la question algérienne apparaît comme un parasite, altérant considérablement les rapports de Tunis avec Paris et modifiant la perception américaine quant au maintien français à Bizerte. En effet, Washington n’approuve pas la politique française en Algérie[7]  et craint que ce conflit ne déborde sur son voisinage immédiat, c’est-à-dire en Tunisie. Dès le milieu de la décennie 1950, l’OTAN bloque ses financements à Bizerte et conditionne leurs reprises à l’arrêt des hostilités algériennes. Faute de travaux de rénovation et de modernisation, la base plonge dans l’immobilisme et l’inadaptation aux nouvelles réalités stratégiques.

En 1958, alors que la question de Bizerte se complexifie suite à la tragédie de Sakiet Sidi Youssef, l’éventualité de placer la base sous commandement de l’OTAN avait retenu l’attention et même l’approbation de Bourguiba. L’idée fut cependant écartée face au refus catégorique des dirigeants français[8]et face au faible enthousiasme des stratèges de l’Alliance atlantique[9] 

A la fin des années 1950, Bizerte, déclinante et vieillissante, n’a plus l’importance stratégique qu’elle pouvait avoir quelques années plus tôt. Le contexte international a changé, la donné régionale a évolué et les défis stratégique se sont transformés. La base française se situe désormais dans un Etat indépendant et souverain, arabe et non-couvert par l’OTAN.

Or la France persiste et signe : Bizerte donne une profondeur stratégique capitale en Méditerranée pour le camp occidental. La base est donc en 1961 otage de l’argumentaire français quant à la défense du monde libre. Si l’OTAN s’en désintéresse, si la Tunisie martèle son intention de récupérer la base pour parachever la décolonisation de son territoire, pour quelles raisons alors, autres que strictement nationales, la France entend y rester et y imposer son propre calendrier d’évacuation ?

BIZERTE, INSTRUMENT D’UNE STRATÉGIE FRANÇAISE EN MUTATION ?

L’indépendance de la Tunisie le 20 mars 1956 se fait sans Bizerte. Dès cet instant, il est clair pour les nouvelles autorités tunisiennes que tant qu’une partie du territoire tunisien demeure utilisée par une armée étrangère, l’indépendance du pays sera incomplète. En ce sens, la présence militaire française à Bizerte constitue une atteinte grave à la souveraineté du jeune Etat tunisien. De 1956 à l’évacuation de la base en octobre 1963, la question de Bizerte va progressivement cristalliser l’ensemble des contentieux qui rythment l’agenda des relations franco-tunisiennes. Sept années durant lesquelles la politique française sur le sort de la base sera en permanence conditionnée par la conjoncture internationale ou faudrait-il dire par les repositionnements géostratégiques de la France. En effet, si la France reste à Bizerte après l’indépendance de la Tunisie, c’est essentiellement pour des raisons liées à son désengagement difficile et douloureux d’Algérie et pour des considérations liées à l’opérabilité de sa nouvelle doctrine nucléaire.

Derrière le mobile de la défense du monde libre se dissimule en réalité une autre motivation pour la France, sans doute plus profonde, l’enjeu algérien. Il n’est pas nécessaire ici de revenir sur les nombreuses perturbations dans les relations franco-tunisiennes directement conséquentes de la guerre d’Algérie[10] 

Seule suffit la tragédie de Sakiet Sidi Youssef pour témoigner des pesanteurs du conflit algérien sur son voisinage.

Depuis le déclenchement de la Révolution algérienne en novembre 1954, il serait dès lors peu conseillé de nier le rôle, parfois prononcé, que la base de Bizerte a joué dans les opérations militaires françaises en Algérie. Bizerte sert à la fois de plateforme logistique, de point de ravitaillement et de centre de regroupement pour les forces françaises. On ne peut pas comprendre le maintien français à Bizerte sans considérer son intime corrélation avec la guerre d’Algérie. En octobre 1958, au plus fort des combats, les troupes françaises stationnées à Bizerte s’élèvent ainsi à 13000 hommes encore.

A ce titre, il est intéressant de remarquer que l’échec des pourparlers d’Evian en juin 1961, où de réelles perspectives semblaient se dessiner pour un règlement du conflit algérien, précède de très peu le déclenchement de la bataille de Bizerte. Si l’on ajoute à cela le putsch des généraux à Alger en avril 1961, plongeant l’armée française dans le doute ou la radicalisation, le poids du conflit algérien sur l’affaire de Bizerte ne fait que très peu de doutes.

Pour preuve, lorsqu’en 1959, Bourguiba offre à la France d’échanger Bizerte contre la paix et l’indépendance de l’Algérie[11]Paris fait la sourde oreille. Certes, par cette étonnante proposition, le président tunisien souhaitait apparaître comme l’intermédiaire et le protagoniste décisif qui serait capable d’apporter une solution au conflit algérien[12] 

Mais pour autant, la France, qui présentait son maintien de Bizerte au titre d’un impératif de sécurité pour le camp occidental, montre clairement à travers cette attitude que c’est sa présence en Algérie qui détermine son ancrage à Bizerte. Si vraiment la base était capitale dans le dispositif stratégique occidental, Paris, en théorie comme en pratique, aurait dû privilégier un maintien durable à Bizerte plutôt qu’un enlisement prévisible en Algérie, où le processus de décolonisation était viscéralement en marche. Les Etats-Unis n’ont pas manifesté de réactions particulières vis à vis de cette proposition.

Cela laisse du moins à supposer si ce n’est confirme, qu’en 1959 la base de Bizerte[13] ne revêt plus aucune importance pour l’OTAN. Inversement, dans le cadre de sa guerre en Algérie, la France a besoin de Bizerte. Tant que ce conflit durerait, l’armée française devait pouvoir disposer de la base stratégique de Bizerte, y compris par la force.

D’ailleurs, au lendemain des combats sanglants à Bizerte en juillet 1961, la position française quant à l’évacuation de la base évolue parallèlement aux avancées sur le dossier algérien. Au printemps 1962, un tournant s’opère avec les accords d’Evian qui scellent l’indépendance de l’Algérie, officiellement proclamée le 2 juillet 1962. Débarrassée d’un conflit aux douleurs multiples, la France redéfinit l’intégralité de sa politique nord africaine. Ainsi, très symboliquement, la reprise des relations diplomatiques franco-tunisiennes s’effectue le 20 juillet 1962, soit un an après la bataille de Bizerte et quelques jours après l’indépendance algérienne.

Et parce que justement disparaissait le conflit algérien, la présence française à Bizerte n’avait plus lieu d’être. Le 15 octobre 1963, la France évacuait Bizerte, dans un contexte international pourtant pas moins tendu que les années précédentes. La fin de la guerre en Algérie facilite ainsi l’abandon de Bizerte tout autant que la sénescence stratégique de la base en précipite l’évacuation[14] 

C’est ici qu’il faut souligner l’importance du dossier nucléaire dans la stratégie d’évacuation de la base de Bizerte. Les mutations techniques et tactiques opérées par la puissance française concourent à accélérer le départ des militaires de Bizerte.

Au début de la décennie 1960, la doctrine stratégique de la France bascule dans l’ère moderne. Intensifiant ses recherches en matière d’armements nucléaires, Paris vise à préserver sa place et son rôle sur la scène internationale. Facteur de crédibilité et d’indépendance stratégique, la mise au point en 1963 d’une force de dissuasion nucléaire opérationnelle bouleverse ainsi l’ancien concept militaire de la France hérité de l’époque coloniale[15] 

 A l’heure des fusées nucléaires, il s’avère inutile de conserver une base sclérosée comme celle de Bizerte, en dépit d’attentions sentimentales pour l’œuvre de la Marine française ou d’amorce de constructions anti-atomiques au nord de la ville[16] 

De Gaulle, réaliste mais cynique, confirme ainsi en avril 1963 : « Nous partirons de Bizerte parce que Bizerte ne nous servira plus à rien une fois que nous aurons une force atomique. Dès que ce sera le cas, nous évacuerons (…) Et maintenant rien ne s’oppose à ce que nous partions. Nous commençons à disposer d’engins nucléaires. Nous allons être capables de pulvériser Bizerte et Moscou à la fois[17]! »

 A partir de 1961, l’interconnexion entre l’évacuation de la base Bizerte et la mise en place de la politique nucléaire de la France constitue assurément l’une des clefs de lecture finale dans l’affaire globale de Bizerte[18]

Pour couvrir sa posture à Bizerte, la France instrumentalise donc le contexte international de guerre froide et cherche à masquer, tant bien que mal, son souci prioritaire qui est d’opérer en Algérie en s’appuyant et en profitant d’une base toujours utile pour ce conflit. En filigrane de cette motivation, une évacuation des militaires français de Bizerte conditionnée par l’élaboration d’une nouvelle architecture stratégique fondée sur la dissuasion nucléaire. En définitive, au-delà une incontestable préoccupation d’ordre internationale, Bizerte, dès la fin des années 1950, est pour Paris un outil précieux pour agir en Algérie et simultanément, une garantie nécessaire le temps de parachever sa réorientation stratégique.

 

BIZERTE, CAUTION D’UNE INFLUENCE PÉRENNE POUR BOURGUIBA ?

Jean Lacouture, mémorialiste du XXe siècle et chroniqueur avisé du monde arabe, a décrit avec des mots simples mais efficaces la figure historique d’Habib Bourguiba : « De tous les hommes d’État d’une époque qui en vit paraître beaucoup de flamboyants ou d’abusifs, Habib Bourguiba est probablement celui dont le nom se confond le plus totalement avec la fondation et les premiers développements d’un État. Créateur de la première organisation qui posât avec sérieux le problème de l’indépendance tunisienne, chef de parti et d’insurrection, négociateur, prisonnier, fondateur de l’État, « combattant suprême » et guide incontesté, il aura de 1934 à 1987 dominé de sa puissante personnalité la vie du peuple tunisien et pendant un demi-siècle imprimé sa marque, pour le meilleur et pour le pire, sur le nouvel État[19] 

La question de Bizerte constitue assurément l’un des enjeux les plus complexes que le président Bourguiba a eu à gérer dans les premières années de l’indépendance tunisienne. Convaincu que sans Bizerte son objectif de décoloniser la Tunisie n’était pas totalement atteint, Bourguiba multiplie les efforts pour trouver une solution ou un accord sur le statut de la base. Or, face à l’intransigeance française d’évacuer Bizerte, le président tunisien va peu à peu durcir sa position sur une question où finalement il joue sa crédibilité et la pérennité de son régime[20] 

Chahuté par l’opposition yousséfiste pour son alignement occidental, son refus d’entrer en guerre aux côtés des Algériens et son rejet pour le nationalisme pro-arabe, l’assise de Bourguiba sur le pouvoir tunisien reste vulnérable. D’autant plus que sa propre politique étrangère se bride. En effet, l’équilibre convoité entre pro-occidentalisme et médiation au sein du monde arabe s’avère impossible à trouver. A force de ne vouloir ni rompre avec la France et l’Occident ni compromettre les relations de son pays avec ses voisins arabes et le mouvement des non-alignés, Bourguiba finit par fragiliser la position de la Tunisie sur la scène internationale.

Il est vrai que les ambitions de Bourguiba dépassaient largement le périmètre du seul territoire tunisien. Pariant sur une Tunisie qui servirait de guide à une Afrique du nord fédérée, il estimait pouvoir être non seulement l’inspirateur mais le promoteur d’un Maghreb ouvert sur l’Occident. Son objectif majeur était de jouer un rôle de médiateur actif entre l’Occident, auquel le lient sa culture, son histoire et ses convictions, et l’Orient, auquel la Tunisie appartient. Malheureusement ni ses talents diplomatiques ni la position stratégique de son pays lui permettent de réussir dans ce rôle de médiateur régional.

Suspect aux yeux d’une partie du monde arabe pour sa proximité avec le camp occidental (illustrée par les très bons rapports de Tunis avec Washington), Bourguiba semble radicalement opposé à la figure d’un Gamal Abdel Nasser, qui, de son côté, apparaît comme un partisan de l’action immédiate et un ardent défenseur du panarabisme, séduit par l’idéologie communiste.

La faible influence alors de la Tunisie au sein de la Ligue arabe contraste avec l’audience internationale dont le pays peut parfois bénéficier auprès des occidentaux. Si le gouvernement tunisien apporte une aide non négligeable à la révolution algérienne, qui lui vaut les semonces des autorités françaises, ce soutien reste emprunt de méfiance tant Bourguiba fut considéré par les algériens comme un modéré courbant l’échine devant les pressions de l’Occident. L’affaire de Bizerte en est l’incarnation principale : beaucoup condamnent une politique des étapes sur un sujet qui pourtant déborde largement du cadre tunisien. Salah Ben Youssef le répète : Bizerte est la base des français qui attaquent les frères algériens.

Progressivement isolé ou du moins écartelé entre deux impératifs inconciliables, Bourguiba se risque à faire de Bizerte le joker de sa politique. Au début des années 1960, sa position est affaiblie. D’un côté, il subit une salve de critiques de la part du monde arabe. De l’autre, il apparaît désorienté par le refroidissement notable des relations franco-tunisiennes. En perte de vitesse, en quête de prestige, Bourguiba a besoin d’un coup d’éclat pour redorer l’image d’un Combattant suprême autrefois capable d’obtenir par le verbe et l’intimidation le résultat initialement recherché.

41Or le temps passe sans que le président tunisien n’obtienne d’avancées concrètes sur Bizerte. Devenue le vestige de l’époque coloniale, la base de Bizerte limite la portée de l’indépendance tunisienne, inachevée et imparfaite tant que la base demeurait sous tutelle militaire française. Bourguiba ne peut l’accepter.

Malgré l’enthousiasme qui prévalu au moment où le général De Gaulle revint au pouvoir en juin 1958, force est de constater que les deux chefs d’Etat éprouvent une difficulté croissante à s’entendre. Preuve en est de la tentative avortée de livrer bataille à Bizerte en février 1960, épisode au cours duquel les deux hommes se mesurent raisonnablement.

Un an plus tard, à Rambouillet, De Gaulle et Bourguiba s’entretiennent mais ne s’accordent pas. Déterminante dans le mécanisme qui déclenche la crise de Bizerte en juillet 1961, cette rencontre est un échec pour les deux hommes. Pour De Gaulle, c’est un camouflet, car à ses yeux, le président tunisien est venu à Paris pour obtenir beaucoup trop (évacuation de Bizerte, modification du tracé des frontières sud au Sahara pour mettre la main sur des champs pétrolifères[21] et statut de médiateur dans le règlement du conflit franco-algérien). Pour Bourguiba, c’est une déception, car il n’obtient rien de concret. Surtout, le président tunisien procède à une analyse inexacte de la rencontre de Rambouillet[22] 

Les désordres du printemps 1961 précipitent l’affaire de Bizerte dans sa phase critique. Devant une accumulation des difficultés, Bourguiba n’ignore plus l’impasse dans laquelle il se trouve. Il échoue à contrôler Salah Ben Youssef dans une dernière entrevue à Zurich le 3 mars, reste déçu de sa visite officielle à Washington en mai et se vexe de ne pas être convié à la prochaine conférence des pays non-alignés prévue à Belgrade en septembre 1961. Enfin, les tensions en Algérie restent vives, où la paix demeure toujours écartée.

Bourguiba doit donc agir et quitte à risquer sa politique, autant le faire sur ce qu’il s’était depuis toujours fixé comme objectif : l’indépendance complète de la Tunisie. L’évacuation de Bizerte n’est plus simplement l’enjeu de la décolonisation, c’est le défi de son régime et la caution de son avenir à la tête de l’Etat tunisien. S’il ne prétend pas comme Nasser au leadership au sein du monde arabe, en 1961, Bourguiba se trouve marginalisé et n’a pas la place qu’il souhaiterait avoir. Alors comme Nasser qui a eu son Suez, Bourguiba doit avoir son Bizerte.

46Les travaux d’allongement de la piste aérienne de Sidi Ahmed seront le casus belli que Tunis attendait. Reporte sine die, l’épreuve de forces à Bizerte éclate en juillet 1961. Le bourguibisme se dénature et, de tempéré, cède la place au bourguibisme aiguisé, qui ne recule ni devant le combat ni devant l’asymétrie du rapport de force à Bizerte[23] . La politique de Bourguiba franchit donc à Bizerte un palier qu’elle ne connaissait pas : une lutte nationale sanglante[24] 

Il est donc essentiel de distinguer entre un avant et un après Bizerte dans le parcours politique de Bourguiba. A court terme, son action à Bizerte semble payante et préjudiciable à la fois. Payante car la Tunisie obtient par l’internationalisation de l’affaire de Bizerte une victoire diplomatique et morale[25]  et parce que l’image de Bourguiba semble être galvanisée dans le monde arabe et au sein du mouvement tiers-mondiste[26] 

Préjudiciable car jamais les relations de la Tunisie n’ont été aussi altérées avec la France et l’Occident[27]  et parce que certains à Tunis commencent à fustiger la politique du président Bourguiba.

A moyen terme, la crise de Bizerte de juillet 1961 ne règle rien en réalité. Les Français ont renforcé leur contrôle de la base et entendent opérer de manière unilatérale quant au calendrier d’évacuation. La Tunisie de son côté adopte une étonnante passivité après le remous estival. Il est vrai que son leader, par une lecture optimiste et audacieuse de la conférence de presse du général De Gaulle tenue le 5 septembre 1961, apaisa sa revendication sur Bizerte. Il est peu de dire que cette volte-face de Bourguiba irrita une partie de l’opinion tunisienne et certains de ses collaborateurs politiques. Les articles parus dans le journal Afrique-Action à l’automne 1961 en sont la meilleure illustration[28]

C’est entre l’automne 1961 et l’évacuation de Bizerte en 1963 que le président Bourguiba connaît l’une des périodes les plus délicates de son mandat[29]  Des velléités d’atteinte à sa vie sont découvertes, ainsi le complot de Tunis en décembre 1962.

Le Combattant Suprême oublie sans doute alors certains de ses propos, comme ceux prémonitoires prononcés publiquement le 2 mars 1959 : « C’est au chef de l’Etat qu’il appartient de prendre ses responsabilités de juger de la valeur des solutions politiques et de leur opportunité. Quand par mon refus, j’engage le peuple dans une lutte à mort, c’est moi qui porte la responsabilité du sang versé[30] 

Toutefois, sur le plus long terme, nul doute que Bourguiba tire profit de l’évacuation de la base de Bizerte. Effectuée le 15 octobre 1963, celle-ci sera plus solennellement célébrée le 13 décembre 1963, lors d’une importante manifestation organisée à Bizerte. Ce jour-là, Bourguiba est encensé par ses compatriotes tunisiens et vivement félicité par les chefs d’Etat arabes.

Paradant dans un convoi qui traverse la ville au-dessus de Nasser, du président algérien Ahmed Ben Bella, du prince héritier du royaume de Libye Hassan Ridha et d’Abdelhadi Boutaleb représentant le roi marocain Hassan II, le président tunisien tient alors un long discours dont la symbolique finale heurte bruyamment les consciences : « Cette grandiose cérémonie consacre l’indépendance de la Tunisie, confirmée et parachevée par l’évacuation du dernier soldat des troupes d’occupation. J’ai voulu établir la preuve que les jugements quelque peu hâtifs émis à notre endroit ainsi que les nuages qui ont assombri parfois nos rapports avec les responsables du Grand Maghreb, résultaient de malentendus (…) Nous avons toujours considéré que nous faisions partie de la nation arabe (…) Bizerte, qui a lutté pour libérer son sol aura ainsi contribué à une œuvre dont les prolongements se seront fait sentir au-delà des frontières de la Tunisie. Elle aura aidé à rapprocher les arabes. De ce service que Bizerte a rendu, nous avons le droit d’être fiers (…) On ne juge pas une politique sur des propos, mais sur des résultats (…) Telle est la leçon à tirer de cette journée : les martyrs de Bizerte auront servi, au delà de la cause nationale, celle de la Nation arabe, celle de l’humanité[31]

De 1956 à 1963, Bizerte a donc puissamment incarné le processus de décolonisation de la Tunisie. La bataille de Bizerte en juillet 1961 a délesté la Tunisie de son empreinte occidentale, la réinsérant comme pays neutraliste dans le paysage international et la repositionnant au sein du monde arabe. L’évacuation définitive de la base de Bizerte en octobre 1963 consacre l’œuvre de Bourguiba qui a su donner à la Tunisie une indépendance pleine et entière, au prix d’un combat toutefois aussi douloureux que maladroit à Bizerte. Assurément, ce succès lui a permis d’asseoir son pouvoir sur la Tunisie contemporaine pendant trois longues décennies[32]

CONCLUSION

Assurément, il convient d’avoir à l’esprit la dimension plurielle de cette affaire de Bizerte, dont l’examen ne peut ignorer l’interaction permanente entre l’enjeu franco-tunisien d’évacuer la base et les dynamiques géostratégiques régionales et internationales. La crise de Bizerte ne peut être envisagée isolément de son contexte global. Et finalement, l’exemple de Bizerte prouve que le principe de maintien de bases militaires par l’ex-puissance coloniale dans un pays indépendant ne peut être qu’une source de conflits[33] 

 Mais par-dessus tout, deux enseignements fondamentaux doivent être tirés de cette affaire de Bizerte.

Premièrement, que l’indépendance complète et définitive de la Tunisie s’effectue le 15 octobre 1963 et non le 20 mars 1956. La nuance est de taille quand on s’aperçoit, encore aujourd’hui, que rares sont les manuels et les ouvrages où figure cet élément, notamment en France, parce que la décolonisation de la Tunisie y est souvent citée comme exemple.

Deuxièmement et justement, que cette décolonisation tunisienne ne fut pas exempte de tragédies et de douleurs, comme l’ont été et le seront toutes les luttes menées au nom de l’émancipation coloniale.

Bizerte est aujourd’hui devenu un lieu de mémoire nationale en Tunisie et chaque année, le jour du 15 octobre lui est consacré pour que le souvenir ne soit pas effacé par le temps. En France, le devoir de mémoire est souvent évoqué, mais jamais ou presque Bizerte ne figure dans la liste des drames ayant caractérisé le processus de décolonisation. Il importe aujourd’hui d’en donner tout l’écho que cette page d’Histoire mérite. 

 

NOTES

[ 1]Pour une analyse plus complète sur ce thème, lire Sébastien Abis, L’affaire de Bizerte (1956-1963), Tunis, Sud-Editions, 2004, 199 pages.

[ 2]Le rôle stratégique de la Tunisie avait été régulièrement rappelé depuis le début des années 1950 par certains responsables de l’Etat-Major français. Ainsi, le Général Guillaume, commandant en chef de l’armée française pour la zone Afrique du Nord écrivit en 1953 : « En raison de tous les avantages que lui procure sa position, il n’est pas exagéré de dire que l’Afrique du Nord française constitue désormais une pièce maîtresse de l’échiquier mondial (…) Mon propos appelle donc l’attention sur l’importance indéniable de nos territoires nord-africains et sur l’intérêt majeur qui s’attache en conséquence, au maintien nécessaire de la présence de la France dans des pays qui constituent son indispensable complément, et qui au demeurant, sachant qu’ils lui doivent le progrès et la paix, lui restent profondément attachés » (Général Guillaume, « L’importance stratégique de l’Afrique du nord », in Revue de Défense Nationale, Paris, novembre 1953, p 423-430).

[ 3]En juillet 1954, dans le Mémorandum Douglas Dillon, les américains avaient résumé les facilités qu’ils souhaitaient obtenir de la France en Tunisie, et particulièrement à Bizerte. Lire El-Méchat (Samya), Les Etats-Unis et la Tunisie : de l’ambiguïté à l’entente, 1945-1959, Par, l’Harmattan, 1996.

[ 4]Interview de Habib Bourguiba au quotidien londonien The Times, publié dans l’édition du 22 mars 1956, où il avoue : « Si la Tunisie avait à choisir entre l’OTAN et la Ligue Arabe, dans la mesure où cela dépendrait de moi, elle opterait pour l’OTAN… ». Le président tunisien précisera en novembre 1957 dans un discours à Tunis « La coopération avec l’Occident est un impératif qui découle de nos principes, de notre situation géographique et de nos intérêts » (in Bourguiba,Citations, Dar el Amal, Tunis, 1978, p. 492).

[ 5]A titre d’exemple, il suffit de rappeler les propos tenus par De Gaulle devant Bourguiba junior, alors ambassadeur tunisien à Paris, lorsque la Tunisie exhorta la France à évacuer Bizerte en février 1960 au moment même de l’affaire des barricades d’Alger : « Jamais le gouvernement français n’a contesté que Bizerte appartienne à la Tunisie. Ce qui est en cause, c’est un problème stratégique. Le monde est en danger de guerre (…) La France doit donc se défendre, en même temps que contribuer à la défense de l’Occident, dont Monsieur Bourguiba, a reconnu lui-même, que la Tunisie en faisait partie. La situation de la base de Bizerte impose dès lors à la France le devoir de l’entretenir et d’en disposer. Une telle intention, ne signifie nullement que la France veuille dominer la Tunisie (…) S’il devait arriver que, du côté tunisien, on en vienne à des actes hostiles à l’égard des forces françaises, elles y répondraient aussitôt ». Voir De Gaulle (Charles),Lettres, notes et carnets, juin 1958-décembre 1960, « Note sur Bizerte du 3 février 1960 », Paris, Plon, 1980, pp. 324-325.

[ 6]Kennedy recevant Bahi Laghdam à la fin du mois de juillet 1961, se montra fâché devant la précipitation avec laquelle Bourguiba avait déclenché la bataille : « Le moment était mal venu pour un ami de l’Occident de créer de toutes pièces un problème de cette nature », critiquant la méthode d’action employée par Bourguiba à Bizerte (pressions politiques, regroupement de population, blocus). Propos cités in Bessis (Sophie) et Belhassen (Souyhir), Bourguiba, un si long règne, tome n° 2, Paris, Jeune Afrique livres, 1989, p. 33. Il convient de rappeler par ailleurs que l’été 1961 fut une période de très haute tension internationale avec la crise de Berlin.

[ 7]Opposé aux politiques coloniales, Washington dénonçait plus concrètement les opérations françaises en Algérie parce qu’elles réduisaient les forces continentales de l’OTAN en Europe et affaiblissaient les positions diplomatiques des Etats-Unis dans le Tiers-monde.

[ 8]Le ministre français des Affaires étrangères, Maurice Couve de Murville, souligna en juillet 1958, que « le gouvernement français ne peut admettre un rattachement de la base de Bizerte au commandement de l’OTAN. Le principe du régime de Bizerte doit être celui d’une association franco-tunisienne, étant donné que Bizerte est un problème franco-tunisien ». Cité in Archives SHAT, Bob. S443, carton 2H247, d3, fiche de l’Etat-Major français sur le maintien indispensable de la position française à Bizerte, 15 juillet 1958.

[ 9]Lire Herreman (Philippe), « Bizerte et l’Occident », in Le Monde Diplomatique, avril 1960, p 6.

[ 10]Lire De La Gorce (Paul-Marie), « La France et la Tunisie à l’aune de la question algérienne », inBourguiba, La trace et l’héritage, Paris, Karthala, octobre 2004, pp. 475-482. Se reporter également à Abis (Sébastien), L’affaire de Bizerte, Tunis, Sud-Editions, mars 2004, pp. 69-80.

[ 11]Voilà ce que propose la président Bourguiba le 17 février 1959 : « Pour l’abandon de Bizerte, la seule contrepartie serait la paix et un règlement négocié du problème algérien […] Nous sommes prêts à faire ce sacrifice, si nous pouvons, avec Bizerte, grâce à Bizerte, aider nos frères algériens, et par la même la France, à mettre fin au conflit […] J’estime qu’on peut accepter une base française si cette occasion peut hâter la paix, faciliter la concorde, et ouvrir des possibilités économiques et politiques qui représenteraient pour la France en Afrique du nord une paix solide… » (in Archives ANOM, Bob. A84, carton 26H25 (2), d 3, f 185, conférence de presse de Bourguiba du 17 février 1959). Bourguiba fixe au gouvernement français une date butoir, le 17 juin 1959. Ce jour-là, il est seul à son rendez-vous et retire son offre. Sa radicalisation sur la question de Bizerte date de ce moment là.

[ 12]Dans le règlement du conflit algérien, Bourguiba aspirait à devenir le médiateur actif entre d’un côté le gouvernement français et de l’autre le Front de Libération Nationale (FLN) algérien. Convaincu de l’impossibilité d’établir une coopération véritable entre la France et les pays du Maghreb tant que duraient les combats en Algérie, Bourguiba n’a pas ménagé ses efforts pour trouver des solutions politiques à ce conflit. Ainsi en 1957 en proposant une conférence des Etats méditerranéens dans le but d’établir un accord de défense régional ou peu après, en suggérant de créer une communauté franco-nord-africaine qui pourrait faciliter le règlement de la guerre en Algérie. Cette lucidité de Bourguiba quant à l’interaction inévitable de la guerre d’Algérie sur les relations franco-tunisiennes était d’ailleurs clairement exprimé dès le mois d’avril 1956 dans une interview donnée à un quotidien français : « De son règlement rapide dépendent le rétablissement de la sécurité intérieure en Tunisie, les réformes économiques et sociales, l’établissement de liens d’interdépendance avec la France. Certes les français sont nos amis, mais les algériens sont nos frères… » (in Le Figaro, 25 avril 1956)

[ 13]Jusqu’aux derniers moments du conflit en Algérie, la fonction de Bizerte ne fait aucun doute. Ainsi, le ministre français des Armées, Pierre Messmer, dans un rapport classé « très secret » daté du 28 novembre 1961 sur l’avenir de la base stratégique de Bizerte, celui-ci écrit : « Une mission particulière de la base de Bizerte est de renseigner sur l’adversaire FLN, mission à laquelle le gouvernement attache une importance toute particulière (…) En toute hypothèse, le seul terme à employer est donc celui de reconversion de la base à l’exclusion de celui d’évacuation ». Ce rapport était adressé aux différents chefs d’Etat-major d’armées et à l’Amiral Vivier (le dernier commandant de la base, du 24 novembre 1961 au 15 octobre 1963 (in Archives SHAT, Bob. S516, carton 2H355, d1, f. 679 à 685)

[ 14]De Gaulle lui-même le souligna lors d’un Conseil des ministres à Paris le 9 octobre 1963 : « Bizerte est de moins en moins utilisable, de plus en plus vulnérable » (in Alain Peyreffite, C’était De Gaulle, Paris, Fallois-Fayard, 1997, tome 2, p. 115).

[ 15]Il convient de préciser néanmoins que la première bombe nucléaire française explosa le 13 février 1960 à Reggane dans le Sahara. Les recherches sur le programme nucléaire avaient été lancées dès 1958 au retour du général De Gaulle au pouvoir.

[ 16]Voir la communication de Damien Cordier-Féron, « L’évolution de la base stratégique de Bizerte, 1943-1961 », présentée lors du colloque annuel de l’Association de sauvegarde de la médina de Bizerte, le 29 juillet 2005.

[ 17]Propos cités in Peyrefitte (Alain), C’était De Gaulle, Paris, Fallois-Fayard, 1995, tome 1, p. 415.

[ 18]Il faut également rappeler le témoignage de Bahi Ladgham : « Je me souviens que la question du retrait des forces françaises de Bizerte a été traité dans la perspective d’une reconversion de la doctrine stratégique du général (…) c’est donc bien la conception gaullienne d’une nouvelle stratégie qui a amené la France à l’évacuation complète de la Tunisie » (in Institut Charles De Gaulle, collectif, L’aventure de la bombe, De Gaulle et la dissuasion nucléaire, Paris, Plon, 1985, pp. 68-69).

[ 19]Lacouture (Jean), « Notice biographique sur Habib Bourguiba », in Encyclopeadia Universalis, édition électronique 7.0, 2000.

[ 20]En 1960, le président tunisien l’affirmait : « Face à cette séquelle de l’ère coloniale [ndlr : Bizerte], je vais risquer ma politique et même ce régime » (Discours de Bourguiba le 8 février 1960, in Archives ANOM, Bob. A84, carton 26H25, d4, f. 415-418).

[ 21]Il convient de mentionner la question du pétrole saharien dans les négociations franco-tunisiennes sur l’évacuation de Bizerte. En effet, Bourguiba demanda à Rambouillet que soient modifier les frontières méridionales de la Tunisie vers la borne 233, de sorte à pouvoir bénéficier de terrains riches en pétrole. De Gaulle refusa logiquement car de la négociation sur les champs de pétrole du Sahara dépendait en partie celle plus large de l’indépendance algérienne. Toutefois, malgré cette requête de Bourguiba repoussée, De Gaulle ne fit aucun geste compensatoire sur la question de Bizerte. Bourguiba, au moment de la crise ouverte à Bizerte en juillet 1961, établira d’ailleurs une pression similaire au Sud autour de la borne 233.

[ 22]Sur le malentendu de la rencontre de Rambouillet du 27 février 1961, se reporter à Abis (Sébastien), op.cit., pp. 155-159. Il faut insister sur la confusion qu’entretient De Gaulle à propos de cet entretien avec Bourguiba, livrant deux témoignages contradictoires sur ce sujet, l’un en 1961, l’autre en 1970.

[ 23]En juillet 1961, il y avait 7000 militaires en poste à Bizerte, 5000 techniciens et 2000 aptes au combat. Le commandant de la base, l’amiral Amman, inquiet des débordements dans la ville et de la pression populaire armée autour des enceintes militaires, demanda que des renforts extérieurs soient acheminés sur Bizerte. Le 19 et 20 juillet, 1600 paras sont acheminés sur Bizerte, en provenance d’Algérie. Ce qui donne un effectif global de 3600 combattants (Décompte donné in Archives SHAT, Bob. S518, carton 2H357, d1, f. 17 à 21, Compte-rendu des opérations militaires entre le 19 et 23 juillet 1961). Pour une approche sur le sentiment qui animait les paras français venus à Bizerte, lire le récit sans détours de Boisseau (Philippe), Les loups sont entrés dans Bizerte, Paris, France-Empire, 1998.

[ 24]Comme le nota l’ancien ministre de la Défense tunisienne Bahi Ladgham : « C’est à Bizerte que pour la première fois du sang tunisien a fertilisé une solidarité nationale… » (Interview dans le magazine tunisien Réalités, n°318 du 11 octobre 1991, p. 31). S’il demeure impossible d’établir un bilan précis des victimes tunisiennes tuées lors des trois jours de combats à Bizerte, ce chiffre oscille vraisemblablement entre 600 et 700 morts. Cette estimation prend en compte le bilan détaillé du colonel Noureddine Boujallabia, commandant des forces tunisiennes à Bizerte à l’époque : 364 militaires, 45 gardes nationaux et 230 civils (in Actes du colloque Histoire orale et relations tuniso-françaises de 1945 à 1962, la parole aux témoins, mai 1996, Tunis, enregistrement de l’ISHMN). Autre argument, le nombre de stèles reposant aujourd’hui au cimetière des martyrs à Bizerte (environ 700). Pour finir sur le bilan des combats, il convient de rappeler que 27 soldats français ont trouvé la mort à Bizerte.

[ 25]L’Assemblée Générale des Nations-Unies adopte le 27 août 1961 la résolution dite afro-asiatique qui « reconnaît le droit souverain de la Tunisie à demander le retrait de toutes les forces armées françaises qui se trouvent sur son territoire sans son consentement ». Cette résolution, aux résonances internationales, constitue un affront diplomatique grave pour la France et un succès réel pour la cause tunisienne, soutenue par le secrétaire général de l’ONU, Dag Hammarskjöld, présent à Bizerte le 26 juillet 1961.

[ 26]Le 3 août 1961, la Tunisie renoue ses relations diplomatiques avec Le Caire et la République Arabe Unie. Le 11, Salah Ben Youssef est exécuté à Francfort sans que Nasser émette le moindre doute sur une responsabilité directe de Carthage. Enfin, Bourguiba reçoit après la bataille de Bizerte une invitation officielle à participer aux travaux de la conférence des Etats non-alignés à Belgrade début septembre. La crise de Bizerte concrétise la réorientation tunisienne en matière de politique étrangère. Autrefois accusée de complicité avec l’Occident, la Tunisie se retrouve neutraliste. Comme le clame alors Bourguiba le 11 août 1961, « La légende d’un Bourguiba indéfectiblement acquis à l’Occident ne repose sur aucun fondement, la bataille de Bizerte l’a clairement démontré ! » (in Bourguiba, Citations, Tunis, Dar-el-Amal, 1978, p. 63).

[ 27]Devant la rupture complète des relations franco-tunisiennes et face à l’immobilisme des Etats-Unis qui refusent de le soutenir, Bourguiba redessine ses alliances dès le lendemain du cessez-le-feu de Bizerte et ne s’en cache pas. Ainsi, dans une interview au magazine américain Newsweek, il déclare le 11 août 1961 : « Ma politique étrangère sera orientée différemment à l’avenir. Dans le passé, l’URSS et la Chine populaire n’ont pas offert d’aider la Tunisie à cause de notre amitié envers l’Occident. C’est le drame pour moi. Mais maintenant, nous devons envisager un nouvel alignement de nos alliances ». Chose invraisemblable auparavant, l’URSS accordera un crédit de 25 millions de dollars à la Tunisie le 5 août 1961.

[ 28]Animés par Béchir Ben Yahmed, Mohamed Ben Smaïl et Mohamed Masmoudi, ce journal fit sensation à l’époque en publiant un éditorial intitulé « Le pouvoir personnel », dans lequel l’étendue du pouvoir de Bourguiba est vivement critiquée. Les trois auteurs s’insurgeaient également contre la volte-face de Bourguiba alors que celui-ci avait engagé une bataille au coût humain terrible pour le peuple tunisien. (Sur ce sujet, lire l’interview de Mohamed Ben Smaïl inBourguiba, La trace et l’héritage, Paris, Karthala, octobre 2004, pp. 558-559, dans laquelle l’ancien rédacteur en chef d’Afrique-Action persiste et signe : « Bizerte était programmé dans la tête de Bourguiba mais il n’avait pas imaginé l’ampleur de la réaction française »).

[ 29]Très agacé par ces agitations internes, Bourguiba procède à plusieurs actions qui marquent un raidissement de sa politique en Tunisie, muselant la presse d’opposition, interdisant le parti communiste tunisien et renforçant son contrôle de l’Etat. Dans un entretien donné au quotidien français Le Monde le 19 janvier 1963, le président tunisien déclare même : « Ce pays a besoin d’une poigne. A ceux qui me disent qu’il faut laisser aller la critique, que c’est grandir Bourguiba et la Tunisie, je réponds que le fiel ne construit rien, que les Tunisiens ont besoin de croire en un homme et en un régime, qu’il ne faut pas les salir à leurs yeux ».

[ 30]Discours de Bourguiba du 2 mars 1959 (in Archives ANOM, Bob. A84, carton 26H25 (2), d3).

[ 31]Discours de Bourguiba du 13 décembre 1963, intégralement disponible in Sayah (Mohamed), La République délivrée 1959-1964, Tunis, Dar el-Amal, 1986, pp. 611-618.

[ 32]L’ancien ministre tunisien Tahar Belhodja reconnaissait récemment qu’il fut « tout à fait normal que Bourguiba ait cherché à exploiter la situation et valoriser les morts de Bizerte » (Interview inBourguiba, La trace et l’héritage, Paris, Karthala, octobre 2004, p. 566).

[ 33]Sur ce thème, se reporter à Chneguir (Abdelaziz), La politique extérieure de la Tunisie 1956-1987,Paris, L’Harmattan, mars 2004.

PLAN DE L’ARTICLE

  • Bizerte, otage de l’argumentaire sur la défense du monde libre ?
  • Bizerte, instrument d’une stratégie française en mutation ?
  • Bizerte, caution d’une influence pérenne pour Bourguiba ?
  • Conclusion

 

POUR CITER CET ARTICLE

Sébastien Abis « L’affaire de Bizerte », Confluences Méditerranée 4/2008 (N°67), p. 129-146. 
URL : www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2008-4-page-129.htm
DOI : 10.3917/come.067.0129.

 

retour page d’Accueil 

Une histoire : Bizerte et la France

Les contingents impériaux au cœur de la guerre

Classé sous — milguerres @ 17 h 02 min

Retour à la page d’accueil 

La Tunisie au gré des conflits

Les contingents impériaux au cœur de la guerre :  « Etude faite sur la présence de tous les hommes d’origine des colonies françaises ou britanniques (et autres) ayant participé aux deux conflits mondiaux. 

Pour ceux qui ignorent la présence des Nords Africains, des « Noirs », des Chinois, des gens de l’Est, des Australiens, des Canadiens,… et pardon si j’oublie d’autres origines au sein de ces deux conflits.  Les chiffres parlent d’eux-mêmes,  leur présence ne fera qu’honorer leur mémoire !  A tous ceux qui ont combattu pour une même cause … «  

à noter, selon cette étude :

« La mobilisation des «indigènes » s’est opérée selon des principes divers. En Algérie, en Tunisie et en AOF, les contingents fournis par engagements volontaires sont complétés par des conscrits recrutés par tirage au sort.  »

« En 1940, l’armée française met en ligne 640000 coloniaux et Nord-africains, dont 
176000 Algériens,
 
80000 Tunisiens,
 
80000 Marocains (360000 hommes), et
 
180000 Sénégalais.

En France, en 1918, pour un total de 350000 travailleurs étrangers présents, 200000 sont originaires des colonies françaises (78000 Algériens, 35000 Marocains, 28000 Tunisiens, 50000 Indochinois, surtout Vietnamiens, 6000 Malgaches)

Selon cette étude : 108000 Tunisiens auraient servis sous le drapeau tricolore, lors des deux conflits mondiaux, sans noter les pertes humaines, civiles ou matérielles (sans oublier la période de colonisation et la campagne de Tunisie en 1881. Une Tunisie, vraiment au gré des conflits… Hayet (auteur du blog, origine tunisienne

Champs de bataille où les Australiens combattirent. fleche-boule8

 

_______________________________________________________________________________________

Les contingents impériaux au cœur de la guerre 

Jacques Frémeaux   lien Histoire, économie et société  lien   Année   2004   lien Volume   23   lien Numéro   23-2 

Résumé
Cette communication insiste sur un sujet trop rarement évoqué, qui est la participation des empires coloniaux, surtout français et britannique, aux deux guerres mondiales. L’apport des Dominions et des colonies en soldats et travailleurs a été important. Ces soldats ont connu des conditions de guerre analogues à celles des soldats européens. Aux souffrances subies par l’ensemble des combattants s’est ajouté un plus grand éloignement de leur pays et, pour les soldats dits «indigènes», une expérience qui a précipité l’entrée dans le monde moderne, et a contribué à encourager les nationalismes.

Abstract
This paper deals with the very important part played by the imperial armies, especiallly British and French, during the two World Wars. A great number of soldiers and workers came from the Dominions and Colonies. They had to endure similar conditions as those of their European comrades, plus, a harsher and longer severance from their mother countries. The discovery of the modern war accelerated the entry of the « native » men in the Modem World, and gave a boost to nationalisms.

Le présent programme ne fait aux Empires coloniaux qu’une place limitée. L’ambition de cette communication est de montrer que, loin de se borner à un canton périphérique de l’étude des conflits mondiaux, la participation des contingents d’outremer pourrait en constituer un vaste domaine. On voudrait suggérer ici tout ce que gagnerait une histoire des peuples en guerre à n’être pas privée d’une partie de ses réalités, trop souvent passées inaperçues lorsqu’elles ne concernent pas directement les métropoles.

1. Senghor, «Aux tirailleurs sénégalais morts pour la France», Hosties noires, 1948.
«On fleurit les tombes, on réchauffe le Soldat Inconnu, Vous mes frères obscurs, personne ne vous nomme» l

Échelle du phénomène
Les chiffres démontreraient à eux seuls qu’il ne s’agit pas d’un phénomène marginal. 
En 1914, la Grande-Bretagne et la France disposent des deux plus grands empires coloniaux du monde, vastes respectivement de trente-quatre millions et de dix millions de kilomètres carrés, peuplés de 400 millions et de 50 millions d’habitants.

Les armées impériales britanniques et françaises
• Les Britanniques

Dans les premiers mois de la guerre, les citoyens des quatre Dominions sont invités à concourir à la défense de la métropole. 
On recourt au même dispositif de mobilisation qu’en Grande-Bretagne: volontariat d’abord, puis conscription. 
Mais celle-ci ne s’applique sans difficultés qu’en Nouvelle-Zélande, où elle est votée au mois de mai 1917. 

Au Canada, la décision d’y recourir, en juin 1917, provoque des émeutes chez les Québécois. 

Les Australiens rejettent la conscription par référendum, sous la pression des habitants d’origine irlandaise, émus par la répression des «Pâques sanglantes» de 1916. 

En Afrique du Sud, la question n’est même pas discutée, étant donné les sympathies pro-allemandes de beaucoup d’Afrikaners. 

Au total, la contribution des Dominions atteint environ 1300000 hommes. 
L’Angleterre mobilise des effectifs équivalents aux Indes.
La participation africaine est notable.
La conscription a été imposée en 1915 en Afrique orientale et 1916 en Afrique occidentale. 

Le bilan est impressionnant, comme en témoigne le tableau 1.
Ainsi, l’empire a permis d’accroître d’environ un tiers le potentiel militaire britannique.

Les contingents impériaux au cœur de la guerre  les_co10
tableau 1

les_co11
tableau 2

En 1939, la déclaration de guerre des Dominions à l’Allemagne, reconnus comme États souverains et indépendants au sein du Commonwealth, suit immédiatement celle du Royaume-Uni. 
L’effort de mobilisation est globalement accru par rapport à celui de 1914-1918. 
Il faut dire que la menace japonaise a stimulé la mobilisation en Australie et Nouvelle-Zélande, mais aussi aux Indes. 

La contribution indienne est double de celle de la Grande Guerre, celle des colonies africaines sept à huit fois plus forte. 

Le nombre de mobilisés atteint cinq millions d’hommes, dont deux millions pour les seuls Dominions, soit 84 % de la mobilisation de la métropole. L’Empire britannique et le Commonwealth ont ainsi vécu comme l’avait prophétisé Churchill dans son discours du 18 juin 1940, leur «finest hour» (tab. 2).

• Les Français

les_co12
tableau 3

À ces chiffres (tab. 3), qui concernent les «indigènes » il faudrait ajouter celui des Français d’outre-mer, la majorité étant constituée de 73000 Français d’Algérie, auxquels on peut adjoindre peut-être 4000 Français des colonies, soit un total d’environ 80000 hommes.
On atteindrait ainsi environ 650000 hommes, et un total de pertes d’environ 100000 hommes

Il va de soi que, par rapport aux 7800000 mobilisés français, la proportion est faible (environ 8 %). 
Malgré tout, l’acharnement de Clemenceau en 1917 et 1918 à mobiliser les contingents coloniaux les plus nombreux possibles montre que ce nombre doit, dans son esprit, peser lourd dans la balance. 
On peut être pratiquement sûr que, en cas de prolongation du conflit, leur proportion aurait eu tendance à s’accroître. 

La mobilisation des «indigènes » s’est opérée selon des principes divers. En Algérie, en Tunisie et en AOF, les contingents fournis par engagements volontaires sont complétés par des conscrits recrutés par tirage au sort. 

Les besoins de guerre amènent à augmenter le nombre des appels. Dans le reste de l’Empire, on en reste au système d’un volontariat, souvent forcé par des pressions administratives.
Dans Г entre-deux guerres, le recours au réservoir humain des colonies paraît le seul moyen de remédier à l’insuffisance de la démographie. Des lois de 1919 étendent le système de la conscription à l’ensemble des territoires de l’Empire. 

En 1940, l’armée française met en ligne 640000 coloniaux et Nord-africains, dont 
176000 Algériens, 
80000 Tunisiens, 
80000 Marocains (360000 hommes), et 
180000 Sénégalais.

C’est à peu près 10 % de l’effectif de l’armée française. 
Ces troupes combattent courageusement, avant d’être entraînées dans la défaite commune.
Elles comptent de nombreux morts et prisonniers.
 


L’appel aux troupes coloniales ne cesse pas avec la défaite. Elles forment la majorité des contingents de l’armée coloniale de Vichy, mais aussi de ceux de la France libre. 

Après le débarquement allié en Afrique du Nord de novembre 1942, la participation des contingents d’outre-mer est déterminante lorsqu’il s’agit d’organiser en Afrique du Nord une armée française équipée de matériel américain. 
À l’été 1944, sur 633000 hommes de l’armée de terre, on compte environ 60 % de soldats «indigènes», dont certains appartenaient aux Forces françaises libres depuis 1940.

• Note additionnelle
Certes, pour être complet, ce travail devrait faire mention des troupes «coloniales» employées par l’armée russe, et recrutées notamment parmi les Musulmans du Caucase et de l’Asie centrale. Il n’est pas possible de le faire ici, faute de temps. On peut au moins citer pour mémoire les deux «divisions sauvages» recrutées dans le Caucase, qui participent à la tentative du général Lavr Kornilov contre le gouvernement provisoire de Kerenski, au mois de septembre 1917. Des unités de ce type figureront également dans l’Armée rouge en 1939-1945. Il faut noter aussi qu’on a recruté des troupes noires dans les colonies belges et portugaises, qui participent en particulier aux campagnes contre les colonies allemandes d’Afrique orientale.

Les mobilisations de travailleurs

II s’agit d’abord de travailleurs recrutés pour les besoins des armées.
Sur le front français, ce sont en majorité des Chinois (100000 pour l’armée britannique, 40000 pour l’armée française, 10000 pour le corps expéditionnaire américain).
L’Afrique du Sud fait appel à des travailleurs africains auxiliaires (environ 70000 dont 20000 en France au Labour Native Corps , qui participe à la construction des tranchées).
Les campagnes africaines sont également dévoreuses d’effectifs: 55000 à 60000 porteurs auraient été réquisitionnés en AEF pour le Cameroun, ce qui représenterait un homme adulte sur quatre.
Pour les campagnes en Afrique orientale, les Britanniques n’auraient pas recruté moins de 750000 hommes, jusqu’au Nigeria et en Gold Coast.
Un million d’autres «indigènes» sont employés pour l’entretien des lignes de communication des armées britanniques au Proche-Orient.
Les Russes tentent d’imiter leurs alliés, pas toujours avec succès: l’ordre donné en juin 1916 de mobiliser 500000 autochtones d’Asie centrale au sein de bataillons de travailleurs, entraîne des rébellions violentes, notamment chez les Kazakhs et les Kirghizes. Des colons sont massacrés.

On retrouve des cas analogues lors de la Deuxième Guerre mondiale.
À partir de 1942, 50000 «indigènes» de Papouasie et Nouvelle-Guinée sont employés par l’armée australienne comme porteurs, brancardiers, terrassiers, mais aussi éclaireurs. Des Auxiliary Groups sont recrutés en Afrique de l’Ouest et affectés aux brigades d’infanterie, pour participer aux transports.
Par ailleurs, des «coloniaux» sont recrutés pour le travail aux champs ou à l’usine.
En France, en 1918, pour un total de 350000 travailleurs étrangers présents, 200000 sont originaires des colonies françaises (78000 Algériens, 35000 Marocains, 28000 Tunisiens, 50000 Indochinois, surtout Vietnamiens, 6000 Malgaches).

Ce mouvement se prolonge après la guerre: 100000 travailleurs nord-africains, surtout algériens, sont employés en 1930. Dans les colonies, les autorités exigent un accroissement de la production des matières premières, obtenu le plus souvent par la réquisition de travailleurs. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, le gouvernement du Tanganyika introduit ainsi la conscription pour augmenter la production des plantations de sisal et de caoutchouc; en Nigeria, on mobilise 100000 personnes, forcées à travailler dans des conditions scandaleuses pour tenter (sans beaucoup de succès) d’augmenter la production des mines d’étain du nord.

Le rôle dans la décision
• La Première Guerre mondiale

Pendant la Première Guerre mondiale, les troupes à recrutement impérial se battent sur tous les fronts. 
Leur participation est toujours importante, parfois décisive. 
Les forces des Dominions sont engagées en priorité sur le front français, comme par exemple les Canadiens à Vimy, au nord d’Arras, en avril 1917. 
Elles sont lourdement éprouvées à Passchendaele de juillet à novembre. 
Il en va de même des contingents coloniaux français, dont beaucoup se distinguent, en particulier les régiments de marche de zouaves-tirailleurs, à forte proportion de soldats algériens musulmans.
La 4e brigade marocaine, qui fait partie de la 38e division d’infanterie, associe pour la reprise du fort de Douaumont, au mois d’octobre 1916, trois bataillons à recrutement français du régiment d’infanterie coloniale du Maroc, deux compagnies du 43e bataillon de tirailleurs sénégalais et deux compagnies du bataillon somali.

Ces forces ont été aussi très largement employées pour tenter de lancer des offensives périphériques.
Les Néo-Zélandais et Australiens du général Birdwood, qui représentent le tiers des 129000 hommes débarqués, subissent à Gallipoli, d’avril à décembre 1915, des pertes voisines de 40000 hommes (8500 tués et 20000 blessés australiens). Les troupes indiennes, qui ont souffert du climat en France, en sont retirées en 1915, et affectées au front de Mésopotamie. L’armée du général Allenby, qui occupe Jérusalem, puis Damas, en 1918, compte deux divisions australiennes. Les campagnes africaines mériteraient aussi d’être évoquées. Par soldats noirs interposés, les militaires britanniques et français combattent les Allemands, au Togo (août 1914), au Sud-Ouest africain (août 1914-mai 1915), au Cameroun (août 1914-février 1916). En Afrique orientale, le lieutenant-colonel von Lettow-Vorbeck, tient tête aux troupes britanniques et sud-africaines, renforcées de troupes noires est-africaines et ouest-africaines, mais aussi fournies par les Portugais et les Belges de la Force publique du Congo.


• La Seconde Guerre mondiale
Comme dans le conflit précédent, ces contingents combattent sur tous les fronts.
Les troupes des colonies africaines de la Grande-Bretagne participent à la conquête de la Somalie italienne, puis à la campagne d’Ethiopie en 1941.
Des Australiens, des Néo-Zélandais et des Sud-Africains se battent dans le désert contre les troupes de Rommel.
Une division australienne est faite prisonnière à Singapour.
Des Indiens sont envoyés en Italie au sein de la VIIIe armée du général Alexander.
700000 participent à la campagne de Birmanie.
Les Canadiens constituent une partie importante des forces qui débarquent en Normandie en juin 1944.
Les campagnes du Pacifique engagent des Australiens, des Néo-Zélandais, mais aussi des détachements recrutés en Papouasie et en Nouvelle-Guinée, qui forment le Pacific Islands Regiment .
On note qu’une grande partie de ces troupes doivent défendre les possessions d’outre-mer, en particulier contre le Japon en Asie et dans le Pacifique. L’appoint impérial est donc moins net que lors de la Première Guerre mondiale.

Pour être peu nombreuses, les troupes coloniales françaises n’en ont pas moins un rôle peut-être plus important que lors du conflit précédent. 
Certaines d’entre elles contribuent aux campagnes de Leclerc au Tchad, puis au Fezzan, contre les troupes de Mussolini.
L’Armée d’Afrique s’illustre en 1943 dans la campagne de Tunisie contre les Germano-Italiens, puis en Italie où elle apporte une contribution décisive à la percée du front allemand sur le Garigliano et à l’entrée des Alliés à Rome (juin 1944). 

Tandis que la 2e DB de Leclerc libère Paris, la Première Armée commandée par de Lattre débarque en Provence. Ces unités participent ensuite, au printemps 1945, à la campagne d’Allemagne. Le dévouement des troupes d’outre-mer, souvent trop oublié, a puissamment contribué à la restauration du rôle international de la France. Seule la possession de l’Empire a permis la renaissance d’une armée qui, par sa participation à la «croisade en Europe», a contribué à faire admettre la métropole dans le concert des vainqueurs.

Problématique
II paraît important de montrer que ce thème des troupes d’outre-mer n’est qu’en apparence «exotique»: les problématiques de l’historiographie récente de la guerre peuvent très bien s’appliquer à ce champ de recherche, même si les réponses ne sont pas toujours identiques. Il s’agit d’hommes, de femmes et d’enfants forcés de subir des conflits, en fonction de leur situation particulière.
Il est un élément si évident qu’on ne pense pas forcément à en tenir compte: la première caractéristique des empires coloniaux est d’être des empires d’outre-mer, dont les diverses possessions sont séparées des métropoles par des centaines ou des milliers de kilomètres d’espaces océaniques.

En 1914, par exemple, si la France n’est qu’à un ou deux jours de mer de l’Afrique du Nord, ou à une dizaine de jours de Dakar, l’ordre de grandeur est d’environ trois semaines pour l’Inde, et six semaines pour la Nouvelle-Calédonie.
L’avion n’est employé que très rarement jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Même ensuite, il n’est guère utilisé pour les transports de troupes.

Les entrées en guerre

Les conditions des entrées en guerre de 1914 ne sont pas fondamentalement différentes de celles qu’on observe dans les métropoles. 
Le comportement des habitants d’origine européenne se situe, comme en Europe, entre enthousiasme et résignation. 
Les masses indigènes mesurent mal la portée de l’affaire, que les autorités s’efforcent de minimiser, pour éviter les tentations de révolte. 
Les notables sont incités à manifester leur loyalisme. 
Pour la plupart des élites autochtones de formation occidentale, comme pour Gandhi, qui incite ses compatriotes à s’engager, combattre pour les empires signifie aspirer à se transformer de sujets en partenaires.

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, le scénario est à peu près le même. 
Dès le 3 septembre, le jour de la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne à l’Allemagne, les premiers ministres d’Australie et de Nouvelle-Zélande ont proclamé l’engagement de leur pays aux côtés de celle-là («où elle va, nous allons; où elle se tient, nous nous tenons»).
Au Canada, le Parlement accepte sans vote l’engagement dans la guerre.
Au même moment en Afrique du Sud, la motion de neutralité présentée par le Premier ministre Hertzog est mise en minorité face à la motion de déclaration de guerre soutenue par le maréchal Smuts, symbole, depuis le conflit précédent, du dévouement à la cause impériale, devenue celle du Commonwealth .
Au Maroc, dans une lettre lue dans les mosquées, le sultan Mohammed Ben Youssef, futur roi Mohammed V, souligne que «nous devons à la France un concours sans réserve, ne lui marchander aucune de nos ressources et ne reculer devant aucun sacrifice. Nous étions liés à elle dans les temps de tranquillité et d’opulence, et il est juste que nous soyons à ses côtés dans l’épreuve qu’elle traverse et dont elle sortira, nous en sommes convaincus, glorieuse et grande».

Bien des grincements, il est vrai, se produisent, émanant des représentants des partis nationalistes.
En Inde, les représentants du Parti du Congrès se déclarent scandalisés par le fait que, alors que les Dominions ont décidé en toute souveraineté de leur entrée en guerre, par des votes de leurs parlements », le vice-roi a proclamé l’état de belligérance de l’Inde de façon automatique à la suite du gouvernement de Londres, sans consultation des élus.
Le Parti du Congrès se déclare pourtant prêt à soutenir la cause britannique par solidarité antifasciste, mais uniquement en échange de promesses précises quant à l’octroi d’une indépendance rapide, assorties de précisions quant aux buts de guerre alliés. Dans les territoires français, les arrestations de militants ou les dissolutions de partis nationalistes se multiplient. L’effort de mobilisation humaine et économique n’en est pourtant guère entravé.

La violence de guerre
• Le mythe de la «barbarie des troupes coloniales»

Les guerres coloniales antérieures à 1914 ont été souvent empreintes d’une très grande violence. 
La poignée d’officiers européens commandant des volontaires autochtones ont dû souvent s’assurer de leur fidélité en les récompensant par des parts de butin; ils ne se sont pas toujours souciés de protéger les non-combattants des pillages et des massacres. 
Certains, comme Mangin, auteur de La Force noire , ont jugé que l’assaut brutal et sans pitié était dans la nature même des combattants africains, et ont voulu en faire des troupes de choc. Ils sont déçus: les soldats indigènes ne sont pas plus adaptés a priori à la guerre moderne que leurs homologues européens. 
Les premiers combats se traduisent par de nombreuses défaillances dans leurs rangs. 
S’ils se battent généralement bien par la suite, c’est au sein d’unités organisées selon le modèle le plus conventionnel. 
L’image du Noir armé de son terrible coupe-coupe ne persiste pas moins. 
La propagande germanique pense tenir, avec la présence des troupes noires sur le front occidental, un excellent argument pour contrer les campagnes des Alliés contre la «barbarie» dont ferait preuve l’armée allemande. 
Elle les accuse de décapiter les blessés pour se fabriquer des trophées avec leurs crânes, ou de se parer de colliers d’oreilles coupées. Elle les accuse aussi de brutaliser les prisonniers.

Ces comportements annoncent et préparent les campagnes nationalistes qui se développent après la guerre sur le thème de la «schwarze Schande » (honte noire), entendons l’emploi de troupes noires lors de l’occupation française en Rhénanie, et les abus prétendument commis par elles. 
Ce sera un des thèmes notables de la propagande nazie contre une France accusée par Rosenberg d’être «la première responsable de la souillure de l’Europe par les Nègres ». 
À titre de «vengeance », plusieurs centaines de tirailleurs du 25e RTS seront massacrés au nord de Lyon au mois de juin 1940.
Les chefs des unités de la SS ou de la Wehrmacht responsables de ces crimes de guerre n’ont voulu voir, dans la résistance héroïque des combattants noirs, autre chose que «barbarie» et «bestialité ».

En fait, rien ne vient véritablement attester l’idée d’exactions particulièrement attri- buables à des unités coloniales. On peut tout au plus citer, pendant la Deuxième Guerre mondiale, le comportement des goums marocains qui forment les unités de choc de l’armée française en Italie, accusés, non sans raison, de viol et de pillage à l’égard de civils italiens. Ce lamentable épisode, concernant quelques milliers d’hommes, et limité à quelques mois, pâlit cependant devant les horreurs du front de l’Est.

• Troupes noires et blanches
II n’est guère question de brasser indifféremment les contingents de toutes origines au sein des unités.
Les langues et les coutumes (interdits alimentaires, par exemple), mais aussi les conditions juridiques (les indigènes des colonies n’étant pas des citoyens) s’y opposent. 
Le plus souvent, on constitue des régiments ou bataillons à peu près homogènes, issus du même pays, composés respectivement de troupes blanches et de troupes de couleur. 
Dans celles-ci, ne sont en général européens que les officiers et une partie des sous-officiers. 
En Afrique du Nord, par exemple, les Européens servent aux zouaves et les musulmans aux tirailleurs et aux spahis. 
Le mélange est plus grand dans l’artillerie ou les services.

Au combat, en revanche, la juxtaposition est de règle. Dès les premières opérations de l’été 1914, des régiments mixtes juxtaposent deux bataillons de tirailleurs sénégalais avec un bataillon d’infanterie coloniale blanche. 
Par la suite, les bataillons de tirailleurs reçoivent dans leurs rangs des compagnies européennes, dans la proportion du quart de leur effectif total. 
Aucune règle ne s’impose. 
Des compagnies de tirailleurs indochinois sont réparties dans des régiments d’infanterie métropolitains. Ainsi organisées, les troupes coloniales s’illustrent dans nombre de batailles entre 1916 et 1918. 
On a vu plus haut la composition de la 4e brigade marocaine lors de la reprise du fort de Douaumont en octobre 1916.
Ces principes sont encore en vigueur lors de la Deuxième Guerre mondiale. 
Sur neuf divisions dites «coloniales» entrées en ligne, six associent deux régiments de tirailleurs sénégalais à un régiment d’infanterie coloniale européen. Trois autres sont au départ entièrement blanches, mais deux d’entre elles accueillent par la suite dans leurs rangs des Africains et des Malgaches. Dans chacune, en effet, deux régiments d’infanterie coloniale sont transformés en régiments d’infanterie mixte sénégalais, tandis que les deux régiments d’artillerie coloniale deviennent des régiments d’artillerie coloniale mixte malgaches. Une seule est à trois régiments européens. L’idée, suggérée plusieurs fois, de donner plus d’homogénéité aux régiments en créant des bataillons mixtes n’est pas retenue. Le corps d’armée dit «colonial», affecté à la IIIe armée, n’est pas exclusivement, ni même majoritairement composé de troupes de cette origine. En fait, les divisions coloniales sont éparpillées entre les différentes armées, deux d’entre elles étant affectées à l’armée des Alpes.
Le «panachage» est toujours pratiqué après 1943. Dans la lre Armée qui débarque en Provence en août 1944, le pourcentage des «indigènes» dans les grandes unités varie entre 27 % (lre DB) et 56 % (2e DIM). Les Maghrébins servent non seulement dans les régiments d’infanterie (à raison d’environ 70 % de l’effectif total) et de cavalerie, mais dans toutes les armes. Ils sont ainsi environ 30 % dans l’artillerie et 40 % dans le Génie. Ils sont aussi présents dans les services et soutiens, ainsi que dans les formations sanitaires.

Le caractère exemplaire du coudoiement entre soldats d’origines différentes a souvent été célébré par les chefs des armées. Le maréchal Juin évoque «le souvenir de l’héroïsme le plus pur et de la fraternité qui régna [entre européens et musulmans] dans les rangs de l’Armée d’Afrique, tant il est vrai que c’est dans son sein et au creuset des batailles que les deux races se sont toujours le mieux fondues, le mieux comprises, et le mieux aimées». On pourrait rapprocher ce texte de celui du maréchal britannique Lord Wavell qui évoque l’armée des Indes, «dans laquelle toutes les croyances et toutes les races de l’Inde servaient ensemble aux côtés des Britanniques, dans la confiance mutuelle et la concorde». 
Ces déclarations, sans doute excessives, n’évoquent pas moins certaines vérités.

Les combattants
• La spécificité

On a souvent à tort développé l’idée selon laquelle les contingents d’outre-mer auraient constitué la «chair à canon» destinée à épargner le sang métropolitain.
En fait, si les pertes des combattants indigènes ont été lourdes, elles sont dues au fait qu’ils ont servi avant tout dans les unités d’infanterie, les plus éprouvées.
Mais elles ne dépassent pas celles des unités européennes comparables. 

Ils vivent pareillement, de ce point de vue, l’épreuve de la peur de la blessure et de la mort. Certains aussi connaissent la captivité. 
Les nombres sont particulièrement élevés lors de la Deuxième Guerre mondiale.
En juin 1940, les Allemands ont capturé 60000 Nord- Africains, et peut-être 15000 tirailleurs sénégalais.
On évalue à près de 70000 les Indiens faits prisonniers par les Japonais à Singapour et en Birmanie.

Une première spécificité réside dans le climat. 
Les combattants venus de pays tempérés, comme l’Afrique du Nord, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, voire froids, comme le Canada, s’adaptent sans trop de difficultés aux hivers français. 
En revanche, les «coloniaux» issus des pays situés dans les zones tropicales et intertropicales et obligées de passer l’hiver en Europe, souffrent beaucoup. 
Le froid paralyse notamment les tirailleurs sénégalais, et oblige le commandement à leur faire passer la mauvaise saison dans des camps du midi de la France. 
Á l’automne de 1944, les responsables se fondent sur la même argumentation pour procéder au «blanchiment» des unités de la lre Armée où les Noirs sont nombreux.

Une autre réalité rarement développée est celle de la rareté ou de l’inexistence des permissions permettant au soldat de rejoindre momentanément les siens.
La priorité donnée aux transports de matériels et de renforts l’explique, aussi bien que le fait qu’au séjour doit s’ajouter un très long trajet.
On avait calculé, par exemple, qu’un séjour de 30 jours au Canada signifiait l’absence de l’homme pendant trois mois à son unité. Il est possible aussi que le commandement ait craint davantage les désertions, dans la mesure où les pays d’outre-mer, vastes et sous-administrés, offraient de ce point de vue beaucoup plus de facilités que les métropoles.

Certains contingents se voient demander des sacrifices qu’ils jugent excessifs. 
Dans la lre Armée, contrainte à affronter la résistance acharnée des troupes allemandes sur les Vosges, puis dans la plaine d’Alsace, les pertes en morts, blessés, malades et disparus varient, selon les unités, entre 30 % et 109 % à la fin de 1944. 
Il ne faut pas oublier en effet que certaines d’entre elles sont passées directement des champs de bataille d’Italie à ceux de Provence, du Rhône et de l’Est de la France. 
Pourtant, les mutineries ou agitations sont rares. 
Selon un schéma assez classique, les hommes cherchent plutôt à se dérober au service militaire ou à déserter avant leur départ qu’à se révolter une fois dans l’armée.

• Pourquoi ont-ils tenu?
Dans son Étude sur le combat (1868) justement admirée par Jean-Norton Cru, le colonel Ardant du Picq énumère les techniques éprouvées depuis l’Antiquité, pour maintenir la cohésion d’un contingent au combat: un commandement solide et compétent; de bonnes armes; des passions, on dirait aujourd’hui des motivations; des formations adaptées, qui facilitent la cohésion et évitent la dislocation; une discipline rigoureuse. 
Il donne une très grande place à la «cohésion», à la «solidarité», et souligne le caractère primordial de la confiance que chaque soldat doit ressentir envers ses camarades, «sa crainte qu’ils lui puissent reprocher, faire expier de les avoir abandonnés dans le danger, son émulation d’aller où vont les autres, sans plus trembler qu’un autre, son esprit de corps en un mot» .

Tous ces éléments sont certainement intervenus pour expliquer la solidité des troupes impériales, et en particulier des troupes indigènes.
Les cadres, en général de métier, ont pour la plupart une bonne expérience du commandement de ces troupes spéciales, et en parlent la langue.
Leurs soldats sont fiers de servir dans une armée moderne, aux côtés de soldats européens, de s’initier au maniement des armes automatiques, ou à la conduite automobile. 
Ils sont mus, sinon par le patriotisme, du moins par une loyauté de type féodal envers le roi d’Angleterre ou la France (vue comme une personne).
La discipline est rigide, et n’exclut pas toujours les punitions corporelles. 
La désertion, loin du pays, est difficile. 
Les régiments cultivent un fort esprit de corps. 
Des efforts sont faits pour respecter les traditions, notamment les interdits alimentaires des soldats musulmans, et maintenir les liens avec les pays d’origine, par courriers et mandats. Des journaux spéciaux sont édités. 
Tout cela compense largement l’attachement moindre à la Patrie, dont il conviendrait d’ailleurs de relativiser l’effet sur les hommes du front.

Les contingents impériaux au cœur de la guerre 
Jacques Frémeaux Histoire, économie et société Année 2004 Volume 23 Numéro 23-2
source http://www.persee.fr

Retour à la page d’accueil 

La Tunisie au gré des conflits

4 avril 2013

16 juillet Première explosion d’une bombe nucléaire

Classé sous — milguerres @ 21 h 03 min

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale  

Première explosion d’une bombe nucléaire

TRINITY

16 juillet Première explosion d'une bombe nucléaire trinity

File:Trinity Test Fireball 25ms.jpg

Trinity est le nom de code du premier essai nucléaire de l’histoire. L’explosion eut lieu le 16 juillet 1945 à Alamogordo auNouveau-Mexique dans une zone désertique nommée Jornada del Muerto (« Journée du mort »).

Finalisation du projet Manhattan lancé par les États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, Trinity consistait en l’explosion d’une bombe au plutonium nommée « Gadget ». Semblable à une grosse boule, « Gadget » ne fut pas larguée d’un avion mais hissée au sommet d’une tour métallique. L’essai devait servir à valider l’ensemble des recherches menées sur l’arme atomique et, suite à la réussite complète du programme, deux bombes seront larguées sur le Japon quelques semaines plus tard.

 

Préparatifs

Essai de 108 tonnes d’explosifs

Pour calibrer les instruments de mesures et les divers appareils photographiques, une explosion de 108 tonnes de TNTmélangé à du RDX fut déclenchée le 7 mai 1945, c’était le 100 Ton Test. L’amas d’explosif était empilé sur une plateforme en bois à environ 700 mètres de l’hypocentre de Trinity. À l’intérieur du cube explosif se trouvaient des tubes avec environ 1 000 curies de produits issus du réacteur utilisé pour fabriquer le matériel des bombes (cela correspondait à 3,7×1013becquerels). Le but de cette insertion de matière radioactive était d’analyser sa dispersion et d’évaluer les risques de contamination.

Montage de la bombe

Le 12 juillet 1945, la bombe arrive sur le site. « Gadget » est montée par les scientifiques dans le Ranch McDonald. Deux jours plus tard, elle est transférée près de la tour sur le lieu prévu pour l’explosion. Les ingénieurs insèrent le cœur en plutonium dans la bombe. Plus tard dans la journée, elle est hissée au sommet de la tour. Durant la nuit du 15 juillet, les détonateurs sont installés, l’engin est prêt.

L’explosion doit avoir lieu à 4 h du matin mais est reportée à cause de mauvaises conditions météorologiques. Les membres de l’équipe craignent que la pluie augmente la contamination et que la foudre ne déclenche l’explosion. Vers 4 h 45, un rapport fait état de meilleures conditions et indique que l’expérience peut avoir lieu. À 5 h 10, le compte à rebours de 20 minutes est engagé.

 

File:Trinity vs tour eiffel.jpg

La boule de feu de Trinity quelques secondes après l’explosion. La silhouette jaune de la tour Eiffel donne une indication sur l’ampleur du phénomène (également valable pour l’explosion sur Nagasaki)

Explosion

À 5 h 29 du matin (Mountain WarTime, soit 11 h 29 TU), la bombe explose et dégage une énergie de 19 kilotonnes de TNT (87,5 térajoules). Un cratère de 3 mètres de profondeur et de 330 mètres de diamètre se forme sur le lieu de la détonation. La silice contenue dans le sable s’est transformée en verre d’une couleur vert clair, appelé « trinitite » pour l’occasion.

Les montagnes aux alentours sont illuminées pendant deux secondes et le grondement de l’explosion atteint les observateurs après 40 secondes. Personne ne se trouve à moins de 9 kilomètres de l’explosion, il y a environ 260 personnes sur le site à ce moment.

L’onde de choc est ressentie à plus de 160 kilomètres et le champignon atomique atteint une altitude de 12 kilomètres. Le directeur de Los Alamos, Robert Oppenheimer, est l’un des spectateurs. Il dira plus tard qu’une citation de la Bhagavad-Gîtâ lui est venue à l’esprit :« Now, I am become Death, the destroyer of worlds » (qui se traduit en français par « Maintenant, je suis devenu la mort, le destructeur des mondes »)1. La mort fait ici référence à Shiva, dieu qui détruit pour mieux faire renaître. Le directeur du test, Kenneth Bainbridge, déclare qu’« à partir de maintenant, nous sommes tous des fils de putes »2.

Le cratère sera remblayé durant les jours qui suivent l’explosion. Les militaires donnent comme explication un accident dans un dépôt de munitions et la cause exacte n’est pas rendue publique avant l’attaque sur Hiroshima. Le journaliste officiel du Projet Manhattan, William L. Laurence, a prévu plusieurs articles pour rapporter l’essai, allant de la réussite complète à un effroyable désastre avec la mort des scientifiques présents sur les lieux.

Conséquences

L’essai ayant pleinement réussi, les bombes étaient opérationnelles et prêtes pour être larguées sur le Japon.

Les 6 et 9 août, deux bombes furent larguées : Little Boy sur Hiroshima et Fat Man sur Nagasaki.

Elles provoquèrent énormément de dégâts et de pertes humaines, ce qui incita le Japon à mettre fin à la guerre contre les États-Unis.

Notes et références

  1. ↑ (en) J. Robert Oppenheimer « Now I am become death… » [archive] sur Atomicarchive.com. Consulté le 14 novembre 2008
  2. ↑ (en) The Trinity Test [archive], Office of History and Heritage Resources. Consulté le 14 novembre 2008

 

 

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale  

 

 

 

 

 

La tragédie du « Cap Arcona », du « Thielbek », de l’« Athen » et du « Deutschland ».

Classé sous — milguerres @ 18 h 45 min

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

    Chronologie de la Seconde Guerre mondiale  

La tragédie du « Cap Arcona », du « Thielbek », de l’« Athen » et du « Deutschland ».

Alain Vancauwenberghe

http://www1.uni-hamburg.de/rz3a035//alain.html

 

Contrairement à la croyance générale, le plus grand désastre maritime mondial ne s’est pas produit sur l’Océan Atlantique et le bateau n’était pas le « Titanic ». La plus grande catastrophe maritime mondiale est survenue le 3 mai 1945 dans la baie de Lübeck, sur la Mer Baltique, et les navires étaient le « Cap Arcona » et le « Thielbek ». Quatre bateaux étaient impliqués : le « Cap Arcona », le « Thielbek », l’« Athen » et le « Deutschland ». Trois de ces navires furent bombardés et mitraillés par les chasseurs-bombardiers Hawker « Typhoons » de l’escadrille 263 de la Royal Air Force basée à Ahlhorn, de l’escadrille 197 basée à Celle et par ceux de l’escadrille 198 basée à Plantlünne.

Le « Cap Arcona », « la Reine de l’Atlantique Sud », un vapeur rapide d’une jauge de 27 571 tonneaux, était le vaisseau amiral de la flotte des transatlantiques de la HSDG, « Hamburg-Südamerikanische Dampfschifffahrts-Gesellschaft », de Hambourg. C’était un paquebot de très grand luxe, élancé, à propulsion jumelée avec trois cheminées rouges et blanches.

 

File:Cap Arcona 1.JPG

File:Cap Arcona.JPG

Le vapeur rapide « Cap Arcona » de la compagnie maritime de navigation à vapeur Hambourg-Amérique du Sud.Construit dans les chantiers navals « Blohm & Voss » de Hambourg et lancé le 14 mai 1927, le « Cap Arcona » navigua entre Hambourg et Rio de Janeiro pendant douze ans, jusqu’au 25 août 1939, date à laquelle il fut réquisitionné pour service de guerre. Après l’invasion de la Pologne, le transatlantique fut accouplé au quai dans le port de Gdañsk, à partir du 29 novembre 1939 jusqu’au 31 janvier 1945, en tant que logement flottant de la Kriegsmarine, peint en gris et battant pavillon hitlérien. Un film nazi intitulé « Titanic » y fut tourné en 1942. Comme les troupes soviétiques avançaient, le « Cap Arcona » fut utilisé pour transporter des civils, des nazis et des soldats entre Gdañsk et Copenhague. Ses turbines se cassèrent pendant sa dernière traversée. Le navire fut dirigé alors vers un chantier naval où ses moteurs furent réparés pour qu’il soit capable de retourner en Allemagne. Quand il jeta l’ancre dans la baie de Lübeck, le 14 avril 1945, le « Cap Arcona » n’était plus beaucoup manœuvrable. N’étant plus d’aucune utilité pour la Kriegsmarine, il s’en retourna à la compagnie maritime « Hamburg-Süd ».
Le « Thielbek » était un cargo de 2 815 tonneaux. Au cours du raid aérien sur le fleuve Elbe de l’été 1944, il fut touché par plusieurs bombes. Les dommages furent réparés dans le chantier naval « Maschinenbau-Gesellschaft » de Lübeck quand le Gauleiter de Hambourg, Karl Kaufmann, à présent, en plus, Commissaire à la Défense de l’Allemagne du Nord et Commissaire du Reich à la Marine Marchande, ordonna qu’il parte pour Lübeck avant que les réparations soient terminées. Il fut amené au port industriel de Lübeck.
L’« Athen », un autre cargo de 1 936 tonneaux, fut, lui aussi, amené au port industriel de Lübeck, étant endommagé mais capable de naviguer.
Le « Deutschland », un transatlantique de 21 046 tonneaux ayant transporté en 1945, de l’est vers l’ouest de l’Allemagne, 70 000 réfugiés en sept passages, était aménagé en navire-hôpital.
Dans la Mer Baltique, face à l’avancée de l’Armée Rouge, les Allemands avaient concentré des bateaux pour transporter leurs armées vaincues qui s’enfuyaient. Le « Cap Arcona » et le « Thielbek » étaient ancrés à l’ouest et au large de Neustadt, dans la baie de Lübeck. L’« Athen » était heureusement resté dans le port de Neustadt. On leur avait ordonné d’embarquer des déportés de camps de concentration avec l’intention de les massacrer puis de couler les bateaux. Les déportés venaient des camps de concentration de Neuengamme, de Stutthof et de Dora-Mittelbau. Il y avait 4 500 prisonniers à bord du « Cap Arcona », 2 800 prisonniers sur le « Thielbek » et 1 998 sur l’« Athen ». 350 personnes furent rescapées du « Cap Arcona », 50 le furent du « Thielbek » et la totalité des 1 998 déportés de l’« Athen » survécut. Au total, 7 500 prisonniers de guerre, de 24 nationalités différentes, furent tués au cours de ce raid aérien. Les Anglais qui étaient considérés comme des sauveurs potentiels par les prisonniers des camps de concentration se sont avérés être leurs meurtriers.

 

 

La fin de la guerre pour les Anglais.
Après qu’Hitler s’était suicidé, le 30 avril 1945, l’Amiral de la Flotte Karl Dönitz lui succéda comme commandant suprême. Il fut faussement rapporté que la direction nazie avait planifié de partir en Norvège et de se battre à partir de ce pays, en ayant rassemblé à dessein, à peu près 500 bateaux dans les baies de Lübeck et de Kiel. Cette inexactitude n’est toujours pas corrigée dans les publications anglaises jusqu’à aujourd’hui.
A partir du 16 avril 1945, le Fighter Command eut comme mission la surveillance du ciel de l’Allemagne et le Coastal Command, celle de la côte. Winston Churchill avait donné cet ordre à la suite du bombardement de Dresde qui avait été critiqué et qualifié d’acte délibéré de terreur et de destruction. Cette décision, remplaçant le Bomber Command par le Fighter Command, a eu de graves conséquences et, comme résultat, le bombardement de ces bateaux-prisons. La reconnaissance aérienne du Bomber Command était mieux informée en ce qui concerne les événements et changements sur le sol allemand. Elle connaissait la position exacte des camps de concentration et ainsi, où il ne fallait pas bombarder. Par exemple, aucune bombe ne fut lancée sur le camp de concentration de Neuengamme, près de Hambourg. En fait, des avions avaient survolé le camp à basse altitude, agitant leurs ailes, donnant de l’espoir aux déportés qui étaient sur la Place d’Appel. A Süchteln, le Quartier Général du Second Tactical de la RAF en savait peu sur les transports de déportés des camps de concentration en direction du nord. Suivit l’ordre d’opération n° 73 du 3 mai 1945 indiquant : « Destruction de la concentration de la flotte ennemie dans la baie de Lübeck à l’ouest de l’île de Poël et vers le nord à la limite de la zone de sécurité ». L’escadrille 263 basée à Ahlhorn, sous le commandement du capitaine Martin Rumbold, avec comme pilotes Mark Hamilton, Ronnie Proctor, Dave Morgan, Eric Coles, Mike Luck, Larry Saunders et J.A. Smith, attaqua le « Cap Arcona » à 14 h. 30, le 3 mai 1945. Chacun des huit « Typhoons » avait huit roquettes incendiaires qui furent tirées par salve. La totalité des soixante-quatre roquettes atteignirent leur cible. L’escadrille 197 basée à Celle, sous l e commandement du Lieutenant J. Harding, attaqua alors. Les huit « Typhoons » avait, chacun, deux bombes de 500 livres. Quinze des seize bombes atteignirent leur but. Le paquebot s’embrasa.
Entre les deux attaques sur le « Cap Arcona », l’escadrille 198 basée à Plantlünne, sous le commandement du capitaine Johnny Baldwin, attaqua, avec neuf chasseurs-bombardiers « Typhoons », le « Thielbek » et le « Deutschland ». Cinq chasseurs tirèrent leurs roquettes sur le « Deutschland », et les quatre autres « Typhoons » tirèrent sur le « Thielbek ». Le « Deutschland » s’embrasa violemment, se renversa la quille en l’air, avant de sombrer quatre heures plus tard. En feu à bâbord, le « Thielbek » gîta avec un angle de 30° à tribord et coula vingt minutes après avoir été attaqué.

La fin de la guerre pour les Allemands.
Le Reichsführer SS Heinrich Himmler avait émis un décret secret à destination de tous les commandants de camp de concentration indiquant qu’une reddition était inacceptable, que les camps de concentration devaient être immédiatement évacués et qu’aucun déporté ne devait tomber vivant entre les mains de l’ennemi. Himmler projetait que tous les déportés devaient être tués. Au camp de concentration de Neuengamme, l’ordre fut reçu par le SS-Obersturmführer Karl Totzauer, adjudant-major du commandant Max Pauly. Cet ordre initia les Marches de la Mort à partir de Neuengamme, le plus grand camp de concentration en Allemagne du Nord avec ses 96 camps extérieurs dont plus de 20 étaient des camps de femmes et, où près de 56 000 des 106 000 détenus moururent sous les coups ou par pendaison, exécution, gazage, injection mortelle ou transfert vers les camps de la mort d’Auschwitz et de Majdanek. Les SS menèrent les prisonniers, parfois au hasard, vers le nord, à pied ou en train, sans nourriture ou sans boisson. Des centaines de déportés en moururent de faim ou de soif, ou furent abattus là où ils tombaient, étant trop épuisés pour continuer. Les déportés du camp extérieur de Neuengamme Hannover-Stöcken furent d’abord évacués par rail vers Bergen-Belsen puis furent déviés en direction de Berlin, Bergen-Belsen étant surpeuplé. Trois jours après, le reste des prisonniers fut débarqué à Mieste, marcha vers le camp militaire de Gardelegen, puis deux jours plus tard, jusqu’au village d’Isenschnibbe dans les faubourgs de Gardelegen. Ils y furent assassinés. Le commandant NSDAP du district Gerhard Thiele avait préparé un piège mortel. Sous prétexte que les déportés devaient être enlevés de la zone de guerre et de Gardelegen, et protégés de l’avance des troupes américaines, les 1 038 prisonniers restants furent conduits dans l’énorme grange du village. Auparavant, les SS avaient répandu de l’essence et du pétrole sur la paille. Le SS-Scharführer Braun lança alors une torche enflammée à travers la porte et les SS commencèrent immédiatement à tirer dans chacune des quatre portes fermées de la grange. Ceux qui rampaient sous les murs latéraux furent abattus. 1 016 personnes furent assassinées, 22 en réchappèrent.

File:Cap Arcona 10.86422E 54.04183N.jpg

Baie de Lübeck, à trois kilomètres de Neustadt (en haut à gauche): Position du Cap Arcona au moment de son naufrage.

Pendant que les Marches de la Mort avançaient vers le nord, le chef du district de Hambourg Karl Kaufmann cherchait des bateaux dans lesquels mettre les déportés pour prendre la mer. Les quelques bateaux restants, y compris des ferry-boat et des péniches, furent déployés à l’Est, sauvant des civils et des troupes allemandes qui reculaient devant la progression de l’armée soviétique. Comme Commissaire à la Défense de l’Allemagne du Nord et Commissaire du Reich à la Marine Marchande, il avait le droit de disposer de toute embarcation civile. Etant informé au sujet du « Cap Arcona », il ordonna aux transports de déportés du camp de concentration de Neuengamme et de ses camps extérieurs, d’être dirigés vers Lübeck et d’embarquer les déportés. 11 000 prisonniers de guerre arrivèrent sur les quais du port de Lübeck. La ville avait souffert de graves dommages dus aux bombes. Les premiers déportés du camp de Neuengamme arrivèrent en wagons à bestiaux dans le port de Lübeck, le 19 avril 1945. Entre le 19 et le 26 avril, de nouveaux transports arrivèrent. Presque la moitié des déportés ne survécut pas à ces Marches de la Mort.

Le 17 avril 1945, le « Thielbek » fut informé qu’il devait se préparer pour une opération spéciale. Le 18 avril, des SS vinrent à bord, le capitaine du « Thielbek », John Jacobsen, et le capitaine du « Cap Arcona », Bertram, furent appelés à une conférence. Le capitaine Jacobsen retourna informer son équipage qu’on leur donnait l’ordre d’embarquer des déportés et que, lui et le capitaine Bertram, avaient refusé. Le jour suivant, Jacobsen revint défait, ayant perdu le commandement de son propre navire. Peu de temps après, le premier train arriva. Des toilettes temporaires furent installées sur le pont du « Thielbek » et l’embarquement commença le 20 avril. La Croix Rouge suédoise était présente et tous les déportés, sauf les prisonniers russes, reçurent un colis de nourriture qui, en association avec la sous-alimentation et la soif, causèrent de terribles douleurs. L’eau provenant de la citerne du navire était totalement insuffisante. Vingt à trente déportés mourraient chaque jour et étaient enlevés par camion. Tous les déportés, à l’exception des déportés politiques, restèrent un ou deux jours à bord, avant d’être transférés sur le « Cap Arcona » via l’« Athen ». Le nombre de SS fut graduellement réduit et remplacé par des membres de l’armée territoriale, âgés de 55 à 60 ans, et de l’infanterie de marine. Il y avait de la paille sur le pont alors que, dans les cales, il n’y avait aucun couchage. Sur ce pont, il y avait aussi de grands stocks de provisions sous une bâche de protection mais la distribution était désorganisée. Les déportés malades et les prisonniers soviétiques en obtinrent très peu. Les latrines étaient insuffisantes. Des seaux furent descendus dans les cales et remontés quand ils étaient pleins. La puanteur était terrible. Le nombre de dysenteries augmentait toujours plus.

Le 20 avril 1945 au matin, le SS-Sturmbannführer Christoph-Heinz Gehrig, à la tête de l’administration du camp de concentration de Neuengamme, fut envoyé à Lübeck par le Commandant Max Pauly. Gehrig avait été responsable du meurtre de vingt enfants juifs de l’école Janusz-Korczak au 92 Bullenhuser Damm, dans le district hambourgeois de Rothenburgsort. Ces enfants avaient été utilisés pour des expériences sur la tuberculose dans le camp de Neuengamme. Gehrig devait escorter les déportés vers leur mort à bord du « Cap Arcona ». Il ordonna au capitaine de l’« Athen », Nobmann, de prendre 2 300 déportés et 280 gardes SS à bord et de les transporter vers le « Cap Arcona ». Le capitaine Nobmann initialement refusa mais obéit quand il fut menacé d’être fusillé à la suite d’un procès devant une cour prévôtal. Les SS et les Kapos amenèrent les déportés à bord, sous les hurlements et sous les coups. Ils devaient descendre, à l’aide d’échelles de corde, dans les profondeurs des cales du navire. Dans la hâte, beaucoup de déportés tombaient et étaient sérieusement blessés. Il était difficile de se faire une place, de se déplacer dans les cales sombres, froides et humides. Il n’y avait ni toilettes ni eau. Quelques heures après, le cargo, chargé à ras bord, quitta le port pour le « Cap Arcona » ancré au large de Neustadt. Le capitaine Bertram refusa d’embarquer les déportés, même après que les SS soient venus à bord. L’« Athen » resta au large de Neustadt, toute la nuit, et retourna à Lübeck le matin suivant, le 21 avril, les déportés n’ayant rien à manger ni à boire.

 

Le SS-Sturmbannführer Gehrig informa le commandant de camp Pauly, du refus du capitaine Bertram de prendre des déportés à bord puis Pauly informa le Général SS, Chef de la Gestapo de Hambourg, le Comte Bassewitz-Behr qui le rapporta au Gauleiter Kaufmann. Le soir du 21 avril, Kaufmann envoya son conseiller personnel, le SS-Hauptsturmführer Horn, à John Egbert, président du conseil d’administration de la compagnie maritime « Hamburg-Süd », pour l’informer que le capitaine Bertram devait obéir à l’ordre SS d’embarquer des prisonniers de guerre, sinon il serait tué. Egbert téléphona à Bertram qui, à son tour, appela l’amiral Engelhardt qui avait la direction du transport naval de la Kriegsmarine. Il était clair pour tous que le « Cap Arcona » devait être coulé avec les prisonniers à bord. Engelhardt envoya le capitaine Rössing à Kaufmann pour se plaindre, et élever une protestation formelle de la Kriegsmarine contre la confiscation du « Cap Arcona ». Mais il fut le seul à aller aussi loin contre le SS-Hauptsturmführer Horn qui ordonna au Lieutenant-Commandant Lewinski et au SS-sturmbannführer Gehrig de confisquer le paquebot manu militari. Dans l’intervalle, cinq jours étaient passés et, le 26 avril, Lewinski et Gehrig se rencontrèrent à Lübeck et voyagèrent ensemble vers Neustadt d’où ils furent transportés vers le « Cap Arcona » à l’aide d’un canot automobile de la base-école des Sous-mariniers, escortés par un commando SS armé. Le capitaine Bertram essaya, sans succès, de négocier avec Lewinski et Gehrig. Ils lui proposèrent l’ultimatum suivant : soit donner immédiatement la permission à l’« Athen » de s’amarrer bord à bord et transférer ses prisonniers dans le « Cap Arcona », soit être fusillé sans procès devant une cour martiale. Bertram capitula. Avant que l’« Athen » s’amarre à son côté, une seconde fois, une chaloupe apporta des SS qui, sous le commandement du SS-Untersturmführer Kirstein, enlevèrent toutes les ceintures et tous les gilets de sauvetage, ainsi que tous les bancs et banquettes qui pouvaient être utilisés comme radeaux et les enfermèrent à clé dans la salle des entrepôts.

Pendant trois jours, l’« Athen » fit la navette entre le port de Lübeck et le « Cap Arcona ». Finalement, 6 500 déportés et 600 gardes SS étaient à bord. Il y avait à peine de quoi manger et boire, et des prisonniers continuaient de mourir. Chaque jour, une chaloupe apportait de l’eau potable et retournait à Neustadt avec les morts. Les prisonniers russes reçurent le plus mauvais traitement, étant enfermés à clé dans la cale la plus basse, sans air, sans lumière et sans nourriture. Le nombre de morts augmentait toujours plus. L’« Athen » effectua son dernier trajet vers le « Cap Arcona » le 30 avril mais, cette fois, pour enlever des prisonniers du « Cap Arcona » qui était si surpeuplé que, même les SS, ne pouvaient endurer plus longtemps les déportés faméliques, la puanteur et les morts qui s’entassaient.

Les déportés avaient appris, le 1er mai 1945, qu’Hitler s’était suicidé, que la majeure partie de Berlin était occupée par les troupes russes et que la guerre était pratiquement finie.

 

Le 2 mai, les barges « Wolfgang » halée par l’« Adler » et « Vaterland » halée par le « Bussard », et plusieurs péniches de débarquement, apportant un demi-millier de déportés faméliques du camp de concentration de Stutthof, près de Gdañsk en Pologne, arrivèrent à Neustadt. Beaucoup moururent pendant ce trajet, ils furent balancés par-dessus bord. Ces déplacements avaient commencé le 17 avril. Les barges reçurent l’ordre par signal lumineux de la base-école des Sous-mariniers et du commandant du port Kastenbauer qu’elles devaient être remorquées le long du « Thielbek », qui lui-même, avait été remorqué du port industriel de Lübeck à la baie de Lübeck, tandis que des chars britanniques traversaient le pont Herrenbrücke. Ce soir-là, les gardes SS commencèrent à tirer sur les prisonniers qui étaient sur les barges. Les barges, la mer et la plage étaient remplies de cadavres. Ceux qui atteignaient la plage furent abattus par l’infanterie de marine venue de la base-école des Sous-mariniers. Environ 400 déportés du camp de Stutthof furent tués. Le jour suivant, le reste des prisonniers fut mené au stade de Neustadt. A 15 heures, le 3 mai, les prisonniers devaient former une colonne et commençaient à quitter le stade quand, soudainement, les Allemands disparurent et des chars britanniques apparurent devant eux. Ils étaient libres. Les survivants du camp de Stutthof libérés furent alors cantonnés dans la caserne de la marine, près du stade.

La fin de vie des déportés des camps de concentration de Neuengamme, de Dora-Mittelbau et de Stutthof.
Le 3 mai au matin, des avions anglais effectuèrent une reconnaissance en survolant la baie de Lübeck et observèrent le « Cap Arcona ». Les déportés faisaient des signes de la main, croyant qu’ils étaient sauvés. Pour éviter les tirs des canons des batteries anti-aériennes des bateaux, les avions volèrent alors à 10 000 pieds. De plus, le plafond nuageux était si bas qu’on ne distinguait pas les prisonniers. A 12 h. 30, on ordonna à l’« Athen » de retourner à Neustadt pour embarquer les déportés du camp de Stutthof survivants du massacre des barges. Le capitaine Nobmann refusa. Ce qui sauva 1 998 déportés de la mort, l’« Athen » restant dans le port quand l’attaque débutait. A 14 h. 30, le capitaine Rumbold revint avec son escadrille. La visibilité s’était améliorée. Ils attaquèrent.

File:Cap Arcona burning.jpg

Le Cap Arcona embrasé peu après les attaques aériennes.

Le « Cap Arcona » était en feu. L’équipement de sauvetage, en cas d’inondation ou d’incendie, était aux standards les plus élevés mais commandé à partir du pont. Le capitaine Bertram quitta ce pont, se frayant un chemin avec une machette à travers la masse de prisonniers, pour abandonner son navire. Les SS maintenaient les prisonniers au-dessous de l’entrepont du navire incendié et rempli de fumée, et les menaçaient avec le tir de leurs mitrailleuses. Parmi ceux-là, presque tous les prisonniers y furent tués. Beaucoup de canots de sauvetage étaient percés et, de toute façon, les prisonniers ne savaient pas comment les descendre. Un seul canot de sauvetage fut mis à la mer. Dans une panique indescriptible, les déportés qui ne furent pas tués durant l’attaque ni brûlés ni noyés dans leur prison renversée, se ruèrent sur le pont, se jetèrent à l’eau, tentèrent de s’accrocher à une planche flottante ou aux canots allemands de la base-école des Sous-mariniers, mais la plupart se noyèrent. Quelques prisonniers furent récupérés dans un canot en dépit de l’ordre donné par le commandant de garnison de Neustadt, le capitaine de frégate Heinrich Schmidt et de son quartier général de la base-école des Sous-mariniers, de ne pas secourir de prisonniers. Les autres déportés nageant dans la Mer Baltique glaciale furent mitraillés par les canons de 20 mm des chasseurs-bombardiers « Typhoons » qui, volant au ras des flots, revinrent à plusieurs reprises. Sur la plage, ils subirent le tir des mitrailleuses des Verdammten SS. En atteignant Neustadt, les derniers rescapés prièrent les troupes britanniques d’envoyer d’urgence des canots de sauvetage. Des 4 500 déportés de camps de concentration à bord, 350 survécurent. Des 600 gardes, SS et infanterie de marine, des 24 femmes SS et des 70 membres d’équipage, approximativement 490 furent sauvés dont, parmi eux, le capitaine Bertram et son officier en second Dommenget.

L’attaque sur le « Thielbek » arriva environ une heure après l’attaque du « Cap Arcona ». Son pavillon blanc flottait. Seuls quelques prisonniers furent capables de s’échapper des cales. Les canots de sauvetage étaient troués. L’équipage donna de l’aide aux prisonniers. Le bateau gîtait à 50° et était prêt à sombrer, quand le capitaine Jacobsen dit à son équipage de quitter le navire. Des 2 800 déportés de camps de concentration à bord du navire, seulement 50 survécurent. Pratiquement tous les gardes SS et ceux de l’infanterie de marine furent tués, ainsi que le capitaine Jacobsen, le premier officier Andresenet le premier ingénieur Lau. L’officier en second Walter Felgner, le troisième officier Schotmann et trois matelots de la marine marchande furent rescapés. Les avions britanniques mitraillaient les canots de sauvetage et les déportés dans l’eau…

Le lendemain, les troupes anglaises pénétrèrent dans le camp de Neuengamme complètement vide et Montgomery reçut la reddition des troupes de l’Allemagne du Nord. Quatre jours plus tard, la guerre prit fin en Europe.

Aucune acceptation de responsabilité ni d’honorer les morts.
Aucun gouvernement britannique n’a jamais fait référence à la mort des 7 500 prisonniers de guerre de la baie de Lübeck. Il n’y a jamais eu de couronne déposée ni aucun discours prononcé en leur mémoire. Des fosses communes furent creusées le long de la plage entre Neustadt et Pelzerhaken. Des survivants firent construire un cénotaphe en pierre sur lequel est écrit en grandes lettres noires :
A la mémoire éternelle des prisonniers du camp de concentration de Neuengamme. Ils périrent avec le naufrage du Cap Arcona le 3 mai 1945.
Le 6 mai 1945, un déporté norvégien avait indiqué l’endroit du drame à des soldats britanniques qui, sous le commandement du capitaine Pratt, tirèrent une salve au-dessus des tombes.
Pendant des années, la Mer Baltique rejeta des cadavres et des morceaux de squelette dont les derniers jusque dans les années 70.
Aujourd’hui, il y un mémorial pour ceux qui furent tués sur le « Cap Arcona » dans le cimetière de Grömitz et un musée à Neustadt en Holstein depuis 1990.

Dans le procès dit « procès du Curio-Haus », Max Pauly, le commandant du camp de Neuengamme, le chef de camp Thumann ainsi que le docteur SS Alfred Trzebinski, furent jugés, convaincus de crimes de guerre et pendus dans le pénitencier d’Hameln. De nombreux officiers SS du commandement du camp de Neuengamme furent jugés de 1945 à 1948 par des tribunaux militaires anglais. Mais aucun des nombreux autres allemands, coupable des meurtres des déportés à bord du « Cap Arcona » et du « Thielbek », n’a été jugé ni par une cour britannique ni par une cour allemande. Ceux qui furent responsables du meurtre des 400 déportés du camp de concentration de Stutthof n’ont jamais été dans un tribunal pour être jugés.

Epilogue.
Le « Cap Arcona » resta échoué dans la baie de Lübeck jusqu’en 1950 puis fut démonté par des plongeurs pendant une période de plusieurs années pour être réduit en ferraille. Sur cette jetée de Neustadt, l’épave fut étudiée et photographiée en détail pour Rolls-Royce qui avait fabriqué les roquettes, afin d’évaluer leur efficacité. 
Quatre ans après son naufrage, le « Thielbek » fut remis à flot, réparé et retourna au service sous le nom de « Reinbek ». Les restes des cadavres encore à bord furent placés dans 49 cercueils et déposés pour reposer enfin en paix, dans le cimetière « Cap Arcona » de Neustadt. En 1961, la compagnie maritime « Knöhr & Burchard » vendit le cargo qui navigua alors sous pavillon panaméen avec comme nom « Magdelène », et plus tard « Old Warrior ». En 1974, il fut démonté à Split en ex-Yougoslavie. 
L’Union Soviétique acquit l’« Athen » comme réparation de guerre et le renomma « Général Brusilow ». Le 27 mai 1947, le bateau fut offert à la Pologne. Renommé « Warynski », il navigua beaucoup d’années encore, entre Gdañsk et Buenos Aires, via Hambourg. En 1973, il fut mis hors service et servit d’entrepôt flottant dans la ville de Stettin avec la désignation « NP-ZPS 8 ».
Le « Deutschland » fut déséchoué et démonté en 1948.

Réunion commémorative.
Une commémoration des bombardements du « Cap Arcona », du « Thielbek » et du « Deutschland » eut lieu à Neustadt, le 3 mai 1995, cinquante ans après l’événement. Parmi les survivants, L.H. Intres (Bert Intres) qui survécut au bombardement et au naufrage du « Cap Arcona » en sortant par un hublot. Il se maintint sur le côté du paquebot jusqu’à ce qu’il chavire, puis resta sur la quille d’où les Britanniques le sauvèrent, comme 314 déportés et 2 membres d’équipage.

 

Alain Vancauwenberghe
 

http://www1.uni-hamburg.de/rz3a035//alain.html 

images : wikipedia

 

 retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

    Chronologie de la Seconde Guerre mondiale 

3 avril 2013

L’épuration en France : une histoire inachevée Henry Rousso

Classé sous — milguerres @ 23 h 39 min

  retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 

L’épuration en France : une histoire inachevée
Henry Rousso
Vingtième Siècle. Revue d’histoire
Année 1992
Volume 33
Numéro 33
pp. 78-105

II est des sujets qui méritent parfois relecture. Depuis des décennies, de farouches polémiques ont éclaté périodiquement sur le bilan de l’épuration dite « sauvage ». Pourtant, c’est celui de l’épuration légale qui méritait peut-être une réévaluation — à la hausse. Une occasion de rouvrir un dossier jamais fermé, à la lumière des épurations qui s’amorcent dans les nouvelles démocraties de l’Europe de l’Est.
Le 8 novembre 1989, le Mur de Berlin s’ouvre de manière soudaine, laissant la voie libre à une vague d’allégresse générale qui secoue tous les pays du bloc soviétique. Un à un, les régimes communistes fossiles tombent et, très vite, en Roumanie, en Bulgarie, en Tchécoslovaquie, dans l’ancienne Allemagne de l’Est se pose avec acuité la question de 1′« épuration », non plus à la manière des purges staliniennes, mais bien comme une étape et un enjeu crucial dans l’établissement de démocraties nouvelles, fondées sur le respect de l’Etat de droit.
Par comparaison rétrospective, et parce que le présent invite parfois à relire l’histoire, cet événement considérable est une occasion de rouvrir le dossier de l’épuration française, qui a suivi la fin de l’Occupation et accompagné la restauration républicaine. Certes, la littérature sur le sujet est abondante, et il serait fallacieux de prétendre que le
phénomène est aujourd’hui mal connu1. Néanmoins, il n’était pas inutile de réfléchir à nouveau aux enjeux de l’épuration et aux fonctions qu’elle a remplies dans l’immédiat après-guerre, d’autant que l’un des aspects pourtant les plus étudiés, celui des bilans statistiques, mérite aujourd’hui d’être réévalué, les historiens s’étant peut-être trop abrités derrière l’ouvrage pionnier de Peter Novick, vieux pourtant de vingt-quatre ans 2.
Cet article, issu à l’origine d’une histoire comparée des épurations en Europe à la fin de la seconde guerre mondiale3, a une triple
1. Sur l’épuration en France, outre les ouvrages cités ici en notes, voir la bibliographie de Claude Lévy et Dominique Veillon, Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), 4, juin 1981, p. 24-25.
2. Peter Novick, The Resistance versus Vichy : the purge of collaborators in liberated France, Londres, Chatto and Windus, 1968 ; trad, française : U épuration française, 1944-1949, Paris, Balland, 1985, préface de Jean-Pierre Rioux (nlle éd. : Le Seuil, 1991, coll. « Points »). Toutes les citations qui suivent se réfèrent à l’édition de 1985.
3. Ce projet a été conçu par l’Institut für Zeitgeschichte, de Munich et a donné lieu à un ouvrage qui vient d’être publié en Allemagne (et doit l’être prochainement aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Italie) : Klaus-Dietmar Henke, Hans Woller (Hg), Politische Säuberung in Europa. Die Abrechnung mit Faschismus und Kollaboration nach dem Zweiten Weltkrieg, Munich, DTV, 1991. L’ouvrage couvre huit pays : Allemagne (zone soviétique comprise) et Autriche, France, Italie, Norvège, Pays- Bas, Yougoslavie (Croatie) et Hongrie. Je remercie les auteurs et l’éditeur de m’avoir permis de publier ici une version remaniée et actualisée du chapitre que j’ai consacré à la France, conçu à l’origine comme un texte à vocation comparative et destiné à un public étranger. Cela explique le caractère « mixte » de cet article, à la fois synthèse partielle sur le sujet et analyse critique fondée sur une nouvelle lecture des sources. Je tiens à remercier également Jean Astruc, responsable de la bibliothèque de l’IHTP, dont le concours a été décisif, ainsi que Jean-Pierre Azéma, Denis Peschanski et Jean-Pierre Rioux pour leurs précieux conseils.

 

POUR EN SAVOIR PLUS : téléchargez le document pdf à partir du lien ci-dessous 

fichier pdf article_xxs_0294-1759_1992_num_33_1_2491   

 

 

 

  retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 

 

 

Bataille des Hauteurs de Seelow

Classé sous — milguerres @ 18 h 49 min

retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale  

 

 

 Bataille des Hauteurs de Seelow  sellow

 

La bataille de Seelow, plus communément appelée dans la littérature historique « bataille des Hauteurs de Seelow », eut lieu durant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre des combats accompagnant la bataille de Berlin.

Déroulement de la bataille

Insuffisamment préparée du côté soviétique, cette attaque faillit tourner au fiasco malgré l’avantage numérique et matériel en faveur des troupes soviétiques.

L’attaque débuta de nuit par une intense préparation d’artillerie. Puis les Soviétiques usèrent de l’arme psychologique. Ils allumèrent des projecteurs de DCA et tournèrent les faisceaux lumineux à l’horizontale vers l’ennemi, afin de l’aveugler.

Les troupes soviétiques commencèrent leur progression vers les hauteurs tenues par l’armée du IIIe Reich, dans un nuage de poussières en suspension laissé par la préparation d’artillerie et le brouillard écœurant des gaz d’échappement des chars accompagnant les fantassins, selon la tactique chère à l’Armée Rouge.

De nombreux fantassins se perdirent dans l’obscurité malgré la lueur blafarde des projecteurs, les blindés eurent les plus grandes difficultés à progresser car la zone était fortement marécageuse, nombre d’entre eux s’embourbèrent et furent mis hors de combat avant même d’être au contact.

Des cas répétés de méprises et tirs fratricides s’ensuivirent. Certains fantassins soviétiques avaient malgré tout réussi à atteindre les positions ennemies qu’ils avaient reçu l’ordre de prendre. Dans l’obscurité et la confusion régnante, d’autres fantassins de la seconde vague d’assaut prirent leurs camarades de première ligne déjà installés dans les positions ennemies conquises pour des troupes allemandes et les abattirent.

De son côté, l’état-major des forces allemandes ayant pressenti l’imminence d’une attaque avait fait prudemment replier les occupants des premières lignes sur les secondes lignes, voire dans certains cas sur les troisièmes lignes (technique employée par le général Heinrici depuis les campagnes de l’est, pour ne pas subir l’intensité des bombardements).

Les combats se déroulèrent par la suite autour et dans le village de Seelow. Les troupes soviétiques vinrent finalement à bout de la résistance allemande ; ainsi le dernier et important verrou bloquant la route vers Berlin venait de sauter, laissant libre l’accès à la capitale de l’Allemagne nazie.

 

retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale  


2 avril 2013

La contre-offensive des Ardennes

Classé sous — milguerres @ 23 h 15 min

retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale  

 

La contre-offensive des Ardennes 

 éditeur : Frank Brunner 

 Le plan de la contre-offensive allemande des Ardennes visait à remporter une victoire décisive sur le front Ouest en engageant deux armées de Panzer.

La 6ème armée Panzer SS, constituant l’aile droite, sous les ordres du général Joseph « Sepp » Dietrich, devait attaquer les alliés au Nord-Ouest, traverser la Meuse entre Liège et Huy, et avancer sur Anvers, le principal port de ravitaillement des armées alliées. La 6ème armée Panzer SS avait le rôle principal et disposait du gros des forces.

 La 5ème armée Panzer, constituant l’aile gauche, sous les ordres du général Hasso von Manteuffel, devait avancer selon une ligne plus courbe, traverser la Meuse entre Namur et Dinant, et pousser en direction de Bruxelles, pour couvrir le flanc de la 6ème armée Panzer SS du général Dietrich.

 Le but de toute l’attaque était de couper de ses arrières l’armée britannique enfoncée en Hollande et en Belgique, afin de la contraindre à un nouveau Dunkerque. Adolf Hitler s’imaginait que, s’il parvenait à provoquer ce nouveau Dunkerque, la Grande-Bretagne se retirerait pratiquement de la guerre et qu’il serait alors possible d’arrêter les Soviétiques et stabiliser la situation sur le front de l’Est.

L’idée, la décision et le plan stratégique de la contre-offensive allemande des Ardennes sont entièrement attribuables à Adolf Hitler. Il a élaboré ce plan en détail, avec son chef d’état-major Alfred Jodl.

Sur le papier, tout cela était brillamment conçu et aurait pu devenir un succès si Adolf Hitler avait encore eu des ressources et des forces suffisantes pour lui donner des chances d’atteindre ses vastes objectifs.

Mais ce plan ne tenait absolument aucun compte des conditions locales ou des problèmes individuels des exécutants. Il était tout aussi optimiste au sujet des besoins des forces engagées. Il n’y avait pas de renforts appropriés, ni de ravitaillement en munitions et, bien que le nombre de divisions blindées était élevé, elles disposaient de peu de Panzer. C’était, en grande partie, des divisions de papier.

La faiblesse la plus grave était le ravitaillement en carburant. Le général Jodl avait donné l’assurance qu’il y aurait assez d’essence pour que les Panzer puissent marcher à pleine puissance et réaliser leur percée. Mais le Quartier Général travaillait à partir d’une estimation mathématique et stéréotypée de la quantité d’essence nécessaire pour déplacer une division de 100 kilomètres. En réalité, dans les conditions du champ de bataille, l’expérience démontrait qu’il fallait deux fois plus d’essence. En tenant compte des difficultés supplémentaires, vraisemblables dans une bataille d’hiver, il aurait fallu prévoir un ravitaillement en essence cinq fois supérieur à la norme de base.

 Les ordres d’Adolf Hitler précisaient même la méthode et la chronologie de l’attaque. L’artillerie, qui était dispersée sur tout le front de l’attaque, devait ouvrir le feu à 07h30 et l’assaut d’infanterie devait être déclenché à 11h00. Entre ces deux moments, la Luftwaffe devait bombarder les QG et les communications des alliés. Les divisions blindées ne devaient pas attaquer avant que la masse de l’infanterie ait réussi à percer.

 L’opération Greif

Le succès initial de l’offensive allemande des Ardennes allait être facilité par l’effet largement paralysant d’une trouvaille -l’opération Greif- ayant pour but de permettre une victoire sur les armées alliées, avec leurs millions d’hommes, en se servant audacieusement de quelques centaines d’hommes. Pour exécuter cette idée, Adolf Hitler a fait appel à Otto Skorzeny qui, l’année précédente, avait délivré Benito Mussolini après qu’il ait été renversé et emprisonné par les Italiens.

 Telle qu’elle était prévue, l’opération Greif devait se dérouler en deux temps et représenter une version moderne et tactique du stratagème du cheval de Troie dans la légende d’Homère.

Dans un premier temps, une compagnie de commandos parlant parfaitement l’anglais, portant des battledress américains par-dessus leurs uniformes allemands, et se déplaçant à bord de Jeeps américaines, devait foncer en avant par petits groupes dès que le front aurait été percé, avec pour mission de couper les câbles téléphoniques, de retourner les poteaux indicateurs afin de lancer les réserves des défenseurs dans de mauvaises directions, d’accrocher des rubans rouges pour indiquer que les routes étaient minées et créer la confusion de toutes les manières possibles.

Dans un second temps, toute une brigade de Panzer camouflée en unité américaine devait aller s’emparer des ponts sur la Meuse. Cette deuxième partie de l’opération Greif n’a jamais été réalisée. Les services du Groupe d’armées n’ont pu se procurer qu’une partie des tanks et des camions américains nécessaires, et les véhicules manquants ont dû être remplacés par des véhicules allemands camouflés. Ce mince déguisement exigeait de la prudence, et aucune brèche importante n’a été ouverte dans le secteur Nord où la brigade attendait. Son avance a d’abord été remise à plus tard, puis elle a été abandonnée.

Réaction du maréchal von Rundstedt

A la fin du mois d’octobre 1944, le plan de la contre-offensive des Ardennes a été présenté au maréchal von Rundstedt -sorti de sa retraite et replacé à la tête du front Ouest- et au chef du Groupe d’armées, le maréchal Model.

Le maréchal von Rundstedt a été stupéfait en examinant le plan d’Adolf Hitler. Les forces disponibles lui ont semblé largement insuffisantes pour un plan aussi extrêmement ambitieux. L’objectif d’atteindre Anvers paraissait complètement irréalisable.

La date de cette contre-offensive a dû être repoussée du mois de novembre au mois de décembre, où les conditions étaient moins favorables.

Modifications mineures du plan d’Adolf Hitler

Le 12 décembre 1944, une conférence finale, présidée par Adolf Hitler, s’est tenue au QG du maréchal von Rundstedt, à Ziegenberg, près de Bad Nauheim.

Les attaques américaines aux alentours d’Aix-la-Chapelle, en novembre 1944, avaient absorbé des divisions originellement destinées à la contre-offensive allemande. Il en est résulté la réduction des effectifs initialement promis et du rôle dévolu aux armées de couverture. L’attaque convergente prévue contre Maastricht a dû être abandonnée, laissant ainsi aux alliés la faculté de faire venir des réserves du Nord. La 7ème armée allemande, dont l’avance devait couvrir le flanc de l’aile Sud de l’offensive, n’a conservé que quelques divisions, dont aucune de Panzer.

 Dans le plan d’Adolf Hitler, le rôle principal incombait à la 6ème armée de Panzer SS du général Dietrich, qui constituait l’aile droite. 3 divisions d’infanterie devaient ouvrir une brèche de chaque côté d’Udenbrath, puis obliquer au Nord-Ouest pour former un solide épaulement face au Nord. Elles seraient renforcées par les 2 autres divisions d’infanterie. Les 4 divisions de Panzer SS s’engouffreraient dans la brèche et fonceraient sur Liège. Ces unités disposeraient de 500 Panzer, dont 90 Tiger.

 Le général von Manteuffel, dont la 5ème armée de Panzer constituait l’aile gauche, a obtenu quelques améliorations du plan. Le spectaculaire succès initial allait être dû en grande partie à la nouvelle tactique que le général Manteuffel avait mise au point. L’assaut serait déclenché à 05h30, à l’abri de l’obscurité, sans aucun tir d’appui d’artillerie. Selon le général von Manteuffel, ces tirs d’artillerie auraient surtout réveillé les Américains, sans offrir un avantage décisif, car leur système défensif s’étendait sur une grande profondeur et comportait une chaîne de postes avancés, tandis que la principale ligne de résistance était située loin en arrière.

Le général von Manteuffel voulait que chaque division d’infanterie dispose d’un bataillon d’assaut composé des officiers et des hommes les plus expérimentés. Ces bataillons d’assaut allemands pénétreraient entre les postes avancés américains, en évitant d’engager le combat avant de s’être enfoncés profondément. Des projecteurs de DCA braqués sur les nuages et se reflétant sur le sol faciliteraient la progression des troupes. Les Panzer avanceraient dès le début de la nuit suivante, qui devait tomber à 16h00. Les Panzer progresseraient alors sous couvert de l’obscurité, à travers les rangs de l’infanterie allemande. A l’aube du lendemain matin, ils seraient en mesure de lancer leur propre attaque contre la position de défense principale des alliés, sur une voie d’approche dégagée des postes de défense avancés.

Les faiblesses du plan de la contre-offensive des Ardennes

Le premier point clé du plan d’Adolf Hitler est l’importance du temps nuageux. Les responsables de l’armée allemande savaient bien que les alliés pourraient, en cas de nécessité, jeter plus de 5000 bombardiers dans la bataille, alors que la Luftwaffe promettait l’appui d’un millier d’avions de tous types. En fin de compte, cette estimation du soutien de la Luftwaffe ne s’avérerait justifiée qu’un seul jour, et à une date où l’issue de la bataille terrestre était déjà décidée.

Beaucoup de choses dépendaient d’une avance rapide de la 6ème armée Panzer SS du général Dietrich, sur l’aile droite, qui se trouvait le plus près de la Meuse, dans le secteur clé. L’emploi de troupes aéroportées pour ouvrir le chemin aurait été particulièrement avantageux, mais ces troupes avaient été décimées au cours de combats défensifs terrestres. On n’a pu réunir qu’un millier de parachutistes, moins d’une semaine avant l’offensive, pour constituer un bataillon. Puis on s’est aperçu que les équipages des avions de transport prévus n’avaient aucune expérience des opérations aéroportées et qu’il manquait une partie du matériel nécessaire.

Finalement, les parachutistes allemands n’ont pas reçu pour mission de s’emparer de l’un des dangereux défilés se trouvant sur l’itinéraire des Panzer SS, mais de se poser sur le mont Rigi, à proximité du carrefour des routes de Malmédy, Eupen et Verviers. Ils devaient y établir un barrage, afin de retarder l’arrivée des renforts alliés venant du Nord.

Les préparatifs devaient être aussi discrets que possible. Les divisions de la 5ème armée Panzer du général von Manteuffel ont été rassemblées de manière très espacée, entre Trier et Krefeld, afin que les espions et la population ne puissent pas soupçonner qu’on préparait une offensive. On a raconté aux soldats qu’ils devaient se préparer en vue d’une offensive alliée dans le secteur de Cologne. Seul un nombre très restreint d’officiers d’état-major a été informé du véritable plan.

La 6ème armée Panzer SS du général Dietrich a été rassemblée encore plus en arrière, dans la zone située entre Hanovre et la Weser. Ses divisions avaient été mises au repos pour récupérer et se rééquiper. Ce n’est que beaucoup plus tard que le général Dietrich a été informé de la mission qui allait lui être confiée.

La plupart des commandants de divisions n’ont été avertis que quelques jours avant le début de l’offensive. Les commandants d’unités ont été informés si tardivement qu’ils n’ont pas eu assez de temps pour étudier leur problème, reconnaître le terrain et faire leurs préparatifs. Il en est résulté de nombreuses négligences et, lorsque l’offensive a débuté, il y a eu de nombreuses anicroches.

Les services de renseignement alliés

Considérant le secteur des Ardennes comme étant mal approprié à une attaque contre l’Allemagne, les armées alliées l’avaient contourné par le Nord et par le Sud et y avaient réduit leurs effectifs afin de concentrer un maximum de forces sur les axes de pénétration choisis. Dans ce secteur, il y avait seulement 4 divisions américaines pour défendre une ligne de 130 kilomètres de long.

Depuis le mois d’octobre 1944, les services de renseignement alliés savaient que les Allemands étaient en train de retirer des premières lignes des divisions de Panzer, afin de les rééquiper en vue de nouveaux combats. Ils savaient également qu’une partie de ces divisions avaient été réunies pour former la 6ème armée de Panzer SS.

Début décembre 1944, les services de renseignement alliés ont appris que le QG de la 5ème armée de Panzer avait été transféré du secteur de la Roer -à l’Ouest de Cologne-, vers le Sud, à Coblence. De plus, des formations de Panzer avaient été repérées alors qu’elles faisaient route vers les Ardennes, où les divisions d’infanterie nouvellement constituées avaient fait leur apparition en ligne.

Dès le 4 décembre 1944, un soldat allemand, capturé dans le secteur des Ardennes, a révélé qu’une grande offensive y était en cours de préparation, et ses propos ont été confirmés par de nombreux autres prisonniers capturés les jours suivants. Ils ont tous déclaré que l’attaque allemande était prévue pour la semaine avant Noël.

Les 12 et 13 décembre 1944, les services de renseignement alliés ont appris que 2 divisions blindées allemandes, particulièrement célèbres pour leurs opérations éclair étaient arrivées dans le secteur des Ardennes.

Le 14 décembre 1944, des rapports ont signalé que les Allemands avaient remorqué du matériel de construction de ponts jusqu’au bord de l’Our, la rivière qui couvrait la moitié Sud du front américain des Ardennes.

 Le chef des services de renseignement de la 1ère armée américaine n’était pas en très bons termes avec le chef des opérations, ni avec le chef des services de renseignement du Groupe d’armées. Il était considéré comme un alarmiste ayant tendance à crier « Au loup ! ». De plus, il n’était pas parvenu lui-même à tirer des déductions claires des renseignements qu’il avait réunis.

Quant au 8ème Corps d’armées US, qui se trouvait menacé de façon imminente, il en était arrivé à la conclusion que l’apparition de nouvelles divisions allemandes sur son front était simplement due à l’habitude de donner aux troupes allemandes l’expérience du front dans un secteur calme avant de les utiliser ailleurs. Ces mouvements de troupes étaient supposés manifester, de la part des Allemands, un désir de conserver à ce secteur du front son caractère calme et inactif.

Les alliés menaient l’offensive depuis si longtemps qu’ils pouvaient difficilement imaginer les Allemands reprenant l’initiative. Les alliés considéraient que la victoire sur l’Allemagne n’était plus qu’une formalité. Ils estimaient que, même si les Allemands tentaient de lancer une contre-attaque, celle-ci prendrait la forme d’une réponse directe à l’avance alliée sur Cologne et les centres industriels de la Ruhr. Sachant que le maréchal von Rundstedt avait été réintégré au commandement du front Ouest allemand, les alliés s’attendaient à de l’orthodoxie militaire.

 

Dans le cas des forces du général von Manteuffel, le mouvement vers la ligne de départ a été réalisé en trois nuits.

Le soir du jour précédant l’offensive des Ardennes, les camions promis ne sont pas venus chercher les compagnies de parachutistes allemands pour les emmener aux aérodromes. L’opération de largage prévue sur le mont Rigi a dû être reportée au lendemain soir.

 

_________

L’offensive d’Adolf Hitler s’est déclenchée au matin du 16 décembre 1944.

Un épais brouillard noyait le paysage, favorisant l’infiltration allemande et contraignant l’aviation alliée à rester au sol. Mais les véhicules allemands n’avaient reçu qu’une fois et demi le ravitaillement de base en carburant. Du fait de la pénurie d’essence, seule la moitié de l’artillerie a pu être engagée. Une grande partie du ravitaillement allait d’ailleurs rester trop loin en arrière, à bord de longues colonnes de camions stationnées sur la rive Est du Rhin. Son acheminement allait être fréquemment interrompu quand l’aviation alliée entrerait en action.

Les troupes allemandes, ignorantes de toutes les faiblesses sous-jacentes du plan d’Adolf Hitler, conservaient une confiance remarquable et croyaient encore aux promesses de victoire du dictateur. Leur moral était extraordinairement haut, à la différence du moral des généraux, qui connaissaient la vérité.
Une quarantaine de Jeeps chargées d’Allemands déguisés ont réussi à passer les lignes américaines. Les membres de l’opération Greif se sont aussitôt mis au travail derrière les lignes, modifiant l’orientation des panneaux routiers, accrochant des rubans rouges pour faire croire que les routes étaient minées, coupant les fils téléphoniques, etc… Toutes les Jeeps ont ensuite regagné sans encombre les lignes allemandes, à l’exception de huit d’entre elles. Ce sont ces dernières qui ont créé la plus grande confusion chez les alliés. Partout, on s’est mis à rechercher les faux Américains, et tous les vrais devenaient suspects. Les contrôles routiers allaient provoquer de gigantesques embouteillages.

Sur le front du général Dietrich, l’artillerie allemande a ouvert le feu à 05h30. L’infanterie n’a commencé d’avancer que vers 07h00. L’avance allemande a été particulièrement difficile sur l’aile droite du général Dietrich. Les postes de défense américains ont été enlevés les uns après les autres, mais un grand nombre d’entre eux ont combattu vigoureusement, malgré la supériorité écrasante des Allemands, auxquels ils ont infligé de lourdes pertes, retardant ainsi jusqu’au lendemain l’avance des divisions de Panzer SS.

Dans le secteur du général von Manteuffel, les bataillons d’assaut se sont rapidement infiltrés entre les postes avancés américains. L’aile droite a attaqué dans la zone du Schnee Eifel, qui protégeait le nœud routier de Saint-Vith. Sur ce front, les détachements d’assaut allemands étaient déjà à l’intérieur des positions américaines quand le tir de barrage de l’artillerie a commencé.

A 16h00, les Panzer du général von Manteuffel ont avancé et ont continué de progresser dans l’obscurité, grâce au clair de lune artificiel fourni par les projecteurs de DCA braqués sur les nuages.

Les avant-postes américains ont retardé les Allemands lors de la traversée de l’Our, mais sans parvenir à les arrêter.

La nouvelle de l’offensive allemande a mis longtemps pour atteindre les QG alliés à l’arrière, et ces QG ont mis encore plus longtemps à reconnaître la gravité de la menace. Les commandos allemands de l’opération Greif coupaient de nombreux câbles téléphoniques. Ce n’est qu’en fin d’après-midi que la nouvelle a atteint le QG du général Eisenhower, à Versailles. Le général Bradley y discutait de sa prochaine offensive avec le général Eisenhower. Il a alors considéré l’attaque allemande comme une simple tentative pour déséquilibrer la sienne.

Après avoir traversé l’Our, les troupes du général von Manteuffel devaient franchir un défilé dangereux à Clerveaux-sur-le-Clerf. Les Allemands se sont portés sur Houffalize, dans le but de s’assurer, par la suite, d’un point de traversée sur la Meuse, entre Namur et les Ardennes.

Une autre partie des troupes du général von Manteuffel devait occuper le nœud routier de Bastogne, avant de poursuivre sa progression vers la Meuse et s’emparer de points de traversée au Sud de Namur.

Ces obstacles, associés aux conditions hivernales, ont provoqué un certain retard. Au cours de cette première phase, la résistance américaine avait tendance à fondre chaque fois que les Panzer arrivaient en force, mais les difficultés de déplacement contre-balançaient la faiblesse de la résistance.

A l’extrême Sud du front du général von Manteuffel, 4 divisions d’infanterie allemande devaient assurer la protection de l’avance des Panzer vers la Meuse en progressant vers Neufchâteau et Mézières. Toutes ces divisions ont réussi à franchir l’Our. L’une d’elles, en trois jours, allait progresser d’une vingtaine de kilomètres vers l’Ouest, jusqu’à Wiltz. Mais, face à l’aile gauche du général von Manteuffel, les Américains n’ont cédé le terrain que pas à pas et l’avance allemande a bientôt été enrayée. Adolf Hitler a refusé de renforcer ce secteur avec une division Panzer.

 

La contre-offensive des Ardennes  Belgique-Ardennes-US-decembre1944-2
Des soldats américains dans les Ardennes, en Belgique, en décembre 1944

Le soir de ce 16 décembre 1944, seulement un tiers des avions de transport allemands a réussi à atteindre la zone de largage prévue pour les parachutistes, sur le mont Rigi. Après avoir atterri, le commandant des parachutistes n’a pu réunir que 200 hommes. Il n’a pas pu s’emparer du carrefour des routes de Malmédy, Eupen et Verviers, où il devait établir un barrage. Pendant plusieurs jours, des petits groupes de parachutistes allemands ont harcelé les routes. Ne voyant pas arriver les forces du général Dietrich, les parachutistes allemands se sont efforcés d’aller à leur rencontre, mais ils ont été capturés en chemin.

Le 17 décembre 1944

Ce n’est que le 17 décembre 1944 que les divisions de Panzer SS du général Dietrich se sont mises en route dans l’intention de contourner Liège par le Sud. La colonne de tête -Groupe de combat Peiper- a progressé vers la Meuse presque sans opposition. Elle devait s’emparer de points de traversée à Huy. Sur sa route, elle a massacré, à la mitrailleuse, plusieurs groupes de prisonniers américains désarmés et de civils belges.

Belgique-Malmedy-Massacre-17decembre1944-1
Les cadavres de prisonniers américains et de civils massacrés par les Allemands à Malmédy, en Belgique,
le 17 décembre 1944
Dans le secteur du Schnee Eifel, le général von Manteuffel a effectué un mouvement en tenaille et encerclé 2 régiments américains, contraignant entre 7000 et 9000 hommes à capituler.
Belgique-Ardennes-US-decembre1944-1
Des prisonniers américains capturés par les Allemands en Belgique, en décembre 1944

Le Groupe Peiper des Panzer SS du général Dietrich s’est arrêté, pour la nuit, dans les faubourgs de Stavelot, à 67 kilomètres de la Meuse. Il n’a songé ni à s’emparer du pont d’importance vitale qui se trouvait là, ni du grand dépôt de carburant situé un peu plus au Nord, qui contenait plus de 12 millions de litres d’essence. Le QG de la 1ère armée US du général Hodges se trouvait également dans ce secteur, à proximité de Spa. Le général Hodges, sous-estimant la poussée allemande, a d’abord insisté pour que l’avance de ses propres troupes contre les barrages de la Roer, plus au Nord, soit poursuivie.

Ce n’est que ce soir-là que le QG du général Eisenhower -commandant en chef des forces alliées de l’Europe de l’Ouest- a mis en état d’alerte les 2 divisions qu’il tenait en réserve, afin qu’elles se rendent sur le front. L’offensive allemande était enfin prise au sérieux.

A ce moment-là, le mince front des Ardennes, où 4 divisions américaines défendaient une ligne de 130 kilomètres de long, avait éclaté sous l’assaut de 20 divisions allemandes, dont 7 divisions blindées réunissant près d’un millier de Panzer et des canons d’assaut blindés.

Dans la nuit du 17 décembre 1944, les troupes du général von Manteuffel approchaient à la fois de Houffalize, de Bastogne, et des routes latérales reliant ces deux centres, dont elles avaient besoin pour se déployer complètement et lancer leur ruée vers l’Ouest. Les premières attaques allemandes contre Saint-Vith ont été lancées ce soir-là, mais par des forces peu nombreuses.

Le 18 décembre 1944

Le 18 décembre 1944, quand le Groupe Peiper a voulu s’emparer du dépôt américain de Stavelot, il a été tenu en échec par une muraille de carburant en flamme. Cinq kilomètres plus loin, à Trois-Ponts, les ponts ont sauté devant ses yeux. Le Groupe Peiper a alors essayé de faire un détour par Stoumont, une dizaine de kilomètres plus loin.

Ce n’est que ce 18 décembre 1944 au matin que le général Hodges a compris la gravité de la situation, en découvrant que les Allemands du Groupe Peiper avaient traversé Stavelot et se trouvaient à proximité de son propre QG, à Spa. En toute hâte, ce QG a été transféré vers un secteur plus sûr.

Les villages voisins de Saint-Vith sont tombés sous les assauts du général von Manteuffel. Deux régiments américains se sont retrouvés encerclés à Saint-Vith. Des colonnes de Panzer contournaient Saint-Vith par le Nord et par le Sud. Elles ont dû être repoussées avec l’aide de la 7ème division blindée US, arrivée sur les lieux.

Les troupes du général von Manteuffel approchaient du nœud routier de Bastogne, au terme d’une avancée de plus de 50 kilomètres. Les défenseurs américains avaient reçu des renforts : 1 groupe de combat de la 9ème division blindée US et 1 bataillon du génie. La lutte pour chaque village et la confusion régnant dans les transports ralentissaient l’attaque allemande.

Les 2 divisions de réserve du général Eisenhower ont enfin été envoyées au front. Mais elles étaient stationnées à Reims, à 160 kilomètres des premières lignes. A la suite d’une erreur de l’état-major, la 101ème division aéroportée américaine a été envoyée vers le Nord. Heureusement, grâce à un embouteillage et à une question fortuite d’un sergent de police, elle a obliqué vers un circuit plus méridional. Elle devait arriver à Bastogne le 19 décembre au matin, et en a colmaté les défenses.

Le 19 décembre 1944

Le 19 décembre 1944, le général Bradley a ordonné à 60000 hommes de se rendre vers la zone menacée par l’offensive allemande. Au cours des huit jours suivants, 180000 hommes supplémentaires allaient y être envoyés en renforts.

Une division américaine a arrêté le Groupe Peiper à Stoumont. Il était pratiquement à court d’essence. L’arrivée d’une division aéroportée américaine et de renforts blindés a renversé la situation en faveur des alliés. Le gros des 2 corps de Panzer SS du général Dietrich était toujours bloqué en arrière. Les routes étaient insuffisantes pour leur permettre d’avancer et de déployer leur masse de Panzer et de véhicules de transport. Stavelot a été partiellement reconquise par les Américains.

L’assaut de l’aile droite du général Dietrich a été assez vite enrayé par l’énergique défense américaine de Monschau. La farouche défense du secteur clé de Berg-Butgenbach-Elsenborn a empêché les Allemands de s’assurer de l’épaulement Nord prévu. Il est resté aux mains des Américains.

Il était visible que les Américains tenaient aussi solidement l’épaulement méridional du front de l’attaque allemande. Le général Patton a reçu l’ordre d’abandonner son offensive à travers la Sarre et de faire porter ses efforts sur le nettoyage du saillant créé par le général von Manteuffel. Il devait utiliser deux corps d’armées US.

Ce 19 décembre 1944, les occupants allemands d’une Jeep de l’opération Greif ont été capturés. A l’interrogatoire, l’un d’eux a déclaré que certains des groupes avaient pour mission de tuer le général Eisenhower et d’autres généraux. En réalité, il s’agissait d’une rumeur infondée qui avait circulé dans les camps d’entraînement. Mais cette information a provoqué une véritable panique au sein des services de sécurité alliés. Le général Eisenhower s’est quasiment retrouvé prisonnier d’une multitude de gardes armés jusqu’aux dents.

Sur le front du général von Manteuffel, des éléments de 2 divisions blindées US s’étaient portés à la rencontre des Allemands, pour leur barrer la route à l’Ouest de Saint-Vith. Les défenseurs américains de la ville ont été soumis à une attaque qui les a contraint de l’évacuer après avoir subi de lourdes pertes. Heureusement pour eux, un vaste embouteillage a empêché les Allemands d’exploiter rapidement la situation. Les survivants de Saint-Vith et les blindés américains en ont profité pour gagner des positions plus sûres. Dans ce secteur, le général von Manteuffel a ainsi été empêché d’effectuer une exploitation en profondeur de la brèche au moyen d’une avance rapide vers la Meuse.

Les troupes du général von Manteuffel ont lancé un assaut contre Bastogne. Il a été repoussé, grâce à l’arrivée de la 101ème division aéroportée américaine.

Le 20 décembre 1944

Le 20 décembre 1944, le général von Manteuffel a décidé de contourner Bastogne pour atteindre la Meuse. Les Allemands avaient ouvert une brèche au Nord de la ville. Un groupe de combat de Panzer et une division de Volksgrenadier ont été chargés de réduire la résistance de la garnison américaine.

Belgique-Bastogne-Pres-US-20decembre1944-1
Des soldats américains du 630th Tank Destroyer Battalion dont tous les blindés ont été détruits défendent la ligne de front, près de Bastogne, en Belgique, le 20 décembre 1944

 

 

 

Ce jour-là, le maréchal Montgomery a amené sur la Meuse les 4 divisions de sa propre réserve, pour garder les ponts. Le général Eisenhower l’a placé à la tête de toutes les forces alliées situées au Nord de la brèche du front. Le général Bradley était à la tête des forces situées au Sud de la brèche.

A Bastogne, la situation continuait d’être critique. Des attaques allemandes répétées ont forcé les défenseurs à reculer, mais ils n’ont jamais été submergés.

Le 21 décembre 1944

Le 21 décembre 1944, les réserves alliées se rassemblaient de tous côtés et leur nombre était largement supérieur à celui des effectifs que les Allemands avaient engagés dans leur offensive. Deux corps d’armée du général Patton ont obliqué vers le Nord, pour se porter au secours de Bastogne, et ont contre-attaqué les Allemands sur les routes menant à la ville menacée. Ces contre-attaques ont d’abord été repoussées, mais le général von Manteuffel a dû soustraire une part croissante de ses forces à l’effort de progression vers la Meuse, afin de ralentir l’approche du général Patton.

Le 22 décembre 1944

Le 22 décembre 1944, l’avant-garde du général Patton a commencé sa contre-attaque du flanc Sud de la brèche allemande, dans le but de dégager Bastogne. Le terrain favorisait la défense. Il fallait chasser les Allemands de chaque village et de chaque bois.

Ce jour-là, les Allemands ont envoyé un émissaire pour inviter la garnison américaine de Bastogne à capituler. Elle a refusé de le faire.

Pour les Allemands, les occasions favorables étaient passées. Selon le plan original, Bastogne aurait dû être occupée le deuxième jour, alors que la ville n’a été atteinte que le troisième jour et contournée le sixième jour. La boue et la pénurie d’essence avaient joué un rôle important pour ralentir la progression.

Le 23 décembre 1944

Le 23 décembre 1944, l’apparition du beau temps a permis aux alliés d’organiser le premier parachutage de ravitaillement sur Bastogne et de lancer de nombreuses attaques aériennes contre les positions allemandes. Les forces du général Patton approchaient toujours par le Sud.

Le 24 décembre 1944

Le 24 décembre 1944, un détachement allemand est arrivé à Dinant, à moins de 7 kilomètres de la Meuse, mais la progression s’est arrêtée là et ce détachement s’est bientôt retrouvé isolé. Les ponts de la Meuse étaient solidement tenus par les alliés -prêts à les faire sauter-, qui attendaient des renforts.

Quant au Groupe Peiper, encerclé et sans essence, il a commencé de se replier à pied, en abandonnant ses Panzer et tous ses autres véhicules.

A Bastogne, la situation des Américains encerclés restait précaire. Le 24 décembre 1944, le périmètre des défenseurs n’était plus que de 25 kilomètres. Mais les forces assiégeantes ne recevaient pas non plus beaucoup de renforts ni de ravitaillement, tout en étant soumises au pilonnage sans cesse croissant de l’aviation alliée.

Des éléments de reconnaissance du général Patton se sont alors aperçus que l’opposition allemande était la moins vigoureuse sur la route Neufchâteau-Bastogne.

Le 25 décembre 1944

Adolf Hitler, dont les ambitions s’étaient réduites, avait maintenant les yeux fixés sur la Meuse. Il a envoyé une division de Panzer et une division de panzergrenadier -qu’il avait tenues en réserve- aider le général Manteuffel à nettoyer le secteur de Dinant, sur l’aile gauche.

Sur l’aile droite, l’armée du général Dietrich a reçu l’ordre de tenter un nouvel effort, pour appuyer l’avance du général von Manteuffel, en convergeant vers lui en direction du Sud-Ouest. Les divisions de Panzer SS sont entrées en action, mais la progression a été minime. Les défenses américaines avaient été solidement renforcées et elles étaient instantanément appuyées par des assauts de chasseur-bombardiers.

Les troupes du général von Manteuffel ont lancé toutes leurs forces disponibles contre Bastogne, mais les Panzer récemment arrivés ont subi de lourdes pertes et la défense américaine a résisté.

Sur la base des renseignements obtenus de ses éléments de reconnaissance, le général Patton a fait obliquer sa ligne de progression vers Bastogne, au profit d’un axe Nord-Est, depuis Neufchâteau.

Le 26 décembre 1944

A partir du 26 décembre 1944, les forces allemandes étaient tellement harcelées par l’aviation alliée qu’elles ne pouvaient plus se déplacer en plein jour. C’était devenu trop risqué. Ce jour-là, le général von Manteuffel a enfin obtenu le reste des réserves. Mais, à cette date, elles étaient immobilisées, faute d’essence, bloquées sur une distance de plus de 150 kilomètres.

Le 26 décembre 1944, à 16h45, l’avant-garde blindée du général Patton a réussi à faire sa jonction avec la garnison de Bastogne. Le siège était levé.

Renonçant à atteindre la Meuse, les Allemands ont commencé à se replier.

Conclusion

Dans cette contre-offensive des Ardennes, Adolf Hitler a perdu toutes les forces qui auraient encore pu s’opposer à l’avance des alliés sur le front Ouest. Désormais, il lui restait à peine assez de troupes pour tenter de contenir les Soviétiques sur le front Est. Au début de la bataille des Ardennes, les alliés ont frôlé le désastre, parce qu’ils avaient négligé leur flanc défensif. Mais l’échec d’Adolf Hitler a ruiné les dernières chances de l’Allemagne d’opposer encore une résistance.

 éditeur : Frank Brunner 

http://www.interet-general.info/spip.php?article186

http://www.interet-general.info/spip.php?article187

-

retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale  

 

 

30 novembre Mutineries de Thiaroye

Classé sous — milguerres @ 22 h 47 min

 

 

retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

 

 30 novembre Mutineries de Thiaroye 

 

La Libération laisse un goût amer aux tirailleurs dont un grand nombre ont eu à subir une longue et éprouvante captivité dans les fronstalags, quand d’autres participent aux combats de la France libre.

Ces derniers représentent la moitié des troupes ayant débarqué en Provence. Or, de Gaulle privilégie l’intégration de groupes de résistants à la 1ère armée. Il opte donc pour le « blanchiment » des unités à l’approche de l’Allemagne au prétexte que le rude hiver vosgien représenterait un danger pour les troupes noires passe mal. Les bataillons de tirailleurs cèdent difficilement leurs armes pour équiper les nouveaux combattants. Nombre de soldats se sentent floués et en éprouvent une grande rancœur.

D’autres motifs de mécontentement peuvent être identifiés:

- les opérations de rapatriement des anciens prisonniers africains traînent en longueur faute de navires disponibles. Transférés dans des zones de transit par le GPRF, ils sont progressivement rapatriés à partir de l’automne 1944.

- Pour des raisons diverses (lenteurs administratives, calculs compliqués des salaires,

distinctions entre soldats), des discriminations grossières apparaissent dans le paiement de solde. Dans les centres de regroupement des tirailleurs l’agitation grimpe vite. Les soldats constatent des différences incompréhensibles dans le versement de solde de captivité. Ces calculs semblent à géométrie variable et très en deçà des attentes des tirailleurs. Les contestations se multiplient: à Morlaix en novembre 1944 (voir ci-dessous), dans le centre de transit de Versailles en décembre 1944 ou à Hyères à la fin du mois de novembre. Dans ce dernier cas, la révolte a pour origine la décision de l’administration de retirer les vêtements militaires et effets personnels des soldats quittant les zones de combat.

 

- A ces mesure vexatoires s’ajoutent les demandes insistantes de paiement des arriérés de solde, ainsi que diverses primes (prime de démobilisation, prime de combat…). Or, en l’absence de toute coordination avec la Métropole, les autorités locales, dépourvues, multiplient le manœuvres dilatoires afin de temporiser.

Tous ces éléments expliquent le mécontentement qu’éprouvent alors de nombreux tirailleurs dont certains se rebellent. Au port d’embarquement de Morlaix le 4 novembre 1944, 300 des 1700 tirailleurs (tous anciens prisonniers) se rebellent et réclament leur solde non réglée (ils n’obtiennent que le quart de leur dû). Le 11 novembre, les gendarmes tirent faisant 7 blessés graves.

 30 novembre Mutineries de Thiaroye  img098

Anciens prisonniers africains attendant leur rapatriement. France, 1944.

1280 de ces mêmes hommes, durement réprimés et auxquels on a promis le rapide versement du reste de leurs soldes, embarquent pour Dakar. Ils sont conduits le 21 novembre 1944 à Thiaroye, une caserne située dans la périphérie de Dakar. L’état-major doit procéder aux opérations de démobilisation. Les soldats ne sont pas encadrés par leurs cadres de contact habituels, avec lesquels s’était instaurée une certaine relation de confiance.

Le 30 novembre, les tirailleurs refusent de prendre le train qui doit conduire certains d’entre vers leurs territoires d’origine (destination Bamako). En effet, en dépit des promesses, ils n’ont toujours pas touchés leurs arriérés de solde. A Thiaroye, ce 30 novembre, le général Dagnan, commandant de la division Sénégal-Mauritanie, est pris à parti, encerclé. Il promet alors que le paiement des soldes se ferait dans les villages d’origine des tirailleurs. Sur cette ultime promesse, ces derniers le laissent partir.

Pour le général Dagnan, le détachement se trouve en situation de rébellion et il considère qu’il vient d’être victime d’une prise d’otage. La discipline aurait donc vacillé. La hiérarchie militaire réagit promptement puisque le lendemain, 1er décembre, un détachement militaire appuyé par des chars intervient dans le camp. Incrédules et encore ensommeillés, les soldats sont sommés de grimper dans les wagons devant les conduire à Bamako. C’est alors qu’une rafale de mitraillette provoque de nombreuses victimes: 24 tués sur le coup et 11 autres morts des suites de blessures; 35 blessés.

Les autorités françaises n’entendent pas en rester là et organisent une cour martiale à Dakar afin de juger les « mutins ». Le 6 mars 1945, les 34 tirailleurs inculpés écopent de peines de prisons allant jusqu’à dix années. Lors de sa plaidoirie Lamine Guèye rappelle que « ces tirailleurs venaient de combattre pour la France, pendant que la plupart de leurs accusateurs et bourreaux faisaient ici une besogne qui n’avait rien à voir avec les intérêts de la France » (l’administration coloniale de l’AOF était restée fidèle à Vichy). Le retentissement du procès fut important au Sénégal et assura l’élection de Lamine Guèye à l’Assemblée nationale. C’est sous la pression des élites politiques africaines que le président de la République accorde la grâce aux soldats encore emprisonnés lors d’un voyage en AOF en 1947. Leopold Sedar Senghor lui demande la libération des derniers condamnés:

« J’ai l’honneur d’appeler à nouveau votre bienveillante attention sur les prisonniers sénégalais condamnés après les incidents de décembre 1944, au camp de Thiaroye. Dix huit d’entre eux sont encore en prison. Je crois savoir qu’ils sont l’objet d’une proposition pour une grâce amnistiante. Leur cas est d’autant plus pitoyable que ce sont d’anciens prisonniers de guerre qui avaient subi quatre années de captivité et dont un grand nombre s’était battu dans le maquis, aux côtés de leurs camarades F.F.I. Sans doute sont-ils coupables d’acte d’indiscipline en ayant retenu prisonnier un général pour appuyer leurs revendications : mais il y a à leur faute des circonstances atténuantes. Aussi bien leurs revendications étaient-elles fondées puisqu’ils s’agissait pour eux de se faire donner l’arriéré de leurs solde et indemnités, avant leur retour au foyer. »
Lettre du 16 mai 1947, publiée dans  »Réveil » n° 215 du 12 juin 1947

Les désillusions de Brazzaville…

Le drame illustre le décalage persistant entre les généreuses intentions brandies à Brazzaville et la persistance d’un système colonial, fondamentalement inégalitaire.
En janvier 1944, à Brazzaville, première capitale de la France libre, le général de Gaulle réunit les représentants de l’Empire afin de repenser le système colonial. Alors que les Africains aspirent à l’émancipation, les Français réaffirment le principe de l’assimilation et rejettent toute idée d’indépendance. Au bout du compte, la conférence propose de timides réformes sociales face aux abus les plus flagrants du système (travail forcé), mais elle ne concrétise aucune avancée politique significative.

Le drame de Thiaroye met en évidence les mêmes aspirations. Les soldats rapatriés en novembre 1944 ne sont plus les combattants et anciens captifs de 1940. La plupart estiment que l’ancienne relation coloniale, faite de paternalisme et fondamentalement inégale, a vécuLes soldats refusent d’être ramenés à la sujétion coloniale après leur participation à la lutte contre le nazisme.
Certes, la promesse non tenue du paiement des arriérés de solde cristallise les mécontentements. Mais, comme le rappelle Armelle Mabon (voir sources), »ce n’est pas tant la réclamation légitime des droits qui a causé la répression sanglante, mais bien l’aspiration à l’égalité et à la dignité. »
En Afrique noire, comme au Maghreb, les populations attendent des changements politiques et économiques susceptibles de mettre un terme aux abus manifestes de la colonisation. La répression brutale, démesurée, de l’armée prouve que la France entend restaurer l’ordre colonial au plus vite au sein de l’empire. Le général de Boisboissel parle de la tragédie de Thiaroye comme d’ »un nécessaire douloureux coup de bistouri dans un abcès dangereux »

Le drame de Thiaroye sera longtemps refoulé de la mémoire collective. Aux lendemains de la tuerie, la nouvelle du drame se répand dans toute l’Afrique. Mais en France, où de Gaulle se charge d’enterrer l’événement, on ne connaissait pas ou très mal les faits eux-mêmes (sauf dans les milieux militaires). Il n’y a jamais eu de commission d’enquête indépendante sur cette affaire. Embarrassées, les autorités préfèrent donc garder le silence. Quant à ceux qui en parlent, ils ne trouvent guère d’écho en France.
Dans la revue Esprit de juillet 1945, Senghor y fait allusion, mais il faut attendre l’intervention du député socialiste Lamine Guèye devant la Constituante, en mars 1946 pour avoir une meilleure connaissance du massacre. La poursuite des combats en Europe au 1er décembre 1944 explique sans doute la facilité avec laquelle l’état-major parvint à gérer cet épisode.
Ainsi, Thiaroye tombe dans un relatif oubli. Depuis quelques années en revanche, le massacre a fait l’objet de films (Sembène Ousmane y consacre un long-métrage en 1988 ou encore Bouchareb ci-dessous), de livres ou encore de chansons comme le prouve l’extrait ci-dessous.

Le président sénégalais Aboulaye Wade, en août 2005, inaugure une journée nationale du Tirailleur et en appel devoir de mémoire. Jacques Chirac a dépêché à Dakar Pierre-André Wiltzer, ex-ministre de la Coopération et ambassadeur hors cadre, dépêché à Dakar par Jacques Chirac déclare lors des cérémonies « Thiaroye 44 est un événement tragique et choquant. Ceux qui en portent la responsabilité ont sali l’image de la France. »

 

Les suites

Ce massacre provoque une prise de conscience de l’état d’inégalité profonde dans lequel la colonisation maintient les indigènes. Son souvenir reste vivace dans les années qui suivent et jusqu’à nos jours. Les Sénégalais en général connaissent le nombre exact de morts mais ils n’évoquent cette tragédie que rarement, presque avec gêne et dignité. En août 2004, la journée du 23 août est déclarée Journée du tirailleur sénégalais par le Sénégal, qui invite les autres États d’Afrique d’où étaient originaires les tirailleurs. Le massacre de Thiaroye y est commémoré.

70 morts, 70 ans de silence.

Le président François Hollande dans son discours à Dakar du 12 octobre 2012 est le premier homme politique français à rappeler officiellement cette tragédie: « La part d’ombre de notre histoire, c’est aussi la répression sanglante qui en 1944 au camp de Thiaroye provoqua la mort de 35 soldats africains qui s’étaient pourtant battus pour la France. J’ai donc décidé de donner au Sénégal toutes les archives dont la France dispose sur ce drame afin qu’elles puissent être exposées au musée du mémorial ». Cette reconnaissance tardive omet toutefois la moitié des victimes, puisque l’ouverture des archives prouvera que le nombre de victimes tuées fut bien de 70 et non de 35.

Armelle Mabon, historienne et Maître de conférences à l’Université de Bretagne-Sud, précise que ce chiffre diminué de moitié est la version officielle depuis 1945 et que par ailleurs des documents officiels traitant des causes et responsabilités ont été dissimulés «  L’absence de ces documents dans les archives ne relève pas du hasard, d’une perte malencontreuse ou d’un mauvais classement. Nous sommes confrontés à une volonté de les soustraire à tout regard et cela depuis près de 70 ans.«  Elle ajoute dans Libération du 25 décembre 2012 : « Je souscris à la volonté du président de la République de donner les archives au Sénégal mais pour que ce geste fort ait du sens et permette une réconciliation après tant de malentendus et de mensonges, il faut impérativement : restituer tous les documents officiels dans les archives ; donner le bilan sincère du nombre de morts ; révéler le lieu de leur sépulture ; nommer ces hommes qui ont été tués ; amnistier ceux qui ont été condamnés, la grâce ne suffisant pas ; reconnaître la spoliation du rappel de solde et la responsabilité de l’armée ; réhabiliter ces tirailleurs en leur rendant un hommage solennel. »

 

Commentaires recueillis à propos de ce même post sur : http://militaires-d-hier.forumgratuit.org/t4510-30-novembre-mutineries-de-thiaroye#31544

 

 

Patard a écrit:
Bonjour
Cet épisode de l’histoire de la colonisation a déjà été évoqué sur ce forum. Je ne suis pas arrivé à retrouver ce sujet.
J’y suis intervenu…
L’article de Wikipédia est partial, et ne donne que la version « politiquement correcte » de l’affaire, c’est à dire repentante.

JJ

Bonjour JJ, voici ton post : 
_________________________________________________________________________________________________
http://militaires-d-hier.forumgratuit.org/t3916-poche-de-lille-1940#27824
——-
Sujet: Re: Poche de Lille (1940) Mer 30 Jan – 23:04
Bonsoir
Attention aux manipulations, politiques ou autres, dans cette malheureuse affaire de Thiaroye. Si la France n’a pas lieu d’être fière de cet épisode, il faut quand même relativiser les choses.
Je possède un bon dossier sur ce sujet et, à sa lecture, on constate que les choses ne sont pas aussi simple que relatées dans l’exposé de Monsieur Touron.
L’administration coloniale, mais pas seulement elle, s’est certes montrée maladroite en faisant des promesses inconsidérées, mais il faut savoir que:
- cette affaire se passe en décembre 1944. A cette époque, la guerre n’est pas terminée, et la France est dans un état qui est loin d’être brillant. Elle dépend, pour ses relations maritimes, du pool de transport mis en place par les anglo-saxons. Le rapatriement des Tirailleurs n’est pas la priorité de cet organisme, c’est la raison du délai imposé à cette opération. C’est une des causes du mécontentement de ces hommes
- pour les Tirailleurs, faits prisonniers en 1940, la France a perdu la face, et ils ont pu constater la « supériorité » de l’armée allemande
- les autorités allemandes leurs ont remis des Marks, mais aussi beaucoup de Francs français. Hors ces deniers étaient faux (méthode classique chez les Allemands, voir l’affaire Cicéron). Les Marks seront changés en Métropole contre des Francs. Mais, à l’arrivée à Dakar, le trésor refuse l’échange des faux Francs contre des billets de la banque centrale de l’AOF. Ce qui provoque la fureur des Tirailleurs…
- dans un but de désorganisation de l’armée coloniale, c’était encore la guerre, les Allemands, en plus de la distribution de fausse monnaie, avaient formé des « meneurs », qui se révéleront impossible à raisonner
- beaucoup de ces hommes avaient réussi à se procurer des armes, et commencé à en faire usage
- enfin, suprême maladresse de l’administration, au lieu de faire encadrer les tirailleurs par des officiers et sous-officiers de l’armée coloniale, qui savaient leur parler, et qu’ils respectaient, on les à remis entre les mains de gendarmes.
Il ne faut donc pas s’étonner de la mauvaise tournure qu’ont pris les évènements. Il est arrivé un moment ou la situation est devenue ingérable, et ou il à fallu ouvrir le feu (limité, 500 coups ont été tirés, mitrailleuse et fusils). Bilan 35 tués, et autant de blessés. Terrible, mais bien loin des affirmations délirantes de certains, et du film « Camp de Thiaroye », ou les auteurs font un parallèle avec Dachau, et qui se termine par un bain de sang, 1280 tués…
34 mutins seront condamnés, le 5 mars 1945, à des peines de prison, mais les 12 encore enfermés seront graciés deux ans plus tard par le Président Vincent Auriol. 

JJ

 

Sources

Wikipedia

 http://lhistgeobox.blogspot.com/2010/05/209-camp-thiaroye.html

retour page d’Accueil

 retour à la Seconde Guerre Mondiale

 Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

12345...11

Ostduvalderoost |
Nikeairjordan99 |
Donsipeny |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cercle Généalogique de la D...
| Nikefrair
| Soldeburberryk